Navigation – Plan du site
Dossier

(Dé)classer la “médecine populaire” en Suisse: de la suspicion de charlatanisme à la reconnaissance patrimoniale

(De)classifying “folk medicine” in Switzerland: from charlatanism to patrimonial recognition
Julie Perrin

Résumés

En caractérisant le patrimoine culturel immatériel (PCI) comme « creuset de la diversité culturelle », l’UNESCO a démontré sa volonté de reconnaître les pratiques culturelles marginalisées. Cependant, le processus d’identification mené par les Etats parties dans le cadre de la Convention 2003 tend à exclure certaines expressions du PCI. Dans le contexte de son implémentation suisse, cette étude examine la patrimonialisation de pratiques liées à la “médecine populaire”. S’appuyant sur une enquête ethnographique, elle rend compte de la trajectoire sociohistorique de cette catégorie et de la manière dont la fabrique du patrimoine implique divers ajustements de ces pratiques. Ces ajustements les adaptent aux standards internationaux et les incorporent aux représentations culturelles hégémoniques. L’étude conclut que la requalification de ces pratiques dans une logique patrimoniale prend en considération le système formel de santé et reproduit les hiérarchies médicales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Source : UNESCO. 2003. Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel [en ligne], (...)

1En tant que promoteur du patrimoine culturel immatériel, l’UNESCO joue un rôle essentiel dans le mouvement d’extension et d’universalisation du champ patrimonial. Avec la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (ci-après la Convention) de 2003, il élargit la notion de patrimoine à un vaste ensemble de pratiques sociales, plus ou moins ordinaires. En caractérisant le patrimoine culturel immatériel (ci-après PCI) comme « creuset de la diversité culturelle »1, l’UNESCO a clairement démontré sa volonté de reconnaître officiellement des pratiques culturelles historiquement marginalisées. Cependant, les processus d’identification des éléments du PCI menés par les États parties dans le cadre de la Convention tendent à exclure certaines expressions culturelles en faveur d’autres. La représentation d’une culture promotrice de paix mobilisée par l’UNESCO d’une part, et le faible pouvoir contraignant de la Convention d’autre part, favorisent à leur tour cet état de fait.

  • 2  S’appuyant sur une enquête ethnographique initiée en novembre 2009, ma thèse en anthropologie fait (...)
  • 3  Ces observations ont été menées lors de séances de travail d’experts, de manifestations organisées (...)

2En 2008, la Suisse a ratifié la Convention et a procédé à l’identification du PCI sur son territoire. Autrefois contestées, dévalorisées et déclassées, certaines pratiques associées au domaine communément appelé “médecine populaire” ont été reconnues comme PCI national. Cet article interroge comment les experts patrimoniaux les ont classées (ou pas) en tant que tel et a pour but de comprendre ce que reflète ce processus d’inclusion et d’exclusion. Les données ethnographiques2 mobilisées pour cet article sont issues de 18 entretiens semi-directifs avec des experts patrimoniaux, de même que de l’analyse de sources historiques et de situations d’observation3.

3Avant de passer à l’analyse du processus de patrimonialisation, il importe de retracer la trajectoire de la catégorie “médecine populaire” dans ses différents contextes historiques, puisque la patrimonialisation sous le label PCI n’a pu intervenir qu’à la suite de plusieurs mouvements de patrimonialisation successifs. Dans une deuxième partie, les mécanismes d’identification du PCI en Suisse et les résultats touchant au domaine de la “médecine populaire” seront décrits et examinés.

Ambiguïté et hétérogénéité de la “médecine populaire”

Le charlatan et le paysan

4Il convient tout d’abord de s’arrêter sur le terme “médecine populaire” afin de mettre en relief les significations que cette notion comporte dans le sens commun. Dans son article sur la “médecine populaire” publié dans le Dictionnaire historique suisse, Eberhardt Wolff établit que le sens actuel attribué à celle-ci remonte à la fin du 19ème siècle, période où la notion fut restreinte aux « pratiques généralement irrationnelles, issues de traditions ancestrales, s’opposant à la médecine savante et souvent assimilées à des superstitions » (Wolff, 2011). Il précise également que ces pratiques ont constamment été présentées « comme quelque chose d’isolé et de singulier » (Ibid.). Cette définition souligne bien le rapport ambigu entretenu entre ces pratiques et les représentations collectives. Ces dernières continuent de louer l’“authenticité intacte” de leurs origines “anciennes”, “populaires” et “locales”, tout en s’interrogeant sur (voire en accusant) leur caractère “irrationnel” et “superstitieux”.

  • 4  Pour une étude de différentes pratiques de guérison dans le contexte belge, voir Schmitz (2005).
  • 5  Le reboutement est une technique empirique de manipulation mécanique du corps souffrant visant à “ (...)
  • 6  « Die Volksmedizin war und ist aber nicht als ein einheitliches traditionelles System zu betrachte (...)

5Malgré des tentatives historiques visant à discréditer ces pratiques, elles sont aujourd’hui répandues dans toute la Suisse et s’inscrivent dans des trajectoires thérapeutiques plurielles (Durisch-Gauthier et al., 2007). Souvent décrite en des termes essentialistes comme étant aussi « vieille que le monde », la “médecine populaire” regroupe toutes sortes de catégories de pratiques4 visant à recouvrer la santé. Les prières de guérison, l’imposition des mains, le reboutement5 ou encore les « recettes de grand-mère » à base de plantes en font partie. Bien que ces pratiques aient des caractéristiques communes, elles ne peuvent être observées comme un « système traditionnel uniforme », mais au contraire comme une « collection de représentations variées de maladies et méthodes de traitements6 » (Häner, 2008 : 9).

6Les caractéristiques principales de ces pratiques peuvent être brièvement décrites comme suit. Premièrement, elles témoignent d’une vision spirituelle du monde et leur transmission résulte d’une “élection divine” qui passe sous la forme d’un “don”, témoignant d’une capacité extraordinaire à entrer en contact avec l’invisible et la nature. Ce “don” est transmis soit oralement par un intermédiaire praticien qui a décelé les “dispositions naturelles de l’élu”, soit directement par Dieu (appelé par certains « le Créateur » ou « la Source »). Ensuite, l’origine divine de leurs “dons” reçus “gratuitement” reste majoritairement interprétée comme une interdiction de demander une compensation financière à leurs services. Enfin, la réputation des “guérisseurs” joue un rôle primordial et leurs pratiques sont soumises au contrôle social.

7La trajectoire sociohistorique de la catégorie “médecine populaire” a été marquée par deux figures particulières : celle du charlatan (Tagini, 1960), élaborée par les médecins, et celle du paysan, attachée à la construction de la culture populaire comme patrimoine national.

  • 7  Il s’agit de guérisseurs, sages-femmes, chirurgiens, pasteurs, etc.
  • 8  Tout comme le diagnostic de maladies, la fabrication et la distribution de produits thérapeutiques (...)

8Au 18ème siècle, deux éléments caractérisent l’offre de soins de santé en Suisse : d’une part, la cohabitation de médecins officiellement diplômés et de praticiens empiriques7 qui collaborent parfois (Louis-Courvoisier, 2001) ; d’autre part, la révolution commerciale qui voit l’expansion de nouveaux produits thérapeutiques en tous genres (Porter, 1989 ; Gentilcore, 2006), dont certains sont prétendument miraculeux. Le 19ème siècle est quant à lui témoin d’un conflit de légitimation qui oppose les médecins aux “traditions locales”. Ceux-ci s’organisent en syndicats et forgent lentement leur identité professionnelle. Afin de se démarquer des praticiens empiriques, ils agissent sur deux plans. D’une part, ils intensifient juridiquement leur contrôle sur le domaine des soins de santé (Léonard, 1981 ; Thomas, 1941). En 1877, la Loi fédérale suisse sur les professions médicales détermine qui est autorisé (ou pas) à pratiquer la médecine. Ainsi est qualifiée de “charlatan” toute personne exerçant la médecine sans diplôme ni autorisation officiels. Comme Barras l’analyse, la définition de la pratique médicale dans un cadre juridique autorise dès lors les syndicats de médecins à poursuivre en justice leurs concurrents empiriques, transformés désormais en praticiens illégaux (Barras, 1999 : 272). La fabrication et la distribution de produits thérapeutiques8 restreintes aux professions médicales sont quant à elles déterminées dès 1900 par l’Office intercantonal de contrôle des médicaments, puis par la Loi fédérale sur les stupéfiants de 1924. D’autre part, les médecins souhaitant se démarquer des praticiens empiriques définissent, d’un point de vue déontologique, quelles sont les « bonnes pratiques médicales ». Tout praticien, diplômé ou pas, suspecté d’être appâté par le gain et de profiter de l’ignorance des gens malades en prétendant les guérir, s’oppose à l’éthique professionnelle émergente. Ainsi, la professionnalisation des médecins aboutit à la définition légale et déontologique des « bonnes pratiques médicales » et détermine le système formel de santé. Ces “bonnes pratiques” produisent des « concepts résiduels » (Hafstein, 2011 : 83) dont les médecins cherchent à se distinguer : c’est à travers l’invention de ses contraires (la “médecine populaire” et le “charlatanisme”) que la norme médicale “moderne” est définie (Hafstein, 2011 : 83).

  • 9  Pour une analyse historique de cette critique médicale de la “modernité”, se référer à Barras et L (...)
  • 10  Geiger P., WEISS R., Escher W., Liebl E. et Niederer A. (éds.), 1950-1995. Atlas de folklore suiss (...)

9Cependant, dès le 18ème siècle, des critiques de la “modernité” apparaissent également. Plusieurs médecins accusent la “civilisation” et son oisiveté raffinée de produire de nouveaux désirs insatiables qui corrompent la santé des citoyens urbains9. Ils célébrent alors le mode de vie rural comme étant sain, innocent et en harmonie avec la nature. Cet éloge du monde paysan, récurrent également dans les écrits des folkloristes, n’est pas propre à la Suisse. Il participe au mouvement européen de construction des identités nationales par une élite urbaine et témoigne du « renversement volontariste de la légitimité culturelle, qui place l’authenticité dans le “bas” social », à l’opposé d’une « culture lettrée, transnationale » (Thiesse, 1998 : 267-268). Ainsi, le paysan préservé de la “modernité” devient le dépositaire “naturel” des vertus nationales originelles et authentiques dont il faut se presser de collecter les derniers témoignages. L’inventaire dès 1937 des traditions rurales en Suisse, qui donnera lieu à l’Atlas de folklore suisse10, fait la part belle à la “médecine populaire”. Il est la manifestation significative de ce sentiment d’urgence à collecter les « dernières traditions authentiques » pour mieux cultiver leurs mémoires.

10Ainsi, par un amalgame de catégories adjectivales associées au terme “populaire” (“traditionnel” ; “issu du peuple” ; “apprécié du plus grand nombre” ; “rural”), la catégorie “médecine populaire” est depuis le 19ème siècle traversée par différents imaginaires qui la dévalorisent – mobilisés ici par les médecins en voie de professionnalisation – ou la (sur)valorisent – véhiculés ici par l’élite urbaine et les folkloristes. Néanmoins, tous mobilisent une conception hiérarchique de la culture, composée d’un “bas” et d’un “haut” culturel.

  • 11  Notons que déjà au 18ème siècle, les médecins, leurs privilèges et « l’obscurantisme mesquin de la (...)
  • 12  Source : Organisation mondiale de la santé. 1978. Déclaration d'Alma-Ata sur les soins de santé pr (...)

11Depuis la seconde moitié du 20ème siècle, plusieurs critiques érodent la légitimité du monopole professionnel des médecins11, particulièrement dans les années 1970 durant lesquelles l’efficacité de la biomédecine est questionnée. Deux mouvements en résultent. Le premier consiste au renforcement biomédical du paradigme apparu dans les années 1950-1960 définissant la pratique médicale “moderne” et se basant sur l’introduction de la statistique dans la recherche médicale et le recours systématique à des essais randomisés en double aveugle (Marks, 1999). Le deuxième mouvement est marqué par la Déclaration d’Alma-Ata12 de 1978 par laquelle l’Organisation mondiale de la santé reconnaît officiellement l’utilité de la « médecine traditionnelle » (par opposition à la médecine savante, académique) pour la santé publique, marquant ainsi une rupture avec les conceptions précédentes de la “médecine populaire”.

12Le monopole professionnel des médecins s’est donc patiemment construit jusqu’à devenir une réalité institutionnelle et sociale, en s’imposant dans le champ médical par deux moyens : la définition et le contrôle. Définir la pratique légale de la médecine, ses règles déontologiques, les critères d’efficacité thérapeutique et la circulation des produits thérapeutiques a permis de circonscrire et consacrer les « bonnes pratiques médicales ». La création d’organismes de contrôle et de régulation corporatistes et étatiques (comme l’Ordre des médecins et les Facultés de Médecine) participe au maintien de ce monopole et des privilèges accordés aux professions médicales universitaires. Depuis les années 1970 toutefois, la reconnaissance et la valorisation, entre autres, de la “médecine populaire” sont venues disputer l’hégémonie biomédicale promue par la corporation des médecins et le système formel de santé. Regardons à présent de plus près l’hétérogénéité des pratiques actuelles liées à la “médecine populaire” en Suisse afin de saisir leur réalité complexe, composite et mouvante.

« Nos Anciens » : (re)découverte et (re)composition d’un passé commun

  • 13  Ce processus fait partie d’« un mouvement plus vaste de mobilités des acteurs, des savoirs, des pr (...)
  • 14  Pour un historique des projets menés sur le sujet, voir Fondation Ling (2006).

13Le tournant des années 1990 en Suisse est marqué par un processus de redécouverte et d’ouverture aux pratiques liées à la “médecine populaire” (et, plus généralement, complémentaires)13 de la part de médecins et du gouvernement14, ainsi que des musées et des médias. Après une première série de documentaires au tournant des années 1970, une seconde série investit l’imaginaire du public par la mise en scène mystérieuse et sensationnaliste de ces pratiques. Les années 1990 sont aussi le début d’une succession de travaux académiques en anthropologie (Rossi, 2005) et en sciences médicales et paramédicales traitant des pratiques liées à la “médecine populaire”.

14Ce processus d’ouverture a plusieurs conséquences majeures. Premièrement, la documentation importante et le recueil de données réalisés contribue à mieux valoriser, faire connaître et reconnaître ces pratiques.

15Deuxièmement, depuis une décennie environ, les “guérisseurs” « sortent de l’ombre », parlent ouvertement de leurs pratiques et de leurs visions du monde à leurs patients, aux chercheurs et aux médias et en ce sens, produisent un discours « métaculturel » (Kirschenblatt-Gimblett, 2004), distancié et réflexif sur leurs pratiques et leurs univers.

  • 15  Bien que leurs règles de transmission se soient grandement assouplies, ce n’est pas le cas des pri (...)

16Troisièmement, le dévoilement et la nouvelle accessibilité de ces pratiques suscitent un engouement croissant de la population, qui en retour incite les praticiens empiriques à transmettre leurs savoirs et savoir-faire. En effet, depuis les années 1990, de nouvelles configurations formelles sont apparues : la plupart15 des pratiques liées à la “médecine populaire” peuvent être aujourd’hui apprises collectivement sous forme de cours ou de stage payants.

17Enfin, la valorisation des pratiques “traditionnelles” semble inciter les praticiens empiriques à se professionnaliser. Afin d’entrer dans la sphère médicolégale, nombreux sont ceux qui aujourd’hui choisissent de se former en médecines alternatives ou complémentaires. Certains d’entre eux se font reconnaître par le système d’assurance maladie complémentaire et doivent suivre des formations continues. A travers ces différentes formations, les praticiens découvrent, s’approprient et intègrent ainsi à leurs pratiques de nouvelles techniques et références issues entre autres des « traditions asiatiques » ou du New Age.

  • 16  Dans le champ de l’usage de plantes médicinales, des initiatives collectives sont néanmoins apparu (...)

18Malgré les changements liés à l’apparition de cours collectifs publics et à leur professionnalisation, les praticiens “empiriques” gardent très peu de contact entre eux16 et ne sont pas professionnellement organisés. De plus, tous les participants aux cours ne sont pas destinés à « devenir guérisseur », puisque les praticiens empiriques considèrent que ceci ne dépend pas d’un choix personnel mais résulte au contraire d’un processus d’élection “naturelle” et “spirituelle”. Ainsi, leurs comportements et représentations sont, selon eux, le résultat d’une réflexion personnelle et d’une approche individuelle, et certains aspects de la transmission et des pratiques restent cachés aux pairs comme aux personnes extérieures. En ce sens, ces praticiens sont loin de former cette “communauté” imaginaire, perçue comme une entité naturelle et morale, distincte et unique, solidaire et économiquement désintéressée (Noyes, 2006 : 31-32 ; Hafstein, 2011 ; Perrin, 2011b) que la Convention cherche à promouvoir et sur laquelle je reviendrai plus tard. Néanmoins, parmi les multiples références hétérogènes, ils se réfèrent tous à un passé imaginaire commun, cristallisé dans la figure locale de « leurs Ancêtres » ou « leurs Anciens » — “incarnés” par des personnes « de souche paysanne », vivant en « contact avec la nature », dont le « long vécu » est « emprunt de sagesse » — et en ce sens partagent une identité commune de “guérisseurs traditionnels”. Cette construction d’une histoire commune est basée sur une longue expérience de dénigrement — de la part de la corporation des médecins — et de marginalisation — de la part des folkloristes et des élites urbaines.

19Il importe encore de préciser que la figure du charlatan est aussi prégnante dans leurs discours. Elle désigne le praticien qui, gonflé d’orgueil et avide de pouvoir, connaît le succès. Celui-ci peut se manifester tant par une importante clientèle (souvent internationale) et des revenus financiers conséquents, que par une forte présence médiatique. Le “bon” praticien, lui, se distingue par un ensemble de valeurs morales chrétiennes (humilité, dévotions, charité) et sait se faire connaître sans chercher à se faire reconnaître.

20Certains “guérisseurs traditionnels”, en se professionnalisant, ont aujourd’hui intégré le champ des pratiques médicales alternatives et complémentaires. La volonté de reconnaître leurs pratiques dans le cadre de la Convention 2003 confronte les experts patrimoniaux à leur hétérogénéité. Les paragraphes suivant analysent la manière dont les experts (se) débattent (avec) les questions du classement de ces pratiques en tant que « savoirs traditionnels ».

La fabrique du patrimoine

Neutraliser l’incertitude

  • 17  Dans un souci de concision, les 26 cantons et demi-cantons seront cités sous le terme général de « (...)
  • 18  Pour une analyse générale de l’implémentation de la Convention dans le contexte suisse, voir Graez (...)

21En conformité avec les exigences imposées par la ratification par la Suisse de la Convention de l’UNESCO de 2003, l’Office Fédéral de la Culture (ci-après OFC) a dû établir une liste nationale du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le principe de subsidiarité résultant du contexte fédéral suisse implique que la politique culturelle soit sous la responsabilité des cantons17, dès lors chargés de proposer des éléments du PCI à l’OFC. Le processus d’identification du PCI en Suisse est expliqué dans le tableau suivant18 :

  • 19  Source : Office fédéral de la culture, 2012. Les traditions vivantes en Suisse [en ligne] http://w (...)

Phase 1 (septembre 2010-mars 2011)

Les cantons dressent l’inventaire du patrimoine culturel immatériel sur leur territoire, puis chaque canton envoie une sélection de sa propre liste cantonale au groupe de pilotage de l’OFC. 387 propositions cantonales sont soumises, dont dix en lien avec la médecine populaire.

Phase 2 (mars 2011-mai 2011) 

Le groupe de pilotage de l’OFC élabore la liste nationale du patrimoine culturel immatériel en Suisse en regroupant, incluant telles quelles ou excluant les propositions cantonales. Sur la base des 387 propositions des cantons, la liste nationale est composée de 167 éléments, dont cinq en lien avec la médecine populaire.

Phase 3 (mai 2011-septembre 2011)

Les cantons rédigent les dossiers finaux documentant les éléments proposés et retenus pour la liste nationale.

Phase 4 (septembre 2012 - en cours)

La liste nationale et ses contenus sont publiés sur un site Internet19. Sur la base de ses 167 éléments, l’OFC soumet en candidature à l’UNESCO six à douze éléments de la liste nationale pour figurer sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Tableau du processus d’identification du PCI en Suisse

  • 20  Source : Conseil fédéral suisse, 2007. Message relatif à la Convention pour la sauvegarde du patri (...)
  • 21  Dans un souci de concision, j’utiliserai le terme d’expert au masculin, bien que les groupes d’exp (...)

22Pendant l’élaboration de la Convention, la Suisse, parmi d’autres pays, a demandé à l’UNESCO une « définition précise, bien délimitée et concrète du champ d’application de la Convention »20. Or, l’UNESCO a opté pour une définition large et non exhaustive du PCI, qui laisse les Etats parties libres de l’interpréter. Cette “incertitude patrimoniale” (Debary, 2010) témoigne du défi dont relève l’identification du PCI national. Les cantons et l’OFC ont eu la délicate tâche de définir trois points : ce qui relève du patrimoine, à qui il appartient et qui en décide. Afin de légitimer leurs décisions d’inclure ou exclure tel ou tel élément, ils ont fait appel à des experts21. Comme l’observe Damien, l’expert est toujours « appelé dans un domaine reconnu conflictuel ou aventureux », dont « on sollicite moins l’expansion impérialiste de son savoir que la “capacité” intransmissible de faire face aux incertitudes, d’affronter les aléas d’une recherche aux enjeux concurrents » (Damien, 2001 : 19). Mandatés pour produire un argument qui serve à objectiver les pratiques à valoriser, les experts permettent de légitimer une prise de décision, par la suite assumée par l’OFC.

23Selon les moyens financiers et l’importance politique accordée au PCI par les autorités cantonales, les cantons ont puisé leurs forces parmi les experts au sein du Département cantonal des Affaires culturelles ou créé des commissions d’experts. En ce qui concerne la “médecine populaire”, les experts appartiennent à deux catégories. Pour la majorité, ce sont des spécialistes de la pratique ou du champ patrimonial. Quatre éléments les caractérisent : (1) ils travaillent dans des institutions patrimoniales (musées et archives) et/ou de recherches, financées par le canton ou la Confédération ; (2) ils ont majoritairement une formation d’ethnologue ou de folkloriste ; (3) ils se sont souvent personnellement engagés dans la valorisation patrimoniale de la pratique, avant la mise en place de la Convention, par la publication d’ouvrages sur le sujet, la participation à des conférences publiques et des émissions médiatiques ; (4) ils sont en majorité favorables à la reconnaissance de la pratique par le système formel de santé. L’autre catégorie d’experts regroupe quant à elle des acteurs du champ ayant une autorité locale et régionale (pasteur, agronome spécialisé dans la domestication de plantes médicinales), mais ne s’identifiant pas comme “guérisseur traditionnel”. Ceux-ci se sont souvent distingués par leur volonté de partager et transmettre leurs savoirs à travers notamment des manifestations publiques.

Accéder aux représentations culturelles hégémoniques

  • 22  Il s’agit de Fribourg et des quatre cantons de Suisse centrale qui mentionnent, dans les propositi (...)

24Parmi les dix propositions cantonales qui tissent un lien avec des pratiques « ancestrales et traditionnelles » associées à la “médecine populaire”, une moitié touche aux prières de guérison, l’autre aux connaissances et usages thérapeutiques de plantes. Ainsi, le magnétisme par imposition des mains et le reboutement, bien que mentionnés timidement dans deux des dix propositions cantonales22, ne font pas l’objet de proposition à part entière.

  • 23  En l’absence de traductions officielles de l’OFC, les traductions proposées ici sont signalées par (...)

25L’analyse comparative de ces dix propositions mériterait de nombreuses remarques. Je me limiterai toutefois à une présentation succincte, en me basant sur l’analyse des propositions cantonales, des entretiens menés auprès des différents experts impliqués et praticiens concernés, et enfin des réunions d’experts que j’ai observées. Afin de faciliter la compréhension de ce qui suit, voici un tableau récapitulatif des propositions cantonales auquel se référer23.

Tableau des 10 éléments associés à la “médecine populaire” soumis par les cantons à l’OFC en mars 2011 (Phase 1).

26Huit cantons catholiques (six en Suisse allemande et deux en Suisse romande) ont soumis cinq propositions autour de prières de guérison. Tous fournissent une vision traditionaliste de la pratique qui ne rend pas compte de récents changements tels que l’utilisation d’Internet, la personnalisation des prières, la transmission sans agents humains — à travers par exemple des livres diffusés à grande échelle —, ou les pratiques ésotériques inscrites dans une vision du monde qui regroupe des éléments hétérogènes externes issus par exemple des « traditions asiatiques » ou du New Age.

  • 24  Voir par exemple : Robert W., 1897. « Les prières pour le bétail », Archives suisses des tradition (...)
  • 25  Voir par exemple : Fleury N., 1994. Le secret dans le canton du Jura : approche anthropologique d’ (...)
  • 26  Citons par exemple la contribution de Chambaz, (op. cit.)  ou, plus tard, l’ouvrage à succès d’un (...)
  • 27  Pour une discussion des traditions populaires dans le contexte du régime de propriété, voir Hafste (...)
  • 28  Source : Office fédéral de la culture et Haute École de Lucerne, 2011.Liste der lebendigen Traditi (...)

27Ces pratiques ont été collectées par des folkloristes24 dès la fin du 19ème siècle dans l’ensemble de ces huit cantons. Depuis ces vingt dernières années, seules celles des cantons d’Appenzell Rhodes-Intérieures, Fribourg et Jura ont fait l’objet de recherches ethnographiques qui ont donné lieu à des ouvrages destinés au grand public ou du moins accessibles dans les bibliothèques publiques25, puis à des conférences publiques et des émissions médiatiques régionales auxquelles leurs auteurs étaient conviés. Dans la continuité des écrits folkloriques, les effets de ces contributions ethnographiques ont deux conséquences directes sur ces pratiques. Premièrement, elles ont dévoilé au grand public certains “secrets” de ces pratiques. Comme le démontre Hafstein, les folkloristes du début du 20ème siècle jugeaient les productions culturelles populaires comme étant « des produits de recyclage, sans auteur, appartenant à tous » (Hafstein, 2011 : 83). Certains n’hésitèrent donc pas à publier les prières de guérison elles-mêmes26, ce qui, semble-t-il, n’ôta rien à leur attrait mystérieux. Par la suite, les ethnologues se sont attachés à révéler, outre parfois le contenu des prières, leurs modes de transmission et univers symboliques. Ainsi, ces écrits ont levé un pan du monde mystérieux, secret et intime attaché aux prières de guérison en même temps qu’ils les ont fait entrer dans le domaine public27. Deuxièmement, du fait même du dévoilement et de la publicisation, les écrits ethnographiques semblent avoir influé sur la réception de ces pratiques comme en témoignent les propositions cantonales : partout où ces pratiques ont fait l’objet de recherches scientifiques récentes et diffusées (Appenzell Rhodes-Intérieures, Fribourg, Jura), elles sont « parfaitement intégrées à leur milieu social » , alors que les deux pratiques de Suisse centrale restent « socialement très taboues »28.

  • 29  Voir par exemple : Luyet B., 1928. « La médecine populaire à Savièse », Cahiers valaisans du folkl (...)
  • 30  Voir par exemple : Nicoller F., Nicoller G., 1984. « Les plantes dans la vie quotidiennes à Bagnes (...)
  • 31 Voir par exemple : Odermatt Niederberger E., 2007. « Kräuter und Liköre aus der Herrgotts-Apotheke (...)
  • 32  « traditionelle und natürliche Heilpraktiken ». 
  • 33  Source : Office fédéral de la culture et Haute école de Lucerne, (op. cit.)

28Les cinq propositions en lien avec les connaissances et usages thérapeutiques des plantes ont quant à elles été soumises par huit cantons ruraux (sept en Suisse allemande, une en Suisse romande). Toutes ont fait l’objet d’écrits folkloriques dans la première moitié du 20ème siècle29, puis ethnobotaniques30 et historiques31. Chacune des propositions concerne des constellations de connaissances et usages similaires, mais dans des configurations différentes. Les deux propositions (cantonale et nationale) Klosterapotheke d’Appenzell Rhodes-Extérieures et celle Kraüterwissen de Suisse centrale désignent les savoirs spécifiques de religieuses vivant dans des couvents. La proposition Naturheilkunde in Appenzell Ausserrhoden présente les « pratiques de guérisons traditionnelles et naturelles32 »33 qui, grâce à une législation cantonale libérale sur l’exercice de la médecine datant de 1871 (que la loi fédérale de 1877, refusée par scrutin, n’a pas réussi à abolir), ont pu s’épanouir de manière exceptionnelle localement et dans un cadre légal. Enfin, la proposition valaisanne met en avant quant à elle la collaboration entre les savoirs scientifiques et “populaires” impliqués dans la domestication et la production des plantes médicinales et aromatiques.

Une exigence technique : remplir les critères

  • 34  Source : UNESCO. 2010. Directives opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention pour la s (...)
  • 35  Ces critères sont: 1) Exhaustivité et intelligibilité de la demande; 2) Droit à déposer une demand (...)
  • 36  Source : Office fédéral de la culture et Haute école de Lucerne, 2010. Guide pour l’établissement (...)

29Le processus de patrimonialisation implique un petit nombre de jugements et évaluations contextuels et arbitraires, qui s’appuient sur des valeurs relatives. Il ressort des entretiens réalisés que les acteurs sociaux, y compris les experts patrimoniaux, ne sont pas toujours conscients de ces valeurs sous-jacentes, ni à l’aise pour les expliquer. Dans le contexte de la Convention, quelques directives ont été définies afin de procéder à une méthodologie plus ou moins commune. Inspiré par les directives opérationnelles de l’UNESCO pour l’inscription internationale34, l’OFC a établi sept critères35 pour la nomination d’éléments du PCI sur la liste nationale suisse36. Il serait intéressant de discuter en détail ces sept critères et de montrer comment les experts les appliquent. Je me restreindrai cependant à deux d’entre eux : la participation des détenteurs à la demande et l’appartenance aux domaines du PCI.

Participation des détenteurs à la demande

30La participation des détenteurs à la demande est une exigence dictée par l’UNESCO (art. 2, al. 2 de la Convention) qui se fonde sur une représentation romantique et idéelle d’une communauté de détenteurs, égalitaire et exempte d’intérêts divergents. Pour impliquer la société civile dans la mise en place de la Convention, des communiqués de presse furent diffusés par l’OFC et les cantons, invitant les détenteurs à contacter les autorités cantonales et proposer leurs pratiques pour la liste nationale. Dans le champ de la “médecine populaire”, seul un groupe de détenteurs s’est annoncé aux autorités cantonales : il s’agit de l’Association suisse de naturopathie, la corporation suisse des naturopathes, qui a initié la proposition Naturheilkunde. Pour les neuf autres propositions cantonales, les experts ont dû nommer eux-mêmes les détenteurs. Or, je l’ai précisé, il n’existe pas d’entités collectives corporatives de “guérisseurs traditionnels”. Il revint ainsi aux experts de désigner des communautés de détenteurs, autrement dit de les inventer (Hafstein, 2011), afin de répondre aux exigences de la Convention. Bien qu’elles décrivent une figure-type traditionaliste des détenteurs, les cinq propositions sur les prières de guérison ne définissent aucune communauté de détenteurs et désignent à cette étape le canton lui-même comme représentant de la pratique. Ainsi, le canton tout entier est désigné détenteur officiel de la pratique, au détriment des praticiens empiriques. Les quatre propositions restantes sur les connaissances et les usages thérapeutiques des plantes définissent quant à elles toutes des communautés de détenteurs, mais, selon les praticiens rencontrés, aucun des experts n’a pris contact avec eux pour les faire participer à la demande. Il s’agit, à cette étape, des religieuses vivant en couvent, d’une coopérative de paysans de montagne et de sociétés pionnières dans l’industrie de produits thérapeutiques naturels. Lorsque j’ai demandé aux experts comment ils ont appliqué le critère de participation des détenteurs, ils m’ont répondu, souvent accompagné de rires gênés, qu’ils n’en ont pas tenu compte. Ils ont invoqué plusieurs raisons à cela : ils n’ont pas été mis au courant par l’OFC ; ils ont suivi une directive de la hiérarchie cantonale ; à défaut de pouvoir contacter toutes les personnes concernées, ils ont préféré ne privilégier personne ; définir des représentants « légitimes » de ces pratiques était selon eux arbitraire et hors de leurs compétences ; ils ont voulu protéger les praticiens qui s’opposent à toute forme de publicité. Les raisons invoquées renvoient premièrement au concept de « théodicée laïque » utilisé par Herzfeld (1993) au sujet des systèmes bureaucratiques en Occident. L’auteur montre en effet que lorsque les droits d’individus ne sont pas pris en compte par les bureaucraties, une autorité supérieure est toujours invoquée comme responsable pour expliquer la manière dont les décisions sont prises de façon “mystérieuse”. Deuxièmement, les explications des experts renvoient à la représentation idéelle des communautés promue par la Convention, qui les conçoit comme distinctes, organisées et facilement identifiables, ce qui, je l’ai souligné précédemment, est loin de la réalité empirique. Enfin, elles renvoient à l’idée que cette reconnaissance officielle ne va aucunement, ou du moins pas de manière indésirable, avoir d’incidence sur les pratiques. Mais les postures adoptées reflètent également les enjeux politiques sous-jacents et sont, selon nombre d’experts, une manière de prévenir les éventuels effets indésirables de la participation des détenteurs dans le processus d’élaboration des propositions, tels que les risques de refus, d’instrumentalisation politique ou de demandes de subventionnement.

31Plus qu’un moyen de prévenir ce genre de risque, la communautarisation du PCI a pour effet d’incorporer les pratiques populaires du “bas” aux représentations culturelles hégémoniques du “haut” : « Ce processus de définition de la communauté, dotée d’experts extérieurs qui traduisent ses pratiques et expressions marginalisées dans l’ordre des représentations légitimes, montre comment la culture alternative résiduelle (…) est incorporée à la culture légitime » (Hafstein, 2011 : 90). L’absence de participation de concertation des détenteurs leur impose une définition unique de leurs pratiques.

Appartenance aux domaines du PCI

32La Convention détermine, sans en donner de définition, cinq domaines du PCI, parmi lesquels chaque proposition cantonale doit être classée :

  a- les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel

  b- les arts du spectacle

  c- les pratiques sociales, rituels et événements festifs

  d- les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers

  e- les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel

Tableau des domaines du PCI définis par la Convention

33La comparaison du choix de ces appartenances selon les différentes propositions est significative. Non seulement la détermination du domaine d’appartenance du PCI relève, à cette étape, de choix tactiques, mais elle influe fortement la conception des propositions, comme en témoigne un expert qui explique comment il a procédé :

« J’ai regardé ces catégories, bien évidemment, et puis après je me suis demandé : “Mais qu’est-ce qui pourrait coïncider avec ça, qui soit spécifique au canton et qui ne sortira pas par d’autres cantons ?” »

  • 37  Graezer-Bideau (2012 :312) mentionne que le groupe de pilotage de l’OFC a créé quant à lui de nouv (...)

34Ainsi, les experts cantonaux sont partis des cinq domaines du PCI pour trouver des pratiques y correspondant, plutôt que de réfléchir à des pratiques en elles-mêmes37. La catégorie d est communément interprétée comme le domaine de la communication avec le monde invisible et spirituel par excellence. Les pratiques liées à la “médecine populaire” reposent toutes sur une vision spirituelle du monde et l’on pourrait penser que les experts classent toutes les propositions cantonales dans ce domaine. Or tel n’est pas tout à fait le cas selon qu’il s’agit de prières de guérison ou de connaissances et usages thérapeutiques de plantes.

35Les premières sont toutes classées dans la catégorie d, mais la proposition jurassienne l’inclut également dans la catégorie c en raison de son rituel pratiqué à « l’abri des regards », « dans la simplicité » et loin de toutes festivités et bombances.

36Le classement des deuxièmes varie en fonction du positionnement de la pratique et des acteurs dans le champ médical. Plus la reconnaissance d’un savoir-faire professionnel est en jeu, moins la référence à la catégorie d est forte. Ainsi, les trois propositions touchant aux savoirs des religieuses sont identifiées dans cette catégorie uniquement. Les produits à base de plantes qu’elles confectionnent et vendent sont en faible nombre et représentent davantage une “occupation” qu’un revenu. La mise en culture de plantes sauvages proposée par le Valais est classée à la fois dans cette catégorie et dans la e : le descriptif se positionne dans la conservation aussi bien de la diversité biologique que d’un savoir-faire. Enfin la proposition appenzelloise Naturheilkunde soutenue par la corporation suisse de naturopathes et attribuée exclusivement à la catégorie e témoigne de sa volonté d’affirmer son professionnalisme et d’asseoir sa place dans le système formel de santé.

37Le choix des domaines peut paraître surprenant. Toutefois, ceci n’est que la manifestation des stratégies de distinction et de légitimation choisies par les experts qui ajustent les pratiques au découpage du réel qu’opèrent les différentes conventions et listes du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Celles-ci classifient de manière arbitraire la réalité en opposant ce qui est “naturel” à ce qui est “culturel” puis, à l’intérieur de celui-ci, ce qui est d’ordre “matériel” ou “immatériel”. La proposition valaisanne Cueillette et la culture de plantes sauvages démontre bien comment éléments naturels et culturels immatériels interagissent et sont interdépendants. Dans le cadre de la Convention, tel ou tel domaine a été mis en avant afin de « se profiler », selon l’expression de certains experts, et de se distinguer des autres propositions cantonales. Ainsi ces choix stratégiques révèlent moins la réalité complexe de ces pratiques que leurs enjeux sous-jacents liés à l’inscription sur la liste nationale. Une fois la sélection passée, les rédacteurs des dossiers finaux destinés à la liste nationale pourront reclasser la pratique dans les différentes catégories.

38Appuyés par les interprétations des experts et aidés par les catégories de l’UNESCO, les cantons ont fait face à l’incertitude en faisant de l’ordre. La sélection des propositions pour l’inclusion sur la liste nationale, au détriment d’autres (magnétisme et reboutement), manifeste un geste symbolique qui requiert de prendre en compte les acteurs impliqués de près ou de loin.

Une exigence politique : évacuer toute source de conflits potentiels

  • 38  Gebetsheilen (Appenzell Rhodes-Intérieures) ; Le secret (Jura et Fribourg) ; Naturheilkunde in App (...)

39Des dix propositions cantonales en lien avec la “médecine populaire”, l’OFC en a retenu cinq38. L’analyse comparative qui suit se base sur les dossiers finaux et sur des entretiens avec des experts.

  • 39  D’autres rappellent le cas particulier du Jura et de ses conflits historiques avec le canton de Be (...)

40Il est intéressant d’observer comment l’OFC a recommandé de grouper les différentes propositions sur les prières de guérison. Les propositions romandes (Jura et Fribourg) ont été réunies, le Jura gardant la prérogative de rédiger le dossier final. La majorité des experts interprètent ce choix davantage comme une volonté politique que comme une décision justifiée scientifiquement. Comme le Jura a soumis peu de propositions par rapport à Fribourg (6 contre 18), plusieurs pensent que c’est une manière d’équilibrer la répartition des éléments selon les cantons39.

  • 40  La seule trace écrite des deux jours de séances durant lesquelles la sélection pour la liste natio (...)

41Du côté alémanique, Appenzell Rhodes-Intérieures — où la pratique est plus documentée et publicisée qu’ailleurs en Suisse allemande — a été sélectionné pour porter et rédiger le dossier final destiné à la liste nationale. L’OFC lui a recommandé toutefois de mentionner l’existence non seulement de cette pratique dans l’ensemble de l’espace suisse alémanique, autrement dit plus de la moitié du territoire national, mais aussi de pratiques similaires auxquelles font référence les propositions cantonales Streicher et (Tier-)Heiler. Comme ces pratiques sont également présentes dans tous les autres cantons romands et dans la partie italophone du pays, l’OFC a envisagé de proposer un dossier national sur les prières de guérison. Malheureusement, le coordinateur du projet n’a pas pu me donner le motif officiel du rejet de cette possibilité40, mais il suppose que les propositions couvrant l’ensemble du territoire national sont réservées aux « éléments les plus significatifs », autrement dit d’« intérêt national », par opposition à celles plus marginales répondant davantage au « principe de diversité culturelle ».

42Le regroupement de ces propositions cantonales a trois conséquences. Premièrement, les propositions Streicher des quatre cantons de Suisse centrale, (Tier-)Heiler de Lucerne et Le Secret de Fribourg voient leurs spécificités “s’évanouir” en se fondant dans les dossiers rédigés par d’autres cantons. Deuxièmement, la mention, par les propositions de Fribourg et des quatre cantons de Suisse centrale, d’autres techniques associées à la “médecine populaire” (magnétisme, reboutement) disparaît. Enfin, les référents catholiques des prières de guérison soulignés par les cantons chargés des dossiers finaux sont clairement réaffirmés.

  • 41  Kräuterwissen in Zentralschweizer Frauenklöstern.

43Les propositions relatives aux connaissances et usages thérapeutiques des plantes suivent quant à elles d’autres mesures, qui excluent les propositions similaires. Ainsi aucune proposition cantonale n’est finalement regroupée à une autre. La proposition de la Suisse centrale Kräuterwissen a été retenue et renommée Herboristerie dans les couvents de Suisse centrale41, au détriment des deux propositions d’Appenzell Rhodes-Intérieures (cantonale et nationale). Les propositions Cueillette et la culture de plantes sauvages et Naturheilkunde restent inchangées.

44Ces observations amènent à conclure que les valeurs implicites et les critères utilisés tout au long du processus permettent de requalifier des pratiques associées à la “médecine populaire” dans un dessein politique : d’une part, l’évacuation de toute source de conflits potentiels, dans le cas étudié, avec le système formel de santé et la corporation des médecins qui détient les savoirs consacrés, mais aussi les pouvoirs de décision et de contrôle dans le champ médical — les reconfigurations observées démontrent que les pratiques populaires retenues pour la liste sont celles que les médecins et le système formel de santé tolèrent ; d’autre part, la promotion des intérêts nationaux et du principe de diversité culturelle, qui sont les deux critères déterminant l’action de la Confédération en matière de politique culturelle, conformément à l’art. 69 de la Constitution. L’établissement d’un consensus prenant en compte ces différents critères se manifeste par quatre décisions :

  • 42  Cet aspect-là est d’ailleurs thématisé dans la version finale du dossier jurassien qui signale l’é (...)

451) les pratiques communément associées au charlatanisme sont exclues. Tout d’abord, dès le début du processus, toute référence aux aspects ésotériques ou aux éléments hétérogènes extérieurs (issus par exemple des « traditions asiatiques » ou du New Age), associés à l’irrationnel et par extension au charlatanisme, a été « neutralisée ». Puis, lors de la sélection pour la liste nationale, les références timides au magnétisme et au reboutement dans les propositions cantonales sur les prières ont été évacuées. Certains experts expliquent cette exclusion par le fait qu’il serait politiquement « délicat » de reconnaître les pratiques des magnétiseurs et les rebouteux en raison de leur association (encore) fréquente au charlatanisme, non seulement dans les représentations collectives, mais surtout de la part d’une partie de la corporation des médecins et des partisans de « la médecine fondée sur les preuves » qui émet de sérieuses réserves face à leur efficacité. De plus le reboutement rivalise avec les professions médicales et paramédicales promues par le système formel de santé, telles que la chiropractie, la physiothérapie et l’ostéopathie.
En revanche, les prières de guérison ne concurrencent pas les savoirs et savoir-faire des médecins qui les considèrent comme n’ayant pas de conséquences physiques directes sur le patient et interprètent leur efficacité en termes d’effet placebo. De plus, l’absence par tradition de contrepartie financière42 est considérée par les experts comme empêchant de nuire aux revenus des médecins. L’OFC peut donc facilement reconnaître la valeur culturelle de ces pratiques sans craindre de provoquer un conflit d’intérêts.

462) les praticiens explicitement mentionnés dans les propositions nationales (coopérative de paysans, religieuses, sociétés pionnières en médecine naturelle, corporation suisse de naturopathes) sont non seulement facilement identifiables car peu nombreux et organisés, mais ils sont surtout déjà à l’intérieur de la sphère officielle et médicolégale, définie historiquement par la corporation des médecins. La coopérative de paysans de montagne fournit les industries pharmaceutiques en matières premières. Les religieuses et les sociétés pionnières en médecine naturelle produisent elles-mêmes leurs produits thérapeutiques soit à petite (et dérisoire) échelle ou à moyenne échelle en suivant les normes juridiques de fabrication et de mise sur le marché, édictées au niveau fédéral par Swissmedic, l’autorité nationale de surveillance des produits thérapeutiques,et dans le cas particulier d’Appenzell Rhodes-Extérieures au niveau cantonal par le département cantonal de contrôle des produits thérapeutiques. Enfin, les naturopathes affiliés à l’Association suisse de naturopathie sont reconnus par les assurances maladie complémentaires et des associations telles que la Fondation ASCA pour la reconnaissance et le développement des thérapies alternatives et complémentaires, qui est l’un des interlocuteurs officiels des caisses maladies. En d’autres termes, les praticiens mentionnés se positionnent explicitement en référence au système formel de santé et participent ainsi à son maintien.

  • 43  Citons par exemple Suisse Tourisme qui propose des activités de cueillette de plantes avec des nat (...)
  • 44  Source : Conseil fédéral suisse, op. cit., p. 24)

473) les praticiens nommés dans les propositions cantonales bénéficient déjà d’une légitimité sociale et culturelle en raison de la construction historique de l’identité suisse : les paysans de montagne, les religieuses, les sociétés pionnières en médecine naturelle qui ont participé à la construction du mythe d’une nature suisse bienfaisante, et par extension à son développement économique et touristique. Certains reçoivent une aide financière publique, d’autres sont promus par le lobby du tourisme national et local43, d’autres enfin font bénéficier le canton d’entrées d’argent importantes. Mais tous représentent un potentiel économique non négligeable. Du point de vue du Conseil fédéral, « le PCI est un des éléments qui donnent une image positive de la Suisse, comme l’ont bien reconnu l’industrie d’exportation et le tourisme» dont il estime que « la valorisation entraînera une plus-value»44. Ainsi, contrairement à la définition traditionaliste des prières de guérison dans laquelle ils insistent sur l’absence de contreparties financières, les experts soulignent l’importance des retombées économiques des pratiques touchant aux plantes médicinales.

484) les éléments figurant sur la liste nationale respectent les frontières politiques (cantonales et nationales) et linguistiques au lieu de respecter la réalité territoriale de ces pratiques. D’une part, les pratiques sélectionnées ne sont pas circonscrites aux cantons qui les ont proposées à l’OFC. D’autre part, aucun dossier final ne mentionne que chacune des pratiques existe, dans des constellations de savoirs similaires, dans les pays limitrophes, qui circulent et influencent les pratiques en Suisse. Au contraire, les pratiques sélectionnées tendent à être présentées comme isolées et singulières. Cette vision traditionaliste ne tient pas compte des récentes avancées en sciences sociales sur la construction politique de la différence, bien au contraire. Selon Hafstein, la patrimonialisation sous le label PCI contribue à la communautarisation du PCI :

« [elle] constitue une stratégie de gestion des différences. On subjective les groupes ou les populations en en faisant des communautés ; on objective leurs pratiques et leurs expressions en en faisant un “patrimoine immatériel”. Les gouvernements peuvent alors agir sur le champ social au travers des communautés au moyen, notamment, des politiques patrimoniales. » (2011 : 88)

49Dans le cas étudié, l’action gouvernementale passe par un va-et-vient complexe entre les experts cantonaux, le groupe de pilotage de l’OFC et les autorités cantonales et fédérales, dont la vue d’ensemble est difficile à saisir. Relevons cependant la forte influence des ethnologues et folkloristes engagés dans le processus, qui pour une grande part sont favorables à la reconnaissance officielle de ces pratiques par le système formel de santé national. Il en résulte ainsi que la requalification de pratiques liées à la “médecine populaire” dans une logique patrimoniale aboutit à une production de la norme et tend à déclasser celles qui ne rentrent pas dans la description normative des “bonnes” pratiques à sauvegarder.

50En somme, la reconnaissance officielle à l’échelle nationale de pratiques liées à la “médecine populaire” a clairement été motivée par la ratification de la Convention. Mais il apparaît aussi que la sélection nationale ait été guidée par la crainte des cantons et de l’OFC que la reconnaissance patrimoniale de pratiques empiriques non reconnues par le système formel de santé n’ouvre la voie à de nouvelles revendications politiques par certains praticiens et n’entre en conflit avec la législation actuelle (Loi fédérale sur les professions médicales universitaires ; Loi fédérale sur les médicaments et les dispositifs médicaux), basée entre autres sur des critères normatifs biomédicaux. Seules les pratiques liées à la “médecine populaire” ne défiant pas ces normes ont été reconnues. Ainsi, les représentations consacrées par la corporation des médecins, incarnées dans les textes de loi, ont influencé les choix de l’OFC en faveur de pratiques qui ne concurrencent pas les professions médicales universitaires (comme les prières de guérison) ou de pratiques qui intégrent la sphère officielle et légale (comme les usages thérapeutiques de plantes).

Conclusion

51La patrimonialisation de certaines pratiques liées à la “médecine populaire” en Suisse n’a été rendue possible qu’après plusieurs mouvements de patrimonialisation dans lesquels les folkloristes et les ethnologues ont joué un rôle primordial. Eclairer historiquement l’évolution de leurs représentations collectives à travers les figures du charlatan, du paysan puis des Anciens, m’a permis de questionner la manière dont, suite à différentes dynamiques sociales, elles ont été marginalisées, puis reconfigurées et traduites dans les logiques du pluralisme médical promu par l’OMS et de préservation du patrimoine.

52Dans un deuxième temps, l’ethnographie du processus de patrimonialisation de ces pratiques dans le contexte de la mise en œuvre suisse de la Convention 2003 de l’UNESCO m’a amenée à analyser comment cette convention internationale a été interprétée à l’échelle cantonale et nationale. La mission de l’OFC devait répondre à des exigences techniques (définition d’une méthodologie et des critères) et surtout politiques (équilibre intercantonal ; conformité aux instruments légaux nationaux en vigueur en matière de politique culturelle et du système formel de santé).

53Le processus de patrimonialisation analysé repose sur une conception hiérarchique de la culture. L’étude du cas des pratiques associées à la “médecine populaire” démontre deux phénomènes. D’une part, leur inclusion et exclusion ne fait que refléter les hiérarchies médicales consacrées par la corporation des médecins et le système formel de santé. D’autre part, les praticiens décrits dans les propositions cantonales incarnent dans les représentations de sens commun des valeurs morales (innocence, intégrité, humilité, dévotion et charité pour les religieuses et ceux qui pratiquent les prières de guérison ; compréhension de la nature et entrepreneuriat pour les paysans et les sociétés pionnières en médecine naturelle) qui participent à la promotion d’une image positive de la Suisse. En ce sens, la patrimonialisation, entre autres, de pratiques associées à la “médecine populaire” a permis à la Suisse de réaffirmer ses valeurs identitaires et ménager son image de soi sur le plan tant national qu’international.

Je remercie vivement Lucia Candelise de la Tsing Hua National University de Taiwan pour m’avoir offert l’occasion d’approfondir mes réflexions dans le cadre de ce dossier, ainsi que la Professeure Ellen Hertz de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel et les relecteurs anonymes pour leurs lectures attentives et leurs précieux commentaires sur une version précédente de cet article. Les limites du présent article n'en demeurent pas moins de ma responsabilité. Enfin, ma profonde gratitude s’adresse à mes interlocuteurs de terrain pour le temps et la confiance qu’ils m’ont généreusement accordés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BARRAS V., 1999. « Le médecin, de 1880 à la fin du XXe siècle », In CALLEBAT L. (éd.), Histoire du médecin. Paris, Flammarion : 269-307.

BARRAS V. et LOUIS-COURVOISIER M. (éds), 2001. La médecine des Lumières : Tout autour de Tissot. Genève, Georg : 187-200.

DAMIEN R., 2001. « Jalons pour une critique de l’expertise », In DAMIEN R. (dir.), L’expertise. Besançon, Presse Universitaires Franc-Comtoises : 13-42.

DEBARY O., 2010. « L’incertitude patrimoniale », In GAILLARD R. (éd.), Exposer des idées, questionner des savoirs. Neuchâtel, Alphil : 225-230.

DURISCH-GAUTHIER N., ROSSI I., STOLZ J (dirs.), 2007. Quêtes de santé. Entre soins médicaux et guérisons spirituelles. Fribourg, Labor et Fides.

FONDATION LING, 2006. Réflexions sur l’état des lieux de la question du pluralisme médical [en ligne], http://www.ling.ch/pluralisme.htm (page consultée le 20/05/2012).

GENTILCORE D., 2006. Medical Charlatanism in Early Modern Italy. Oxford, Oxford University Press.

GRAEZER-BIDEAU F., 2012. « Identifying ‘Living Traditions’ in Switzerland: Re-enacting Federalism through the Application of the UNESCO Convention”, In BENDIX R., EGGERT A. et PESELMANN A. (eds.), Heritage regimes and the State, Göttingen, Universitätsverlag Göttingen: 303-325.

HAFSTEIN V. Tr., 2011. « Célébrer les différences, renforcer la conformité », In BORTOLOTTO C. (dir.), Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme : 75-97.

HÄNER F., 2008. « Volksmedizin, was ist das ? », In HÄNER F. et KLUGE M. (éds.), Mit Kräutersud und Gottvertrauen. Volksmedizin im Pharmazie-Historischen Museum Basel. Basel, Pharmazie-Historisches Museum der Universität Basel : 7-10.

HERZFELD M., 1993. The social Production of Indifference. Exploring the Symbolic Roots of Western Bureaucracy. Chicago, University of Chicago Press Edition.

KIRSHENBLATT-GIMBLETT B., 2004. « Intangible cultural heritage as a meta-cultural production », Museum International, 221-222: 53-66.

LEONARD J., 1981. La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle. Paris, Aubier Montaigne.

LOUIS-COURVOISIER M., 2001. « Rhabilleurs, experts, chirurgiens, sages-femmes et pasteurs : les malades et leurs soignants en Suisse romande au 18ème siècle », In BARRAS V. et LOUIS-COURVOISIER M. (éds), La médecine des Lumières : Tout autour de Tissot. Genève, Georg : 187-200.

MARKS H., 1999. La médecine des preuves. Histoire et anthropologie des essais cliniques (1900-1990). Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

NOYES D., 2006. « The Judgment of Solomon: Global Protections for Tradition and the Problem of Community Ownership », Cultural Analysis, 5: 27-56.

PERRIN J., 2011a. « Le toucher du rebouteux. Réflexions autour d’un apprentissage sensoriel propre à une pratique "traditionnelle" de guérison en Suisse romande », In ADELL N. et POURCHER Y. (éds), Transmettre : quel(s) patrimoine(s) ?. Paris, Michel Houdiard Editeur : 99-109.

PERRIN J., 2011b. « Définir, collaborer, documenter… Limites et enjeux du processus d’inventorisation du patrimoine culturel immatériel en Suisse », Folklore suisse, 101 (1) : 2-7.

PORTER R., 2001 (1989). Quacks, Fakers & Charlatans in English Medicine. Stroud, Tempus.

ROSSI I., 2005. « L’anthropologie entre médecine et société : les interfaces helvétiques de la santé », In SAILLANT F. et GENEST S. (éds), Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux, Saint-Nicolas, Les Presses de l’Université Laval : 331-354.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SAKOYAN J., MUSSO S. et MULOT S., 2011. « Quand la santé et les médecines circulent », Anthropologie et santé [en ligne], http://anthropologiesante.revues.org/819 8page consultée le 20/05/2012).
DOI : 10.4000/anthropologiesante.819

SCHMITZ O., 2005. Soigner par l’invisible : Enquête sur les guérisseurs aujourd’hui. Paris, Imago.

TAGINI J., 1960. « Médecine populaire et charlatanisme », Folklore suisse, 50 : 1-2.

THIESSE A.-M., 2007. « La construction de la culture populaire comme patrimoine national, XVIIIe-XXe siècles », In POULOT D. (dir.), Patrimoine et modernité. Paris/Montréal, L’Harmattan : 267-278.

THOMAS E., 1941. Note sur la législation des professions médicales depuis le XVIIIe siècle, en Suisse romande : (cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, Fribourg et Valais), Genève, [s.n.].

WOLFF E., 2011. « Médecine populaire », In Dictionnaire historique de la Suisse [en ligne], http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F25626.php Version du 5 mai 2011 (page consultée le 20/05/2012).

Haut de page

Notes

1  Source : UNESCO. 2003. Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel [en ligne], http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00022 (page consultée le 20/05/2012).

2  S’appuyant sur une enquête ethnographique initiée en novembre 2009, ma thèse en anthropologie fait partie du programme national « Intangible Cultural Heritage : the Midas Touch ? », mené grâce au soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

3  Ces observations ont été menées lors de séances de travail d’experts, de manifestations organisées par l’Office Fédéral de la Culture, d’ateliers et manifestations organisés par des praticiens dans le but de transmettre des savoirs associés à la “médecine populaire”.

4  Pour une étude de différentes pratiques de guérison dans le contexte belge, voir Schmitz (2005).

5  Le reboutement est une technique empirique de manipulation mécanique du corps souffrant visant à “remettre en place” ses parties (nerfs, membres, etc.), souvent associée à du magnétisme (Perrin, 2011a).

6  « Die Volksmedizin war und ist aber nicht als ein einheitliches traditionelles System zu betrachten, sondern vielmehr as [sic] eine Sammlung unterschiedlicher Krankheitsvorstellungen und Behandlungsmethoden […]. »

7  Il s’agit de guérisseurs, sages-femmes, chirurgiens, pasteurs, etc.

8  Tout comme le diagnostic de maladies, la fabrication et la distribution de produits thérapeutiques restent actuellement le privilège des professions médicales universitaires, à savoir les médecins, les dentistes, les chiropraticiens, les pharmaciens et les vétérinaires (Loi fédérale sur les professions médicales universitaires, ch. 2, art. 4). La Loi fédérale sur les médicaments et les dispositifs médicaux du 15 décembre 2000 utilise le terme de « tromperie » pour qualifier la mise sur le marché de produits thérapeutiques ne répondant pas aux normes de qualité, de sécurité et d’efficacité biomédicales (ch. 1, art. 1).

9  Pour une analyse historique de cette critique médicale de la “modernité”, se référer à Barras et Louis-Courvoisier (2001).

10  Geiger P., WEISS R., Escher W., Liebl E. et Niederer A. (éds.), 1950-1995. Atlas de folklore suisse. Bâle, Schweizerische Gesellschaft für Volkskunde.

11  Notons que déjà au 18ème siècle, les médecins, leurs privilèges et « l’obscurantisme mesquin de la profession » (Barras et Louis-Courvoisier, 2001 : 20) furent l’objet de critiques.

12  Source : Organisation mondiale de la santé. 1978. Déclaration d'Alma-Ata sur les soins de santé primaires [en ligne], http://www.who.int/topics/primary_health_care/alma_ata_declaration/fr/index.html (page consultée le 20/05/2012).

13  Ce processus fait partie d’« un mouvement plus vaste de mobilités des acteurs, des savoirs, des produits de santé, des clients et des thérapeutes » (Sakoyan et al., 2011) qui interagit avec les pratiques associées à la “médecine populaire ”.

14  Pour un historique des projets menés sur le sujet, voir Fondation Ling (2006).

15  Bien que leurs règles de transmission se soient grandement assouplies, ce n’est pas le cas des prières de guérison.

16  Dans le champ de l’usage de plantes médicinales, des initiatives collectives sont néanmoins apparues ces dernières années.

17  Dans un souci de concision, les 26 cantons et demi-cantons seront cités sous le terme général de « cantons ».

18  Pour une analyse générale de l’implémentation de la Convention dans le contexte suisse, voir Graezer-Bideau (2012).

19  Source : Office fédéral de la culture, 2012. Les traditions vivantes en Suisse [en ligne] http://www.lebendigetraditionen.ch (page consultée le 12/12/2012).

20  Source : Conseil fédéral suisse, 2007. Message relatif à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel [en ligne], http://www.admin.ch/ch/f/ff/2007/6837.pdf (page consultée le 20/05/2012).

21  Dans un souci de concision, j’utiliserai le terme d’expert au masculin, bien que les groupes d’experts soient composés d’hommes et de femmes.

22  Il s’agit de Fribourg et des quatre cantons de Suisse centrale qui mentionnent, dans les propositions Le Secret et Streicher, l’usage par certains praticiens de ces deux autres techniques.

23  En l’absence de traductions officielles de l’OFC, les traductions proposées ici sont signalées par un astérisque.

24  Voir par exemple : Robert W., 1897. « Les prières pour le bétail », Archives suisses des traditions populaires, 1 : 75-76 ; Chambaz O., 1897. « Prières et formule magique », Archives suisses des traditions populaires, 1 : 232-233 ; Muret E., 1897. « Prières et "secrets"», Archives suisses des traditions populaires, 1 : 241 ; Lambelet E., 1908-1909. « Les croyances populaires au Pays-d'Enhaut (Haute-Gruyère) », Archives suisses des traditions populaires, 12 : 91-124.

25  Voir par exemple : Fleury N., 1994. Le secret dans le canton du Jura : approche anthropologique d’une pratique de guérison. Lausanne, Institut d’anthropologie et de sociologie ; Inauen R., Taverna E., Widmer R., Witschi P., 1995. Kräuter und Kräfte. Heilen im Appenzellerland. Herisau, Ed. Walter Irniger; Jenny M., 2008. Guérisseurs, rebouteux et faiseurs de secret en Suisse romande. Lausanne, Favre.

26  Citons par exemple la contribution de Chambaz, (op. cit.)  ou, plus tard, l’ouvrage à succès d’un abbé  édité pour la sixième fois en 2007 : Schindelholz G., 1970. Grimoires et secrets. Porrentruy, Ed. Jurassiennes.

27  Pour une discussion des traditions populaires dans le contexte du régime de propriété, voir Hafstein (2011).

28  Source : Office fédéral de la culture et Haute École de Lucerne, 2011.Liste der lebendigen Traditionen in der Schweiz: Eingaben der Kantone (18. April 2011) [document pour usage interne].

29  Voir par exemple : Luyet B., 1928. « La médecine populaire à Savièse », Cahiers valaisans du folklore, 1 : 1-32 ; Bourdin A., 1944. La santé par les plantes. Neuchâtel, Paris, V. Attinger.

30  Voir par exemple : Nicoller F., Nicoller G., 1984. « Les plantes dans la vie quotidiennes à Bagnes: noms patois et utilisations domestiques », Bulletin de la Murithienne, 102: 56-66 ; Inauen et al., (op. cit.) ; BRUESCHWEILER S., 1999. Plantes et savoirs des Alpes : l'exemple du val d'Anniviers. Sierre, Ed. Monographic; DAVID I., 2008. Der Klostergarten von Heiligkreuz bei Cham. Geschichtlicher Kontext und heutige Aufgabe. Abschlussarbeit im CAS-Studiengang Ethnobotanik und Ethnomedizin an der Universität Zürich. Zürich, Universität Zürich.

31 Voir par exemple : Odermatt Niederberger E., 2007. « Kräuter und Liköre aus der Herrgotts-Apotheke ». In Achermann H. et Haller-Dirr M. (Red.), Das Benediktinerinnen-Kloster Maria-Rickenbach in Geschichte und Gegenwart. Stans, Ed. Historischer Verein Nidwalden: 273–291.

32  « traditionelle und natürliche Heilpraktiken ». 

33  Source : Office fédéral de la culture et Haute école de Lucerne, (op. cit.)

34  Source : UNESCO. 2010. Directives opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel [en ligne], http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00026 (page consultée le 20/05/2012).

35  Ces critères sont: 1) Exhaustivité et intelligibilité de la demande; 2) Droit à déposer une demande; 3) Appartenance aux domaines du PCI; 4) Continuité; 5) Ancrage social; 6) Participation des détenteurs à la demande; 7) Représentativité.

36  Source : Office fédéral de la culture et Haute école de Lucerne, 2010. Guide pour l’établissement de la Liste des traditions vivantes en Suisse [document pour usage interne].

37  Graezer-Bideau (2012 :312) mentionne que le groupe de pilotage de l’OFC a créé quant à lui de nouvelles catégories (dans le cas étudiée, « plantes médicinales ») afin de pouvoir prendre en compte des pratiques dans des modèles de pratiques plus pertinents et adaptés au contexte suisse que les catégories de pratiques standardisées par l’UNESCO ne l’autorisaient.

38  Gebetsheilen (Appenzell Rhodes-Intérieures) ; Le secret (Jura et Fribourg) ; Naturheilkunde in Appenzell Ausserrhoden (Appenzell Rhodes-Extérieures) ; Kräuterwissen (Suisse centrale) ; La cueillette et la culture de plantes sauvages (Valais).

39  D’autres rappellent le cas particulier du Jura et de ses conflits historiques avec le canton de Berne, où siègent les autorités fédérales. En effet, les mouvements séparatistes jurassiens au 20ème siècle qui ont abouti à la création du canton du Jura en 1979, dernier canton à entrer dans la Confédération, ont semé le trouble et marqué les mémoires.

40  La seule trace écrite des deux jours de séances durant lesquelles la sélection pour la liste nationale a été faite est un procès-verbal décisionnel, dont les motifs des acceptations et rejets ne figurent pas. Par ailleurs, la complexité du processus et le nombre conséquent tant de propositions cantonales que d’experts engagés (plus de 50 pour les 10 propositions qui concernent la “médecine populaire”) rendent difficile une vision d'ensemble, même pour l’OFC.

41  Kräuterwissen in Zentralschweizer Frauenklöstern.

42  Cet aspect-là est d’ailleurs thématisé dans la version finale du dossier jurassien qui signale l’émergence nouvelle, mais isolée, d’utilisation de ligne téléphonique payante à CHF 2.50 la minute en soulignant la menace qu’une telle évolution représente (voir : Office fédéral de la culture, op. cit.)

43  Citons par exemple Suisse Tourisme qui propose des activités de cueillette de plantes avec des naturopathes ou signale, au détour d’un itinéraire pédestre proposé dans Herisau, la spécificité de la loi d’Appenzell Rhodes-Extérieures sur l’exercice libéral de la médecine dans la section « Highlights ».

44  Source : Conseil fédéral suisse, op. cit., p. 24)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau des 10 éléments associés à la “médecine populaire” soumis par les cantons à l’OFC en mars 2011 (Phase 1).
URL http://anthropologiesante.revues.org/docannexe/image/1076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Perrin, « (Dé)classer la “médecine populaire” en Suisse: de la suspicion de charlatanisme à la reconnaissance patrimoniale », Anthropologie & Santé [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 25 juin 2016. URL : http://anthropologiesante.revues.org/1076 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.1076

Haut de page

Auteur

Julie Perrin

Doctorante en Anthropologie sociale et ethnologie, Université de Neuchâtel (Suisse) et EHESS (Paris) / Institut d’ethnologie - Université de Neuchâtel, Rue Saint-Nicolas 4, CH – 2000 Neuchâtel / julie.perrin@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org