Navigation – Plan du site

Devenir médecin acupuncteur : trajectoire et engagements du Dr Léa Simon

Becoming an acupuncture doctor: the itinerary and engagements of Dr. Léa Simon
Ronald Guilloux

Résumés

Initialement partisane des médecines alternatives et complémentaires (MAC) et fortement opposée à la médecine officielle, Léa Simon a entamé des études médicales malgré elle, suivi une formation privée en acupuncture, jusqu’à devenir médecin acupuncteur engagé dans l’institution hospitalo-universitaire. Ce cas atypique attire notre attention sur le moment crucial des études médicales et soulève la problématique de l’engagement de Léa Simon en médecine malgré son intérêt exclusif pour les MAC. L’étude d’un seul cas permet d’analyser en profondeur deux processus centraux dans cette trajectoire individuelle : la réalisation professionnelle et l’action de légitimation des MAC. Les méthodologies du récit de vie et des régimes d’action montrent une trajectoire composée de deux régimes d’engagements successifs : le régime contradictoire des études médicales qui deviendra le régime cohérent (militant puis adaptatif) des débuts professionnels. L’analyse du régime de valeurs du Dr Simon révèle une coexistence de valeurs humanistes, pragmatique et idéologique. Elle permet ainsi de comprendre son identité de médecin acupuncteur trouvée et l’importance du soin dans cette construction.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Chez ces médecins, la découverte de l’acupuncture allait des années 1940 aux années 1980.
  • 2  Dans cet article, les expressions « médecines parallèles » et « médecines alternatives  et complém (...)

1Dans notre travail doctoral sur la réception de l’acupuncture dans la médecine française, nous avions analysé les trajectoires de onze médecins acupuncteurs ayant joué un rôle important dans l’institutionnalisation de l’acupuncture au cours des années 1970-1980 (Guilloux, 2006 : 405-411). Malgré les différences de génération1, deux éléments ressortaient : d’une part, l’orientation vers l’acupuncture était principalement motivée par des échecs thérapeutiques, la familiarité avec les « médecines parallèles »2 (l’homéopathie surtout) ou la curiosité ; d’autre part, cette orientation s’était produite après l’installation, ou pendant les études médicales, mais jamais en amont. Le fait que la plupart des médecins s’étaient intéressés à l’acupuncture en réaction à leur formation médicale initiale confirmait les analyses pionnières menées par Marcovich (1987, 1989) et Bouchayer (1985, 1987, 1994).

  • 3  L’identité est fictive et les noms de personnes et de lieux ont été anonymisés.

2Dans cet article, nous questionnons nos analyses précédentes à partir de l’étude de cas du Dr Léa Simon3 (31 ans), jeune médecin généraliste pratiquant l’acupuncture en cabinet de ville et exerçant partiellement dans un service de soins palliatifs. Sa trajectoire est particulièrement atypique car sa décision s’est produite en amont de ses études médicales. En effet, initialement, Léa Simon ne voulait pas étudier la médecine, mais devenir ostéopathe. Elle a entamé ses études de médecine avec un intérêt exclusif pour les MAC (médecine alternatives et complémentaires) pratiquées par des non-médecins, rejetant par principe la médecine officielle. Certes, tous les étudiants ne s’engagent pas en médecine par désir d’être médecin : certains sont attirés par la « matière scientifique » ou « le challenge que représente le concours » (Hardy-Dubernet et Faure, 2006 : 58).

  • 4  Chacune des études que nous citons fait une synthèse de la littérature sur le sujet.
  • 5  Etude menée dans trois facultés de médecine à Londres.
  • 6  Etude menée dans la faculté de médecine de Birmingham, auprès d’étudiants en première (n = 254), d (...)
  • 7  Etude menée dans la faculté de médecine de Birmingham, auprès d’étudiants en première année d’étud (...)
  • 8  Etude menée dans toutes les facultés de médecine des Pays-Bas, tous niveaux confondus (n = 2004). (...)
  • 9  Pour une analyse historique et critique de la notion de « pluralisme médical », cf. Hsu, 2008 ; po (...)

3Léa Simon est loin d’être la seule à s’orienter vers les MAC : de nombreuses études quantitatives internationales menées depuis le milieu des années 19904 montrent un intérêt croissant des étudiants en médecine pour les MAC (Furnham et al., 1995)5, notamment chez les femmes (Greenfield et al., 2006)6, avec un déterminisme familial notable par ailleurs (Greenfield et al., 2002 : 31)7. Ce rapport positif se traduit – au-delà des représentations favorables, voire des recours personnels des étudiants aux MAC – par un intérêt pour l’introduction d’un enseignement sur les MAC dans leur cursus (Kolkman et al., 2011)8. Cet intérêt pourrait s’expliquer par le contexte d’un « nouveau pluralisme médical » (Cant et Sharma, 1999)9, phénomène socio-économique de développement, voire de professionnalisation des MAC (Saks, 2002).

4C’est un engagement paradoxal que nous analysons ici : par quelle trajectoire Léa Simon a-t-elle suivi des études de médecine malgré elle, puis choisi de se former en acupuncture et non en ostéopathie comme elle le voulait initialement, jusqu’à devenir médecin acupuncteur et promouvoir cette thérapeutique dans l’institution hospitalo-universitaire ? Autrement dit, cet article n’analyse pas la représentativité d’une catégorie générale (l’orientation de la nouvelle génération des étudiants en médecine vers les MAC), mais une trajectoire individuelle dans toute sa densité personnelle et professionnelle. Pour reprendre la distinction de Bernard Lahire (2012 : 259-262), ce cas unique n’est pas analysé comme « représentant d’un collectif » (analyse macro-sociale), en l’occurrence comme « simple exemplaire » de la nouvelle génération des étudiants en médecine s’orientant vers les MAC. Il est analysé dans les « variations intra-individuelles de ses comportements », « comme somme et enchaînement presque uniques d’expériences socialisatrices » dans le contexte des études médicales (analyse micro-sociale).

5Il faut souligner que, hormis Marcovich (1987), peu de travaux français consacrés aux trajectoires des médecins acupuncteurs se sont intéressés à la période des études médicales. En effet, si Candelise (2008) et de la Fortelle (2010) se sont penchées sur les motivations des médecins acupuncteurs, elles n’ont pas particulièrement analysé celles des médecins s’orientant vers l’acupuncture pendant leurs études de médecine. Pourtant, cette période constitue une véritable trajectoire où l’étudiant se retrouve très tôt en situation professionnelle et donc confronté à des choix de carrière. Cette période n’est pas encore celle du « rétablissement professionnel » après l’installation (Bouchayer 1994), mais déjà celle de la « socialisation » des étudiants, au sens, non pas de formatage institutionnel, mais d’orientation de leurs trajectoires professionnelles à partir de leurs différents « points d’ancrage » institutionnels (faculté, hôpital, cabinet privé etc.) et personnels (Bazsanger, 1981 : 229-230).

6L’analyse de la trajectoire du Dr Simon fait ressortir deux processus : sa réalisation professionnelle et son action pour légitimer les MAC dans l’institution hospitalo-universitaire. Par « réalisation professionnelle », nous voulons préciser la notion de « socialisation » en mettant l’accent sur l’individu, sur son engagement impliquant non seulement une formation théorique et pratique, mais une transformation de soi ; processus rendu possible par la porosité des dimensions professionnelle et personnelle. Le cas de Léa Simon est d’autant plus intéressant que cette porosité est à l’origine de son conflit initial : devenir soignant sans vouloir être médecin, suivant le modèle de son père qui la poussait paradoxalement à entreprendre des études de médecine. Or, la porosité entre ses expériences professionnelles et personnelles de soin lui permettra de surmonter un tel conflit. Cette étape franchie, elle entreprendra alors de légitimer les MAC dans le monde hospitalo-universitaire.

7L’étude d’un seul cas permet une analyse approfondie du rôle du soignant-promoteur, en particulier de ses stratégies de légitimation, c’est-à-dire de ses rapports de négociation, de ses stratégies de conviction et des intérêts mobilisés pour pénétrer la « forteresse bien gardée » que représente l’institution hospitalo-universitaire (Shuval et al., 2002). La particularité de Léa Simon est son double statut de médecin et d’acupuncteur qui, faisant d’elle à la fois une « insider » et une « outsider », a pu faciliter son initiative.

Analyser le récit de vie du Dr Simon

8Les matériaux ont été récoltés par trois moyens complémentaires. Nous avons recueilli les premiers éléments de la trajectoire atypique de Léa Simon lorsqu’elle présentait l’acupuncture à des publics non spécialistes. Après quelques échanges informels, nous lui avons alors proposé de réaliser deux entretiens. Le premier, au domicile du Dr Simon, a permis d’explorer son parcours de formation médicale et sa pratique de l’acupuncture en hôpital, notamment dans deux services de soins palliatifs. Le second, plus directif, et mené par téléphone, venait préciser des thèmes de l’entretien précédent. Enfin, l’analyse des entretiens a été complétée par des échanges de courriels qui ont fourni des informations sur la chronologie de sa trajectoire, sur son choix de faire de la médecine générale dès le début des études, sur les professions des membres de sa famille. Ces matériaux nous ont ainsi permis de mener une analyse du récit fait par le Dr Simon de sa propre trajectoire médicale. Nous devons enfin préciser que l’article a été relu par Léa Simon.

9Notre analyse exclut l’observation de sa pratique médicale. Sans nier l’intérêt d’un tel travail, l’analyse du récit de vie a l’avantage de saisir une expérience vécue sur une longue durée (Bertaux, 2010 : 22) et dans sa densité (Geertz, 2003). Elle permet ainsi d’approcher trois niveaux de phénomènes (Bertaux, 2010 : 71) : celui de l’intériorité du sujet, celui de ses relations durables avec ses proches et celui des rapports socio-structurels (en l’occurrence, ici, les rapports professionnels). Le récit de vie permet donc l’analyse de l’action en situation (Bertaux, 2010 : 13, 21).

  • 10  Léa Simon utilise le mot « internat » bien qu’elle ait passé l’Epreuve Classante Nationale (ECN). (...)

10Les données recueillies font ressortir deux grands moments dans la trajectoire du Dr Simon : d’abord celui d’une entrée « à reculons » dans les études de médecine jusqu’au moment critique de la sixième année du concours d’internat10, ensuite celui d’un engagement croissant dans la formation professionnelle médicale à partir de la première année d’internat jusqu’à son installation professionnelle en tant que médecin acupuncteur. On constate la transformation d’un engagement contradictoire en un engagement cohérent et déterminé dans la profession de médecin acupuncteur.

  • 11  Dans cet article, l’environnement sera synonyme de « situation » et de « contexte ».

11En termes disciplinaires, notre analyse se situe dans « la sociologie dite des « régimes d’action » [qui] analyse les formes de la coordination des actions et explore les appuis conventionnels, les ressources et les capacités dont les agents disposent pour s’ajuster entre eux et à leur environnement » (Ogien et Quéré, 2005 : 105)11. À l’alternative entre individualisme et holisme méthodologique, elle préfère donc un « relationnisme méthodologique » (Corcuff, 2011). Pour cela, nous recourons aux notions sociologiques de trajectoire et d’engagement.

Une trajectoire plurielle

  • 12  L’opposition entre « trajectoire objective » et « trajectoire subjective » a été proposée en socio (...)

12Ici, la notion de trajectoire n’est pas comprise dans sa dimension exclusivement objective ou subjective12, mais dans la relation entre ces deux dimensions (Passeron, 1990). En effet, il ne s’agit pas d’analyser le parcours de Léa Simon comme un parcours uniquement objectif, car cela reviendrait à réduire l’enquêtée à un mobile soumis à l’influence de forces extérieures, et dont les positions seraient déterminées et prévisibles. La prise en compte des positions sociales de Léa Simon, ne doit pas céder au modèle « hypothético-déductif » bourdieusien (Dubar, 1998 : 78) qui pose que l’inclinaison de la trajectoire est déterminée par la pente de l’habitus de classe (Bourdieu, 1974 : 22 ; 1986 : 72). D’où l’intérêt d’en analyser aussi la dimension subjective. La trajectoire subjective est l’« intrigue mise en mots par l’entretien biographique et formalisée par le schème logique, reconstruit par le chercheur grâce à l’analyse sémantique » (Dubar, 1998 : 78). L’analyse de la dimension subjective permet de faire ressortir la singularité d’un parcours de vie composé de situations vécues, retenues et restituées par l’enquêtée, c’est-à-dire de revenir sur les actions entreprises par Léa Simon dans les contextes qu’elle juge majeurs. Autrement dit, « parler de trajectoire renvoie tout d’abord à l’idée selon laquelle la position occupée par chaque individu peut se modifier au cours du temps » (Authier, 2010 : 3). Dans le vocabulaire de la théorie dispositionnelle de Lahire, la trajectoire pourrait s’analyser ainsi : « passé incorporé + Contexte présent = Pratiques observables » (Lahire, 2012 : 25). Concernant la trajectoire de Léa Simon où les dispositions familiales ont fortement pesé, il faudrait cependant inclure dans cette équation les « compétences » acquises en situation, qui lui permettront de résoudre les difficultés rencontrées ; une des compétences majeures étant, nous le verrons, sa capacité à remettre en question sa disposition anti-médecin héritée de son père.

13Concrètement, dans sa dimension objective, la trajectoire du Dr Simon est rythmée par les études médicales, les formations professionnelles ou parallèles, et s’étend à différents lieux de formation tels que l’université, les hôpitaux, les cabinets médicaux, les lieux de traitements non-conventionnels, etc. Dans sa dimension subjective, la trajectoire de Léa Simon est un parcours dans lequel une valeur familiale très ancrée (la valeur anti-médecine) va être source de conflits dans le contexte des études hospitalo-universitaires : conflit familial opposant paradoxalement Léa Simon aux attentes de réussite de ses parents, conflit symbolique entre différentes représentations du corps, de la maladie et du soin, conflit psychologique interne par conséquent chez Léa Simon. Ces conflits seront traités et surmontés par un aménagement des situations rencontrées.

14Si nous désignons finalement la trajectoire de Léa Simon comme plurielle, en reprenant le sens que Lahire donne à la notion de pluralité (1998, 2013 : 125), c’est pour signifier qu’elle traverse une multitude de contextes faisant appel à des valeurs incorporées ou des compétences à acquérir parfois contradictoires. Cela nous amène donc à analyser la trajectoire du Dr Simon comme une série d’engagements.

D’un régime d’engagement à un autre

15L’engagement désigne d’ordinaire l’« action de se lier par une promesse ou une convention» (Petit Robert, 2012). Cette définition place « l’acte de décision » (Ladrière et al., 2013) au centre, en supposant des individus moraux et responsables qui se lient volontairement par un gage (une garantie) pour atteindre un but convenu. À la différence de la philosophie, nous n’analyserons pas l’engagement comme épreuve de la liberté et de la responsabilité du sujet humain, mais comme « [l]’action d’un individu […] à l’intérieur d’un système de contraintes […] plus ou moins transparentes pour le sujet » (Boudon et Bourricaud, 2011 : 3). Les analyses sociologiques de l’engagement militant peuvent nous servir dans la mesure où elles portent sur les trajectoires objectives et subjectives des individus (Sawicki et Siméant, 2009 ; Fillieule, 2001).

16L’engagement de Léa Simon peut être analysé comme un phénomène diachronique (l’engagement comme processus), socialement contraint (l’engagement comme attache) et organisé (l’engagement comme « travail »). En effet, l’analyse de sa trajectoire montre la continuité de l’engagement le long des études médicales. De plus, il n’aurait peut-être pas été possible sans la contrainte imposée par son entourage familial et amical, mais aussi par elle-même. De même, l’engagement a été rendu possible par toute l’organisation externe des études et des stages professionnels.

17La trajectoire plurielle de Léa Simon et la variabilité de son engagement exigent toutefois de recourir à des analyses qui ne se limitent pas à la dimension publique, et proposent surtout une formalisation poussée de la notion d’engagement. L’analyse pionnière de Howard Becker souligne le piège du sens commun où l’engagement est considéré comme une conduite donnant lieu à une « trajectoire d’activité cohérente » (« consistant line of activity ») (1960, 2006). Dans le cas de Léa Simon, il serait réducteur de dire qu’elle s’est tenue à son engagement. Pour Becker, il s’agirait d’un « péché tautologique » où la cause est assimilée au résultat, ce qui empêche de comprendre le processus même de l’engagement. Car derrière la cohérence a posteriori, il y a un enchevêtrement d’opérations plus ou moins conscientes liant l’individu à son environnement social. Becker utilise la notion de « paris adjacents » ou « paris subsidiaires » (« side bet ») pour illustrer les éléments externes qui peuvent contraindre un individu à agir de façon cohérente dans une situation donnée (Gardella et Monnet, 2006 : 12). Sociologiquement, cela signifie que les relations sociales sont faites d’un enchevêtrement de paris, c’est-à-dire d’engagements qui lient les individus (ce que Boudon appelle un « système de contraintes »), et dont ces derniers ne se rendent parfois compte qu’une fois en situation. On pourrait classer les exemples pris par Becker (2006 : 5-7) en deux types : les paris économiques et les paris identitaires. Les premiers sont ceux où le coût du changement (de travail par exemple) est supérieur à son bénéfice, contraignant l’individu à ne pas opérer ce changement. Les seconds sont ceux où l’entourage maintient la personne dans un rôle qu’elle a contribué à établir, comme se montrer « digne de confiance » ou « fiable » professionnellement. Ces deux types de paris (ou d’engagement) s’appliquent au cas de Léa Simon : par exemple, l’engagement économique étant un lien maintenu par ses parents pour qu’elle rentabilise ses études médicales, l’engagement identitaire (ne pas se décevoir elle-même) étant un lien qu’elle a créé pour réussir son concours de médecine. Ajoutons que pour Becker, l’analyse de l’engagement est indissociable de celle du « système de valeurs » : comprendre les valeurs, c’est comprendre « le type d’étalon » de l’action (Becker 2006 : 8).

18La sociologie pragmatique de Laurent Thévenot (2006, 2011) permet, en outre, de comprendre l’engagement de Léa Simon comme un rapport d’adaptation à son environnement, aux autres agents et à soi, jusqu’à la « réalisation de soi » (Genard, 2011 : 9). La notion de « régime d’engagement» – qui désigne un « équilibre toujours provisoire et instable » (Hartog, 2006 : 980) – permet alors de caractériser la dynamique de l’engagement, le « mouvement de l’engagement » (Thévenot, 2011 : 7 ; Gardella et Monnet, 2006 : 146, note 24). De plus, la notion de régime permet de délimiter des configurations de situation. Elle sert ainsi de « mode d’articulation de dimensions macro-sociales (des situations et des comportements pré-agencés, ayant une validité plus grande que telle ou telle situation particulière) et de dimensions micro-sociales (des situations localisées et des acteurs individualisés) » (Corcuff, 1998 : 3).

  • 13  Cette reconstitution spatio-temporelle est le résultat de notre analyse et non un découpage fourni (...)

19Analysée en termes de régime d’engagement, la trajectoire du Dr Simon peut être reconstituée de la façon suivante (cf. schéma ci-dessous). Cette trajectoire se déroule dans les années 200013. Le début et la fin (provisoire) de la trajectoire sont balisés par son entrée en première année de médecine et l’obtention de ses diplômes d’acupuncture et de soins palliatifs. La période des études médicales (soit la période précédent l’internat) correspond à un régime d’engagement contradictoire où Léa Simon tente de surmonter les conflits de valeurs anti-médicale (disposition familiale) et médicale (formation hospitalo-universitaire). La période des débuts professionnels correspond à un ensemble de deux régimes d’engagement cohérents où Léa Simon, parvenue à surmonter la contradiction précédente, va d’abord agir en militante des MAC (premier régime d’engagement cohérent), avant de modérer son élan pour s’adapter à chaque situation (deuxième régime d’engagement cohérent). Enfin, un troisième régime non plus chronologique, mais analysant les valeurs en jeu dans les formes d’engagement, permettra de clore l’analyse de la trajectoire.

Les études médicales : un régime d’engagement contradictoire

L’engagement contradictoire des six premières années : « Je n’ai jamais voulu faire médecine ! »

20Par « études médicales », Léa Simon désigne les deux premiers cycles de médecine, soit les six années d’études précédant l’internat. Ce moment se distingue du troisième cycle de l’internat à caractère professionnel plus marqué, comme nous le verrons dans la deuxième partie. Pour Léa Simon, les études médicales ont été traversées par une tension permanente entre l’avancée dans les études et le rejet de la médecine officielle, faisant de ce moment un régime d’engagement forcé et contradictoire. Nous préférons le terme « contradictoire » à « pluriel » qui, étant plus large, ne permet pas d’appréhender la tension critique de ce régime.

Pourquoi « faire médecine » ?

  • 14  Son père est un ancien kinésithérapeute reconverti dans l’ostéopathie énergétique, une méthode ass (...)

21Avec son père comme modèle14, Léa Simon a pris conscience dès l’adolescence de son intérêt pour le soin, en particulier du soin par le toucher. Mais l’expérience des problèmes de légitimité institutionnelle – c’est-à-dire de reconnaissance par l’institution médicale et les pouvoirs publics – ont poussé le père à orienter sa fille vers des études médicales, « pour jouer la sécurité » (Entretien 1) :

« Du coup, moi j’ai baigné là-dedans, j’en ai vu les résultats : quand j’étais petite, je voyais sur moi, ma famille, et puis les patients de mon père. Et du coup, je voulais travailler là-dedans, je voulais travailler dans quelque chose de plutôt corporel en fait. Donc je voulais travailler dans, plutôt dans le… ostéopathie. Et comme mon père, il pratique l’ostéopathie énergétique, et qu’il n’est pas reconnu – parce que c’était pas reconnu à l’époque, qu’y avait des procès, il y avait pas mal de soucis – donc il m’avait un peu poussée, à me dire : “Ben fais médecin, comme ça t’auras un diplôme, et puis après, tu t’installeras où tu veux, tu feras ce que tu veux, tu seras…” c’était pour jouer la sécurité ».

  • 15  Le « groupe initiation » désigne ceux qui ont eu une expérience directe ou indirecte de la maladie (...)

22Ce passage montre aussi que la vocation de Léa Simon date de l’adolescence et trouve moins son origine dans l’expérience de la maladie, comme chez certains étudiants, que dans la figure du père, qui sert d’autant plus de modèle qu’il n’y a pas de médecins dans sa famille. Par ses motivations, on peut donc dire que Léa Simon est une figure sociologique « complexe » dans la typologie, établie par Catherine Déchamp-Leroux (1994)15, des groupes d’étudiants identifiés en fonction de leurs motivations pour les études médicales. Mais Léa Simon est aussi une figure singulière car sa vocation n’est pas d’être médecin, mais de soigner ; le choix de devenir médecin généraliste est avant tout un moyen d’assurer plus de liberté à une pratique moins orthodoxe.

Le désenchantement des études médicales

23« Ça a été la guerre » à la sortie du baccalauréat, raconte-t-elle, car le choix des études médicales lui fut imposé par ses parents et son frère « qui était en médecine » : « Ben… OK, j’essaie une année, mais si je loupe le concours, je ne recommence pas » leur répliqua-t-elle (Entretien 1).

24Pour comprendre l’engagement contradictoire de Léa Simon en totalité, il faut analyser « son système de valeurs » (Becker, 2006 : 7). À la base, se trouve l’opposition radicale entre les figures du médecin et du non-médecin, à laquelle est associée l’opposition entre chimique et non-chimique. Elles sont héritées de son père et du milieu de non-médecins qu’il fréquente, où dominent un éclectisme thérapeutique (ostéopathie, énergétique chinoise, psychogénéalogie) et un discours radical contre les médecins. Léa Simon, qui suivait son père dans ses stages de formation, a grandi dans cet univers, comme elle le souligne :

« dans cet univers-là, ben les médecins, c’est que des cons quoi, c’est… des cons qui vous donnent de la cortisone, les cons qui vous donnent des médicaments, alors que… iatrogènes et tout ça… et du coup, moi je me persuadais de cette idée-là, en me disant : “Mais je veux pas être comme eux” » (Entretien 1).

25Pourtant, Léa Simon s’est isolée du monde, étudiant pour mieux se consacrer au concours qu’elle a préparé de manière acharnée pendant sa première année de médecine avec succès. Elle-même s'étonne de cette contradiction qu’elle explique par un désir de réussite :

« Sauf qu’en fait, je me suis pris au jeu des notes, de réussir, et… du… narcissique quoi : je n’ai jamais échoué, et je ne pouvais pas… faire exprès d’échouer » (Entretien 1).

26Cet engagement vis-à-vis de soi-même rappelle cette remarque d’Anselm Strauss sur le sacrifice dans l’engagement individuel : « tout engagement à long terme, fût-il de faible portée, inclut l’acceptation du sacrifice », l’individu « jouant sur lui-même le rôle de public et de juge » (Strauss, 1992 : 45).

27Si Léa Simon a vécu cette réussite dans la même contradiction (« Pas de bol, ça n’arrive pas à tout le monde ! »), la situation était exceptionnelle (« Parce que tous les amis… tous les enfants des amis de mes parents, mon frère et tout ça, tous ils ont été doublants ! »). Au point que toute tentative de changement était sanctionnée par l’entourage :

« quand forcément vous dites ça, alors que vous avez réussi bizu, études de médecine, tout le monde crie au scandale quoi, tout le monde vous dit : “Mais quoiii ! T’as réussiii, tu te rends pas commmpte, t’auras un métierrr… c’est… tu te rends pas compte de la chance que t’aaas… na na na” et du coup, vous culpabilisez à dire d’arrêter en fait, à dire : “Non, je me suis trompée, je vais aller dans une autre formation” » (Entretien 1).

28La valeur de réussite « narcissique » se retourne contre Léa Simon sous la forme d’une chance à saisir que lui impose son entourage familial et amical. La réussite personnelle acquise devient une réussite sociale à assumer. Toute une pression sociale est déployée pour entretenir la vocation médicale, par le biais d’encouragements dans les conduites adaptées et de découragement de « toute conduite inadéquate » (Hall 1948, 1970 : 210).

29Les valeurs du soin – déjà soulignées dans l’opposition médecin/non-médecin et chimique/non-chimique – ont pesé sur Léa Simon jusqu’à devenir insoutenable en quatrième année. Elle ne supportait plus l’approche segmentaire et organique du patient pratiquée à l’hôpital, opposée à l’approche globale et relationnelle prônée par son père, et se sentait dans « un double univers » :

« Et en quatrième année de médecine, j’ai vraiment… je commençais à péter un câble, parce que j’étais de plus en plus dans les milieux, et je voyais comment fonctionnait le milieu médical, et… la façon de voir l’être humain or… organique en fait… et pas dans sa globalité. Et après, j’avais cette espèce de… de dichotomie où je rentrais chez mon père avec une notion beaucoup plus globale de la vie, des personnes, leur vie personnelle, et le sens que ça prenait, le sens que la maladie prenait dans leur vie personnelle, et qui était complètement négligé à l’hôpital » (Entretien 1).

30Ainsi, les études médicales de Léa Simon se sont déroulées sous tension. Elle n’a plus été motivée par la valeur de réussite personnelle de la première année, travaillant un minimum pour pouvoir franchir « ricrac » chaque année :

« six ans d’études où je me suis dit : ‘Je ne ferai pas médecin… Je passe les examens, pour pouvoir faire autre chose après : faire de l’ostéopathie ou faire autre chose » (Entretien 1).

31Son présupposé d’une médecine officielle segmentaire, chimique et inhumaine se trouvait peu à peu confirmé par les situations auxquelles elle était confrontée sur le terrain des études médicales.

L’entrée en acupuncture

32La crise en quatrième année de médecine pousse Léa Simon « à faire le forcing » auprès de ses parents pour une formation parallèle. Sur les conseils de son père, elle ne s’est pas orientée en ostéopathie comme elle le voulait initialement, pour éviter une autre formation abordant le corps comme une structure anatomique pouvant être segmentée, ce qu’elle reprochait déjà à la formation médicale. Elle choisit l’acupuncture, en accord avec la valeur de la globalité du soin attribuée à cette médecine. Elle commence sa formation en acupuncture dans l’école privée dans laquelle son père a étudié. Soulignons ce point : alors qu’il existe des Diplômes Inter-Universitaires (DIU) d’acupuncture réservés aux médecins (depuis 1987), Léa Simon s’oriente dans une formation ouverte aux non-médecins, sans hésiter : « au contraire, c’était même beaucoup mieux pour moi, d’aller dans une école privée, parce que je ferais de la médecine traditionnelle chinoise… ». Selon elle, le DIU d’acupuncture était « critiqué » pour son ignorance des textes anciens et sa préférence pour les « recettes » thérapeutiques. Cependant, la double formation en médecine et en acupuncture lui coûte, en raison de la distance (l’école d’acupuncture étant dans une autre ville) et de la charge de travail cumulé. Du fait, en partie, de ces contraintes, Léa Simon n’a pas fini sa formation en acupuncture dans la même école, ni en quatre années successives, comme le veut le cursus normal.

L’harmonisation de l’engagement avant l’internat : « et là j’ai vu une autre médecine »

La double peur de « devenir médecin »

33Une deuxième crise a eu lieu en sixième année, celle du « concours d’internat ». Alors que les étudiants travaillent tout l’été dans cet objectif, Léa Simon fait un voyage en Inde. À son retour, se rendant compte du retard impossible à rattraper, elle est « prise de panique » et décide de s’orienter vers une formation plus accessible : la psychomotricité. Pour ses parents, c’est l’incompréhension car cette formation la rendra « dépendante des ordonnances des médecins ». Réaction légitime, souligne-t-elle : ils venaient d’investir dans six années d’études pour la voir finalement s’orienter vers une formation « moins valorisée » (Entretien 1). Pour eux, leur fille s’expose à une double dévalorisation, en termes de liberté d’exercer et de prestige social.

34Elle donne deux explications à ce revirement. D’une part la peur d’incarner l’anti-valeur de la figure du médecin :

« En sixième année, ça m’a fait peur de me dire : “Dans un an, tu es médecin, alors que ça fait des années que tu entends dire : “Les médecins, c’est tous des cons”. Donc c’est paradoxal de devenir vous-même comme ça » (Entretien 1).

35D’autre part, la peur des responsabilités : « j’avais peur d’être médecin, peur d’être interne en fait, de prendre des responsabilités… » (Entretien 2), peur partagée par nombre d’étudiants devant le choix de la médecine générale (Hardy Dubernet et Faure, 2006 : 58-59). Cette peur est liée à une difficulté majeure attribuée à la discipline : celle d’être polyvalent et omniscient, « une médecine pour laquelle il faut tout savoir sur tout » (Hardy Dubernet et Faure, 2006 : 60). Chez Léa Simon, cette seconde peur est renforcée par la conscience de son laxisme dans ses études (Entretien 2). La peur de la responsabilité revêt d’ailleurs, dans le jargon médical qu’elle reprend, la forme d’un affrontement : la peur d’être « en première ligne », « métaphore guerrière du front » (Sarradon-Eck, 2010 : 259).

La sixième année semi-sabbatique et l’ébranlement du système de valeurs

36Stratégie de négociation ou réelle solution d’urgence, son projet de réorientation vers la psychomotricité aboutit finalement à un compromis avec ses parents : faire sa sixième année en deux ans, la première étant une année semi-sabbatique durant laquelle elle suit son stage le matin, sans réviser l’après-midi les matières sur lesquelles porte le concours ; elle suspend par ailleurs sa formation en acupuncture. Cette « année un peu vide » lui permet d’effectuer « d’autres stages en périphérie » du CHU, hors des sentiers balisés par l’institution universitaire. D’une part en gériatrie :

« et là, j’ai vu une autre médecine, j’ai vu des gens beaucoup plus humains, j’ai vu des équipes beaucoup plus… solidaires. Il y avait moins la hiérarchie : le grand patron, la… l’infirmière… en-dessous, et puis l’interne qui est un numéro… » (Entretien 1).

37D’autre part, elle cherche un stage en médecine générale » pour voir si c’était vraiment ça que je voulais faire ». Les visites à domicile lui plaisent (« je me suis éclatée, j’ai trouvé ça génial »). Elle note alors : « d’un seul coup, de sortir de l’hôpital, je me suis rendue compte qu’on pouvait faire la médecine autrement qu’à l’hôpital en fait » (Entretien 1).

38Sur le plan personnel, Léa Simon découvre l’hypnose par « un pote à la fac » et y recourt pour résoudre ses « questionnements ». La métaphore de l’arbre employée par la thérapeute est percutante :

« L’arbre il peut avoir plusieurs branches [qui appartiennent] quand même au même arbre… les branches, elles sont séparées, elles ont le même tronc et elles ont les mêmes racines. Donc cette image, elle m’avait vraiment marquée, elle avait été percutante pour moi… ça m’avait fait prendre conscience que je pouvais faire les deux, et je n’étais pas obligée de choisir entre les deux » (Entretien 2).

39Trois ou quatre séances d’hypnose ont suffi pour qu’elle comprenne et accepte sa contradiction interne (devenir médecin et acupuncteur). Toutefois, elle souligne que « c’est un ensemble » – l’hypnose « plus le contexte de l’année en globalité » – qui a permis le dénouement des contradictions dans l’engagement (Entretien 2).

40C’est donc au cours de cette sixième année semi-sabbatique que le système de valeurs de Léa Simon s’ébranle, par l’effritement de la pierre angulaire de l’anti-médecine. Forte de ses expériences professionnelles et personnelles, elle commence à porter un regard « un peu plus critique » sur l’anti-médecine : « Mais ces gens qui sont dans le milieu alternatif, ils n’ont pas forcément toujours raison de critiquer les médecins. Les médecins aussi font des choses bien » (Entretien 1). Par une interprétation psychanalytique, elle prend aussi du recul vis-à-vis de son père qui incarne la valeur de l’anti-médecine :

« Je lui avais dit : “Ecoute, faut que tu arrêtes de casser les médecins devant moi, parce que… je suis ta fille, donc forcément je veux te plaire, donc… si… tu casses les médecins” » (Entretien 1).

41Cette critique de l’anti-médecine se développa pendant l’internat : le « contact direct avec les malades » et la prise de « responsabilité » lui feront comprendre que l’exercice de la médecine n’« était dépendante que de soi en fait » (Entretien 1).

Un régime d’engagement contradictoire dans la trajectoire des études médicales

42Pour reprendre l’expression de Bernard Lahire, Léa Simon est une « transfuge de classe », c’est-à-dire une personne sortie de sa condition sociale par voie scolaire et qui vit ce déplacement de l’univers familial dans l’univers scolaire de manière contradictoire, psychiquement conflictuelle (Lahire, 1998 : 48-49). Au centre de ce conflit se trouvent des schèmes d’action ou des dispositions hétérogènes. Cependant, dans le cas présent, ces schèmes n’étaient pas tous incorporés dans l’univers familial : la contradiction n’a pas précédé l’expérience de socialisation des études médicales, elle est apparue à cette occasion. Car jusque-là, le schème d’action principal était de devenir thérapeute non-médecin. C’est l’entrée en faculté de médecine, univers inversé de l’univers familial, qui va mettre le schème anti-médecin acquis en tension avec le schème médecin à acquérir. Tension renforcée par une formation en acupuncture, dans une école privée de surcroît. Pour reprendre les mots de Bourdieu à propos du transfuge, tout se passait comme si Léa Simon vivait son entrée en médecine comme une exigence de « renversement de la table des valeurs » (1974 : 24).

43D’où le régime d’engagement contradictoire des études médicales. La cause de ce régime est l’absence de légitimité institutionnelle du non-médecin – vécue par son père – qui pousse Léa Simon en faculté de médecine. Deux types de biens la maintiennent dans ce régime : son rapport à elle-même, par son désir de soigner, mais aussi son désir de réussir, et son rapport à ses parents, par leur investissement économique (coût des études) et social (prestige). La forme du régime est sa contradiction, sa dynamique à reculons, son engagement davantage subi, où la personne est plus « engagée » passivement qu’elle ne « s’engage » activement. Mais ce qui stabilise ce régime malgré tout, c’est la durée (six années) et l’espace (cours en faculté, stages en hôpital) imposés par l’institution universitaire. Dans cet espace-temps, Léa Simon adopte un mode d’ajustement par minimisation, comme de nombreux étudiants en médecine (Baszanger, 1981 : 234). La fin du régime correspond à l’achèvement des études médicales, à cette sixième année décisive où la peur de l’internat révèle la peur de s’engager ; où, en même temps, l’année semi-sabbatique permet à Léa Simon de s’ouvrir des espaces d’expériences professionnelles et personnelles pour résoudre ses contradictions internes. Ainsi, ce régime d’engagement contradictoire croise les dimensions institutionnelle et individuelle, les processus de socialisation de l’étudiante en médecine, d’adaptation de la transfuge de classe et de réalisation de soi dans cette trajectoire.

Les débuts professionnels : deux régimes d’engagement cohérents

L’entrée en soins palliatifs et la reprise de l’acupuncture

44Nous avons distingué, dans la formation médicale, les études médicales et les débuts professionnels : durant les six premières années, il s’agit de « faire médecine », alors que l’internat consiste à « faire de la médecine », c’est-à-dire apprendre à soigner, « depuis le diagnostic jusqu’à la prescription et le suivi des malades » (Hardy-Dubernet et Gadea, 2005 : 82). Cette distinction est partagée par le Dr Simon qui n’a compté que les six premières années lorsque nous lui avons demandé la durée de ses études. Dans notre analyse, les débuts professionnels s’étendent de l’internat aux premières années suivant la soutenance de thèse qui, chez Léa Simon, correspondent à un moment de transition.

45Le stage du deuxième semestre d’internat du Dr Simon se déroule en pneumologie « où y a beaucoup de cancéro » (Entretien 1). C’est ainsi qu’elle découvre les soins palliatifs à l’hôpital A., avec les nombreux malades contraints aux longs séjours par manque d’hospitalisation à domicile (HAD). L’expérience de l’accompagnement, de l’incompétence, de la charge émotionnelle et de la mort nourrissent son projet de travailler dans une HAD. Pour cela, elle entreprend de passer – à l’hôpital B. – un Diplôme de soins palliatifs. Ce choix est une alternative à la médecine générale, « parce que ça ne m’intéressait pas de prescrire des antibio pour des sinusites et tout ça » (Entretien 1), en attendant d’être diplômée en acupuncture et de pouvoir enfin exercer le métier d’acupuncteur.

46Léa Simon ne poursuivit sa formation d’acupuncture, commencée en quatrième année de médecine, qu’en troisième année d’internat. Elle redoubla sa deuxième année d’acupuncture (sur quatre ans au total) dans la Ville 1, puis la tripla dans la Ville 2 dans une école appartenant à la même fédération de Médecine Traditionnelle Chinoise, afin de se former en médecine et en acupuncture dans la même ville.

47Nous allons désormais analyser les débuts professionnels de Léa Simon à travers les deux régimes d’engagement qui le constituent. Le premier régime est actif, militant : il s’agit de promouvoir l’intégration de l’acupuncture et des MAC dans l’institution médicale (faculté et hôpital). Le second régime est adaptatif au sens où il n’est plus question de viser un projet précis, mais de saisir les occasions d’intégration qui se présentent.

L’engagement militant pour les MAC : « Il faut être le loup dans la bergerie »

48Le Dr Simon se rappelle de cette phrase « assez percutante » de sa mère à l’époque où elle voulait « arrêter médecine » :

« si tu veux changer les mentalités, il ne faut pas fuir, il faut être le loup dans la bergerie […] il faut profiter d’être au cœur du système, pour essayer » (Entretien 1).

49Cet impératif d’un engagement offensif, voire prédateur, va déterminer Léa Simon à agir pour prouver au « système » médical l’intérêt des MAC :

« au lieu de me plaindre que les gens sont fermés d’esprit et tout ça, au contraire, c’est en essayant d’être au milieu d’eux et de leur prouver ».

L’engagement par la preuve : la thèse sur les MAC

50Sa thèse de médecine est le premier signe fort de cet engagement : « Ma thèse a été une action militante » (Entretien 2). L’objectif initial était de savoir quelle information sur les MAC était dispensée dans les facultés de médecine françaises. Le projet final était d’« apporter une information sur les médecines complémentaires à la faculté » pour « casser l’ostracisme » des médecins dû à leur « méconnaissance ». « Et donc, avant de dire : ‘Ben faut vous apprendre’, fallait que je démontre que ce n’était pas fait » (Entretien 2). Ainsi, elle propose des « cours de sensibilisation aux MAC » aux internes dans les facultés de médecine de la Ville 2. Depuis sa soutenance de thèse, des propositions de cours sur les MAC en faculté de médecine lui ont été faites, mais elles n’ont jamais été concrétisées : non seulement la responsable pédagogique qui se montrait intéressée ne l’a pas recontactée, mais la présentation d’un poster de sa thèse dans un congrès n’a pas suscité l’intérêt des médecins généralistes de son université. Aujourd’hui, Léa Simon exprime donc sa désillusion :

« [Ma thèse n’] a pas porté ses fruits comme je le pensais, comme on me l’a fait croire parce que c’est comme ça dans le milieu… les gens sont enthousiastes, ils disent que ça va faire ci, ça va faire ça, puis en fait, ça ne fait pas grand-chose » (Entretien 2).

51Vécue moralement comme une promesse non tenue, cette désillusion s’analyse comme celle d’un acteur croyant que la démonstration de l’absence des MAC en faculté de médecine et l’argumentation en faveur de leur utilité thérapeutique suffisaient à convaincre le « système » : illusion de la puissance suffisante de la preuve institutionnelle et de l’intérêt thérapeutique comme arme de conviction, mais aussi illusion qu’un seul individu animé d’une volonté franche pouvait manier cette arme avec efficacité.

L’engagement par la pratique : l’acupuncture en soins palliatifs

52Léa Simon s’engage aussi par ses tentatives d’introduire l’acupuncture dans trois lieux de pratique hospitaliers. La première tentative fut nulle. Effectuant son stage de soins palliatifs (troisième année d’internat) dans un hôpital gériatrique de la ville 2, les soignants montraient leur intérêt pour l’acupuncture. Pourtant, Léa Simon n’a pas été autorisée à pratiquer : « ils ne voulaient pas prendre le risque de quelque chose de non connu, non reconnu » (Entretien : 1) alors que « légalement, un médecin, il peut faire une ponction lombaire, il peut faire une ponction d’acide, donc il peut mettre une aiguille d’acupuncture ». Obstacle de la légitimité plus que de la légalité de l’acupuncture.

53La deuxième tentative fut faite dans un service de soins palliatifs à l’hôpital A. Un projet de consultation d’acupuncture d’une demi-journée par semaine fut élaboré avec l’équipe, mais ne fut pas concrétisé par manque de temps de sa part.

54La troisième tentative aboutit à une pratique limitée (une demi-journée par semaine), mais régulière de deux ans dans l’équipe mobile de soins palliatifs de l’hôpital B. Le rôle du chef de service ici est central, qui ne lui demande rien sur sa « formation » ni sur ses « diplômes ». Pour reprendre la typologie de Melinda Goldner, la chef de service est dans une position d’« assentiment » (2004 : 720 « acquiescence »), c’est-à-dire d’acceptation de la pratique libre d’une MAC dans son service. Selon le Dr Simon, l’intérêt de son chef était de satisfaire deux objectifs pour son service : une logique de soins (donner « l’opportunité aux patients » d’avoir d’autres soins) et une logique d’attraction de la clientèle (enrichir sa « vitrine » de soins) (Entretien 1). Néanmoins, le Dr Simon sut saisir l’occasion pour tenter de convaincre davantage sa chef de service de l’intérêt spécifique de l’acupuncture. En effet, lors d’une inauguration dans le service, cette dernière, sujette à des nausées, réclama des médicaments. A défaut, le Dr Simon lui proposa l’acupuncture. L’expérience fut positive puisque la chef de service se rétablit après dix minutes et pu apprécier la fin de la soirée. Dès lors, selon le Dr Simon, elle en fut « beaucoup plus convaincue » bien qu’elle n’en fît jamais « l’apologie ».

  • 16  La traduction de « backdoor » par « porte de service » est de Cohen et al. (2010 : 39).

55Cette action de légitimation du Dr Simon évoque les analyses d’Alex Broom et Philip Tovey sur l’introduction des MAC en hôpital par la « porte de service » (2008 : 76)16, c’est-à-dire de façon marginale, à partir des vides juridiques ou normatifs, en fonction de la culture de l’établissement et de l’intérêt du chef de service, et non comme « le résultat d’une politique intentionnelle et planifiée » (Cohen et al., 2010 : 39).

56L’autre moment important de cette troisième tentative est la réalisation, par le Dr Simon, d’une étude sur l’acupuncture dans le cadre de son mémoire de soins palliatifs. Dans le projet de recherche, et sur les conseils d’un médecin acupuncteur, le Dr Simon adopte une stratégie d’argumentation pour rendre accessibles les notions et la logique de la médecine chinoise, en se mettant à la « sauce… acupuncture occidentale » : par exemple en évitant de parler de « faire une harmonisation ou une mobilisation du qi » (Entretien 1) ou d’évoquer la théorie des « cinq éléments » (théorie de correspondance entre organes, éléments, saisons, etc.), mais en insistant plutôt « sur les études, sur les protocoles… » (Entretien 1). Le Dr Simon reconnaît que cette stratégie est commune aux médecins acupuncteurs qui œuvrent pour la reconnaissance médicale, en rendant l’acupuncture « moins ésotérique » (Entretien 1).

57Quels constats a-t-elle tirés de cette étude, et donc de son engagement en faveur de l’acupuncture en soins palliatifs ? Sur le plan thérapeutique, « le fait d’être […] localisé en soins palliatifs était très limitant » (Entretien 1), car dans la représentation des patients, les soins palliatifs sont un lieu de fin de vie, ce qui n’est « pas neutre ». De plus, le Dr Simon aurait souhaité que les oncologues raisonnent par complémentarité thérapeutique en anticipant, et non par élimination :

« Mais l’oncologue, moi j’aurais aimé qu’il comprenne que même leurs patients qui sont plutôt bien, qui sont dans une bonne tolérance, qui ont des médicaments, des choses comme ça, pouvaient venir pour un accompagnement, même s’il n’y avait pas de symptômes résistants, même s’il n’y avait pas une demande du patient et que ça pouvait vraiment être un soin complémentaire… à anticiper, et pas forcément le soin de la dernière chance parce que ils ont tout essayé et puis… “bon ben allez” » (Entretien 1).

58Elle pense donc que la localisation de l’acupuncture dans le service d’oncologie même permettrait « une très bonne collaboration » (Entretien 1), en traitant rapidement les patients ayant des chimiothérapies, donc en exploitant mieux le potentiel de l’acupuncture.

59Le Dr Simon ne cache pas sa déception quant au peu d’intérêt de l’équipe de soins palliatifs et des oncologues. Elle avait toujours le sentiment de devoir les solliciter pour avoir des patients. D’où sa décision de se retirer de l’équipe mobile de soins palliatifs de l’hôpital B. et de s’installer en cabinet pour un remplacement : « C’est vrai que c’est assez agréable d’être en cabinet, d’avoir des gens qui viennent et qui veulent ce genre de soins, qui sont déjà dans une démarche et une dynamique particulière, bon ben, ça change… » (Entretien 1, souligné par elle). Elle a ainsi le sentiment d’être « valorisée ».

L’engagement selon l’ordre des choses : « Comme disent les Chinois, il faut suivre les formes, ne pas lutter »

60Après la désillusion de l’engagement militant, le Dr Simon a pris du recul sur sa trajectoire et ses engagements. Elle juge que l’accumulation des activités a nui à la qualité de leur réalisation et préfère désormais changer sa « stratégie » en faisant les « choses progressivement » (Entretien 2). Ainsi, elle ne « force pas pour mettre l’acupuncture à [l’hôpital A] », car elle a encore « beaucoup de choses à apprendre en soins palliatifs ». Entre temps, la proposition lui a aussi été faite d’intégrer le corps enseignant d’un DIU d’acupuncture en 2012-2013. Par ailleurs, étant donné l’événement de sa grossesse, le projet d’introduire l’acupuncture dans le service d’oncologie à l’hôpital B. est mis en suspens, sans que cet événement n’ait d’autres conséquences sur ses implications en cours. Enfin, revenant sur le projet final de sa thèse (un cours d’initiation aux MAC pour les internes), elle estime avoir dépensé trop d’énergie pour bien peu de résultat.

61Se référant à la pensée chinoise, elle livre alors sa philosophie de l’engagement :

« Au début, je suis partie en me disant, que ça passera par ça – par la faculté – en fait ça passe par d’autres choses pour l’instant, voilà. Ca ne veut pas dire que ça ne se fera jamais, mais pour l’instant, ça passe par… faut suivre le… il faut, comme disent les Chinois, il faut suivre les formes, ne pas lutter […] c’est un peu comme en tai chi chuan des fois, vous avez le mouvement de l’eau, vous vous mettez selon la forme, vous ne rentrez pas en opposition ou en lutte… Voilà, donc maintenant, j’essaie de me dire qu’il ne faut pas partir avec des idées préconçues et un peu butées, et qu’il faut plutôt suivre le mouvement. Tous les ans, on me propose des choses, donc je ne suis pas à plaindre… » (Entretien 2).

62La métaphore de l’eau est centrale dans la philosophie taoïste (Cheng, 1997 : 182). Elle permet d’illustrer le principe du non-agir qui ne consiste pas à ne rien faire « mais à s’abstenir de toute action agressive, dirigée, intentionnelle, interventionniste » (Cheng, 1997 : 183). Historiquement, ce principe permettait de comprendre « comment sortir du cercle vicieux de la violence » guerrière (Cheng, 1997 : 179-180). L’engagement militant du Dr Simon pour l’intégration des MAC en faculté de médecine fut mené dans la perspective d’un rapport de forces, d’une attaque (« être le loup dans la bergerie), voire d’une guerre (partir en « fer de lance »), mais il s’est heurté à une absence de forces, de proie, d’ennemis. En recourant au principe du non-agir, le Dr Simon ne cherche donc pas à sortir du cercle vicieux du combat contre l’institution, mais de son cercle vicieux intérieur, celui créé par un sujet voulant imposer ses idées au « système » médical. C’est à force d’échecs qu’elle a compris que sa stratégie d’action devait faire place à une stratégie du non-agir consistant à saisir les occasions selon l’ordre des choses, à l’instar des médecins acupuncteurs néo-zélandais qui se plient à la norme de l’orthodoxie médicale en présence de leurs collègues ou pour défendre leurs intérêts contre les non médecins, mais prennent leurs libertés pratiques et théoriques par ailleurs. Ils sont, selon Dew, des déviants de l’intérieur (« deviant insiders ») qui s’adaptent et expriment des « arguments fluides et dépendant du contexte » (Dew, 2000 : 1794).

Deux régimes d’engagement cohérents dans la trajectoire des débuts professionnels

  • 17  Réalisé en 1995, L’âge des possibles traite des séquences de vie de dix jeunes femmes et hommes d’ (...)

63Pour résumer, la trajectoire des débuts professionnels du Dr Simon est composée de deux régimes d’engagement cohérents. Ces régimes sont dynamiques, puisque la personne s’engage activement, à la différence du statisme dominant du régime contradictoire où la personne est engagée passivement. Le premier régime de l’engagement militant a pour origine le projet d’introduire les MAC en faculté de médecine (cours d’initiation) ou à l’hôpital (acupuncture). Ce projet est fondé sur l’idée d’une intention, d’une volonté qui détermine son action et vise un objectif défini. Il correspond au « modèle de l’action à visée instrumentale » (Thévenot, 2011 : 6). Le bien du régime est donc le but à atteindre. La forme de ce régime peut être dite « solide », selon nous, car animé par une logique de force et d’accumulation. Ce qui stabilise le régime de l’extérieur, est, comme pour le régime d’engagement contradictoire des études médicales, l’espace-temps institutionnel, avec la réalisation de la thèse de médecine et du mémoire de soins palliatifs. Ce premier régime va prendre fin avec la compréhension de l’inefficacité de la logique de force, surtout employée avec démesure. Le second régime d’engagement selon l’ordre des choses trouve ainsi son origine dans le projet d’introduction des MAC dans l’institution médicale par la mesure et le laisser venir. Le bien de ce régime est l’adaptation de la personne à son environnement (situations, entourages, occasions) : il « n’est rien moins que la formation d’une volonté individuelle dans un projet liant à soi-même et se laissant transporter et saisir par d’autres sans qu’ils aient à se rapprocher intimement » (Thévenot, 2011 : 6). La forme de ce régime peut être dite « liquide », selon nous, en référence à la métaphore de l’eau qui illustre le principe du non-agir, de l’épousement des formes. Quant à sa stabilité et à sa fin, il est encore tôt pour se prononcer. Pour reprendre Géraldine Bloy s’inspirant du titre du film de Pascale Ferran17 :

« Nous préférons parler pour qualifier la période qui s’étire entre la fin des études (puis de la thèse) et l’installation ou l’engagement à durée indéterminée d’un ‘âge des possibles’ […] Qui dit âge des possibles dit indétermination, incertitude, instabilité, ou en positif ouverture et plasticité des projets... » (Bloy, 2005 : 121).

Le régime des valeurs du Dr Simon

64Par valeurs, nous désignons des idéaux d’origine collective (Durkheim 1924, 2002 : 137-138) qui orientent l’activité ou la passivité de la personne de façon plus ou moins déterminante. Nous avons vu comment la valeur centrale de l’anti-médecine inhibait l’engagement de Léa Simon dans ses études médicales, et comment la valeur de l’utilité thérapeutique des MAC activait au contraire son engagement des débuts professionnels. Ces valeurs sont fortement héritées de l’univers familial et plus largement de la culture des MAC.

  • 18  Par ailleurs, nous ne distinguerons pas valeurs et représentations sociales, comme l’a très bien f (...)

65À la différence des parties précédentes consacrées aux régimes d’engagement, nous ne procéderons pas à une présentation chronologique. Nous organiserons plutôt le régime des valeurs par une analyse des orientations philosophiques, pratiques, cognitives et identitaires du Dr Simon18.

Entre médecine et philosophie

66La globalité du patient est une valeur évidente et forte dans le discours du Dr Simon. Ce qui importe dans le soin, ce n’est pas seulement le patient « organique », « structurel », mais l’être humain, avec sa « vie personnelle » (Entretien 1). Par « vision altruiste », il est donc du « devoir de médecin, d’[…] informer les gens » de toutes les possibilités thérapeutiques dont il a connaissance (Entretien 1, souligné par elle). L’acupuncture est un exemple d’utilité et de complémentarité thérapeutique. En effet, la dimension énergétique en médecine chinoise permet de sortir de « l’anatomo-physiologie » et d’une approche standardisée du patient pour approcher sa singularité (Entretien 1). Allant plus loin, elle se dit fascinée par la « puissance » de la médecine chinoise et sa symbolique des correspondances qui n’a, pour elle, rien d’« ésotérique » : « c’est juste une autre façon d’expliquer les choses… mais tout colle » (Entretien 1). Elle déplore au contraire que les médecins acupuncteurs – à la différence des acupuncteurs non médecins formés dans des écoles privées ayant une meilleure connaissance des textes traditionnels – « perdent toute cette notion philosophique de l’acupuncture » (souligné par elle).

67La valeur de la médecine chinoise est exprimée par la notion de « tradition ». Bien que vieille de 2000-2500 ans, cette médecine traditionnelle contient, selon le Dr Simon, toute la connaissance de la physiologie énergétique sur l’homme. Tout a déjà été découvert sur ce plan, à l’inverse de la médecine occidentale qui fait des découvertes physiologiques « petit à petit » (Entretien 1). C’est l’absence de « machines » qui a rendu possible « une écoute du corps, une écoute de l’être humain, qui était peut-être plus aiguë à l’époque » et qui a permis d’atteindre ce niveau de connaissance « plus proche de la vérité » (Entretien 1). L’écoute de l’être humain est une sagesse, une connaissance intuitive, instinctive, qui nous ramène à notre animalité et se rapproche du naturel : « plus on s’éloigne d’une intellectualisation, plus on se rapproche de quelque chose de naturel », d’instinctif, comme le chat chasse la souris sans se poser de question (Entretien 1). Depuis son adolescence, le Dr Simon dit qu’elle a « toujours été convaincue de ça », et s’interroge sur l’origine de cette pensée : « alors est-ce que ça vient de moi, ou parce que j’ai entendu mon père en parler, des choses comme ça ? » (Entretien 1). C’est en tout cas ce qui l’a poussée à lire le « Tao », le Dao de jing (Livre de la Voie et de sa Vertu) de Laozi.

68Si ces valeurs sont directement héritées de son père, elles sont à situer plus largement dans la sous-culture des médecines parallèles qui s’est développée dans la contre-culture de contestation des sociétés industrielles des années 1970 (Laplantine et Rabeyron, 1987 : 32-33, 53-43), sous-culture dont ses parents sont sans doute imprégnés, compte tenu de leur génération d’appartenance. Dans le cas du Dr Simon, cette sous-culture peut être présentée ainsi :

Principe d’individualisation

Mythologie du regret

  • protestation humaniste : altruisme

  • globalité : écoute du patient comme être humain, symbolique des correspondances

  • utilité thérapeutique

  • idée de nature : sagesse, connaissance intuitive

  • tradition : retour vers la physiologie énergétique chinoise antique

L’accès au savoir et à la pratique en médecine chinoise

69La pratique vient toutefois nuancer le discours d’opposition des valeurs du Dr Simon. D’une part, l’accès à la théorie médicale chinoise n’est pas si intuitif qu’il lui semblait. Elle est partie de l’espoir de pouvoir « comprendre » la médecine chinoise sans avoir à « l’apprendre par cœur », mais aussi pour sortir du « par cœur » des études de médecine (Entretien 2). Or cet espoir s’est révélé être une illusion de la compréhension magique, car elle s’est heurtée à l’abstraction de ce savoir. Par exemple, « le qi, c’est quelque chose de complètement abstrait » ; les fonctions organiques sont différentes, « comme la rate qui draine l’humidité » et qui est « l’organe fonctionnel le plus important », alors qu’en médecine occidentale, « on en parle très peu » (Entretien 2). Cette difficulté est comparable aux études de « médecine occidentale » où l’approche « macroscopique », organique (exemple : la thyroïde) est plus facile à « imaginer » que l’approche microscopique de la physiologie, du métabolisme (exemple : les hormones). Elle prolonge la comparaison avec l’accès difficile à l’abstraction en mathématiques. Il a fallu du temps pour que le Dr Simon finisse par « accepter qu’il y avait des ‘c’est comme ça’ en médecine chinoise aussi, qu’on ne pouvait pas tout expliquer », autrement dit qu’il y avait des propositions à admettre sans discussion (Entretien 2). Comme pour la médecine occidentale, il a donc fallu assimiler la théorie médicale chinoise comme un ensemble de « dogmes », d’« axiomes ».

70Sur le plan de la pratique, le Dr Simon a fait un remplacement dans un cabinet de médecine générale. Le récit de son activité en cabinet permet de nuancer sa valeur naturaliste. En effet, elle n’exclut pas de recourir aux médicaments pour ses patients. Il y a certes des demandes de renouvellement d’ordonnance, mais pour des patients venant pour l’acupuncture, il lui arrive de prescrire des médicaments en plus car « plus vous avez de techniques, plus vous avez de possibilités de soulager les gens » (Entretien 2). Dans la pratique, les valeurs d’utilité et de complémentarité thérapeutique peuvent donc avoir une fonction centrale.

« Je me considère plus médecin acupuncteur » : l’identité professionnelle trouvée

71Après une telle trajectoire, comment le Dr Simon se perçoit-elle aujourd’hui ?

« C’est vrai que mon activité principale, c’est du soin palliatif, mais j’avoue que je me considère plus médecin acupuncteur, parce que c’est peut-être plus ma spécificité et c’est mon objectif final » (Entretien 2).

72Observant sa trajectoire, elle juge que le destin a bien fait les choses :

« je me dis que tout compte fait, le destin est bien fait, puisqu’il m’avait mis sur le bon chemin, puisqu’aujourd’hui, je suis épanouie je pense dans mon métier, donc je ne me suis pas trompée » (Entretien 2).

73Le rôle accordé au destin n’exclut pas son propre rôle : « donc c’est que j’ai trouvé la façon d’adapter en fonction de mes besoins et de mes envies le métier en fait ». Mais le regard de son entourage professionnel a aussi eu une influence sur la constitution de son identité professionnelle. Elle note le contraste entre le peu d’intérêt de son entourage pour l’acupuncture lorsqu’elle était étudiante en médecine et l’intérêt de ses collègues pour cette pratique au cours de ses stages d’internat. Etait-ce dû – se demande-t-elle – à l’internat, au milieu des soins palliatifs ou à la ville ? Du moins, elle a rencontré « des gens qui étaient… hyper friands », car souvent limités dans leur thérapeutique médicamenteuse. L’enthousiasme de ses collègues l’a « renforcée » dans sa formation en acupuncture :

« c’est une spécialité […] qui est atypique dans ce milieu-là et du coup, on m’identifie beaucoup avec cette spécialité, avec cette étiquette. Donc je la cultive parce que ça me… ça me plait aussi » (Entretien 2).

74En s’affirmant aujourd’hui comme médecin acupuncteur, le Dr Simon est donc parvenue au terme d’une trajectoire divisée qu’elle a su rendre plus harmonieuse. Mais cette identité trouvée ne marque pas pour autant l’arrêt du processus. Comme l’écrivait Françoise Bouchayer (1994 : 206) au sujet des trajectoires de médecins généralistes s’orientant vers les « médecines parallèles »,

« ces différentes constructions de l’identité professionnelle ne sont pas forgées une fois pour toutes et peuvent évoluer au cours d’un parcours professionnel ».

Soin, identité et altérité

75L’analyse de la trajectoire de Léa Simon montre non seulement que cure et care sont imbriqués dans la relation soignante, comme dans le cas des homéopathes (Sévigny, 1999 : 46), mais elle souligne surtout l’importance du soin comme relation impliquant « les questions d’identité, de reconnaissance, d’altérité » (Saillant et Gagnon, 1999 : 5). En effet, relationnel par nature, le soin soulève fondamentalement une problématique identitaire que masque une analyse opposant cure et care (Saillant et Gagnon, 1999 : 6). Or cette problématique ne touche pas seulement les malades, comme on le pense habituellement, mais aussi – bien qu’autrement – les médecins : la quête de sens et d’unité, l’« effort de singularisation » du soignant vis-à-vis des soignés, mais aussi des autres soignants, la recherche de reconnaissance dans un espace social ; tous ces éléments questionnent le soin comme relation problématique qui implique le soignant dans un espace intime, relationnel et institutionnel. En ce sens, les « essais/erreurs » des médecins en « rétablissement professionnel » observés par Bouchayer (1994 : 205) ne portaient pas tant sur les méthodes thérapeutiques testées que plus fondamentalement sur l’effet bénéfique (quoique susceptible d’évoluer) de ces essais sur le praticien professionnellement engagé dans la relation à l’autre par le soin.

Du système au régime des valeurs

76Finalement, la stabilisation de l’identité professionnelle du Dr Simon est le résultat de facteurs institutionnels (la fin de l’internat sanctionnée par une soutenance de thèse, l’obtention du DESC) et relationnels (l’intérêt de l’entourage professionnel pour l’acupuncture) qui ont influé sur ses motivations et sa perception de son rôle professionnel. Tout cela a contribué au remplacement d’une pierre angulaire dans son système de valeurs initial : la valeur anti-médecine a cédé la place à la valeur médecine, chargée de toutes les valeurs humanistes (altruisme, globalité), pragmatique (utilité et complémentarité thérapeutiques) et idéologique (nature, tradition). Sa stabilité identitaire repose donc sur cette stabilité structurelle de son régime de valeurs. On voit dès lors pourquoi la notion de « régime », est plus adaptée que celle de « système » de valeurs, davantage appropriée à l’univers familial. En effet, alors que les valeurs familiales (valeurs humanistes et valeur anti-médecine) dont disposait Léa Simon en entamant ses études de médecine semblaient constituer un système clos, leur mise à l’épreuve tout au long de sa trajectoire a forcé ce système au changement. Ce caractère plus dynamique et évolutif est mieux désigné par la notion de régime. On voit par là que, d’une part, les valeurs ne sont pas des normes d’action immuables – même si elles ont pu être perçues comme telle dans ce premier univers – mais des dispositions sous conditions, activées en fonction des situations (Lahire, 1998 : 63-69) rencontrées dans la trajectoire du Dr Simon. D’autre part, ces valeurs forment un ensemble ouvert et non clos (Boudon et Bourricaud, 2011 : 668), c’est-à-dire plus ou moins stable et susceptible d’évolution. Par ailleurs, à ce stade, le Dr Simon semble donc avoir dépassé la tension partagée par nombre de médecins acupuncteurs, « entre l’intégration et la dissociation des deux systèmes médicaux : médecine chinoise et biomédecine » (de La Fortelle, 2010 : 10).

Conclusion

77L’analyse du cas atypique du Dr Simon, au moyen des notions de trajectoire et de régime d’engagement, a fait ressortir des processus de réalisation professionnelle et de légitimation des médecines alternatives et complémentaires. Sur le plan de la réalisation professionnelle, le devenir médecin acupuncteur de Léa Simon n’était pas acquis d’avance, bien que fortement conditionné par l’environnement familial, tant pour son orientation vers la médecine que vers l’acupuncture. Ces deux orientations, problématiques pour elle, ont été surmontées à travers des expériences professionnelles et personnelles : en médecine, en choisissant ses terrains d’observation hors des sentiers battus et en recourant aux MAC pour elle-même ; en acupuncture, par l’intérêt, voire l’enthousiasme de son entourage professionnel en soins palliatifs pour l’acupuncture. La synthèse des deux orientations s’est faite progressivement au rythme des études médicales, par un aller-retour entre expériences et réflexions sur ses valeurs.

78La trajectoire du Dr Simon évoque l’étude comparative de Linda Barnes (2009) au sujet de l’engagement en médecine chinoise de non-Chinois et d’immigrants chinois. Quête de liberté pour les uns ou fuite d’un régime totalitaire pour les autres, Barnes observe que dans tous les cas, le choix de la médecine chinoise résulte d’un processus de décision impliquant l’intériorité de l’agent (sa sensibilité, ses valeurs, ses idées) et l’extériorité de la situation. Ainsi, Léa Simon est devenue médecin acupuncteur par une suite d’engagements impliquant des dispositions familiales et sociales et des réalisations en situation. Une telle expérience combinée permet d’expliquer, a posteriori, ce devenir en particulier, et non un autre.

Haut de page

Bibliographie

Authier j.-Y. (dir.), 2010. Etat des lieux sur les trajectoires résidentielles, Plan urbanisme, construction, architecture [en ligne] : http://rp.urbanisme.equipement.gouv.fr/puca/activites/rapport_trajectoires_resid_2010.pdf (page consultée le 01/07/13)

Barnes L., 2009. « Practitioner decisions to engage in chinese medicine: cultural messages under the skin », Medical Anthropology, 28(2) : 141-165.

Baszanger i., 1981. « Socialisation professionnelle et contrôle social. Le cas des étudiants en médecine futurs généralistes », Revue française de sociologie, 22(2) : 223-245.

Becker H., 2006 (1960). « Sur le concept d’engagement », Sociologies, découvertes / redécouvertes, Howard Becker [en ligne] : http://sociologies.revues.org.gate3.inist.fr/642 (page consultée le 15/05/2012).

Bertaux D., 2010 (1997). Le récit de vie. Paris, Armand Colin.

Bloy G., 2005. « La transmission des savoirs professionnels en médecine générale : le cas du stage chez le praticien », Revue française des affaires sociales, (1) : 103-125.

BOUCHAYER F., 1985. « Médecines différentes. Parcours de généralistes », Prospective et santé, 34 : 43-50.

Bouchayer F., 1987. Les praticiens des « nouvelles thérapies ». Stratégie de rétablissement professionnel et d’ajustement à la demande. Rapport MIRE, CNRS-ERSPI.

Bouchayer F., 1994. « Les voies du réenchantement professionnel », In Aïach P. et Fassin D. (dir.), Les métiers de la santé. Enjeux de pouvoir et quête de légitimité. Paris, Anthropos : 201-225.

Boudon R. et Bourricaud F., 2011 (1982). Dictionnaire critique de la sociologie. Paris, PUF, articles « action », « valeur ».

Bourdieu P., 1974. « Avenir de classe et causalité du probable », Revue Française de sociologie, 15(1) : 3-42.

Bourdieu P., 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63(1) : 69-72.

Broom A. et Tovey Ph., 2008. Therapeutic pluralism: exploring the experiences of cancer patients and professionals. Londres, Routledge.

Candelise L., 2008. La médecine chinoise dans la pratique médicale en France et en Italie, de 1930 à nos jours. Représentations, réception, tentatives d’intégration. Paris, EHESS, Thèse d'anthropologie.

Cant S. et Sharma U., 1999. A new medical pluralism? Alternative medicine, doctors, patients and the state. Londres et New York, Routledge.

Cheng a., 1997. Histoire de la pensée chinoise. Paris, Seuil.

COHEN P., ROSSI I., SARRADON-ECK A. et SCHMITZ O., 2010. SynthèsesRapport final pour l’Institut National du Cancer du programme « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer : une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) ».

Cohen P. et Rossi I., 2011. « Le pluralisme thérapeutique en mouvement », Anthropologie & Santé, 2 [en ligne] : http://anthropologiesante.revues.org/606 (page consultée le 12/05/2012).

Corcuff p., 1998. « » Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d’action », Correspondances (Bulletin d’information scientifique de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain), 51, juin.

Corcuff p., 2011 (1995). Les nouvelles sociologies. Paris, Armand Colin.

De La Fortelle A.-O., 2010. Observation d’omnipraticiens acupuncteurs : tension entre dissociation et intégration de deux systèmes médicaux. Un compromis ?. Université Paris V, Thèse de médecine.

Deschamp-Leroux C., 1994. « Vocation médicale et choix professionnel », In AIACH P., FASSIN D. (dir.), Les métiers de la santé. Enjeux de pouvoir et quête de légitimité. Paris, Anthropos : 87-119.

Dew K., 2000. « Deviant insiders: medical acupuncturists in New Zealand », social Science & Medicine, 50(12): 1785–1795.

Dubar C., 1998. « Trajectoires sociales et formes identitaires : clarifications conceptuelles et méthodologiques », Sociétés contemporaines, 29(29) : 73-85.

Durkheim E., 2002 (1924). « Jugements de valeur et jugements de réalité », In Sociologie et philosophie. Paris, PUF : 117-141.

Fillieule O., 2001. « Post scriptum : Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », In Revue française de science politique, 51(1-2) : 199-215.

Furnham A., Hanna D. et Vincent C. A., 1995. « Medical students’ attitudes to complementary medical therapies », Complementary Therapies in Medicine, 3(4): 212-219.

Gardella E. et Monnet e., 2006. « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [en ligne] http://traces.revues.org/index358.html (consultée le 16/05/2012)

Geertz C., 2003 (1973). « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », In Céfaï D. (dir.), L’enquête de terrain. Paris, La découverte : 208-233.

Genard J.-L., 2011. « Investiguer le pluralisme de l’agir », In « Grands résumés, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement », SociologieS [en ligne], http://sociologies.revues.org/3574 (page consultée le 31/05/2012).

Goldner M., 2004. « The dynamic interplay between Western medicine and the complementary and alternative medicine movement: how activists perceive a range of responses from physicians and hospitals », Sociology of Health & Illness, 26(6): 710–376.

Greenfield S. M., Innes m. A., Allan T. F. et Wearn A. M., 2002. « First year medical students’ perceptions and use of complementary and alternative medicine », Complementary Therapies in Medicine, 10(1): 27-32.

Greenfield S. M., Brown R., Dawlatly S. L., Reynolds J. A., Roberts S. et Dawlatly R. J., 2006. « Gender differences among medical students in attitudes to learning about complementary and alternative medicine », Complementary Therapies in Medicine, 14(3): 207-212.

Guilloux R., 2006. De l’exotique au politique : la réception de l’acupuncture extrême-orientale dans le système de santé français (xviie -xxe siècles). IEP Lyon – université Lyon 2, Thèse de science politique.

Hall O., 1970 (1948). « Les étapes d’une carrière médicale », In Herzlich C. (recueil, présentation et commentaire des textes), Médecine, malade et société. Paris, Mouton : 209-223.

HARDY-DUBERNET A.-C. et GADEA C. (dir.), 2005. De « faire médecine » à « faire de la médecine », DRESS, étude n° 53 [en ligne], http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/serieetud53.pdf (page consultée le 08/05/2012).

HARDY-DUBERNET A.-C. et FAURE Y., 2006. Le choix d’une vie… Étude sociologique des choix des étudiants de médecine à l’issue des épreuves classantes nationales 2005. DRESS, étude n° 66 [en ligne], http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/serieetud66.pdf (page consultée le 08/05/2012).

Hartog F., 2006. « Régimes d’historicité », In Mesure S. et Savidan P., Le dictionnaire des sciences humaines. Paris, PUF: 980-982.

Hsu E., 2008. « Medical Pluralism », In Heggenhougen H. K. (dir.), International Encyclopedia of Public Health, 4: 316-321.

Jodelet D. (dir.), 1999 (1989). Les représentations sociales. Paris, PUF.

JÜTTE R., 2001. « Alternative medicine and medico-historical semantics », In jütte r., eklöf m. et nelson m.c. (dir.), Historical aspects of unconventional medicine – approaches, concepts, cases studies. Sheffield, Network Series 4, European Association for the History of Medicine and Health Publications: 11-26.

Kolkman E., Visser A., Vink A.-M. et Dekkers W., 2011. « CAM-education in the medical curriculum: attitude towards and knowledge of CAM among Dutch medical students », European Journal of Integrative Medicine, 3(1): 17-22.

LADRIÈRE J., LECARME J., MOATTI C., 2013. « Engagement », encyclopædia universalis (format électronique).

Lahire B., 1998. L’homme pluriel. Les ressorts de l’action. Paris, Nathan.

Lahire B., 2012. Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales. Paris, Seuil.

Laplantine F. et Rabeyron P.-L., 1987. Les médecines parallèles. Paris, PUF.

Marcovich A., 1987. Les représentations du corps et de la maladie chez les médecins acupuncteurs et chez leurs patients. Rapport CNRS-INSERM-MiRe.

Marcovich A., 1989. « Devenir acupuncteur. Ethnographie d’une ambiguïté », L’ethnographie, 85(105) : 35-46.

ogien A. et Quéré L., 2005. Le vocabulaire de la sociologie de l’action. Paris, Ellipses.

Passeron J.-C., 1990. « Biographies, flux, trajectoires, trajectoires », Revue française de sociologie, 31(1) : 3-22.

Saillant F. et Gagnon E., 1999. « Présentation. Vers une anthropologie des soins ? », Anthropologie et sociétés, 23(2) : 5-14.

Saks M., 2002. Orthodox and alternative medicine. Politics, professionalization and health care. Londres, SAGE publications.

Sarradon-Eck A., 2010. « ‘Qui mieux que nous ?’ Les ambivalences du ‘généraliste-pivot’ du système de soins », In Bloy G. et Schweyer F.-X. (dir.), Singuliers généralistes. Sociologie de la médecine générale. Paris, Presses de l’EHESP : 253-270.

Sawicki F., Siméant J., 2009. « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, 51(1) : 97-125.

Sevigny O., 1999. « L’efficacité technique et l’efficacité symbolique : la perspective des homéopathes », Anthropologie et Sociétés, 23(2) : 41-60.

Shuval J., Mizrachi N. et Smetannikov E., 2002. « Entering the well-guarded fortress: alternative practitioners in hospital settings », Social Science & Medicine, 55(10): 1745–1755.

Strauss A., 1992 (1959). Miroirs et masques, Paris, Métailié.

THEVENOT L., 2006. L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement. Paris, La Découverte.

THEVENOT L., 2011. « Grand résumé de L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006 », SociologieS [en ligne], http://sociologies.revues.org/3572 (page consultée le 31/05/2012).

Haut de page

Notes

1 Chez ces médecins, la découverte de l’acupuncture allait des années 1940 aux années 1980.

2  Dans cet article, les expressions « médecines parallèles » et « médecines alternatives  et complémentaires » (MAC) sont équivalentes. L’utilisation de l’une ou l’autre dépendra simplement du contexte de référence : « médecines parallèles » était l’expression utilisée dans les années 1980-1990. Depuis les années 2000, elle tend à être remplacée par l’expression « médecines alternatives et complémentaires » utilisée par le Dr Simon elle-même. Pour une analyse sémantique des expressions existantes (hormis « médecines parallèles »), voir Jütte (2001).

3  L’identité est fictive et les noms de personnes et de lieux ont été anonymisés.

4  Chacune des études que nous citons fait une synthèse de la littérature sur le sujet.

5  Etude menée dans trois facultés de médecine à Londres.

6  Etude menée dans la faculté de médecine de Birmingham, auprès d’étudiants en première (n = 254), deuxième (n = 243) et troisième (n = 172) années d’étude.

7  Etude menée dans la faculté de médecine de Birmingham, auprès d’étudiants en première année d’étude (n = 150).

8  Etude menée dans toutes les facultés de médecine des Pays-Bas, tous niveaux confondus (n = 2004). Pour la France, nous n’avons cependant pas trouvé d’études de sciences sociales portant sur la question.

9  Pour une analyse historique et critique de la notion de « pluralisme médical », cf. Hsu, 2008 ; pour une présentation de la notion de « pluralisme thérapeutique » sur les soins non-conventionnels du cancer, cf. Cohen et Rossi, 2011.

10  Léa Simon utilise le mot « internat » bien qu’elle ait passé l’Epreuve Classante Nationale (ECN). Par commodité, et par fidélité à son vocabulaire, nous conservons le mot « internat ».

11  Dans cet article, l’environnement sera synonyme de « situation » et de « contexte ».

12  L’opposition entre « trajectoire objective » et « trajectoire subjective » a été proposée en sociologie des professions par Claude Dubar (1998).

13  Cette reconstitution spatio-temporelle est le résultat de notre analyse et non un découpage fourni tel quel par Léa Simon.

14  Son père est un ancien kinésithérapeute reconverti dans l’ostéopathie énergétique, une méthode associant ostéopathie et énergétique chinoise.

15  Le « groupe initiation » désigne ceux qui ont eu une expérience directe ou indirecte de la maladie ayant suscité un désir d’être médecin dès l’enfance ou l’adolescence. Le « groupe héritage » concerne ceux dont la « vocation » vient de l’influence de l’entourage familial ou amical. Le groupe « figures complexes » combine les déterminants précédents avec le désir de réussite sociale (Déchamp-Leroux, 1994 : 109-115).

16  La traduction de « backdoor » par « porte de service » est de Cohen et al. (2010 : 39).

17  Réalisé en 1995, L’âge des possibles traite des séquences de vie de dix jeunes femmes et hommes d’une vingtaine d’années, étudiants, chômeurs, salariés, amis, amants, tous vivant à Strasbourg. Il aborde leurs quotidiens, leurs sentiments, leurs interrogations sur la vie à un âge où les possibles sont encore plus ou moins ouverts.

18  Par ailleurs, nous ne distinguerons pas valeurs et représentations sociales, comme l’a très bien fait Denise Jodelet, en faisant des valeurs des conditions culturelles de production et de circulation des représentations sociales (Jodelet, 1999 : 60).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://anthropologiesante.revues.org/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronald Guilloux, « Devenir médecin acupuncteur : trajectoire et engagements du Dr Léa Simon  », Anthropologie & Santé [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 07 novembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://anthropologiesante.revues.org/1141 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.1141

Haut de page

Auteur

Ronald Guilloux

Chercheur associé au laboratoire S2HEP (Science et Société, Historicité, Éducation et Pratiques), EA 4148, Université Lyon 1 - ENS Lyon (IFE) ; ronald.guilloux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Les cahiers de Revues.org