Navigation – Plan du site
Dossier

Migrations et circulations thérapeutiques : Odyssées et espaces

Introduction au dossier thématique En quête de soins : soignants et malades dans la globalisation
Sandrine Musso, Juliette Sakoyan et Stéphanie Mulot

Texte intégral

  • 1  Les discussions et raisons de ce choix terminologique ont été largement évoquées dans l’introducti (...)

1Après avoir abordé, dans le numéro 3 de la revue Anthropologie & Santé, les questions relatives à la circulation des médecines, mais aussi des outils, usages, savoirs et pratiques arrimés à ces médecines dans la globalisation1, le dossier de ce numéro 5 est dédié plus spécifiquement aux circulations contemporaines des pourvoyeurs et des bénéficiaires de soins. Les articles regroupés ici n’épuisent pas l’ensemble des questions et des thématiques soulevées par la mise en lien de la santé, des mobilités et de la globalisation du point de vue des acteurs que sont les thérapeutes et les malades. Ces thématiques recouvrent de multiples focales dont certaines sont d’ailleurs absentes de ce numéro.

2Le dossier présenté fait en revanche la part belle à une évolution majeure dans l’histoire contemporaine des phénomènes migratoires : la place que la loi et le droit occupent désormais dans la formulation des projets de migrations et circulations, comme dans celui des conditions sociales d’existence au sein des sociétés dites d’accueil.

3Dans le champ de la santé et de la maladie, les processus de requalification et d’établissement de légitimité, concurrents ou seulement parallèles, sont singulièrement visibles et porteurs d’enjeux à la fois politiques, théoriques et méthodologiques que nous évoquerons dans un premier temps. Dans un second temps, nous présenterons les articles dont se compose le dossier, et qui privilégient, chacun à leur façon, une porte d’entrée singulière et originale.

Circulations des acteurs, globalisation et santé : enjeux et débats actuels

La fécondité d’une entrée par l’anthropologie politique de la santé sur les questions liées aux phénomènes migratoires

  • 2  http://www.medecinsdumonde.org/​Presse/​Communiques-de-presse/​France/​LANCEMENT-D-UNE-PETITION-Medeci (...)

4Le 27 octobre 2007 à Paris, l’ONG Médecins du Monde lançait une pétition intitulée, de manière fort explicite : « Médecine et Immigration : non aux liaisons dangereuses ». Le texte évoquait, afin de justifier l’appel fait aux « soignants » et aux « scientifiques » contre « l’utilisation des sciences médicales au service des politiques migratoires », le risque que ces corps de métiers ne deviennent des « supplétifs » de la maîtrise de l’immigration2.

5Étaient ainsi successivement mentionnés :

« une circulaire de février 2006 permettant l’arrestation des étrangers dans les structures de santé ; les pressions exercées sur les médecins inspecteurs de santé publique pour influencer les décisions d’expulsions des étrangers gravement malades ; les évacuations musclées pour des raisons sanitaires des campements de fortune occupés par les Roms ; le calcul de l’âge osseux sur des adolescents pouvant conduire à leur exclusion de la protection de l’enfance et à leur expulsion si ces examens établissent que ce sont des « adultes biologiques » ; un amendement sur la pratique des tests ADN dans le cadre du regroupement familial, instaurant une discrimination inacceptable dans la preuve de filiation ».

6Appelant à un « droit de désobéissance déontologique », les signataires de la pétition — parmi lesquels des noms prestigieux des mondes de la médecine et de la recherche — étaient au nombre d’environ 30 000. La liste de leurs noms fut remise solennellement à la ministre de la Santé en février 2008.

7Moment d’une histoire locale, cette pétition l’est aussi d’une histoire globale et renvoie à une lame de fond largement commentée : la médecine, la maladie et la santé constituent dans le monde contemporain, pour les uns, un observatoire majeur des économies morales du temps présent (Fassin, 2010), pour les autres, une perspective capitale sur les enjeux liés à la mondialisation (Anthropologie & Santé 3, 2011 ; Revue européenne des migrations internationales, 2012), dans un contexte où la santé publique constituerait aujourd’hui une « nouvelle religion du salut » (Massé, 2001). Il est d’emblée remarquable que ce qui se joue autour de la santé est au cœur de la formulation des valeurs contemporaines, qu’il s’agisse de l’appréhender sous l’aspect de ses enjeux économiques, politiques, symboliques et imaginaires ou immatériels.

8Certaines études anthropologiques ont porté sur la sanitarisation de problèmes sociaux (Naudé, 2000), la politisation des problèmes de santé et leurs liens avec la violence structurelle et les inégalités (Farmer, 1999), la manière dont la « biologie endommagée » constitue aujourd’hui un socle d’accès à des droits et à des formes de citoyenneté « thérapeutique » ou « biologique » (Petryna, 2002 ; Nguyen, 2010). Le suivi de trajectoires au long cours en France de personnes étrangères régularisées « au titre de la maladie » a par ailleurs fait l’objet d’approches centrées sur les types variés de « colonisation du monde vécu » auxquelles les identités « de papier » et l’identité sociale de malade comme socle de reconnaissance pouvaient donner lieu (Musso, 2012).

9À l’échelle des valeurs du monde contemporain, les questions de santé et de mobilité s’articulent en effet avec une « politique de la survie » (Abélès, 2006) et les discussions relatives au déploiement de « l’humanitarisme » dans le traitement social — global et local — de personnes qui, ayant perdu « le droit d’avoir des droits » (Arendt, 1982), obtiennent néanmoins celui d’avoir accès à des soins, notamment par le biais d’organisations humanitaires. Ces questions s’inscrivent par conséquent au cœur de travaux anthropologiques faisant des « droits de l’homme » et de l’« humanitarisme » (Pandolfi, 2002 ; Goodale, 2006 ; Feldman et Ticktin, 2010) un objet privilégié de réflexion.

L’évolution des focus sur les inégalités

  • 3  Au point qu’un numéro entier du Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire lui a été consacré. (...)

10Comme l’atteste la parution récente du numéro de la Revue européenne des migrations internationales consacré à l’expérience de la santé et du soin en migration, c’est par le prisme des inégalités et des discriminations que les questions de santé des « migrants » ou des « minorités », ont été préférentiellement abordées. Un ensemble de parutions en France montre à cet égard la montée en légitimité de questions de recherche3, là où avait prévalu dans le contexte national une « politique de la méconnaissance » (Fassin, 2002).

  • 4  L’attention a été récemment portée sur le fait qu’il faut se garder de l’usage d’une perspective d (...)

11Dans la littérature internationale, les questions de mobilités et migrations des soignants et personnes en recherche de soins sont articulées à deux grands champs d’études des migrations internationales : la féminisation de ces dernières et le déploiement de travaux ayant comme perspective l’attention aux « global care chains »4.

  • 5  Et parce que ces rapports sont imbriqués, il est possible de faire l’histoire du travail de care a (...)

12Alors qu’elles ont longtemps été ignorées dans l’analyse des mouvements de populations (Green, 2002), les migrations féminines ont acquis depuis une décennie une visibilité inédite (Vause, 2009). Les travaux incluant et articulant les thématiques femmes, genre, mobilités et migrations sont de plus en plus prolixes et répondent d’ailleurs à l’importance des femmes dans les migrations internationales contemporaines (Falquet et al, 2010 ; Cahiers du Cedref, 2008). Dans certaines régions du monde, elles sont même plus nombreuses que les hommes à partir. Il faudrait toutefois prendre garde au fait de corréler la visibilité des femmes migrantes à leur présence : les femmes ont bel et bien été présentes dans les mouvements migratoires de tout temps, et la figure du travailleur migrant isolé, qui a longtemps représenté l’archétype du phénomène migratoire et dominé la littérature sur ce sujet, est à présent relativisée. Aujourd’hui, le discours rattrape en quelque sorte son retard en s’attachant à documenter et analyser, dans les perspectives de la sociologie du care, combien le travail du soin aux plus “vulnérables”, les emplois domestiques chez des particuliers et les emplois de nettoyage en entreprise ou cages d’immeuble dans les sociétés riches, étaient prodigués par des migrantes issues de sociétés pauvres. Que celles-ci ne soient peut-être pas les “plus pauvres” parce qu’elles parviennent à débourser d’importantes sommes pour partir (Parrenas, 2001) ne retire rien au fait que, dans les sociétés d’arrivée, leurs « savoir-faire discrets » (Molinier, 2005) s’exercent dans une invisibilité sociale et politique qui caractérise, précisément, l’histoire de l’inégale répartition du travail de care à la croisée des rapports de classe, de genre, de couleur et de nationalité5.

Catégorisations et mondes moraux locaux

  • 6  « Deserving » signifie « méritant, louable », le suffixe « -ness » transforme l’adjectif en nom ab (...)
  • 7  « Les présuppositions morales qui les sous-tendent, ici identifiées comme des façons locales de re (...)

13Si la notion de biolégitimité (Fassin, 2001) a fait florès, il n’en demeure pas moins que les travaux ethnographiques donnent à voir des « mondes moraux locaux » (Rosenthal, 2012) au sein desquels s’établissent des critères de légitimité. Ces derniers sont évidemment non réductibles à ceux que la norme juridique prescrit explicitement, sur un socle de références éthiques variées selon la place des personnes (professionnels de santé, du travail social, malades eux-mêmes et groupe organisateur de thérapie). On entre là dans l’univers de ce dont un récent numéro de Social Science & Medicine, consacré pour la première fois de l’histoire de cette revue aux questions de migrations, « illégalités » et santé, rend compte sous la plume de l’anthropologue Sarah Willen. Cette dernière propose en effet l’emploi d’un terme ayant une visée analytique particulière : celui de « deservingness »6. Alors que les outils analytiques pour penser le droit (enlightment) et l’« accès » ont été développés, les conceptions et valeurs qui sous-tendent le « mérite » octroyé aux bénéficiaires de ceux-ci : « the subtler moral positions that undergird them, identified here as local ways of reckoning health-related deservingness, remain conspicuously under-investigated7 » (Willen, 2012 : 805).

14En outre, des formes de hiérarchies dans la « méritocratie » de la souffrance ou de la reconnaissance se donnent aussi à lire dans l’application différentielle des dispositifs selon le type d’altérité auquel les personnes sont assignées. L’exemple du statut particulier octroyé en Israël aux réfugiés en provenance du Darfour est à cet égard tout à fait éclairant : la mise en résonance de l’expérience de « génocide » a pour conséquence une forme de « discrimination positive » en termes de droits octroyés localement aux originaires du Darfour (Willen, 2008). Les « politiques du soupçon » (D’Halluin, 2012) ne s’appliquent donc pas de manière homogène. Idéalement, réaliser l’ethnographie de la mise en œuvre de ces formes discrètes de hiérarchies suppose par conséquent non seulement la connaissance des normes et dispositifs existants, celle des mobilisations qui les ont suscitées et des débats auxquels ils ont donné lieu, mais aussi l’investigation des scènes et des acteurs qui président à leur application, des interactions entre ces derniers et leurs bénéficiaires, et enfin de la manière dont les personnes s’en saisissent et de ce qu’elles en font. En somme, cela suppose de conjuguer les échelles et d’adopter une perspective qui contextualise socialement et politiquement ces dispositifs, en n’omettant pas l’attention phénoménologique à ce qu’ils produisent en termes d’expérience de la maladie et du soin.

15Dans ces processus de requalifications et de production de légitimité, des acteurs divers entrent en ligne de compte, médiateurs entre le droit et les formes prises par son application. Ces médiateurs sont les professionnels de santé mais aussi du social, dont Estelle Carde nous montre dans ce numéro combien les perceptions de l’altérité sont ancrées dans des contextes néo-coloniaux reconfigurés dans la globalisation et qui occupent, plus fondamentalement, l’un des premiers axes évoqués par les articles de ce dossier. En effet, l’ensemble des textes présentés dans ce dossier rendent compte de formes variées de catégorisations de l’altérité, non seulement de la part de professionnels ou de dispositifs étatiques, mais aussi en termes de statut social et familial de personnes à qui, en raison de leur statut dans la parenté, de leur âge et de leur genre, vont recevoir aide et soutien à l’itinéraire de migration/circulation thérapeutique (Sakoyan, ce numéro).

Les orientations retenues dans ce dossier : entre Charybde et Scylla

16Les trois articles qui figurent dans ce dossier permettent d’interroger trois dimensions originales dans la problématique des circulations thérapeutiques.

Penser les circulations thérapeutiques dans le cadre des relations néo-coloniales et des reconfigurations des rapports géopolitiques à l’échelle planétaire

17La première dimension critique apportée par les trois textes reflète la nécessité de repenser ces circulations dans le cadre des relations néo-coloniales et des reconfigurations des rapports géopolitiques à l’échelle planétaire. En effet, qu’elles soient des malades ou des professionnels de santé, les personnes qui traversent les espaces nationaux et les frontières politiques utilisent des réseaux et des circuits qui juxtaposent aux anciennes routes coloniales les couloirs de la globalisation. Dans les textes d’Estelle Carde et de Juliette Sakoyan, le statut politique de départements français (Guyane, Mayotte) et du jeune Etat indépendant des Comores — ancienne colonie française —, d’une part, et l’organisation de leur système de santé et de protection sociale, d’autre part, constituent les déterminants de leur potentiel d’attractivité pour les premiers ou de répulsion pour le second. Ces régions sont l’exemple-type de l’exception juridique française, qui permet à l’Etat français de développer des lois et des politiques d’immigration spécifiques dans les départements de Guyane, Mayotte, Guadeloupe et la collectivité de Saint-Martin, en remettant en question le principe d’indivisibilité de la République. Comme l’a montré Catherine Benoît (2009), cette exception est rendue possible par un ensemble de dérogations au droit commun, par l’application de mesures plus restrictives que dans l’Hexagone, par la construction d’un discours politique fustigeant le péril d’une invasion migratoire, et par la banalisation de pratiques de discriminations et de transgressions du droit international sur la circulation des personnes, la santé, l’éducation, la famille. Ces pratiques visent aussi à tester dans ces régions ultrapériphériques, des politiques migratoires qui sont ensuite éventuellement reprises dans l’Hexagone.

18Le lien de dépendance aux anciennes puissances coloniales (France) ou aux nouvelles puissances économiques (Chine, Inde, Brésil) contribue à alimenter les axes de circulation des professionnels de santé qui, du Nord, partent tenter l’aventure de la médecine sous les tropiques, ou du Sud, tentent une promotion sociale vers d’autres Sud ou vers les Nord. Quant aux malades issus de milieux, de régions ou de pays plus pauvres, ils se dirigent vers ces territoires français pour y trouver la prise en charge la mieux garantie. L’imaginaire colonial de l’Autre et sur l’Autre continue d’alimenter des représentations de l’altérité sanitaire et, par conséquent, de la légitimité des migrants dans l’accès aux soins et à leurs métiers. Cette altérisation, qui finit par rejeter les professionnels et les malades migrants, combine bien souvent un renforcement des anciennes frontières coloniales avec leur héritage de rapports sociaux racialisés, mais aussi de rapports de classe et de sexe (même si ce dernier critère n’est pas abordé dans les textes), et une reconfiguration des rapports géopolitiques articulant exception juridique, libéralisme économique, protectionnisme sanitaire et solidarité sociale. Ainsi, en décortiquant les frontières que reproduit le droit contemporain, apparaît nettement la continuité coloniale sur les terres ultramarines (Blanchard et Duflo, 2009 ; Saada, 2007).

19Toutefois, les articles montrent aussi combien, à ces couloirs coloniaux, se superposent d’autres routes plus ou moins anciennes, qui sont celles de la globalisation et de la reproduction de rapports de dépendance locale, entre des pays d’une même région partageant une histoire commune en dehors de la colonisation française. Juliette Sakoyan analyse la façon dont chaque île, chaque région, chaque pays devient le satellite, la périphérie voire le “Sud” de son voisin, au gré d’une hiérarchie de qualité des systèmes socio-sanitaires, ou de réseaux sociaux, familiaux et financiers spécifiques. Sont aussi déterminantes les politiques institutionnelles qui visent à fabriquer les citoyens d’un côté, les étrangers de l’autre, et à établir de nouvelles frontières institutionnelles de l’identité et de la légitimité des personnes à avoir accès aux soins et à circuler entre ces régions. Les Comores deviennent ainsi le “Sud” de Mayotte, le “Sud” de La Réunion, le “Sud” de la France, et les malades des “Sud” et les professionnels des “Nord” s’y croisent dans des mouvements géo-politiques et sanitaires hiérarchisés. Le Surinam devient le satellite de la Guyane, ce qui se traduit, comme aux Comores et à Mayotte, par l’établissement de conventions internationales (de limitations) de prises en charge sanitaires des migrants étrangers vers les départements français et de reconductions rapides dans leurs pays d’origine après (voire avant) leurs recours aux soins.

20Les contributions de ce dossier permettent de mieux comprendre comment les nouveaux axes Sud-Sud se dessinent sur les traces d’histoires anciennes, comment s’exerce l’attraction des pays émergents proches et quels sont les effets de cette attraction sur les réseaux migratoires familiaux ou plus larges. Pour les Comoriens, la Tanzanie ou l’Inde deviennent les nouveaux lieux de transit et de destinations pour les malades, dont les expériences empruntent parfois plus à des logiques de survie qu’à du « tourisme médical ».

21En outre, les formes d’accueil ou de rejet de ces migrants dans des structures de soin étrangères, et les politiques développées à leur endroit dans chaque pays au sein de rapports géopolitiques et sanitaires globalisés, délimitent ce qu’il est maintenant convenu d’appeler les « géopolitiques du care », que Juliette Sakoyan définit comme « des logiques de répartition/distribution de la reconnaissance de l’autre en fonction d’enjeux politiques » (dans ce numéro).

22Ainsi, les lois sur les flux migratoires ne se limitent pas à vouloir “arrêter” la mobilité : elles la domestiquent (Walters, 2004), procédant à des requalifications de qui est légitime à entrer officiellement sur le territoire et y vivre. Dans le même temps, l’existence d’une population d’étrangers de l’intérieur, exclue de l’accès aux droits au cœur même de la cité, sert les nouvelles exigences de “flexibilité” des économies, formelles ou informelles soumises aux exigences de globalisation.

23Au Nord, c’est la reconfiguration des rapports Ouest-Ouest et Ouest/Sud/Est qui se joue au sein même des politiques migratoires et des choix gouvernementaux et institutionnels, en termes de recrutement des professionnels de santé étrangers, et particulièrement des médecins diplômés à l’étranger. Marie-Jeanne Blain, José Carlos Suarez-Herrera et Sylvie Fortin mettent en perspective, dans le contexte québécois et canadien, les parcours d’intégration de ces migrants candidats à un poste de professionnel de santé, leurs pays d’origine et leur formation, et les idéologies néolibérales de flexibilisation et de précarisation de travailleurs pourtant qualifiés qui sont contraints à des parcours de dé/requalification et d’accréditation, pouvant retarder de cinq à dix ans leur retour à une pratique médicale. Au sein des continents d’origine de ces candidats médecins, les pays occidentaux (d’Océanie et d’Europe) semblent fournir une garantie d’intégration professionnelle au Canada plus importante que les pays du Sud (Afrique) ou de l’Est (Asie, Moyen Orient). Les réseaux de circulation Ouest-Ouest, la reconnaissance politique et institutionnelle des formations reçues, et les similarités linguistiques, sociales et culturelles semblent autant d’atouts pour des médecins qui peuvent plus facilement franchir les mailles et les frontières d’une immigration choisie sur des critères élitistes. À l’inverse, les originaires des pays du Sud et de l’Est sont l’objet de plus de contrôles et de soupçons quant à leurs compétences, qui sont autant de vecteurs d’inégalités, voire de discriminations, dans les parcours et expériences d’intégration.

Sortir d’une vision idéaliste des compétences individuelles à la mobilité

24Les trois textes de notre dossier soulignent aussi la nécessité de produire une nouvelle théorie de la mobilité et des circulations et de l’analyse des parcours individuels. Si une certaine anthropologie avait permis de penser les contraintes politiques et les violences structurelles produisant ou empêchant les mobilités individuelles et les discriminations afférentes (Fassin, 1999 ; Farmer, 1999), les théoriciens de la mobilité (Tarrius, 2000, 2007) ont favorisé une approche mettant en exergue les compétences et les ressources déployées par les migrants, afin de s’adapter aux normes et contraintes institutionnelles et politiques. M.-J. Blain et al rappellent que, plus récemment, des auteurs tels que Smith et Favell (2006) ont remis en question « une vision idéaliste de l’intégration de migrants, selon laquelle leur capital humain et leurs choix conditionneraient leurs trajectoires individuelles, en faisant abstraction des normes et contraintes sociales »(dans ce numéro).

25Ainsi, en Guyane, Estelle Carde dénoue les rouages politiques, institutionnels et individuels des processus de discriminations et d’inégalités qui empêchent les migrants de bénéficier des protocoles d’aide et de protection sociale auxquels ils ont droit sur le territoire français, et que certains réussissent à revendiquer toutefois — éventuellement sur les conseils de médecins bienveillants —, en utilisant des compétences sociales telles que les attestations de résidence de complaisance délivrées par des proches. Aux Comores, Juliette Sakoyan montre comment, dans le contexte de circuits de soins globalisés, les Comoriens qui réussissent à survivre aux dédales et aux bouleversements provoqués par l’expérience des circulations internationales sont ceux qui ont pu développer un « savoir-migrer » nourri non pas tant de leurs compétences et ressources personnelles, mais surtout de l’expérience d’autres migrants, proches, familles, ou aidants, qui est construite et transmise dans l’articulation avec d’autres registres migratoires. Ici encore, les inégalités de « savoir-migrer » et de « pouvoir-circuler » émergent plus en fonction des types de contextes et des axes migratoires empruntés que des compétences personnelles. L’axe Sud-Sud Comores-Tanzanie permet une articulation d’un registre migratoire thérapeutique à un registre commercial, alors que l’axe Comores-Mayotte-Réunion-France marqué par les inégalités Sud-Nord de dépendance à la France, contraint aux seules logiques de survie, dont semblent exempts uniquement les plus fortunés.

26Les professionnels de santé n’échappent pas à cette détermination politique et structurelle de leurs conditions de migration. Marie-Jeanne Blain et ses collègues insistent sur la juxtaposition de politiques migratoires favorisant les migrations temporaires pour compenser les pénuries de personnels, et le refus de l’intégration citoyenne des médecins diplômés à l’étranger. Cette juxtaposition contribue à la production d’une « exclusion subtile » qui éloigne parfois durablement les médecins migrants de la vie professionnelle, politique et sociale du Canada. Ajoutée au lourd et complexe processus d’accréditation qui reconnaît ou non le titre de médecin, cette logique libérale est productrice d’un fort sentiment de vulnérabilité, de discrédit et d’isolement qui accompagne parfois une expérience d’exclusion, de domination ressentie, voire de discrimination, que vivent aussi sous d’autres latitudes les patients étrangers des hôpitaux de Guyane, de Mayotte ou de Dar Es Salaam.

La nécessité de croiser les échelles d’analyse de façon critique et de redéfinir les notions phares

27La mise en évidence des différentes logiques qui caractérisent aujourd’hui les circulations de santé n’est possible qu’en croisant différentes échelles d’analyse. Comme ceux du numéro 3, les textes du présent dossier explorent tour à tour les niveaux macro, méso et microsociaux. Ils examinent les contextes historiques, économiques et géopolitiques des rapports internationaux et leurs incidences sur les axes de circulations empruntés ; ils étudient les effets des politiques publiques de santé et de migrations sur le destin des personnes et sur la gestion du corps souffrant ; ils analysent les rapports sociaux et les relations interpersonnelles (entre professionnels, malades, aidants et familles) qui rendent possibles ou non — voire renforcent — les inégalités dans l’application des recommandations politiques ; enfin, ils observent au plus près le vécu des patients et des professionnels et la façon dont ces cadres politiques et sociaux se répercutent sur leurs expériences de vie, de santé, de travail, de migrations et déterminent leur qualité de vie et de soin.

28Cette nécessité méthodologique est imposée par la nature même des circulations contemporaines et leur complexité, qui engagent tous les niveaux de l’expérience individuelle et des rapports sociaux et politiques. Elles imposent par la même occasion une vigilance théorique particulière et une redéfinition des concepts et notions utilisés dans un champ largement labouré par les sciences sociales, dans des orientations parfois très divergentes. À ce titre, la notion de frontière est exemplaire parce que sa complexité et sans doute les paradoxes de son usage se trouvent mis à nu par l’empirisme des données sur les circulations thérapeutiques. Certains travaux remettent en question la notion de frontière géographique ou politique en se focalisant sur les déplacements transfrontaliers des riches et des moins riches (Pordié, 2011 ; Bochaton, 2010). D’autres mettent en évidence la nécessaire redéfinition des frontières du corps, souffrant ou objet de soin, dans le contexte de fragmentation capitaliste induit par la globalisation (Scheper-Hughes, 2000) qui pousse les individus à des recours thérapeutiques morcelés, sur des marchés de soins très spécifiques dans différentes régions de la planète. Représentatifs de cette complexité sémantique, les textes de ce dossier montrent aussi la nécessité de repenser les frontières institutionnelles (et leurs usages zélés ou transgressifs par les différents acteurs, professionnels et usagers) qui déterminent les nouveaux cadres de la citoyenneté et de la légitimité thérapeutiques et ceux des dispositifs du soin, du care, ou même de la répression. Il soulignent, enfin, combien toutes ces frontières sont inter-reliées et participent à la fabrique de nouvelles expériences de santé individuelles, collectives et politiques.

29Certes, ce dossier n’explore pas toutes les thématiques relatives aux circulations thérapeutiques : nous regrettons de n’avoir pas pu publier de textes sur leur dimension genrée, notamment dans le cas du recours aux migrants pour la mise en place de politiques de care spécifiques à l’endroit des personnes âgées ou des enfants, et nous réjouissons donc de pouvoir envisager de telles publications dans des numéros ultérieurs de cette revue.

30En revanche, la concision du dossier permet de mettre en lumière un “concentré” de situations migratoires dans le champ de la santé typiques des circulations thérapeutiques. D’un côté, les soignants sont présentés comme des migrants étrangers, des nationaux sédentaires, mais aussi comme des migrants nationaux dans le cas de l’Outre-mer. De l’autre, les malades sont suivis au travers des frontières géographiques et politiques, mais aussi sur les lignes des distinctions sociales et juridiques : ils sont tantôt des étrangers de l’intérieur, tantôt de l’extérieur. Or, les uns et les autres se retrouvent dans des situations de rencontre de plus en plus complexes, où la médecine n’est plus seulement, comme auparavant, le savoir détenu par les premiers, mais une technique globalisée ; et où les maladies des seconds, de la plus bénigne à la plus grave, peuvent avoir parcouru des milliers de kilomètres.

Haut de page

Références

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ABELES M., 2006. Politique de la survie. Paris, Flammarion.

Anthropologie & Santé, n° 3 « Médecines, mobilités et globalisation », MULOT S., MUSSO S. et SAKOYAN J. (dir), en ligne : http://anthropologiesante.revues.org/718.

ARENDT H., 1982. L’impérialisme, Paris, Fayart.

BENOIT C., 2009. « Un domaine de dérogation. Les outre-mers », en ligne : http://www.cettefrancela.net/volume-1/descriptions/article/un-domaine-de-derogations, (page consultée le 30/10/2012).

BLANCHARD E. et DUFLO, M., 2009. « Départementalisation de Mayotte : les frontières coloniales renforcées ? », Rue 89, 28 mars 2009.

BOCHATON A., 2010. « Recours aux soins transfrontaliers et réseaux informels : l’exemple lao-thaïlandais ». In MOULLÉ F. et DUHAMEL S. (dir.), Frontières et Santé. Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers. Paris, l’Harmattan : 145-165.

CAHIERS DU CEDREF, 2008. N° 16 « Femmes, genre, migrations et mondialisation ».

D’HALLUIN-MABILLOT. E., 2012. Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon. Paris, EHESS.

DORLIN E., 2005. « Dark care : de la servitude à la sollicitude », In PAPERMAN P. et LAUGIER S. (dir.), Le souci des Autres. Ethique et Politique du Care, Raisons Pratiques, 16 : 87-97.

FALQUET J., HIRATA H., KERGOAT D., LABARI B., LE FEUVRE N., et SOW, F. (dir.) 2010, Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail. Presses de Sciences Po.

FARMER P., 1999. Infections and inequalities. University of California Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

FASSIN D., 1999. « L’indicible et l’impensé. La “question immigrée” dans les politiques du sida », Sciences Sociales et Santé, 17 (4) : 5-36.
DOI : 10.3406/sosan.1999.1472

FASSIN D., 2001. « La globalisation et la santé. Eléments pour une analyse anthropologique », In HOURS B. (dir.), Systèmes et politiques de santé. De la santé publique à l’anthropologie. Paris, Karthala : 24-40.

FASSIN D., 2002. « L’invention française de la discrimination », Revue Française de Sciences Politiques, 52 (4) : 403-423.

FASSIN D., 2010. La raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent. Paris, Éditions de l’EHESS (avec Le Seuil/Gallimard).

FELDMAN I. et TICKTIN M.-I. (eds.), 2010. In the Name of Humanity: The Government of Threat and Care, Duke University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

GOODALE 2006. « Toward a Critical Anthropology of Human Rights », Current Anthropology, 47 (3): 485-511.
DOI : 10.1086/503061

GREEN N., 2002. Repenser les migrations. Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

MASSÉ R., 2001. « La santé publique comme projet politique et projet individuel », In HOURS B. (dir.), Systèmes et politiques de santé. De la santé publique à l’anthropologie. Paris, Karthala : 41-66.
DOI : 10.1522/030163609

MOLINIER P., 2005. « Le care à l’épreuve du travail. Vulnérabilités croisées et savoir-faire discrets », In PAPERMAN P. et LAUGIER S. (dir.), Le souci des Autres. Ethique et Politique du Care, Raisons Pratiques, 16 : 299-316.

MUSSO S., 2012. « Etre régularisé au titre de la maladie en France », in Corps, 10 « Corps des affects. Corps en migrations », CNRS Editions : 153-163.

NAUDÉ A.J., 2000. « Le saturnisme, une maladie sociale de l’immigration », Revue Hommes et migrations, 1225, mai-juin : “Santé, le traitement de la différence” : 13-22.

NGUYEN V.K., 2010. The Republic of Therapy: Triage and Sovereignty in West Africa’s Time of AIDS. Durham, NC : Duke University Press.

PANDOLFI M., 2002. « Moral Entrepreneurs, souverainetés mouvantes et barbelé : le bio-politique dans les Balkans post-communistes », Anthropologie et Sociétés, 26 (1) : 29-50.

PARRENAS R.-S., 2001. Servants of globalization. Women, migration and domestic work. Stanford University Press.

PETRYNA A., 2002. Life exposed. Biological citizens after Chernobyl. University of Princeton Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

PORDIE L., 2011. « Se démarquer dans l’industrie du bien-être. Transnationalisme, innovation et indianité », Anthropologie & Santé, n° 3 « Médecines, mobilités et globalisation », en ligne : http://anthropologiesante.revues.org/805.
DOI : 10.4000/anthropologiesante.805

REVUE EUROPÉENNE DES MIGRATIONS INTERNATIONALES, 2012. Expériences de la santé en migration, 28 (2), Cognet M., A.-C. Hoyez, C. Poiret (dir).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ROSENTHAL A., 2007. “Battling for survival, battling for moral clarity: “illegality” and illness in the everyday struggles of undocumented HIV+ women migrant workers in Tel Aviv”, OIM International Migration, 45 (3): 134-156.
DOI : 10.1037/e618142011-009

SAADA E., 2007. « Un droit post-colonial », Plein Droit. Revue du GISTI, 74: 13-16.

SCHEPER HUGHES N., 2000. « The Global Traffic in Human Organs », Current Anthropology. 41(2): 191-211.

SMITH M.P. et FAVELL A. (éd.), 2006. The human face of global mobility: International highly skilled migration in Europe, North America and the Asia-Pacific. New Brunswick, NJ, Transaction Publishers.

TARRIUS A., 2000. Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires. Editions de l’Aube.

TARRIUS A., 2007. La remontée des Sud. Afghans et Marocains dans l’Europe méridionale, Editions de l’Aube.

VAUSE S., 2009. « Genre et migrations internationales sud-nord. Une synthèse de la littérature », en ligne : http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/demo/documents/31._Sophie_Vause.pdf. (page consultée le 25/10/2012).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

WALTERS W., 2004. « Secure Borders, Safe Haven, Domopolitics », Citizenship Studies, 8(3): 237-260.
DOI : 10.1080/1362102042000256989

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

WILLEN S., 2008. « L’hyperpolitique du “Plus jamais ça !” : demandeurs d’asile soudanais, turbulence gouvernementale et politiques de contrôle des réfugiés en Israël », Cultures & Conflits, 71 : 93-112.
DOI : 10.4000/conflits.16833

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

WILLEN S., 2012. « Migration, “illegality,” and health: Mapping embodied vulnerability and debating health-related deservingness », Social Science and Medicine, 74 (6): 805-811.
DOI : 10.1016/j.socscimed.2011.10.041

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

YEATES N., 2012. « Global care chains: a state-of-the-art review and future directions in care transnationalization research », Global Networks, 12: 135–154.
DOI : 10.1111/j.1471-0374.2012.00344.x

Haut de page

Notes

1  Les discussions et raisons de ce choix terminologique ont été largement évoquées dans l’introduction du numéro cité.

2  http://www.medecinsdumonde.org/Presse/Communiques-de-presse/France/LANCEMENT-D-UNE-PETITION-Medecine-et-immigration-non-aux-liaisons-dangereuses (page consultée le 9 novembre 2012).

3  Au point qu’un numéro entier du Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire lui a été consacré.

4  L’attention a été récemment portée sur le fait qu’il faut se garder de l’usage d’une perspective de « global care chain » uniquement en lien avec les migrations des femmes (Yeates, 2012).

5  Et parce que ces rapports sont imbriqués, il est possible de faire l’histoire du travail de care au prisme de celle de la hiérarchisation des femmes entre elles (Dorlin, 2005).

6  « Deserving » signifie « méritant, louable », le suffixe « -ness » transforme l’adjectif en nom abstrait qui a valeur de notion si ce n’est de concept.

7  « Les présuppositions morales qui les sous-tendent, ici identifiées comme des façons locales de reconnaître le mérite sur la base de la santé, restent manifestement peu étudiées. » (notre traduction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Musso, Juliette Sakoyan et Stéphanie Mulot, « Migrations et circulations thérapeutiques : Odyssées et espaces », Anthropologie & Santé [En ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 28 novembre 2012, consulté le 18 avril 2014. URL : http://anthropologiesante.revues.org/1040

Haut de page

Auteurs

Sandrine Musso

Enseignante-chercheure (MCF) à Aix-Marseille Université, GReCSS/Centre Norbert Elias UMR 8562
GReCSS, MMSH – 5 rue du Château de l’Horloge – BP 647– 13094 Aix-en-Provence
sandrinemusso@gmail.com

Articles du même auteur

Juliette Sakoyan

Post-doctorante ANR au DySOLA/Université de Rouen et membre correspondant du GReCSS/Centre Norbert Elias UMR 8562

Articles du même auteur

Stéphanie Mulot

Professeure de sociologie et anthropologie, Université Toulouse 2 Le Mirail, chercheure au LISST UMR 5193

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page