Navigation – Plan du site
Hors thème

Regards de Suissesses et de Camerounaises citadines sur la ménopause : dépasser les dichotomies binaires

Viewpoints of Swiss French-speaking and Urban Cameroonians on Menopause: Beyond the Binary Dichotomies
Josiane Mbarga

Résumés

Aujourd’hui, la construction sociale de la ménopause intéresse de nombreux chercheurs en sciences sociales, mais la façon dont les femmes vivent cet événement reste peu documentée. À la suite des travaux qui débattent des logiques explicatives de la variation des expériences ménopausiques, cet article explore les expériences des citadines Camerounaises et des Suissesses. En s’appuyant sur des entretiens réalisés auprès de ces femmes, il montre qu’au-delà des divergences que l’on peut observer entre leurs contextes économique, socioculturel et sanitaire respectifs, elles présentent autant des différences que des similitudes dans leur manière de voir ou de vivre l’arrêt des menstruations. Leurs expériences ménopausiques ne peuvent donc pas simplement être classifiées de manière dichotomique ou binaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1D’abord étudiée par les sciences médicales, la ménopause, arrêt des règles, intéresse également les sociologues et anthropologues sociaux depuis plusieurs décennies. Ces derniers ont principalement porté leur attention sur les représentations collectives de l’arrêt des règles, et sur la place qu’occupent les femmes ménopausées dans les sociétés étudiées. La ménopause est abordée comme un changement de statut social des femmes puisque, selon les sociétés, soit elles peuvent accéder à des privilèges, soit au contraire elles sont dévalorisées (Devereux, 1950 ; Vincent 1976, 2003 ; Héritier, 1978, 1996 ; Bonnet, 1988 ; Cros, 1990 ; Héritier-Augé, 1998 ; Abega et al., 2002). Quant aux recherches relatives à l’expérience subjective des femmes, elles restent éparses. À ce sujet, les travaux existants énumèrent les troubles attribués par les femmes à l’arrêt des règles et les facteurs pouvant influencer les expériences ménopausiques. Une corrélation entre la symptomatologie de la ménopause et un amoindrissement du statut des femmes dans la société a été établie par plusieurs auteurs qui montrent que les malaises ressentis à la ménopause varient d’une culture à une autre et qu’ils sont plus présents chez les femmes occidentales, appartenant à une culture centrée sur la jeunesse (Maoz, 1973 ; Flint, 1975 ; Seaman et Seaman, 1977 ; Massé, 1995 ; Vincent, 2003 ; Charlap, 2012). L’absence de troubles ménopausiques, davantage associée aux femmes d’autres cultures, a été comprise, par ces mêmes auteurs, comme étant la conséquence des avantages sociaux acquis à l’arrêt des règles. Ces conclusions ne sont cependant pas confirmées dans toutes les recherches. En effet, Beyene (1986a, 1986b) et Lock (1993, 2006) apportent une nuance à ces propos en affirmant que la ménopause est un phénomène bioculturel. Comparant les expériences des femmes dans différentes sociétés, ils démontrent que le contexte culturel ne saurait expliquer à lui seul la variation des expériences ménopausiques, car l’environnement, la diététique, les modèles de fertilité et les facteurs génétiques méritent également d’être pris en compte. D’autres études montrent aussi qu’au-delà des aspects culturels, les expériences ménopausiques varient considérablement selon le niveau d’instruction des femmes, leur classe sociale, leur contexte conjugal et familial, le degré de transmission intergénérationnelle des connaissances relatives à l’arrêt des règles, et les relations entretenues avec le système biomédical (Delanoë, 1998, 2006 ; Naamane-Guessous, 2000 ; Agee, 2000 ; Thoër-Fabre, 2005, Mbarga, 2010). Cet article poursuit la réflexion en explorant les expériences ménopausiques de Suissesses et de Camerounaises vivant en milieu urbain. Il interroge leurs représentations de la ménopause, les changements qu’elles lui associent et les attitudes qu’elles adoptent à son égard. L’analyse dévoile les divergences et les similitudes entre ces femmes de milieux socioculturels différents et met en évidence la nécessité de prendre de la distance à l’égard des déterminismes biologiques et culturels.

Méthodologie et contexte de l’enquête

2Les données utilisées dans cet article proviennent d’une enquête de terrain, portant sur les expériences ménopausiques de Suissesses et de citadines Camerounaises, menée dans le cadre d’une thèse de doctorat, entre 2006 et 2012. Des entretiens ont été réalisés auprès de femmes, de gynécologues et de naturopathes. Dans cet article, l’analyse repose exclusivement sur les données récoltées auprès des femmes, dont 21 Suissesses, résidant à Lausanne ou dans ses environs, âgées de 50 à 66 ans, sélectionnées au sein d’un hôpital universitaire, après approbation de sa commission d’éthique, par l’intermédiaire des gynécologues mais aussi selon le réseau de proximité, et 20 Camerounaises, résidant à Yaoundé, âgées de 45 à 65 ans, sélectionnées uniquement selon le réseau de proximité. Dans chacun des contextes, la majorité des femmes est ménopausée et quelques-unes sont pré-ménopausées (elles ont eu leurs règles au moins une fois dans l’année qui précède les entretiens). Elles ont des statuts professionnels diversifiés. Certaines ont eu des enfants et d’autres non (de manière volontaire ou pas).

3Les femmes rencontrées ne bénéficient pas d’une situation sociale et économique analogue ; les systèmes de santé de leurs pays sont différents et la ménopause n’y occupe pas la même place. Sur le plan social, ces femmes n’ont pas le même statut dans la société, les valeurs d’autonomie étant plus prononcées en Suisse. Économiquement, la Suisse est l’un des pays les plus riches d’Europe alors que le Cameroun est un pays en voie de développement. Il est néanmoins l’un des pays les plus prospères d’Afrique Centrale. Au niveau du système de santé, en Suisse, l’assurance-maladie obligatoire permet à une grande partie de la population de bénéficier des prestations en matière de santé. Au Cameroun, en revanche, il n’existe pas de système de gratuité des soins. Concernant la ménopause, elle est, en Suisse, un problème de santé publique en raison de ses effets sur la santé des femmes, et des coûts sociaux et économiques qu’on lui attribue. Plusieurs de ses traitements sont donc remboursés. Au Cameroun, en revanche, elle n’est pas considérée comme préoccupante du point de vue de la santé publique ; les priorités en matière de santé reproductive étant axées sur la prévention des maladies sexuellement transmissibles et du VIH de même que sur la santé maternelle et infantile. Les traitements de la ménopause, bien que disponibles, sont à la charge des usagères.

4Invitées à s’exprimer sur la ménopause, les réponses des Camerounaises et des Suissesses interviewées s’articulent autour d’un ensemble d’éléments hétérogènes, explorés dans les sections suivantes.

Les représentations associées à la ménopause

5Les discours des Suissesses et des Camerounaises interviewées révèlent des représentations de la ménopause que l’on peut structurer en deux dimensions : les phénomènes physiologiques, et les aspects sociaux ou symboliques, comme l’a également relevé Delanoë (1998, 2006).

Les aspects physiologiques

6Sur le plan physiologique, l’arrêt des règles, signalant la fin du cycle reproductif, est présenté par la totalité des Camerounaises et par la quasi-totalité des Suissesses (20/21) comme étant le signe visible et concret de l’entrée en ménopause. Pour la plupart de ces femmes, indépendamment du contexte, les menstruations sont perçues comme ennuyeuses, inconfortables voire pénibles. Sur le plan pratique, leur arrêt est donc apprécié : c’est un soulagement, une libération.

7Néanmoins, pour une minorité de femmes (6 Suissesses et 4 Camerounaises), l’idée de ne plus être menstruée est pénible, car les règles structurent le temps qui passe, créent un rythme physiologique qui, lorsqu’il est interrompu, donne le sentiment d’une perte d’harmonie biologique (Thoër-Fabre, 2005). Pour quelques-unes (deux Suissesses et deux Camerounaises), les règles ont même une valeur purificatrice. Dotées d’un pouvoir équilibrant et régénérant, leur présence apporte la santé au corps et assure son équilibre. Enfin, pour deux Suissesses adhérant au modèle biomédical de la ménopause, l’arrêt des règles, même s’il est apprécié, traduit l’arrêt des sécrétions hormonales à l’origine des troubles qu’elles rapportent et qui les contrarient.

8Pour la plupart des interlocutrices, l'arrêt de la fertilité que marque la ménopause est peu problématique. Plusieurs Suissesses y sont même indifférentes, car la ménopause apparaît à un âge où elles ne souhaiteraient plus avoir d’enfant. Quelques-unes ont choisi de ne pas avoir d’enfant et plus de la moitié de l’échantillon (12) a anticipé l’arrêt de la procréation en ayant recours à la stérilisation féminine plusieurs années auparavant. Le désir d’avoir des familles moins nombreuses, la non tolérance des contraceptifs habituels ou leurs défaillances sont à l’origine de l’engouement massif pour ce saut vers l’irréversible. Mais cette méthode de contraception choisie par de nombreuses Suissesses rencontrées, nées pour la plupart autour des années 1960, ne semble plus aussi prisée actuellement. En effet, selon l’Office Fédéral de la Statistique (2012), 4% seulement des Suissesses ont eu recours à la ligature des trompes en 2007.

9Chez la quasi-totalité des Camerounaises, c’est surtout le risque de grossesse complètement exclu, qui est apprécié car elles ont souvent peu utilisé des contraceptifs, pour de nombreuses raisons : la contrainte, le coût, les effets secondaires. La plupart pense aussi avoir accompli, avant la ménopause, le devoir de maternité qui incombe à toute femme dans leur société.

10Pour les Suissesses et les Camerounaises qui n’ont pas pu avoir d’enfants, la fin de la période de fertilité a été ressentie comme une perte. La ménopause apparaît particulièrement éprouvante, car elle implique de faire le deuil d’une maternité jamais assouvie et désormais impossible. 

11L’accent est enfin mis sur l’arrêt de la fonction ovarienne. Seules les Suissesses, plus informées que les Camerounaises sur les aspects physiologiques de la ménopause, l’évoquent. Témoignant d’une adhésion complète ou partielle au modèle biomédical, ces femmes invoquent les variations hormonales pour expliquer les transformations constatées.

Les aspects sociaux ou symboliques

12Dans le discours des femmes interviewées, les aspects sociaux ou symboliques s’articulent autour de la perte de la féminité et de la jeunesse. L’attitude des femmes face à ces deux éléments est variable. Mais, seule une minorité des femmes de Yaoundé et de Lausanne se reconnaît dans l’association de la ménopause à la perte de la féminité ou de la jeunesse. En effet, conscientes d’une féminité qui s’exprime en dehors des règles et de la maternité, de nombreuses Camerounaises (17) et Suissesses (16) mettent l’accent sur les autres atouts qui restent présents, une fois la fonction de procréation interrompue ou achevée : les aspects physiques et morphologiques, l’attitude (don de soi, douceur, tendresse, sensibilité). De plus, plusieurs de ces femmes sont engagées dans des activités professionnelles ou extra-professionnelles qui concourent à la construction identitaire et à l’éclosion d’un statut social construit en dehors de la fonction de procréation. L’autonomie relative vis-à-vis de la fonction de reproduction ainsi que le processus d’individualisation féminine et d’émancipation promu en Occident dès les années 1960 pourraient expliquer cette attitude des Suissesses. Pour les Camerounaises, il est plausible que la mondialisation, ayant démultiplié les contacts et introduit une mixité culturelle dans les villes africaines, soit à l’origine de ce changement de mœurs, bien que les modes de réappropriation d’éléments d’origine extérieure puissent être multiples comme le montre Appadurai (2005). Tous les capitaux sociaux dont disposent les citadines Camerounaises aujourd’hui (accès à la scolarisation, au monde du travail) favorisent, comme pour les Suissesses, une construction identitaire qui ne tient pas compte exclusivement de la fonction de procréation.

13À la question de savoir si elles associent la ménopause à la vieillesse, un rapport ambigu, souvent contradictoire apparaît dans le discours des femmes rencontrées. Camerounaises et Suissesses situent, presqu’à l’unanimité, la vieillesse respectivement au-delà de 60 et de 70 ans. Toutefois, en analysant leur discours, on voit que la vieillesse ne commence pas à un âge précis : le sentiment de vieillir peut parfois être précoce ou au contraire, tarder indéfiniment. Simone de Beauvoir l’explique en affirmant que « c’est parce que l’âge n’est pas vécu sur le mode du pour-soi, parce que nous n’avons pas une expérience transparente comme celle du cogito qu’il est possible de se déclarer vieux de bonne heure ou de se croire jeune jusqu’à la fin » (1970 : 311).

14Étudiant l’expérience du vieillissement, Caradec (2008) identifie deux attitudes face à la sénescence : le devenir vieux et l’être vieux. Selon lui, ceux qui deviennent vieux se situent dans une perspective de continuité où il n’existe pas de rupture radicale avec le passé. En revanche, ceux qui se considèrent vieux éprouvent le sentiment d’une rupture dans leur parcours de vie. Les répondantes, indépendamment du contexte, ont une double attitude vis-à-vis de l’arrivée de la ménopause et de la vieillesse qui rappelle ces deux manières idéal-typiques de se positionner face au vieillissement.

15Pour une minorité (5 Suissesses et 7 Camerounaises), la ménopause apparaît comme l’un de ces événements qui projettent la personne dans la vieillesse, car elle constitue une modification irréversible, qui entraîne une prise de conscience de la fuite des ans et clôt cette partie de vie associée à la jeunesse. Cette rupture déclenche un sentiment d’être vieux, car elle les oblige à reconnaître : « je ne suis plus (la) même qu’avant » (Strauss, 1992 : 99). Mais, si cette prise de conscience du vieillissement se produit à la ménopause, cette dernière ne l’explique pas entièrement. La grand-parentalité, le fait de voir ses enfants devenir adultes, la diminution des performances physiques, la dégradation de la santé, la perte du travail ou les difficultés à en trouver un, l’entrée à la retraite (pour les Camerounaises), ou encore la perte des deux parents - qui se produisent parfois au même moment que la ménopause - sont autant d’éléments pouvant aussi déclencher ce sentiment d’être vieux.

16La majorité des femmes rencontrées en Suisse (16) et au Cameroun (13) se distingue des précédentes par l’accent qu’elles mettent sur la continuité de leur existence après la ménopause. L’arrêt des règles constitue une période intermédiaire, mais difficile à dénommer, d’où la multitude des qualificatifs qu’elles lui associent : « étape préliminaire à la vieillesse », « un certain âge », « l’antichambre de la vieillesse », « le début de la fin », « la porte qui mène à ça ». Ces femmes insistent sur les activités dans lesquelles elles sont toujours engagées et sur les rôles sociaux qui se poursuivent ou se succèdent après l’arrêt des règles et qui témoignent en faveur d’une absence de perte de statut dans la sphère privée et familiale, professionnelle (pour celles qui ont un travail) ou sociale. Elles expriment ainsi des représentations positives de la ménopause qui introduisent la nécessité de la dissocier de la vieillesse. Plusieurs Suissesses soulignent que les générations actuelles bénéficient de meilleures conditions de travail et des progrès économiques qui rendent les quinquagénaires d’aujourd’hui moins usées que celles d’hier. La cinquantaine, qui correspond à l’âge moyen de survenue de la ménopause, est devenue, pour beaucoup, le début d’un nouvel élan. Par ailleurs, l’espérance de vie longue en Europe, qui a pour effet de repousser l’âge auquel les individus peuvent se sentir vieux, est un facteur explicatif de ces représentations des Suissesses. Au Cameroun, comme dans la majeure partie des pays africains, l’image valorisante de la vieillesse tend à disparaître en milieu urbain, pour de nombreuses raisons : montée de l’individualisme, installation de l’économie monétaire et du travail mécanisé, flux médiatiques (Thomas, 1983). On peut alors comprendre que, dans ce contexte, à cause de la détérioration progressive de l’image de la "noble vieillesse", les individus, y compris plusieurs interlocutrices, soient moins enclins à se réclamer vieux.

17Les représentations individuelles de la ménopause sont souvent construites dans les relations avec autrui, principalement auprès des professionnels de la santé (gynécologues surtout), des pairs (sœurs, belles-sœurs, amies, collègues), du conjoint (uniquement les Camerounaises) et des enfants lorsque ceux-ci exercent la médecine. Elles résultent aussi des messages transmis par les médias, particulièrement pour les Suissesses qui considèrent les médias de masse comme une importante source d’informations. Enfin, ces représentations proviennent du « savoir idiosyncratique » (Massé, 1995) c’est-à-dire celui que l’individu génère à partir de ses propres observations, des réinterprétations des informations véhiculées dans son entourage et de ses expériences personnelles. Il s’agit là d’un facteur déterminant, car l’on constate que si les femmes intègrent certaines catégories du savoir médical dans leurs représentations de la ménopause, elles n’y sont pas inconditionnellement subordonnées puisqu’elles peuvent faire une analyse de la situation en s’appuyant sur leur expérience concrète.

Les expériences de la ménopause

18Chez les Suissesses, l’observation empirique des troubles ménopausiques s’incorpore aux connaissances acquises sur les symptômes de la ménopause établis par la biomédecine. Elles relatent les troubles dont elles ont déjà entendu parler et auxquels elles ont été socialisées avant que ne survienne l’arrêt des règles, du fait de sa médicalisation. Pour ces femmes, la « dimension expérientielle » est donc associée à la « dimension cognitive » (Burton-Jeangros, 2004). Les Camerounaises, quant à elles, s’appuient davantage sur la « dimension expérientielle », sur une observation quotidienne des changements qui surviennent et qu’elles disent souvent ne pas connaître avant l’arrêt des règles, parce qu’ils ne font pas l’objet d’une forte médiatisation. Au-delà de cette différence, lorsqu’elles parlent de leur expérience, la majorité des Suissesses et Camerounaises rencontrées rapportent des troubles éprouvés sur le plan physique, émotionnel et sexuel. La nature, la fréquence ainsi que l’intensité de ces troubles ne sont que faiblement reliées à leur appartenance sociale, professionnelle ou à leur niveau d’études.

Sur le plan physique

19Les interlocutrices, indépendamment du contexte, se plaignent principalement des bouffées de chaleur. Dans la logique des humeurs, Héritier (1978) fait une description de l’alchimie masculine et féminine dans la société samo du Burkina Faso et en établit une dichotomie fondamentale : l’homme relève de la catégorie du chaud tandis que la femme appartient à la catégorie du froid. La femme est froide parce qu’elle perd régulièrement de la chaleur lors des règles. Mais, la femme sans règles est chaude (Héritier, 1978). Sans faire explicitement référence au modèle humoral, la description minutieuse des bouffées de chaleur par les Suissesses et les Camerounaises interviewées rappelle ce corps chaud, caractéristique de la femme ménopausée chez les Samo.

20Tel un volcan qui part de l’intérieur et remonte à la surface, les bouffées de chaleur révèlent cette sensation du « corps en ébullition » (Thoër-Fabre, 2005) qui fait irruption à la surface et qu’Anaïs et Marie-Dominique illustrent bien :

Tout le temps, toute la journée, toute la nuit. Je n’étais vraiment pas bien du tout. En hiver, j’étais en T-shirt et j’avais toujours chaud. C’était assez violent quand même. Je dormais à peu près trois heures la nuit. C’est difficile de supporter ça comme ça. (Anaïs, Suissesse, 61 ans, ex-secrétaire, a arrêté de travailler dès la naissance des enfants)

Dès que les règles ont commencé à déranger, j’ai commencé à avoir chaud tout le temps. Ça commence subitement, je sursaute même. J’ai mon corps qui s’enflamme. Ça commence plus bas et ça commence à monter, ensuite je transpire. C’est une chaleur qui vient de l’intérieur et elle explose comme ça tout d’un coup. Ça chauffe vraiment et quand ça fait ça, je me déshabille seulement et tout m’énerve. Je suis même irritable (Marie-Dominique, Camerounaise, 45 ans, pré-ménopausée, employée de ménage dans un dispensaire).

21Il ne semble pas y avoir d’association entre le degré de médicalisation de la ménopause et la fréquence avec laquelle les femmes rapportent les bouffées de chaleur, comme l’ont également noté Obermeyer et al. (2007) dans une étude comparative portant sur la fréquence des symptômes de la ménopause rapportés par les femmes du Liban, du Maroc, de l’Espagne et des Etats-Unis.

22Les entités nosologiques sont parfois différentes, mais avec des correspondances. En effet, certaines Camerounaises parlent simplement de brûlures ou de chaleur, expressions qui proviennent de la traduction littérale de ces sensations, de leurs langues au français, mais qui décrivent la même réalité que les femmes utilisant explicitement l’expression « bouffées de chaleur » :

Quand j’ai commencé à avoir les règles irrégulières, c’est là où cette chaleur a commencé. Je ne savais même pas ce que c’était. Je sentais comme… subitement j’ai très chaud et ça monte et je transpire et ça disparaît. Souvent je transpire comme s’il a plu sur moi (Laurette, Camerounaise, 50 ans, ménopausée, cadre dans une entreprise publique).

J’ai commencé à avoir très chaud. Quand la chaleur-là arrive, si je suis habillée, j’enlève seulement. (…) Je brûle comme si je suis dans le feu (Chloé, Camerounaise, 60 ans, ménopausée, commerçante).

23Comme l’affirment toutes celles qui en font l’expérience, les bouffées de chaleur surviennent de manière inopinée, d’où les appréhensions exprimées par certaines :

Elles venaient à quelle fréquence, ces bouffées de chaleur ? Hum ! (exclamation) ma fille ! Il y avait des moments que si je marche, c’est comme si on m’a versé la chaleur. Tu es là comme ça le corps commence seulement à brûler et tu ne sais même pas quand est-ce que ça va venir. C’est ça qui m’inquiétait. Je me demandais si ça va me surprendre en route en train de marcher ou en train de causer avec les amis ou en train de manger parce quand ça venait j’étais mal à l’aise (Jocelyne, Camerounaise, 53 ans, ménopausée, employée dans une entreprise privée).

24Les bouffées de chaleur relèvent d’une expérience individuelle et varient d’une femme à l’autre. Environ un tiers de Suissesses (7) et de Camerounaises interviewées (8) témoigne de bouffées de chaleur qualifiées de « sévères » ou « violentes », car elles altèrent, à des degrés divers, leur qualité de vie.

25En plus de ces bouffées de chaleur, les interlocutrices se souviennent des troubles menstruels, de la variation de la fréquence, de la durée et de la quantité des règles pendant la pré-ménopause. Hormis les femmes ayant subi une hystérectomie (ablation de l’utérus) ou celles qui étaient sous contraceptifs jusqu’à la ménopause, les autres retracent ces bouleversements importants, car il est rare de voir un cycle menstruel s’interrompre brusquement. Camerounaises et Suissesses sont unanimes et font la description d’un corps qu’elles ne comprennent (comprenaient) plus.

Ces règles qui s’en vont et qui reviennent comme ça, c’est vraiment l’horreur. On ne sait même plus quelle durée a son cycle. On ne peut plus rien calculer. Elles viennent quand on ne s’y attend pas. Des fois, on n’est même pas chez soi et elles vous surprennent. On commence à réfléchir pour trouver de quoi se protéger (Marielle, Suissesse, 50 ans, pré-ménopausée, vendeuse-cadre).

Il y a une année, j’ai commencé à avoir chaud. Quand ça me prend, je ne comprends plus rien. (…) Mes règles venaient toujours chaque mois mais le cycle n’était plus régulier. Six mois après, ça a disparu pendant un mois et demi et paf, elles étaient à nouveau là. Mais avant, il y a des signes annonciateurs que moi-même je ne comprends plus : tout le corps me fait mal, la tête, le dos, les seins qui se tendent et font mal (…) J’ai vraiment le corps qui me fait mal, je me sens… je ne sais pas comment expliquer. Je me sens mal, les articulations me font très mal, tout le corps. Je ne comprends plus mon corps (Julia, Camerounaise, 52 ans, pré-ménopausée, femme au foyer).

26Ces manifestations redoutées et inattendues donnent l’impression que le corps échappe, impression qui s’amplifie avec les troubles du sommeil, la fatigue et le dessèchement cutané, mais surtout avec la prise de poids constatée. En effet, la prise de poids apparaît, de manière récurrente lors des entretiens, comme une préoccupation majeure pour les interlocutrices, particulièrement les Suissesses, mais aussi pour une minorité de Camerounaises, désormais socialisées aux normes occidentales d’excellence corporelle par différents canaux médiatiques. Sur le plan esthétique, cette prise de poids est redoutée, car elle entraîne une modification de la silhouette et témoigne d’une évolution du « capital esthétique » comme l’a également noté Delanoë (1998, 2006). Mais, elle est aussi préoccupante du point de vue de la santé, car, d’après ces femmes, elle est nocive pour les articulations, le dos et le cœur.

27Si, à l’unanimité, les Suissesses et les Camerounaises affirment que la ménopause n’est pas une maladie, elles considèrent cependant qu’elle marque une rupture importante dans leur trajectoire de santé du fait de l’apparition d’un certain nombre de pathologies. Mais, les maux mentionnés diffèrent selon le contexte.

28Les Camerounaises rapportent surtout les céphalées, les rhumatismes, les douleurs dorsales, les douleurs dans les hanches et dans les genoux :

Est-ce qu’on peut encore parler de santé quand on est ménopausée. J’ai mal au dos et aux genoux, le rhumatisme. Beaucoup de petites maladies après la ménopause. C’est seulement qu’il faut lutter, il ne faut pas se coucher et se dire qu’on doit se reposer. Je me suis sentie soulagée quand les règles sont parties sans savoir que c’est une mauvaise chose quand elles sont finies parce que ça entraîne des modifications qui peuvent aussi induire des petites maladies (Marianne, Camerounaise, 65 ans, ménopausée, commerçante).

29Pour les interlocutrices qui les éprouvent, ces manifestations compromettent l’expérience de la « santé-vide », mais constituent aussi la preuve d’une altération du « fond de santé », la « santé vide » se rapportant à l’absence de maladie et le « fond de santé » au potentiel de défense qui permet de lutter contre la maladie et les agressions extérieures (Herzlich, 2005).

  • 1  Voir à titre indicatif, les articles parus dans la presse locale : 24 heures (23.07.2002 ; 12.01.2 (...)
  • 2  L’ostéoporose s’observe généralement chez les personnes de plus de 60 ans. Des statistiques ne son (...)

30Les Suissesses évoquent surtout l’ostéoporose. Même si elles ne sont pas atteintes par la maladie, la plupart souligne les risques encourus sur le plan osseux dès l’arrêt des règles, faisant écho au discours biomédical ambiant. En effet, la profusion du discours médical sous forme de livres, d’articles, de journaux et d’émissions télévisées1, qui décrivent la ménopause comme un facteur de risque ostéoporotique sous-tend ces représentations des Suissesses. Les Camerounaises, elles, ne parlent pas de l’ostéoporose du fait de la rareté de cette affection, d'ailleurs peu connue au sein de la population, selon les gynécologues interviewés. Cette rareté peut être attribuée à l’espérance de vie moins élevée2, mais aussi à des prédispositions physiologiques, aux « biologies locales » (Lock, 2006). Lopes et Ringa (2003) affirment en effet que les femmes africaines, avec une densité osseuse plus élevée, ont moins de risques ostéoporotiques que les femmes européennes. Mais seules des études exhaustives et épidémiologiques pourraient le confirmer.

Sur le plan émotionnel

31Les aspects émotionnels ont aussi été soulignés par de nombreuses femmes rencontrées. Malgré les critiques réprouvant le lien entre la ménopause et la dépression, plusieurs médecins et surtout les gynécologues continuent d’adhérer à l’idée d’une apparition d’éventuels troubles psychologiques chez les femmes à la ménopause (Delanoë, 2001). Ce discours reste aussi présent dans la pensée populaire, ce qui justifie la corrélation que les femmes rencontrées établissent entre l’arrêt des règles et les troubles psychiques. Néanmoins, lorsqu’elles parlent d’elles-mêmes, de nombreuses Suissesses et Camerounaises se distancient de ce discours médical ou populaire. La proportion des femmes qui témoignent de troubles émotionnels (irritabilité et fluctuations d’humeur) depuis la ménopause est alors faible, mais elle l’est davantage chez les Camerounaises (4) que chez les Suissesses (7). En revanche, lorsqu’elles parlent des autres, plusieurs Suissesses (13) et Camerounaises (9) évoquent le manque de contrôle sur les émotions dès la ménopause, témoin de la force des représentations collectives. On les entend souvent dire : « il y a des femmes à qui la ménopause pose un problème psychologique, moi pas », ce qui renvoie à cette oscillation entre deux représentations contradictoires dont parle Delanoë (2006) : la représentation dominante s’impose malgré une expérience personnelle différente.

32Si ces troubles émotionnels que l’on pourrait qualifier de mineurs restent prégnants dans les discours de ces femmes, il n’en est pas de même de la dépression qui n’est que rarement évoquée. Les Camerounaises n’en parlent pas du tout, ce qui peut s’interpréter non seulement par l’absence de diffusion des connaissances médicales sur la dépression au Cameroun, mais aussi par le fait que, pour ces femmes, la ménopause est dénuée de cette dimension pathologique. Quant aux Suissesses, elles sont une minorité à penser que la ménopause peut rendre dépressive, même si elles décrivent une expérience personnelle différente. Une seule d’entre elles rapporte un épisode dépressif après la ménopause, mais l’associe davantage à d’autres événements difficiles de sa trajectoire de vie qu’à la ménopause.

Sur le plan sexuel

33La description de l’expérience de la ménopause s’articule, enfin, autour de ses répercussions sur la sexualité. En Suisse, la quasi-totalité des interlocutrices réfute l’idée que la ménopause sonne le glas de la sexualité même si elle l’affecte souvent. Il en est de même pour les Camerounaises interviewées, comme l’avaient également relevé Abega et al. (2002). Le passage d’une sexualité orientée traditionnellement vers la procréation et le mariage à une sexualité centrée sur le plaisir contribue, comme chez les Suissesses, au refus de voir dans la ménopause la fin de la vie sexuelle.

34Un petit nombre de Suissesses et de Camerounaises décrit une sexualité qui n’a pas connu de changement et quelques-unes témoignent, au contraire, d’une sexualité plus épanouie, plus fréquente et plus satisfaisante depuis l’arrêt des règles. Au Cameroun et en Suisse, près de la moitié des femmes rapportent des modifications allant dans le sens de la diminution de la fréquence et de la qualité des rapports sexuels, qui deviennent douloureux. Les femmes rencontrées attribuent cette diminution à la sécheresse vaginale et à la baisse de la libido découlant de l’arrêt des règles. Mais les données recueillies révèlent que la baisse de la fréquence des rapports sexuels est aussi liée aux défaillances physiologiques de l’un ou des deux partenaires, à l’usure ou aux difficultés au sein du couple.

35Bien qu’elles rapportent une sexualité moins satisfaisante dès l’arrêt des règles, de nombreuses Camerounaises soulignent les contraintes à l’égard de la vie sexuelle qui s’inscrivent dans un contexte social et matrimonial particulier : la société camerounaise précoloniale dont la morale impliquait la soumission de la femme à un homme unique, mais non l’inverse (Laburthe-Tolra, 2009). La polygynie, forme masculine de la polygamie, était alors courante au Cameroun. Peu à peu, à cause de la crise économique et de la montée du christianisme, ce régime matrimonial a laissé place à la monogamie, devenue la forme d’union la plus fréquente et la plus recherchée par les individus de tout âge (Abega, 2007). Néanmoins, il subsiste une sorte de polygynie informelle qui prend forme à travers le phénomène de « deuxième bureau » : l’homme marié à une épouse légitime exerce chez une autre femme, avec qui il n’est pas marié, le même contrôle que chez son épouse (Abega, 2007). Le « deuxième bureau », privilégié pour diverses raisons (moins de contraintes sociales et économiques, allègement de prestations à l’égard de la belle-famille) et davantage répandu dans les milieux urbains du Cameroun, contraint de nombreuses femmes à entretenir une vie sexuelle avec leur conjoint, par peur de le perdre ou pour préserver l’harmonie au sein du foyer. Aucune des interlocutrices n’affirme, cependant, avoir perdu son conjoint à la ménopause. L’éventualité d’être délaissée par son époux, souvent évoquée, n’est donc pas toujours effective. Par ailleurs, bien que cette crainte semble plus prégnante à la ménopause, elle n’est pas complètement nouvelle. Le plus souvent, elle déjà présente bien avant l’arrêt des règles.

Des expériences ménopausiques plurielles dans les deux contextes

36Les études quantitatives de Delanoë (1998, 2006), relatives aux représentations de la ménopause des Françaises, révèlent une typologie des représentations ménopausiques composée de six profils-type : négatif, maternel, ambivalent, neutre, naturel et positif. Chacun de ces profils comprend des femmes ayant des caractéristiques plus ou moins similaires en termes de tranche d’âge, de niveau d’études ou d’appartenance sociale. Dans notre échantillon modeste de Camerounaises et de Suissesses, la variabilité des expériences ménopausiques ne facilite pas l’élaboration d’une typologie de femmes ménopausées. Néanmoins, quatre façons de se positionner face à la ménopause émergent chez les interlocutrices et vont, comme dans les travaux susmentionnés, du négatif au positif. Ces attitudes peuvent être considérées, dans leurs proportions, comme peu divergentes au sein des deux populations. Une minorité de femmes a une attitude négative (3 Camerounaises et 4 Suissesses) : la ménopause est un cap difficile à franchir et elles s’attardent particulièrement sur la description des symptômes éprouvés qui, selon elles, altèrent à des degrés divers leur qualité de vie. Près d’un quart de femmes sont ambivalentes (4 Camerounaises et 5 Suissesses), tiraillées entre le confort procuré par l’arrêt des menstruations et l’inconfort qu’induisent les troubles ressentis. Quelques-unes manifestent de l’indifférence (2 Camerounaises et 3 Suissesses) : la ménopause, vue simplement comme une étape inéluctable de l’existence, n’a pas apporté de changements particuliers. Et même si elles rapportent des désagréments, ces femmes ne s’y attardent pas, considérant que la ménopause n’est pas différente des autres étapes de la vie féminine, qui ont aussi des avantages et des inconvénients. Enfin, plusieurs de ces femmes témoignent d’une attitude positive (11 Camerounaises et 9 Suissesses) : malgré les désagréments, la ménopause, dédramatisée et déstigmatisée, est appréciée comme l’entrée dans une période de maturité, de croissance personnelle et de renouvellement. Carine, pour qui la ménopause a déclenché de la distanciation vis-à-vis de certains rôles sociaux ou professionnels, l’illustre explicitement :

Pour moi c’est une deuxième adolescence. (…) C’est une horloge du temps qui me dit que j’ai l’âge que j’ai et que je rentre dans une nouvelle période de ma vie. C’est l’occasion de faire un peu le point sur la façon dont je vis, sur mes priorités, sur, peut-être, rééquilibrer certaines choses notamment le travail et ma vie privée parce que c’est vrai que j’ai toujours beaucoup travaillé. (…) Quelque part peut-être c’est une période où je me donne plus de permission de faire ce que je veux, je ne sais pas pourquoi. C’est une période libératoire. Je pense que ça m’a libérée dans le sens où je me suis donnée la permission de penser à moi d’abord. Ça m’a recentrée sur moi. Au lieu de toujours me dire, je dois faire ça pour celui-ci, je dois faire ça pour celui-là, pour le travail, pour la famille, pour le mari… de dire ben il y a aussi toi dans tout ça … me mettre aussi sur la liste des gens pour qui je dois faire quelque chose. (Carine, Suissesse, 58 ans, cadre)

37D’autres Suissesses explorent ou redécouvrent aussi de nouvelles activités artistiques ou culturelles : elles reprennent goût à la peinture ou à la musique qu’elles avaient abandonnées depuis bien longtemps. Du côté des Camerounaises, la ménopause correspond assez souvent à l’âge de la retraite, qui est de 50 ans dans les services publics du pays. C’est le moment pour plusieurs de s’investir dans la vie associative, organisant ou créant des tontines de quartier et de s’occuper davantage des petits-enfants. Certes, ces activités peuvent s’exercer avant la fin des règles, mais certaines interlocutrices voient souvent la ménopause comme un élément déclencheur de la volonté de s’épanouir autrement.

Nécessité d’un dépassement des déterminismes biologiques et culturels

38Les expériences ménopausiques, relevées auprès des Suissesses et des Camerounaises interviewées, illustrent le lien entre transversalité et spécificité, entre global et local en mettant en lumière un fond de contestation des déterminismes biologiques et culturels.

39En effet, nous l’avons vu, non seulement la nature, la prévalence ou l’intensité des transformations rapportées diffèrent selon les femmes rencontrées, mais aussi, il existe une primauté des attitudes positives : les femmes qui ont une attitude positive à l’égard de la ménopause sont plus nombreuses dans chaque contexte, bien que dans des proportions différentes. Ces résultats divergent ainsi des considérations du modèle biomédical de la ménopause qui la définit comme un fait invariable (en considérant ses symptômes comme immuables) et qui assigne un vécu difficile à toutes les femmes qui en font l'expérience, même si ce discours est moins prégnant actuellement. Ils invitent aussi à prendre de la distance vis-à-vis du déterminisme culturel qui conduit à expliquer les expériences ménopausiques en tenant compte exclusivement du contexte culturel des femmes.

40Marcha Flint a ouvert, en 1975, le débat sur le caractère culturel des symptômes de la ménopause. Après avoir étudié les femmes indiennes de la caste des Rajputs, elle constate qu’elles ont peu de symptômes ménopausiques et explique cette absence par leur accès à une meilleure situation sociale et à de nombreux privilèges sociaux, comme le droit de parler, de marcher et de boire avec les hommes. L’absence ou la présence de symptômes de la ménopause furent alors conceptualisées comme étant exclusivement imputables au contexte culturel dans lequel vivent les femmes. Au fil des études sociologiques et anthropologiques, les auteurs se sont prononcés pour ou contre cette assertion. Je pense, avec Beyene (1986) et Lock (1993, 2006), que la ménopause est un phénomène biologique variable, qui n’est pas modifié uniquement par la culture, car pour chaque femme, l’expérience est construite autant par la biologie que par les aspects socioculturels. En effet, au sein de la population rencontrée, il n’existe ni profils-types d’expériences ménopausiques ni dichotomies binaires, selon le milieu culturel des femmes. Ces expériences sont plurielles dans chaque contexte et résultent de facteurs multiples, mêlant les aspects culturels (représentations collectives des règles et de la ménopause) et sociaux (configurations familiales, situation matrimoniale, aspects professionnels), aux aspects physiologiques (prévalence des troubles et statut ménopausique).

41En effet, du point de vue culturel, en Suisse comme dans la majeure partie des pays occidentaux, la ménopause survient dans un contexte de médicalisation poussée qui en a fortement modifié la définition et les représentations. Elle est désormais considérée, dans la perspective biomédicale, comme un « générateur de morbidité » (Vinel, 2007), un phénomène dont l’arrêt des règles n’est que secondaire tant l’insistance est mise sur la déficience hormonale (Oudshoorn, 1998 ; Diasio et Vernazza-Licht, 2002 ; Vernazza-Licht et al., 2002 ; Vinel, 2002, 2007 ; Löwy et Gaudillière, 2006). Au Cameroun, en revanche, elle n’a pas acquis une telle visibilité dans la sphère publique et reste un sujet intime. Elle n’est pas non plus un sujet de préoccupation en termes de santé publique et n’est pas aussi médicalisée qu’en Suisse. Ces différents contextes influent, certes, sur la manière dont les femmes accueillent cet événement, mais pas toujours avec la même constance, car de nombreuses Suissesses se distancient du modèle biomédical de la ménopause en exprimant des affects positifs. Quant aux Camerounaises, bien qu’elles ne fassent pas référence à ce modèle, la description de leurs expériences s’en rapproche fort bien. À l’arrivée de la ménopause, plusieurs d’entre elles s’orientent d’ailleurs vers le gynécologue pour traduire, en une réalité compréhensible, leurs sensations subjectives. Si l’environnement culturel, c’est-à-dire la manière dont la société conçoit l’arrêt des règles, semble primordiale, il n’est néanmoins pas l’unique élément permettant aux femmes de construire leurs expériences ménopausiques.

42Les modifications de la cellule familiale, en particulier l’éloignement des enfants du domicile familial, et la situation matrimoniale (le fait d’avoir ou non un partenaire, d’avoir ou non une vie de couple harmonieuse) influent aussi sur la manière de vivre la ménopause. La plupart des femmes rencontrées, à Yaoundé, sont grand-mères au moment où survient la ménopause. Leurs rôles familiaux se poursuivent car, loin de perdre leurs prérogatives de mère, elles continuent de les étendre sur les petits-enfants, voire sur les enfants adultes et mariés, même lorsqu’ils ont quitté le domicile familial. De plus, la famille étant généralement élargie, les femmes peuvent continuer à prendre soin des enfants des autres membres de la famille (la leur ou celle de leur conjoint ou compagnon) voire des amis. Cette configuration familiale semble être un facteur favorable à un meilleur vécu de la ménopause, parce que les femmes se sentent moins seules. À Lausanne, en revanche, les familles sont généralement restreintes. Peu de femmes rencontrées sont grand-mères quand arrive la ménopause et, lorsqu’elles le sont, elles ne jouent que des rôles secondaires vis-à-vis des petits-enfants. La plupart d’entre elles affronte aussi des difficultés nouvelles : parents vieillissants ou décédés, départ des enfants du domicile familial. L’éloignement des enfants retient particulièrement l’attention, mais de façon variable. Une partie des Suissesses apprécie l’autonomie acquise une fois que les enfants sont partis. Pour d’autres, le départ des enfants est mal accueilli et la ménopause devient un canal d’expression de ce mal-être à l’entourage. L’entretien, avec Martha, Suissesse et femme au foyer, le démontre assez clairement : à la question de savoir qu’est-ce que la ménopause pour vous ? Elle répondit (en pleurant), « c’est le départ des enfants », avant même d’évoquer l’arrêt des règles. La ménopause, n’étant pas un phénomène isolé, s’imbrique étroitement avec plusieurs autres aspects de la trajectoire de vie, susceptibles d’influencer la manière dont les femmes s’adaptent à cette phase de la vie.

43Avoir un emploi semble aussi préserver des stéréotypes stigmatisants, mais pas toujours. Dans les deux contextes, les femmes exerçant des professions commerciales (vendeuses) ou celles nécessitant un grand contact avec les individus (infirmière, secrétaire), semblent plus enclines à avoir des représentations négatives de la ménopause parce que les troubles dont elles témoignent modifient leur rapport à la clientèle ou patientèle et ont un plus grand impact sur leur travail et leur rendement. Dans ce sens, Madeleine, Suissesse et secrétaire médicale, affirme qu’à cause des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes, elle est toujours fatiguée et devient agressive à l’égard des patients. Cette situation lui paraît inconfortable et affecte directement sa manière de travailler.

44Enfin, la prévalence des troubles éprouvés et le statut ménopausique sont aussi susceptibles d’influer sur l’expérience de l’arrêt des règles. On remarque en effet que les femmes dont l’arrêt des règles n’est pas encore définitif sont plus nombreuses à exprimer des attitudes ambivalentes et négatives que celles qui sont ménopausées depuis plusieurs années, déjà adaptées aux changements. Néanmoins, on trouve parmi les femmes rencontrées, quelques-unes qui sont ménopausées depuis plus de dix ans mais qui expriment toujours une attitude négative à l’égard de l’arrêt des règles. Ces facteurs, brièvement mentionnés, sont concomitants, non hiérarchisés et s’appliquent différemment à chaque femme, autant à Yaoundé qu’à Lausanne.

45Les Camerounaises dont il est question dans cet article sont des citadines et leurs expériences peuvent se révéler différentes de celles des femmes habitant les zones rurales. En effet, il apparaît, à la lumière de divers travaux réalisés chez les Beti du Cameroun à plusieurs années d’intervalle, que la ménopause induit de nombreux changements dans la vie sociale ou sexuelle des femmes (Vincent, 1976, 2003 ; Laburthe-Tolra, 1985 ; Ombolo, 1990 ; Mbarga, 2001, 2010 ; Abega et al., 2002). Sur le plan social, il s’agit, d’une part, d’une levée d’interdits alimentaires, d’interdits d’actes et de paroles et, d’autre part, de l’acquisition de nouveaux rôles dans la communauté : thérapeute, accoucheuse, cheffe de rituel. Ces avantages, palpables en milieu rural, ne le sont que faiblement en ville, où cohabite une population hétérogène avec une très grande diversité culturelle. Plusieurs us et coutumes y sont délaissés au profit des valeurs "d’inspiration occidentale", bien qu’elles soient réappropriées différemment. En ville donc, les femmes n’acquièrent aucune valorisation particulière à l’arrêt des règles parce que leur place dans la société n’est point corrélée à leur statut génésique.

46Sur le plan sexuel, les relations avec les femmes qui ne sont plus menstruées étaient traditionnellement proscrites, la vie sexuelle étant associée à la vie féconde. En zone rurale, celles qui continuent d’avoir une vie sexuelle après la ménopause sont peu respectées dans la communauté. Et, vu l’étroitesse du réseau social et la visibilité du partenariat sexuel, la volonté de mener une vie amoureuse à un certain âge s’amenuise. Cet « effet conjugué de tradition et de ruralité » (Abega et al., 2002) sous-tend le comportement des femmes de milieu rural qui affirment fréquemment avoir interrompu toute activité sexuelle à la ménopause, l’interruption des rapports sexuels témoignant d’une certaine dignité. Dans les faits, ce discours de femmes qui veulent se montrer exemplaires ne correspond pas nécessairement aux pratiques individuelles (Abega et al., 2002). En milieu urbain, le poids des traditions n’est pas aussi prégnant, mais la nécessité d’interrompre la vie sexuelle à la ménopause est encore présente dans les représentations de certaines femmes. Dès lors, l’écart que l’on pourrait établir entre, d’une part, les villageoises, contraintes de respecter la tradition qui proscrit les rapports sexuels à la ménopause et, d’autre part, les citadines, libérées de cette proscription, peut s’avérer faible.

47Les dichotomies relevées entre les Camerounaises ménopausées urbaines et rurales, moins visibles sur le plan sexuel, sont plus patentes du point de vue social. Contrairement à celles qui vivent en milieu rural, les citadines ne bénéficient pas d’une élévation de statut social à la ménopause, comme c’est aussi le cas des Suissesses. Ainsi, malgré leur éloignement géographique, ces femmes, rencontrées à Yaoundé et à Lausanne, présentent des similitudes prouvant que l’"exotique" n’est pas toujours totalement différent.

Conclusion

48Cet article a montré que les Suissesses et les Camerounaises urbaines rencontrées articulent leur discours autour de dimensions semblables, en l’occurrence les aspects physiologiques et symboliques qui entourent la définition de la ménopause, de même que les désagréments qu’elle peut impliquer, bien que des variantes apparaissent dans chacun des contextes. Et, la récurrence avec laquelle les Camerounaises rapportent les troubles ménopausiques démontre que, s’il est vrai que le syndrome de la ménopause est largement conditionné culturellement et professionnellement dans les sociétés occidentales (Massé, 1995), il n’en demeure pas moins que l’argumentation selon laquelle les femmes occidentales seraient plus enclines à éprouver les troubles associés à la ménopause que celles d’autres cultures mériterait d’être révisée ou nuancée.

49Se référant à la santé et à la maladie, la ménopause apparaît comme un phénomène intermédiaire qui invite à penser ces deux états de manière indissociable, autant comme multiplicité que comme unité, tel que le suggère Herzlich (2005). En effet, dans le phénomène de l’arrêt des règles, santé et maladie s’éprouvent de manière combinée, car si pour toutes les femmes rencontrées la ménopause est clairement distincte de la maladie, elle implique, néanmoins, pour la plupart d’entre elles, des troubles qui affectent leur trajectoire de santé. La prévalence et l’intensité des troubles mentionnés varient d’une femme à l’autre, mais plusieurs peuvent être considérés comme transversaux : les bouffées de chaleur, la prise de poids, la fatigue, les fluctuations d’humeur, la sécheresse vaginale ou la baisse de la libido. D’autres semblent plutôt locaux, comme l’ostéoporose, particulièrement soulignée par les Suissesses alors que les Camerounaises rapportent des céphalées et des rhumatismes qu’elles attribuent tout autant à la ménopause. Ces particularités supposent l’existence de « biologies locales » (Lock, 1993, 2006) nécessitant d’être confirmées par les études sur de plus vastes échantillons.

50Les expériences de la ménopause relatées par les Suissesses et les Camerounaises rencontrées se sont révélées plurielles, quel que soit le contexte. Plusieurs facteurs peuvent les influencer et permettent d’expliquer cette hétérogénéité, en l’occurrence le contexte culturel, social et familial, le statut et l’activité professionnels ainsi que la prévalence des troubles et le statut ménopausique. Mais ces variables, non exclusives les unes des autres, ne déterminent pas entièrement les expériences ménopausiques, car pour chaque femme, elles interviennent de manière singulière. Il ne s’agit pas d’occulter la dimension culturelle, mais de relever les capacités de réflexivité des femmes et de souligner que l’on ne saurait appliquer indistinctement à tous les sujets d’un même groupe social, les mêmes modèles d’expériences. Il ne s’agit pas non plus de plonger dans le relativisme absolu, mais de montrer que les expériences de la ménopause sont bien complexes. Dès lors, elles se prêtent mal à une interprétation en termes de détermination à partir de quelques variables, non parce qu’elles échappent aux déterminismes culturels ou sociaux, mais parce que ces variables ne sauraient rendre entièrement compte de la diversité des parcours des femmes sans aboutir à une atomisation extrême des expériences ménopausiques.

51Les résultats présentés ici, non représentatifs de la population générale, ne sont pas généralisables à l’ensemble des Camerounaises et des Suissesses. Ils constituent, néanmoins, une piste pouvant permettre de mieux saisir les expériences ménopausiques des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ABEGA S.-C., MBARGA J. et VERNAZZA-LICHT N., 2002. « Activité sexuelle et qualité de vie des femmes ménopausées au Sud-Cameroun », In GUERCI A. et CONSIGLIERE S. (dir.), Vivere e curare la vecchiaïa nel mondo. Genova, Erga, 356-369.

ABEGA S.-C., 2007. Les violences sexuelles et l'Etat du Cameroun. Paris, Karthala.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AGEE E., 2000. « Menopause and the Transmission of Women’s knowledge: African American and White Women’s perspectives ». Medical Anthropology Quarterly, 14(1) : 73-95
DOI : 10.1525/maq.2000.14.1.73

APPADURAI A., 2005. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Petite Bibliothèque Payot.

BEYENE Y., 1986a. « Climacteric expression in a cross cultural studies », In NOTÉLOVITZ M. et VAN KEEP P. (dir.), The climacteric in perspective: proceedings of the fourth International Congress on the menopause. Hingham, MTP Press : 139-147.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BEYENE Y., 1986b. « Cultural significance and physiological manifestations of menopause: a biocultural analysis», Culture, Medicine and Psychiatry, 10(1) : 47-71.
DOI : 10.1007/BF00053262

BONNET D., 1988. Corps biologique, corps social. Paris, Editions de l'ORSTOM.

BURTON-JEANGROS C., 2004. Cultures familiales du risque. Paris, Economica.

CARADEC V., 2008. Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Paris, Armand Colin.

CHARLAP C., 2012. « La marque du social dans la chair : l’expérience corporelle à la ménopause comme traduction de représentations sociales à l’œuvre », Antropo, 27 : 9-14.

CROS M., 1990. Anthropologie du sang en Afrique. Essai d'hématologie symbolique chez les Lobi du Burkina Faso et de Côte d'Ivoire. Paris, L'Harmattan.

DE BEAUVOIR S., 1970. La vieillesse. Paris, Gallimard.

DELANOË D., 1998. « Les représentations de la ménopause et les attitudes envers le traitement hormonal. Une enquête de la population générale en France », In SUREAU C., HÉRITIER-AUGÉ F., EPELBOIN S., DELANOË D. et MIMOUM S. (dir.), Stéroïdes, ménopause et approche socio-culturelle. Paris, Elsevier : 39-80.

DELANOË D., 2001. « La question des troubles psychiques attribués à la ménopause », In AÏACH P. (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques. Rennes, ENSP : 75-95.

DELANOË D., 2006. Sexe, croyances et ménopause. Paris, Hachette Littératures.

DEVEREUX G., 1950. « The psychology of feminine genital bleeding. An analysis of Mohave Indian puberty and menstrual rite », International Journal of Psycho-Analysis, 31: 237-257.

DIASIO N. et VERNAZZA-LICHT N., 2002. «La ménopause, processus biologique et enjeux culturel, In GUERCI A. et CONSIGLIERE S. (dir.), Vivere e curare la vecchiaïa nel mondo. Genova, Erga : 271-281.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FLINT M., 1975. « The menopause: reward or punishment », Psychosomatics, 16: 161-163.
DOI : 10.1016/S0033-3182(75)71183-0

HÉRITIER F., 1978. « Fécondité et stérilité : la traduction de ces notions dans le champ idéologique au stade préscientifique », In SULLEROT E. (dir.), Le fait féminin. Paris, Editions du Club France Loisirs : 387-396.

HÉRITIER F., 1996. Masculin féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

HÉRITIER-AUGÉ F., 1998. « Anthropologie de la ménopause », In SUREAU C., HÉRITIER-AUGÉ F., EPELBOIN S., DELANOË D. et MIMOUM S. (dir.), Stéroïdes, ménopause et approche socio-culturelle. Paris, Elsevier : 11-21.

HERZLICH C., 2005 (1969). Santé et maladie: analyse d'une représentation sociale. Paris, EHESS.

LABURTHE-TOLRA P., 1985. Initiations et sociétés secrètes au Cameroun: les mystères de la nuit. Paris: Karthala.

LABURTHE-TOLRA P., 2009. Les Seigneurs de la forêt. Essai sur le passé historique, l'organisation sociale et les normes éthiques des anciens Beti du Cameroun. Paris, L'Harmattan.

LOCK M., 1993. Encounters with aging. Mythologies of menopause in Japan and North America. Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

LOCK M., 2006. « Anthropologie médicale : pistes d'avenir », In SAILLANT F. et GENEST S. (dir.), Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux. Paris, Economica, Anthropos : 439-467.

LOPES P. et RINGA V., 2003. « Les aspects cliniques de la ménopause », In RINGA V., HASSOUN D., ATTALI C., BREAT G., DELANOË D., LACHOWSKY M., LOPES P. ET MISCHLICH D. (dir.), Femmes, médecins et ménopauses. Paris, Masson : 17-38.

LÖWY I. et GAUDILLIÈRE J.-P., 2006. « Médicalisation de la ménopause, mouvements pour la santé des femmes et controverses sur les thérapies hormonales », Nouvelles questions féministes, 25(2) : 48-65.

MAOZ B., 1973. The perception of menopause in five ethnic groups in Israel, Thesis. Leiden, The Neetherlands.

MASSÉ R., 1995. Culture et santé publique. Les contributions de l'anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé. Paris, Gaëtan Morin.

MBARGA J., 2001. La ménopause. Un critère de changement de statut social pour la femme. Mémoire de Maîtrise. Université Catholique d'Afrique Centrale, Yaoundé.

MBARGA J., 2010. La construction sociale de la ménopause. Vécu et perception en Suisse et au Cameroun. Paris, L'Harmattan.

NAAMANE-GUESSOUS S., 2000. Printemps et automnes sexuels. Puberté, ménopause, andropause au Maroc. Cassablanca, Eddif.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

OBERMEYER C. M., REHER D. et SALIBA M., 2007. « Symptoms, menopause status, and country differences: a comparative analyses from DAMES », Menopause. The journal of the North American Menopause Society, 14, 4 : 788-797.
DOI : 10.1097/gme.0b013e318046eb4a

OFFICE FEDERAL DE LA STATISTIQUE (OFS), 2012. Statistiques de la Santé. Neuchâtel : OFS

OMBOLO J.-P., 1990. Sexe et société en Afrique noire. L'anthropologie sexuelle beti: essai analytique, critique et comparatif. Paris, L'Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

OUDSHOORN N., 1998. « Hormones, techniques et corps. L'archéologie des hormones sexuelles (1923-1940) », Annales HSS, 4-5 : 775-793.
DOI : 10.3406/ahess.1998.279697

SEAMAN B. et SEAMAN G., 1977. Women and the crisis in sex hormones. New York, Rawson.

STRAUSS A., 1992. Miroirs et masques. Une introduction à l'interactionnisme. Paris, Métailié.

THOËR-FABRE C., 2005. Ménopause et hormonothérapie, expériences et représentations des femmes baby-boomers. Thèse de doctorat. Université du Québec à Montréal.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

THOMAS L. V., 1983. « La vieillesse en Afrique noire », Communications, 37(1) : 69-87.
DOI : 10.3406/comm.1983.1553

VERNAZZA-LICHT N., BLEY D., RINGA V. et VARNOUX N., 2002. « Impacts des facteurs biologiques et socioculturels sur l'âge de la ménopause en France », In GUERCI A. et CONSIGLIERE S. (dir.), Vivere e curare la vecchiaïa nel mondo, Genova, Erga : 282-289.

VINCENT J.-F., 1976. Traditions et transition : Entretiens avec les femmes beti du Sud-Cameroun. Paris, ORSTOM Berger-Levrault.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VINCENT J.-F., 2003. « La ménopause, chemin de la liberté selon les femmes beti du Sud-Cameroun », Journal des africanistes, 73(2) : 121-136.
DOI : 10.3406/jafr.2003.1345

VINEL V., 2002. « Les représentations de la ménopause dans les documents français contemporains », In GUERCI A. et CONSIGLIERE S. (dir.), Vivere e curare la vecchiaïa nel mondo. Genova, Erga : 326-337.

VINEL V., 2007. « Andropause et ménopause : Une comparaison des images de la vulgarisation médicale », In VINEL V. (dir.), Féminin, masculin : anthropologie des catégories et des pratiques médicales, Strasbourg, Les cahiers du portique 4 : 199-222.

Haut de page

Notes

1  Voir à titre indicatif, les articles parus dans la presse locale : 24 heures (23.07.2002 ; 12.01.2004), La Tribune de Genève (12.03.2010), Le Temps (9.11.2006 ; 22.10.2007 ; 2.03.2009 ; 12.03.2010 ; 23.10.2010 ; 16.11.2010) et les émissions de la Télévision Suisse Romande Check Up du 13.12.2000, A Bon Entendeur du 01.10.2002.

2  L’ostéoporose s’observe généralement chez les personnes de plus de 60 ans. Des statistiques ne sont pas disponibles au Cameroun, mais on peut supposer qu’avec une espérance de vie de moins de 50 ans, plus de Camerounais meurent avant qu’une telle affection ne se manifeste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josiane Mbarga, « Regards de Suissesses et de Camerounaises citadines sur la ménopause : dépasser les dichotomies binaires », Anthropologie & Santé [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://anthropologiesante.revues.org/1396 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.1396

Haut de page

Auteur

Josiane Mbarga

Enseignante HES, Haute École de la Santé Vaud (HESAV) / Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO), Unité de Recherche en Santé, Avenue de Beaumont 21, CH 1011 Lausanne – Suisse ; josiane.mbarga@hesav.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org