Navigation – Plan du site
Hors thème

L’évocation d’Internet dans l’espace du cabinet médical

Mentioning the Internet in the Doctor’s Office
François Romijn

Résumés

Partant d’une approche pragmatique et microsociologique, j’interroge dans cet article la figure socialement valorisée d’un usager-patient dont les capacités auraient été renforcées par un usage d’Internet, en la mettant à l’épreuve de l’interaction avec le médecin. Une fois rapprochées, on constate que la scène des usages d’Internet en matière de santé et celle de la consultation médicale s’ordonnent selon des logiques d’engagement qui ne se coordonnent pas nécessairement. Je montre les façons dont l’usager-patient met en œuvre une série d’arts de faire pour évoquer les informations obtenues sur Internet, au travers notamment de l'exposition ou de la sous-communication de son inquiétude, de registres discursifs empreints d’ironies, de processus d’anticipation, de contournements, etc. Ceci interpelle dans une conjoncture contemporaine où l’individu se voit de plus en plus sommé de prendre en charge sa santé, d'exercer son autonomie et sa responsabilité. Le patient semble contraint, dans l'espace du cabinet médical, à évoluer de manière paradoxale. L’article aborde en filigrane la question des implications des usages d’Internet par le patient sur les transformations potentielles de la relation médecin-patient.

Haut de page

Texte intégral

De l’horizontalité induite par Internet aux dissymétries de l’interaction médecin/patient

1La santé constitue l’un des secteurs les plus actifs d’Internet, tant du point de vue de la consultation de sites, que du point de vue de la production de ces sites (Romeyer, 2008). Le patient fait de plus en plus appel à la Toile lorsqu’une question de santé survient dans son quotidien. Les usages pluriels réalisés en ligne semblent indiquer une intensification accrue du rapport à l’inquiétude pour sa santé. Une forme de « souci de soi », d’« attention au corps plus constamment vigilante » (Foucault, 1984 : 70-75), qui se trouve complexifiée par un environnement technique malléable permettant aux troubles les plus intimes de cheminer vers une surexposition publique. Du blog personnel du patient partageant son vécu aux sites gouvernementaux proposant des diagnostics en ligne, en passant par le forum ou l’encyclopédie et autres initiatives à visées commerciales, l’inquiétude de l’usager chemine entre des modalités plus ou moins formalisées. La disponibilité d’informations, un formatage en termes de choix, la figure louée d’un usager empowered, disposeraient les usagers d’Internet à s’y engager en tant qu'individus autonomes, situés sur un pied d’égalité. A contrario, l’économie de l’interaction au cabinet médical reste structurée par une série de dissymétries, disposant moins aisément le patient à y émettre des opinions individuelles. Le traitement de l’inquiétude s’y structure davantage par son objectivation, découlant de l’examen clinique des symptômes et de la prescription d’un traitement.

  • 1 J’utiliserai la notion d’engagement en la considérant comme « dynamique du rapport au monde » (Thév (...)
  • 2 Les dynamiques de rapport au monde (les régimes d’engagement) sont donc associées à des modalités d (...)
  • 3 Cette question est le titre d’une communication présentée lors d’une séance du séminaire de recherc (...)

2Dans cet article, je cherche à saisir les modalités suivant lesquelles des informations issues de l'usage d’Internet vont être évoquées, empêchées, tues ou autorisées lors de l’interaction avec le médecin. L’ambition est de discuter les dynamiques au travers desquelles l’usager inquiet s’approprie les informations issues d’Internet et le parallèle qu’il fait, le cas échéant, entre ces informations et celles qu'il recueille dans le cabinet médical. Je mets en discussion deux environnements – l’espace numérique et celui du cabinet médical – renvoyant à des dynamiques d’engagement1 et à des effets capacitaires2 pluriels. Cette mise en regard permet d’étendre la compréhension des cheminements de la capacité de l’usager-patient, à l’heure où les usages individuels d’Internet et autres objets connectés se démultiplient, complexifiant le rapport à soi et le rapport au monde médical. La question posée peut être résumée en ces termes : Qu’est-ce que l’usage d’Internet en matière de santé fait ou ne fait pas dans l’attestation et la protestation face au médecin3 ?

  • 4 Un constat qu’il faut reproduire quant aux cadrages des initiatives publiques et privées existantes (...)

3Deux thèses ont structuré initialement ce champ de recherche entre une lecture optimiste de l’émergence de nouveaux savoirs et rapports sociaux (Hardey, 2004) et l’autre pessimiste, soulignant les risques de dégradation de notre compréhension des questions de santé, en raison de l’hétérogénéité de la qualité de l’information diffusée (Akerkar & Bichile, 2004). Si une série de travaux plus critiques ont permis de nuancer la compréhension de ces usages – voir notamment l’article de Kivits (2012) pour un retour critique sur l’évolution de ces travaux –, il semble que les effets oppressifs ont été peu explorés ou envisagés indirectement. Alors que l'argumentation de la responsabilisation du patient se fait plus retentissante (Cultiaux & Périlleux, 2007), la recherche sur les effets capacitaires induits par les usages d’Internet reste suspendue aux thèmes de la responsabilité et de l’autonomie. Il faut en effet constater que la majeure partie des nombreux travaux4 discutant les usages individuels d’Internet en matière de santé considèrent ces derniers comme étant nécessairement vecteurs de renforcement des capacités d’autonomie et de responsabilité de l’usager (on parle dans le champ anglophone de « patient empowerment ») (Fox, 2005). Il s’agit d’une vision libérale de la personne promue au rang d’individu responsable de ses choix. Ces travaux restent acritiques pour diverses raisons.

  • 5 Les initiatives soutenant un objectif d’ « empowerment » de leurs publics sont largement centrées s (...)
  • 6 Des procédures de certification qui sont l’expression du gouvernement par l’objectif que sous-tend (...)

4La première est que la notion d’empowerment5 – celle qui est la plus souvent mobilisée – est généralement associée à un patient qui serait d’emblée plus conscient des risques, trouvant dans l’espace numérique des questions à poser à son médecin ou une seconde opinion. Le travail critique de Paré et al. (2009) a permis de nuancer la pluralité des logiques sous-jacentes à l’empowerment de l’usager-patient. En outre, les processus de renforcement de capacité potentiellement à l’œuvre ne sont que peu examinés. Il semble pourtant essentiel de considérer plus avant la nature plurielle et contingente des renforcements de capacité du patient. Ceci devrait attirer l’attention sur la diversité des formes de prise de pouvoir et des figures de domination vécues aux prises avec ces usages. Le fait d’user de ces techniques, avec pour objectif de se prendre en charge, peut être vecteur d’oppression en soi. On est en effet parfois très loin de la lecture libérale faisant d’emblée de l’usager d’Internet un individu plus autonome et responsable. Enfin, ces travaux soutiennent souvent une vision fonctionnaliste visant la rationalisation de ces usages (voir les labels de qualité6 des sites web santé) et se montrent peu diserts en ce qui concerne leurs effets sur l’expérience vécue.

  • 7 Certains suggèrent un processus d’ « apomédiation » (Eysenbach, 2008; Casilli, 2011, 2009) afin de (...)

5Quant aux travaux questionnant leurs effets sur la relation médecin-patient (Hardey, 1999 ; Henwood et al., 2003 ; Akrich & Méadel, 2009), on constate une convergence unanime : les usagers-patients ne voient pas Internet comme une alternative au médecin. Ce serait plutôt la centralité7 et la nécessité du contact avec ce dernier qui se trouve questionnées par des usages permettant de s’informer indépendamment de lui. Comme le précise habilement Antonio Casilli (2009 : 183) « […] les applications participatives de la ‘médecine 2.0’ actuelle sont animées par un refus ambivalent de la médiation médicale – tantôt souhaitée, tantôt critiquée ». Les trajectoires et temporalités mises en évidence par ces travaux sont variées. Elles correspondent à la complexité inhérente à des usages diversifiés parce que répondant à des horizons normatifs pluriels, à des inquiétudes de santé hétéroclites, et conduisant à des attitudes contrastées face au médecin et au type de communication adopté par ce dernier (à ce sujet, voir notamment Broom, 2005 ; Attfield et al., 2006).

  • 8 Il serait intéressant de se pencher comparativement sur ces dynamiques selon les contextes culturel (...)
  • 9 Cela s’explique notamment par la dimension appliquée de ces travaux qui nuit à l’approfondissement (...)

6Si ces travaux permettent de nuancer la compréhension des effets des usages d’Internet sur les consultations médicales, la délicate question de leur évocation et des informations qui en sont issues lors de l’interaction médecin/patient n’a que peu été traitée, du fait notamment des difficultés méthodologiques sous-jacentes. Ces analyses pêchent par des mises en perspective critiques peinant à émerger. Elles nous apprennent néanmoins que les patients usent de stratégies variées pour introduire les questionnements issus de leurs usages d’Internet dans l’interaction avec le médecin (Bylund et al., 2007). Sommerhalder et al. (2009) pointent, dans le contexte suisse8, plusieurs types d’attitudes face à ce dernier : (1) suggérer des diagnostics ou des traitements, certains patients apportant avec eux des notes préparées afin d’en discuter avec le médecin ; (2) ne pas évoquer l’utilisation d’Internet tant que les informations fournies par le médecin restent en congruence avec ce qu’ils ont lu ; (3) éviter de mentionner leurs recherches d’information afin de ne pas interférer avec le procédé diagnostique ou se garder de nuire à l’autorité du médecin, et parce qu’ils manquent de temps pour le faire. Ces travaux rendent compte de tendances à l’œuvre mais peu des façons de faire des usagers en situation9. De plus, ils pointent peu les tensions sous-jacentes à la rencontre entre, d’une part, une consultation médicale encore largement marquée par des dissymétries et par la primauté de la compétence du médecin et, d’autre part, des usages d’Internet qui disposent à l’expression d’opinions individuelles facilitée par la visibilité d’une multitude d’options à portée de clics.

Cadre de la recherche et méthodes

  • 10 Notre démarche ne consiste pas à alimenter ce questionnement sur base du profil sociodémographique (...)

7Afin de contribuer à l’analyse de l’action du patient informé par Internet au sein du cabinet médical, j’ai développé une recherche qui s’ancre dans le mouvement sociologique pragmatique, sensible aux facettes plurielles de la capacité humaine, et plus particulièrement dans le programme de la sociologie des régimes d’engagement (Thévenot, 2006). Cet ancrage épistémologique, basé sur un pluralisme de rapport aux choses (ouvert par les sciences studies), à savoir sur le principe d’une pluralité de coordinations au monde des plus formellement publiques aux plus faiblement formalisées, permet d’outiller la saisie des dynamiques10 et des tensions à l’œuvre entre Internet et le cabinet médical. Cet ancrage sociologique alimenté par des outils microsociologiques permet de pointer des dynamiques peu couvertes dans l’analyse des transformations de la relation patient/soignants : ironies, légèreté, humour, anticipations, procédés de sous-communication, etc., qui se modalisent parfois sous la forme de jeux entre les protagonistes, au travers desquels l’inquiétude est mise en scène.

  • 11 À ce titre, le traitement réservé à l’inquiétude de l’usager-patient s’est trouvé au cœur de mes ob (...)
  • 12 Ce contact par email fut le moyen le moins intrusif convenu avec le médecin afin d’entrer en relati (...)
  • 13 Le fait que les usagers-patients soient abordés par l’intermédiaire de leur médecin comportait deux (...)
  • 14 L’enregistrement audio a été préféré à la présence physique de l’enquêteur afin de limiter les biai (...)
  • 15 La consultation médicale de l’un des participants auprès d’un gastroentérologue a été également uti (...)

8Cet ancrage sous-tend une conception de la sociologie comme ne clôturant pas « par avance les capacités des personnes » (Genard & Cantelli, 2008) et fonde l’enquête sur l’action conformément à la démarche inductive. Il appelle, autant que faire se peut, le recours à des outils ethnographiques situant le chercheur au plus près de l’expérience vécue de l’acteur. J’ai travaillé sur des enregistrements audio de 14 consultations médicales et de 35 entretiens réalisés entre novembre 2013 et juillet 2014, auprès des mêmes usagers-patients, en amont et en aval de la consultation de leur médecin de famille, au sein du cabinet de ce dernier situé en Région Wallonne (Belgique). Mon ambition consistait initialement à opérer un suivi de la personne au sein des différents espaces où sont exposées leurs inquiétudes en matière de santé - une pragmatique du corps en mouvement11 - en particulier sur Internet et au cabinet médical. Il me fallut adapter cette entreprise à la réalité du terrain choisi. Les répondants ont été sélectionnés sur la base d’un contact avec un médecin généraliste acceptant de participer à l’enquête. Ce dernier proposa au patient, soit directement lors de la consultation, soit par email, d’être recontacté par email12, moyennant son accord, par un chercheur réalisant une enquête sur les usages d’Internet en matière de santé. Ce contact électronique visait à s’assurer d’un usage effectif d’Internet en lien avec leur santé, et d’exposer l’objet de la recherche afin de convenir d’un premier entretien à leur domicile. Structuré sur la base d’une discussion visant à suivre le cheminement de l’inquiétude de la personne entre Internet et le cabinet médical, l’enjeu de cet entretien était, d’une part, de « gagner » la confiance de celle-ci, et de parvenir à se distancier du médecin qui s'était fait le garant de notre démarche13 afin que la discussion soit la plus libre possible, et d’obtenir, d’autre part, qu’elle accepte la suite du dispositif d’enquête, à savoir l’enregistrement audio14 de leur prochaine consultation médicale15 et la réalisation d’un second entretien. Les entretiens s’ouvraient le plus souvent sur mon ignorance complète quant au rapport entretenu par le répondant avec sa santé, me confrontant aussi bien à des situations où la maladie a rompu le cours de la vie menée précédemment, en passant par des cas où la personne ne souffre qu’épisodiquement de troubles aigus, ou encore à des personnes anxieuses pour leur santé sans qu’elles aient de signe clinique d’une quelconque maladie.

  • 16 Nous postulons la labilité de l’engagement d’un même usager mobilisant de manières différentes ses (...)

9Les modalités d’exposition d’un savoir issu d’Internet lors de la consultation médicale discutées dans cet article n’épuisent pas la diversité des façons d’évoquer ces usages face au médecin. Elles rendent compte cependant des tendances observées, et rapportées par les usagers-patients, lors de cette enquête16. Partant d’un ensemble volontairement composite de situations où le patient expose son vécu d’un « quelque-chose-qui-ne-va-pas » en matière de santé - entre des inquiétudes extrêmement formatées en termes de risque (hernie, conséquences d’une thrombose par exemple) et des troubles beaucoup moins formalisés (mal de dos, allergie par exemple), - j’ai cherché à creuser les dynamiques à l’œuvre dans chacune d'elles, et les possibilités pour l’usager-patient de discuter avec son médecin des informations récoltées sur Internet. L’articulation de ces deux sources de données m'a semblé pouvoir apporter davantage de profondeur à l’analyse. L’entretien permettait en effet de revenir sur les façons dont les patients se sont engagés lors de la consultation médicale, aussi bien au travers de ce qui avait été dit et non dit. Lorsqu’il n’était pas possible d’étudier directement certaines pistes indiquées en entretien, celles-ci ont été mises en perspective dans la discussion avec d’autres répondants.

« J’ai lu », « j’ai vu ». Des évocations précautionneuses d’informations issues d’Internet

Extrait 1.

  • 17 Question reformulée ici plus directement dans la suite du fil de la discussion qui précède.

FR : Est-ce que quelque part, vous ne vous dites pas, a contrario, que de parler de ce que vous allez lire sur Internet, ça n’aurait pas sa place dans la consultation ?17

REPONDANT : Ce n’est pas que, oui. Pffff. Ça dépend comment il va le prendre. Ça dépend de la personne. Ça dépend comment ça va être. Pas comment il va la prendre mais comment la présenter. La présenter d’une manière genre « olé, olé » je vais dire (sur un ton détaché, humoristique) « Ah je suis allé, tiens, sur Internet ». Présenter comme ça ! Ah oui, mais ça oui. […] Il va mieux vous écouter. Il va être plus réceptif.

FR : Et justement qu’est ce qui n’aurait pas convenu dans la manière de présenter la chose ?

REPONDANT : De dire « moi j’ai vu ça sur Internet, regarde il y a ça ». Il va dire, il va dire non hein « on a pas le temps, on parlera de ça une autre fois et c’est tout ». Tandis que de le donner d’une manière un peu « olé-olé », « tiens hier, j’ai vu ça sur Internet », présenter comme ça (rires). Là, il va mordre dedans.

FR : D’accord, donc c’est vraiment faire comme si c’était « olé olé », mais au fond (…) […].

REPONDANT : […] Mais je trouve que c’est la meilleure des solutions. Parce qu’une fois je suis allé, parce que j’avais mal au dos. Je lui ai dit « Il y a encore un (…) », comment est-ce que je lui ai dit ? « Il y a encore un », ohhhh, un surnaturel ? Non, je ne sais plus ce que je lui avais dit – « qui est encore entré dans mon corps docteur ». Alors il a commencé à rire. Il dit « T’as encore regardé un film » (rires). Ah bah oui. Mais moi, j’y vais toujours avec des histoires comme ça. Mais, je lui présente, et ça va, ça marche.

FR : Ok, donc, on présente les choses de manière légère ?

REPONDANT : L’humoristique ça passe !

FR : Mais il y a du sérieux

REPONDANT : Toujours derrière, le sérieux. Mais le sérieux, c’est toujours si on le met sur la table, s’il est compris humoristiquement et qu’on commence à en parler ça c’est bien. Mais il faut l’amener, dans le bon sens. Mais pas l’amener « du tac au tac ». Parce qu’on n’est pas préparé […].

FR : Mais vous pourriez avoir une question légitime, pointue, que vous pourriez justement…

REPONDANT : Mais non, justement, la question pointue, fine « pointue » entre guillemets. Ce n’est même pas de dire que j’ai regardé sur Internet, mais on ne va pas parler d’Internet. On va dire « J’ai vu, j’ai lu quelque part », mais on ne dit même pas « … un tel coupe faim » […].

10Cet extrait met en scène un homme âgé de 67 ans déclarant d’emblée qu’il ne lui est jamais arrivé de mentionner explicitement son usage d’Internet dans l’espace du cabinet médical. Pourtant, celui-ci me livre lors des deux entretiens réalisés qu’il en fait pourtant souvent usage, en amont et en aval de ses contacts avec le médecin. Confronté à l’opportunité de discuter avec ce dernier des informations issues du web, il y aurait selon lui une bonne façon de présenter les choses, afin de ne pas se voir refuser la discussion. Aussi, il faudrait avoir « plus d’informations pour mettre ça en place » et « être préparé ». Cette dimension préparatoire en vue de poser des questions lors de la consultation s’observe très fréquemment et se manifeste par divers types de stratégies, telles que : l’utilisation du vocabulaire technique du médecin afin d’être le plus possible pris au sérieux ; la mobilisation d’un document sur lequel on a préparé des questions ou une argumentation. L’usager laisse supposer que ses usages ont renforcé ses capacités à nommer et à argumenter. D’autre part, la manière de formuler l’objet de son questionnement, nourri de ses usages en ligne, s’opère au travers d’un registre de langage qui emprunte une forme légère et humoristique, stratégie permettant d’éviter que le médecin se butte.

11On aperçoit dans l'évocation d’un extraterrestre qui se serait glissé dans la peau du patient l’une des caractéristiques du registre humoristique – consistant en la violation d’un « principe de réalité » (Clark & Clark, 1977). La légèreté du discours du patient permet la création, l’espace d’un instant, d’un autre monde avec une logique de fonctionnement propre. L’incongruité de l’énoncé repose moins sur une volonté de faire rire que sur celle de mettre à distance les normes qui régissent la situation et, par-là, d’obtenir du médecin une mise à l’écart de cette réalité par laquelle il serait dès lors possible de parler de ce qu’on a lu sur Internet. C’est aussi une fonction de détachement que ce type d’énoncé remplit, véhiculant à la fois la reconnaissance d’une norme à laquelle le patient montre qu’il adhère – l’autorité du médecin – et, en même temps, un basculement stratégique de cette réalité, au travers duquel l’usager va mentionner des traitements ou des diagnostics possibles, différents de ceux du médecin, et donc questionner son autorité de manière indirecte.

12L’usager-patient anticipe la tension que risque d’occasionner l’évocation des informations consultées en ligne. Il affuble alors son engagement d’un voile de légèreté, ce qui lui apparaît comme une modalité d’engagement adaptée à cet espace. Une posture qui, comme l’ironie, est « moyenne entre la tragédie et la légèreté » et « transcende la disjonction des catégories et en consacre la relativité » (Jankélévitch, 1964 : 133). On assiste en effet à la conjonction de deux coordinations au monde : d’une part, une familiarité, une connivence, à l’œuvre entre les protagonistes qui se connaissent et se reconnaissent dans ce cas-ci, au travers d’une relation de soin de longue durée, et d’autre part, l’élaboration d’un projet qui se déploie dans la volonté de mobiliser des ressources issues d’Internet. Cette posture ambivalente permet à l’usager-patient de maintenir tout à la fois le sérieux de son propos, d’éviter de verser dans le tragique et de se prémunir de la tension critique à laquelle il s’attend et qui risque de le disqualifier en tant que sujet interagissant.

13Une femme âgée de 42 ans tente de retrouver son autonomie passée. Les séquelles de deux thromboses survenues deux ans plus tôt ont altéré le cours de sa vie et l’assujettissent à de nouvelles dépendances. La première vient de sa cécité partielle à propos de laquelle elle souligne que « ça, ça ne reviendra pas, il faut que je fasse mon deuil, il faut que je passe sur ça ». La seconde est relative à des dysfonctionnements de sa vessie, nécessitant le recours à une sonde plusieurs fois par jour : « [souffle] je suis jeune, se sonder, ça veut dire s’astreindre à des horaires, je ne sais plus partir une journée. […] Je ne conduis plus, donc ça, c’est embêtant, […], je suis tributaire. Je m’inquiète quand je dois partir quelque part. Pour être revenue à l’heure pour autre chose. Je ne retravaille plus, j’aimerais reprendre mon travail mais je ne récupèrerai pas le travail à responsabilité que j’ai quitté ». Abordant la question de l’évocation de ses recours fréquents à Internet lors de la consultation médicale, elle rapporte sa stratégie consistant à éviter de se positionner comme concurrente du médecin : elle veut éviter de lui laisser penser qu'elle s’est fait son propre diagnostic, du moins de le communiquer lorsque c’est effectivement le cas, et se prémunir du fait qu’il puisse « se braquer ». Cela n’aurait aucune « utilité » de spécifier la provenance des informations mobilisées :

Extrait 2.

REPONDANTE : Maintenant, quelqu’un qui va dire « j’ai des migraines sévères depuis trois ans, vous n’avez pas vraiment trouvé de solution, ça ne marche pas vraiment bien, puisque j’ai encore 3 à 5 jours par semaine, des migraines. Mais j’ai vu sur Internet qu’il y avait un médicament qui… », si vous entrez dans ce sens-là, c’est sûr qu’ils vont se bloquer, hein. C’est logique, hein. S’amener en disant « j’ai vu sur Internet, sur un forum, je sais pas… »  et que je dise au cardiologue. […] Ça ne va pas marcher, hein ! Et j’ai ce sentiment aussi qu’ils vont se dire : « mais pour qui est-ce que tu te prends ? T’es pas médecin ! » C’est pour ça que je l’aborde d’une manière plus douce. […] Et j’ai peur qu’elle se braque en disant, « tu te prends pour un médecin ! », « tu vas voir sur Internet ! » Mais ça dépend aussi comment ça est amené, hein. Parce que je suis assez diplomate pour ça. Je pense que j’amène bien.

14Elle présente une conception très assurée de la « bonne » façon de communiquer, lors de la consultation, des questionnements issus de son usage d’Internet. Il faut « prendre des pincettes ». Son souci est de ne pas présenter n’importe comment un savoir issu d’une autre source d’information que celle provenant des échanges avec son médecin, ce qui appelle au développement de compétences que tous les usagers-patients ne parviennent pas nécessairement à mobiliser. Il s’agit d'évoquer des problèmes et des interrogations sans adopter une posture qui marquerait une expertise trop confiante ou une conduite trop alarmée. Le fait de ne rien dire au médecin sur les sources d’informations qui étayent les interrogations, voire les assertions du patient, peut être perçu comme une compétence à partager comme il faut son inquiétude. Une conduite qui, comme dans l’extrait précédent, véhicule une stratégie permettant tout à la fois de montrer son adhésion à l’autorité du médecin et d’obtenir de lui qu’il se positionne et réponde aux interrogations du patient. Il s’agit pour cette patiente de mentionner « naïvement » son questionnement : « Tiens, et ce petit boîtier là, c’est plus ou moins combien d’heures d’intervention ? C’est ça que je vais demander, et pour voir si elle va me dire la même chose qu’Internet aussi ». Ce « petit boîtier » auquel elle fait référence renvoie à la possibilité d’intervention dont elle a eu connaissance en consultant Internet : il s’agit d’un dispositif médical qui permettrait de réveiller, via de légères stimulations électriques, le fonctionnement de sa vessie afin qu’elle n’ait plus à se sonder.

15La réponse reçue du médecin a permis à la patiente de se trouver confortée dans son opinion construite à partir de ses lectures à ce sujet sur Internet, une confirmation souvent recherchée lors du contact avec le médecin. Il s’agit moins de mettre à l’épreuve la compétence du médecin que de retrouver une forme de confiance en soi, quand les pistes consultées sont confirmées par ce dernier. Par ailleurs, l’usage que la personne fait d’Internet tend à optimiser la période de temps passée au cabinet du médecin. Il s’agit alors pour l’usager-patient de préparer la consultation, en notant sur un papier les questions à poser au médecin, en soulevant des interrogations très factuelles et parfois en développant un véritable argumentaire afin d’obtenir du médecin qu’il accepte de discuter une option qu’il n’aurait pas retenue d’emblée, telle que, par exemple, l’implantation du boîtier évoqué plus haut.

Extrait 3.

REPONDANTE : Donc voilà, j’avais préparé, en disant : « voilà vous ne savez pas quand ma vessie va refonctionner, peut-être qu’elle va refonctionner, peut-être qu’elle ne refonctionnera pas ». Je lui ai dit « vous ne savez pas me le dire, mais maintenant […] » je lui ai dit « je ne me vois pas si ma vessie ne refonctionne pas après deux mois, refaire cette intervention-là tous les 3 mois et me sonder deux mois ». Voilà, je lui ai dit ça, j’avais préparé dans ce sens-là !

FR : Et vous le mentionnez comment, cette possibilité du « pacemaker » ? [La manière dont elle nomme familièrement ce boîtier, tout en sachant qu’il ne s’agit pas d’un pacemaker]

REPONDANTE : Non, heu, je lui ai dit que j’avais vu qu’il y avait une autre solution. […] Je pense qu’à la première réunion qu’on a eu, non, elle se serait limitée au botox [elle n’aurait pas mentionné le pacemaker], et voir comment ça allait évoluer ici. Et moi, j’avais besoin pour mon moral de savoir que ça, si ça échouait, il y avait encore une autre possibilité.

16« J’ai vu une autre solution » est énoncé au moment le plus opportun, lorsque l’argument ne peut être écarté par le médecin. L’usage d’Internet permet au patient d’étendre son regard sur des options qui ne surgiront ni systématiquement d’emblée, ni nécessairement dans le discours du médecin. Faire émerger une option extérieure aux propositions énoncées par le praticien, permettre qu’elle soit discutée et surtout qu’elle puisse être éventuellement mise en pratique, nécessite que sa mise en forme s’articule à un niveau d’engagement plus formel. Elle suppose de quitter le « familier défait » (Thévenot, 2013) par la maladie et ses conséquences. Ce qu’on voit se dessiner dans le discours de la répondante : « L’avis, les pronostics, les conseils, c’est quand même le médecin. C’est vraiment pour dégrossir, savoir de quoi on parle. Savoir poser une question qui tient la route quand on va chez l’urologue, ou un spécialiste, ou chez le généraliste. Pour quand, on ressort de là, on ait une réponse à ses questions quoi ! ». 

17Un autre répondant, âgé d’une trentaine d’années, rendait compte d’un trouble persistant (des « symptômes qui sont là depuis quelques semaines. Voire quelques mois »). Il confirme que ses inquiétudes s’amplifient parce que, dit-il, « je lis des choses [sur Internet] concernant les symptômes que j’ai. Et ça fait travailler mon mental. […] Et peut être que je crée, fin, que j’entretiens cette inquiétude en provoquant des symptômes […] ». Revenant sur l’origine de de son enquête portant sur des problèmes digestifs, il confie que la naissance de ce trouble relève d’une dimension psychologique : « j’ai une personnalité anxieuse, j’ai les TOC et je suis hypocondriaque. J’ai vraiment une personnalité anxieuse et obsessionnelle. L’anxiété j’ai toujours été, depuis la maternelle je me rappelle ».

Extrait 4.

PATIENT : Oui, c’est inconfortable et puis il y a aussi, les autres symptômes. C’est plus un inconfort qu’une douleur. Au niveau, à cet endroit ci. Au niveau de la…

MEDECIN : Du colon gauche ?

PATIENT : Ouais, au niveau du sigmoïde, ici en bas. C’est donc la fosse iliaque gauche ici. Donc, soit c’est, au départ je pensais que c’était une douleur musculaire. Parce que, quand je me mettais dans certaines positions, je sentais que ça tirait. Un petit peu.

MEDECIN : (le médecin tape ces observations sur l’ordinateur).

PATIENT : Et ça, j’ai lu aussi, parce que je lis aussi des choses (avec une légère gêne décelable dans la voix) un peu à ce niveau-là.

MEDECIN : Oui.

PATIENT : C’est ce qu’on appelle le cordon colique.

MEDECIN : Et vous avez déjà pris du ‘Spasmofen’ comme on donne classiquement pour ça non ?

PATIENT : Non, je n’en ai pas pris parce que je ne me tords pas de douleur.

MEDECIN : Et si non, l’appétit est bon ? La cuisine de madame est bonne ?

PATIENT : Non je mange très bien. Pas de souci de ce côté-là. Je mange très bien !

MEDECIN : Vous mangez bien. Il y a beaucoup de nervosité dans tout ce que vous me racontez.

PATIENT : Oui, je suis très nerveux. Et en fait, j’ai tout noté et je me renseigne aussi.

MEDECIN : Ouais. C’est sûr.

PATIENT : L’ennui le plus important, c’est plus l’angoisse que ça peut provoquer. Et je pense que j’ennuie un peu mon entourage. Parce que j’en parle souvent.

MEDECIN : Et si on fait une petite colo ? Vous serez tout à fait rassuré ?

PATIENT : Baaaaaaaah ! (silence).

MEDECIN : Oui hein.

PATIENT : Oui, sans doute.

COMPAGNE : (rires étouffés).

PATIENT : C’est vrai que ça /

MEDECIN : Définitivement alors (en riant).

PATIENT : Oui non, évidemment, après ça. […]

18Dans la situation de ce répondant, l’usage d’Internet a renforcé une capacité à nommer, à désigner l’emplacement corporel, source d’inquiétude, au travers d’un vocabulaire anatomique tel qu’il est utilisé par le médecin. Selon cette stratégie, face au médecin, il faut être plus « concret et précis » (« au plus proche de ce que je ressens »). Ce vocabulaire précis est l’indication d’un travail de recherche approfondi entrepris sur Internet. Les autres usagers-patients ne cherchent pas à mobiliser ce vocabulaire expert lors de la consultation, afin de ne pas encourager le médecin à verser dans un jargon médical qui limiterait leur compréhension. Au contraire, il s’agit ici d’appeler un travail du médecin devant être à la hauteur de cette précision du discours à laquelle s’attache ce même patient dans ses énoncés :

Extrait 5.

FR : Au niveau du choix des termes techniques dans l’interaction, qu’est-ce qu’on attend en les mentionnant ?

REPONDANT : D’être bien compris. De bien cibler ce que je ressens, en tous cas, au plus proche de ce que je ressens. Pas quelque chose de vague. Etre précis. Je ne voulais pas montrer que j’avais lu des choses. C’était juste pour être précis. […] Si t’as envie de caractériser les choses. Il faut bien utiliser les mots qui désignent les différents organes. Sigmoïde, c’est un endroit bien particulier du colon.

FR : Est-ce que par l’usage de ce vocabulaire-là, on cherche à être considéré comme un patient particulier ?

REPONDANT : Je ne veux pas être considéré comme un patient particulier, je veux juste, je me suis renseigné, j’aime être au courant des choses. Non, ce n’était pas dans le but d’être considéré comme quoi que ce soit. Je voulais juste être précis dans ma description.

FR : Et d’où venait ces savoirs plus médicaux ?

REPONDANT : (rires) Bah, elles viennent d’Internet.

FR : Pourquoi avoir dit systématiquement dans l’interaction avec le médecin « j’ai lu ça », « j’ai lu ça aussi ».

REPONDANT : Oui je sais.

FR : Est-ce que ça vient d’Internet ?

REPONDANT : Et de mon travail aussi, mais surtout d’Internet.

FR : Pourquoi l’avoir formulé comme ça ? Sans mentionner la provenance.

REPONDANT : Parce que j’avais pas envie, pas envie de parler d’Internet parce que pas envie qu’il me prenne pour un  loigne [en wallon : un fou]. Fin, il n’y avait pas besoin de ça, il a bien vu que j’étais anxieux. Et il a bien vu que j’étais hypocondriaque, fin, en tous cas qu’il y avait un souci à ce niveau-là. Et j’avais pas envie de lui parler d’Internet, que chaque jour que je vais voir des trucs et des machins, que je me pourris la cervelle avec ça. J’avais pas envie d’entrer dans le sujet, « j’ai lu des choses » et voilà. Peut-être qu’il se doutait que c’était ça. Fin, je ne sais pas.

19Pour cette personne, il ne s’agit plus d’émettre des énoncés caractérisés par un vocabulaire de la sensation corporelle mais de nommer d’une façon plus assertive, plus proche des catégories nosologiques utilisées par le médecin. Pour justifier le bien-fondé de son choix de ne pas mentionner l’origine de ses connaissances, à savoir l’usage d’Internet, il mentionne, parmi les raisons mobilisées, l’importance d’être pris au sérieux et de ne pas se voir disqualifier par le médecin. Une autre raison de son refus de mentionner les sources résiderait dans une volonté de dissimuler son anxiété au médecin, le patient associant l’usage d’Internet à son inquiétude exacerbée. Ce qu’il peinait d’ailleurs à mettre en œuvre : « des fois j’essaye de la dissimuler, mais c’est plus fort que moi. On l’entend, que ce soit dans ma voix, ou dans ma façon de m’exprimer, on sait qu’il y a une nervosité, une anxiété, une gêne à ce niveau-là. Ca je sais pas la cacher, ça se perçoit ». Cette capacité à sous-communiquer (Eidheim, 1969) son anxiété n’est pas forcément chose aisée. Il s’agit pour le patient d’être traité comme les autres, d’éviter d’être considéré comme une personne anxieuse ne méritant pas d’être prise au sérieux dans un contexte où le temps - de plus en plus compté et restreint de la consultation - amène le médecin à traiter avec moins d’égards les patients soupçonnés d’anxiété pathologique. Ce que me confie une répondante : « J’ai pas vraiment envie de montrer mon inquiétude au médecin, donc, je vais expliquer mes symptômes, même faire de l’humour par rapport à ça, je vais dire que ça m’inquiète pas, je vais pas le montrer quoi. Fin (…). Je n’ai pas envie de passer, parce que je trouve aussi que les médecins accordent moins de crédit, quand tu dis que t’es quelqu’un d’angoissé, et alors ils vont interpréter et dire ça c’est de l’angoisse ou quoi, et passer à côté de quelque chose. […] Je vais rester calme, souriante, normale ». L’inquiétude peut être vécue comme un stigmate (Goffman, 1963) et sera dès lors sous-communiquée selon les circonstances, et les opportunités de la situation.

  • 18 Il y a en effet d’une part la volonté de brouiller les pistes et, d’autre part, la manifestation d’ (...)
  • 19 Le matériel empirique sur la base duquel l’analyse est ici construite ne comporte que deux témoigna (...)

20Comme dans le second cas présenté, on assiste à des modalités de suspension de la tension inhérente à la situation. L’une de ces modalités relève de la sous-communication18 des connaissances médicales acquises par le patient, qui l’amène, selon les circonstances, à vouloir occulter le fait qu’il a posé son propre diagnostic afin de se prémunir d’une disqualification de la part du médecin. Ces arts de faire prennent sens également au regard de l’histoire des interactions entre le patient et son médecin, au sein de laquelle pèsent des d’anticipations, comme en témoigne un médecin19 : « Quand je vois la tête d’un tel [un patient] arrivé dans mon bureau, je sais déjà comment cela va se passer. Ça procède de la connaissance de la personne, tu l’as vu à quelques reprises, et tu fais une association entre sa tête et la requête qu’il va formuler. Mais c’est un phénomène général. […] Ça pourrait être autre chose, ça pourrait fausser la relation. »

  • 20 Dans cet article, je me suis résolument centré sur le tiers « Internet ». Ces considérations ont en (...)

21Il faut revenir sur les justifications du choix de ne pas mentionner la provenance des informations évoquées. Les répondants évitent d’entrer dans les détails, « qu’un tel a écrit ceci ou cela » ; ils expriment un savoir ou une interrogation sous des formes diverses mais toujours de sorte, semble-t-il, à exclure de la relation et de l’interaction le tiers « Internet »20 trop formellement identifié. Cette tendance trouve d’ailleurs un écho dans ces louvoiements de patients tendant à opérer des déplacements vers des êtres plus ou moins lointains, indistincts, comme on peut le constater dans cet extrait de consultation :

« Parce que Carine, sa belle maman, est très mal aussi. Elle avait mal longtemps, et pour finir, son médecin lui a fait une injection, lui a dit que c’était le trochanter en question. Et, ça s’est passé, et Carine qui me dit « bah va voir », s’il y a quelque chose à faire. […] ».

22La tentative de la patiente d’amener la discussion vers un traitement dont elle a connaissance repose davantage sur l’invocation de la figure lointaine du médecin-de-la-belle-mère-d’une-proche, que sur l’évocation frontale (non ambiguë) du bien-fondé de ce traitement dans son cas. Les consultations sont fréquemment ponctuées de ce type de contournements. « On ne va pas parler d’Internet. On va direJ’ai vu, j’ai lu quelque part ». Nombre d’usagers rencontrés soulignent qu’il ne « faut pas parler d’Internet » lors de la consultation, ne pas mentionner explicitement la provenance des informations soulevées. Ce constat fait écho au travail de Sylvie Fainzang sur les non-dits dans la relation médecin-patient, ainsi que sur la place de l’omission et de la dissimulation que l’auteure a attentivement décrite :

« N’osant pas revendiquer ses conduites et ses choix éventuellement contraires aux recommandations du médecin, il [le patient] se sent contraint de recourir au mensonge ou à la dissimulation pour ne pas se voir chapitrer par celui qui incarne l’autorité médicale » (Fainzang, 2009 : 291).

23Omettre de mentionner l’origine des informations semble en effet participer d’un souci de préservation du rapport social asymétrique qui hiérarchise la légitimité respective de la voix du médecin et de celle du patient. À ce stade, il faut constater que la mobilisation, dans la consultation, des apports en matière de connaissances – de savoirs, de capacités – tirées d’Internet s’accomplit dans l’étendue d’une relation marquée par le souci du patient d'afficher sa reconnaissance à l'égard de l’autorité du médecin. Si transformations il y a, elles se situent au sein de cette étendue.

L’usager qui évoque explicitement son usage d’internet. De la spécification d’Internet comme faux pas à éviter ?

Extrait 6.

FR : Ce que vous êtes allée chercher sur Internet, qu’est-ce que vous allez en faire dans la consultation ?

REPONDANTE : Ah bah parfois je dis « tiens j’ai vu sur Internet ça, et ça, et ça », et là le médecin dit en riant [mimant un geste circulaire de la main gauche vers l’extérieur de l’épaule droite] « Il ne faut pas toujours se fier à ce que, ce qu’on dit sur Internet ». […] Ils n’aiment pas beaucoup. Ça, je crois que ça les dérange, parce qu’ils ont l’impression qu’on va voir, et est ce qu’ils pensent qu’on est méfiant ? ! Je ne sais pas. Qu’on voudrait savoir, pour voir s’ils disent la vérité ? ! Ils trouvent que ça ne sert pas à grand-chose qu’on aille voir sur Internet parce que voilà. A qui poser les questions ? Sur Internet, on est devant l’écran. Chez eux, ce n’est pas que c’est « au suivant ! », mais parfois c’est un peu comme ça. Comme ça, qu’il ne faut quand même pas s’attarder de trop. Sauf, si on y va pour quelque chose de très sérieux là, oui, mais si on y va pour des choses, nous, ça nous parait peut être un peu plus sérieux mais eux pas. Alors on sent qu’il ne faut pas.

FR : Comment on le sent ça ? Le fait que ça ne convienne pas selon le médecin d’aller sur Internet ?

REPONDANTE : On voit pas que c’est un petit agacement, mais on le voit, on le sent que » oui mais hein, faut pas croire tout ce qu’ils disent », pour dire « on n’en parle pas ». Il ne faut pas venir avec Internet. […] Ca les agace un petit peu je crois. Mais parfois on peut les emmener en disant « oh bah si tu veux on peut peut-être », parfois il faut… […] Je ne sais pas, je crois que quand on dit que je suis allée sur Internet et tout, que, pffffff, je ne sais pas si y’en a beaucoup qui le disent, moi je le dis.

24Cette retraitée de 58 ans relate l’agacement perceptible du médecin et son geste expéditif signifiant ostensiblement une disqualification du bien-fondé d’utiliser Internet, et les options qu’il recèle, afin d’empêcher l’inclusion de cet objet, et du caractère optatif dont il dispose dans l’interaction. Alors que l’on a pu observer auprès du premier patient l’expression d’une ironie, située à mi-chemin entre la tragédie et la légèreté, pour évoquer Internet, cet extrait véhicule a contrario l’idée que l’envisager à découvert, « trop sérieusement », semble disposer le médecin à se débarrasser promptement de la possibilité de discuter de ce que la personne y a découvert. On aperçoit l’inanité de l’évocation du patient sous-tendue par la réaction du médecin : une intention d’empêcher la discussion mise en acte par ce geste et la légèreté du propos (« là le médecin dit en riant [avec un geste circulaire de la main gauche vers l’extérieur de l’épaule droite] : ‘‘il ne faut pas toujours se fier à ce qu’on dit sur Internet’’»), sans d’ailleurs chercher à expliciter le caractère non-approprié qu’aurait cette discussion. On retrouve dans la réaction du médecin les traces de la « réprimande joyeuse », qui « a le mérite de dénoncer et sanctionner le ‘mauvais comportement’ […] en atténuant la menace d’une attaque et le risque de déclenchement d’un conflit » (Le Lay & Pentimalli, 2013 :167).

25L’interprétation que la personne donne de la réaction du médecin est tissée de trois éléments. Elle l’explique : (1) par la méfiance qu’occasionnerait sa tentative d’évocation d’Internet : « Ça, je crois que ça les dérange, parce qu’ils ont l’impression qu’on va voir, et est-ce qu’ils pensent qu’on est méfiant ? ! […] » ; (2) par la durée de temps limitée que le médecin accorde au patient lors de la consultation qui se heurterait à la possibilité de discuter d’autres options de diagnostics ou de traitements. Les inquiétudes moins « sérieuses » devraient être alors tues, la patiente concevant qu’elles soient parfois accueillies avec dédain. Se dessine également une forme d’autocensure (3) dans les explications présentées, plus évidente dans l’analogie avec le métier de boulanger-pâtissier de son père : « si tous ses clients venaient lui dire que pour faire le pain fallait faire comme ça, ou comme ça. […]. Il aurait dit « mais c’est qui le bolandjî [wallon], c’est mi ! ». Cette analogie renvoie à une justification adossée à la grandeur domestique et à la relation de dépendance qu’elle sous-tend, s’établissant par « la référence à la génération, à la tradition et à la hiérarchie » (Boltanski & Thévenot, 1991 : 207) que l’on perçoit dans l’évocation de la figure du père. L’usage d’Internet serait alors discrédité au bénéfice de la parole du médecin car il porterait préjudice à la relation hiérarchique établie entre ce dernier et son patient : une relation hiérarchisée où la tâche du supérieur doit être facilitée, et non pas enchevêtrée dans des revendications intempestives (ibid. : 221). Le recours à Internet serait le signe d’un affranchissement partiel du lien de dépendance à l'égard de l’autorité du médecin et l’évocation de ce tiers informateur serait synonyme de soupçon d’incompétence du médecin. La personne souligne que si elle présente des symptômes qui l’inquiètent, au sujet desquels elle a pu avoir des informations sur Internet, il reste préférable de ne pas d’emblée en exposer la source. Sur Internet, « c’est un peu des explications que l’on aura peut-être pas chez le médecin ». Une fois immergée dans la temporalité du cabinet médical, c’est dans l’absence préoccupante de références à ce qu’elle aura lu qu’elle trouvera l’incitation à mentionner ce que le médecin ne semble pas prendre l’initiative de lui exposer.

26Le pacte de confiance se déployant dans l’engagement réciproque d’un médecin (à tout mettre en œuvre pour lutter contre la maladie) et d’un patient (à tout faire pour se soigner) se détériore. On y décèle des ébrèchements qui ne sont pas nouveaux, et qui procèdent en partie des transformations des fondements d’un métier par l’exigence de méthodes libérales (comptage du temps de consultation, facturation des contacts téléphoniques dans certains cabinets, retrait progressif de la palpation qui semble se généraliser, etc.). Ils sont aussi la conséquence de l'accumulation, par les patients – s’engageant à tout faire pour guérir –, de visites auprès de différents médecins et de leur consultation des sites en matière de santé.

Conclusion. Revenir sur les dissymétries de la relation médecin-patient ?

27Mieux comprendre les possibilités d’évocation d’informations issues d’Internet, au sein de l’interaction médecin-patient, nécessite d’analyser les stratégies utilisées dans l’interaction : des contournements vers des êtres, humains et non-humains, extérieurs à l’espace de la consultation, plus ou moins lointains, permettant de se référer au traitement qu’un tel a reçu de son médecin ; des stratégies de sous-communication de son inquiétude, visant à se prémunir d’un traitement du médecin qui négligerait la requête du patient. Alors que la construction libérale omniprésente dans la littérature fait, le plus souvent, de l’usager un individu autonome et responsable, sous-entendant par ailleurs que les bases des opinions qu’il exprime sont publiques et non implicites, on constate que mobiliser une option ou un traitement avec le médecin nécessite certains détours (dont l’humour). Il ne suffit pas au patient d’avoir acquis de nouvelles connaissances médicales, renforcées par un usage fréquent d’Internet, pour que celles-ci puissent effectivement être mobilisées dans l’interaction.

28Se centrer sur la question de l’évocation du recours à Internet dans l’espace de la consultation médicale permet d’étudier les déplacements potentiels dans le rapport au savoir en matière de santé. Il semble que ces arts de faire soient mobilisés de sorte à reconnaître l’expertise du médecin, en la préservant d’une critique qui se voudrait trop frontalement formulée et, par-là, rappeler l’autorité de ce dernier. Le patient semble donner à ces compétences, qui animent son engagement, l’apparence de ce qu'Albert Piette (2009 : 251) nomme « le mode mineur » au sein de l’interaction. Présentées comme « non réfléchies », comme « un à-côté par rapport […] à l’enjeu et à la motivation de la situation », « le mode mineur, en tant que modalité de déroulement de l’action, atténue ou, plus précisément, amortit selon des degrés variables l’enjeu de sens associé à la situation en question, sans le transgresser et sans en générer un autre ». Aussi, ces compositions, qui sont généralement peu analysées dans la littérature sur les relations patients-soignants, semblent accompagner les mouvements qui vont de l'assurance à l'inquiétude. Elles permettent d’alimenter la thèse selon laquelle l’inquiétude est aussi une ressource dont le patient doit se saisir et qu'il doit mobiliser ou non dans l’interaction.

29Ce travail résonne aussi de critiques des patients qui traversent le secteur de la santé en pointant la médecine de leur généraliste (manque de temps, outils de gestion, comptage, etc.). Il est préoccupant d’un point de vue politique que cette consultation médicale « qui n’a jamais construit son image sur la réduction de l’acte thérapeutique à un acte technique » (Muel-Dreyfus, 1984 : 70) ne cesse de voir se détériorer la qualité des liens des protagonistes, écrasée par les exigences libérales, alourdie de la réduction du nombre de généralistes et dénaturée par la multiplication des visites auprès de différents médecins. Une situation qui contribue à « faire de la rencontre médecin-malade une rencontre à partir de rien, si ce n’est la parole du malade sur son symptôme, en quelque sorte une rencontre dans le vide » (ibid. : 70), et qui contraste avec les orientations politiques valorisant la place du médecin de famille et sa proximité, dans le contexte belge.

30Un certain nombre d’éléments ont été écartés de l’analyse présentée ici, notamment ceux qui concernent le travail d’évaluation opéré par les usagers des formats d’informations consultés en ligne. Il importerait également, dans le prolongement donné à cet article, de symétriser l’analyse en étudiant la place occupée par la figure du médecin dans l’investissement d’Internet. Par ailleurs, l’analyse interactionnelle des compétences du patient à évoquer d’une certaine façon ses recherches sur Internet se trouverait affinée par la mise en regard des réactions et stratégies du médecin, mais aussi par leurs perceptions des savoirs disponibles en ligne. Les travaux cités en introduction nous invitent à établir le même constat que pour celui des effets capacitaires du patient : ils indiquent que les médecins sont de plus en plus enclins à discuter le résultat des recherches en ligne des patients, mais celles-ci restent cependant encore reçues plutôt négativement, ou du moins avec anxiété - cet « heartbeat moment » mentionné par Ahluwalia et al. (2010 : 89). L’arrivée de ces patients informés par Internet nécessite de dépasser le discours assuré dont font part les médecins en situation d’entretien et de documenter les dynamiques – la signification donnée à ce geste du médecin relaté par une répondante, la surprise de certains face à des patients épinglant un diagnostic exact et qu’eux-mêmes n’auraient pas envisagé, etc. – telles qu’elles se donnent à voir au sein du cabinet médical. Cette entrée permettrait d’alimenter la compréhension des transformations à l’œuvre dans la relation médecin-patient et en particulier d’affiner la dialectique entre le traitement de l’inquiétude et la question de la confiance accordée au médecin.

Haut de page

Bibliographie

AHLUWALIA S., MURRAY E., STEVENSON F., KERR C. et BURNS J., 2010. « A Heartbeat moment: qualitative study of GP views of patients bringing health information from the internet to a consultation », British Journal of General Practice, 60 : 88–94.

AKERKAR M.A., BICHILE L.S., 2004. « Health information on the Internet : Patient empowerment or patient deceit ? », Indian Journal of Medical Science, 58, 8 : 321-326.

AKRICH M. et MEADEL C., 2009. « Internet, intrus ou médiateur dans la relation médecine-patient ? », Santé, Science et Solidarité, 8, 2 : 87-92.

ATTFIELD S., ADAMS A., BLANDFORD, A., 2006. « Patient information needs : pre and post consultation », Health Informatics Journal, 12 : 165–177.

BOLTANSKI L., 1971. « Les usages sociaux du corps », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 26e année, 1 : 205-233.

BOLTANSKI L. et THEVENOT L., 1991. De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BROOM A., 2005. « Virtually He@lthy : The Impact of Internet Use on Disease Experience and the Doctor-Patient Relationship », Qualitative Health Research, 15, 3 : 325 -345.

BYLUND C.L., GUEGUEN J.A., SABEE C.M., IMES R.S., Li Y. et SANFORD A.A., 2007. « Provider-patient dialogue about Internet health information: an exploration of strategies to improve the provider-patient relationship », Patient Education and Counseling, 66 : 346-352.

CANTELLI F., 2013. « Deux conceptions de l’empowerment », Politique et Sociétés, 32, 1 : 63-87.

CASILLI A., 2009. « Le Stéthoscope et la Souris : Savoirs médicaux et imaginaires numériques du corps. », Esprit : 175-188.

CASILLI A., 2011. « Usages numériques en santé : conflictualité épistémique et sociale dans les communautés de patients en ligne », In LAEDLEIN-GREILSAMMER C.-M. (dir.), Internet : des promesses pour la santé ? Éditions de santé. Paris : 181-191. Actes des Journée 2011 Euro Cos Humanisme et Santé [en ligne], http://eurocos.u-strasbg.fr/downloads/publi_2011_casilli.pdf (page consultée le 2 août 2016).

CLARK H. et CLARK E., 1977. Psychology and Language: An Introduction to Psycholinguistics, New York, Harcourt Brace Jovanovich.

CULTIAUX J. et PERILLEUX T., 2007. « Etre responsable de sa santé ? Faces, accents et limites d’un argumentaire de responsabilisation des patients », In CANTELLI F. et GENARD J.-L. (dir.), Action publique et subjectivité : Paris, Droit et société, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, n° 46 : 133-146. 

EIDHEIM H., 1969. « When Ethnic Identity is a Social Stigma », In F. Barth (ed.) Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Universitetsforlaget.

EYSENBACH G., (2008) » Medicine 2.0: Social Networking, Collaboration, Participation, Apomediation, and Openness », Journal of Medical Internet Research, 10, 3.

FAINZANG F., 2006. La relation médecins-malades : information et mensonge, Paris, PUF.

FAINZANG S., 2009. « La communication d'informations dans la relation médecins-malades », Questions de communication, 15 : 279-295.

FOUCAULT M., 1984. Histoire de la sexualité, tome 3 : Le souci de soi, Paris, Gallimard.

FOX N.J., 2005. « The ‘expert patient’: empowerment or medical dominance? The case of weight loss, pharmaceutical drugs and the Internet », Social Science & Medicine, 60, 6 : 1299-1309.

GENARD J.-L. et CANTELLI F., 2008. « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS, Théories et recherches [en ligne], http://sociologies.revues.org/1943 (page consultée le 2 août 2016).

GOFFMAN E., 1975 [1963]. Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Paris, Les Editions de Minuit.

HARDEY M., 1999. « Doctor in the house : The Internet as a source of lay health knowledge and the challenge to expertise », Sociology of Health & Illness, 21, 6 : 820-835.

HARDEY M., 2004. « Internet et société : reconfigurations du patient et de la médecine ? », Sciences Sociales et Santé, 22, 1 : 21-43.

HENWOOD F., WYATT S., HART A. et SMITH J., 2003. « ’Ignorance is bliss sometimes’: constraints on the emergence of the ‘informed patient’ in the changing landscapes of health information », Sociology of Health & Illness, 25, 6 : 589–607.

JANKELEVITCH V., 1964. L’ironie. Paris, Flammarion.

KIVITS J., 2012. « Les usages de l’Internet-santé », In THOËR C. & JOSY LEVY J. (dir.), Internet et santé, acteurs, usages et appropriations. Québec, Presses de l’Université du Québec : 37-56.

LE LAY, S. et PENTIMALI B., 2013. « Enjeux sociologiques d’une analyse de l’humour au travail : Le cas des agents d’accueil et des éboueurs », Martin Média | Travailler, 1, 29 : 141-181.

MUEL-DREYFUS, F., 1984. « Le fantôme du médecin de famille », Actes de la recherche en sciences sociales, 54 : 70-71.

PARÉ G., MALEK J.-N., SICOTTE C. et LEMIRE, M., 2009. « Internet as a Source of Health Information and its Perceived Influence on Personal Empowerment », International Journal of Health Information Systems and Informatics, 4, 4 : 1-18.

PIETTE A., 2009. « L’action en mode mineur : une compétence impensée », In BREVIGLIERI M., Lafaye C. et TROM D (éds.), Compétences critiques et sens de la justice. Paris, Economica : 251-260.

ROMEYER R., 2008. « TIC et santé : entre information médicale et information de santé », tic&société, 2 [en ligne], https://ticetsociete.revues.org/365 (page consultée le 2 août 2016).

SOMMERHALDER L., ABRAHAM A., ZUFFEREY M.C., Barth J. et ABEL T., 2009. « Internet information and medical consultations: Experiences from patients’ and physicians’ perspectives », Patient Education and Counseling, 77 : 266-271.

THÉVENOT L., 2006. L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagements, Paris, la Découverte.

THÉVENOT L., 2009. « Governing Life by Standards: A View from Engagements », Social Studies of Science, 39, 5 : 793-813.

THEVENOT L., 2013. « Une vie éprouvée. Entre migration postcoloniale, discrimination à l'embauche, maternité affectée et adoption salvatrice : quelle « identité forgée » ? », In VRANCKEN D. (dir.), Penser l'incertain, Montréal, Presses de l’Université de Laval : 139-160.

Haut de page

Notes

1 J’utiliserai la notion d’engagement en la considérant comme « dynamique du rapport au monde » (Thévenot, 2006). L’engagement visant une maîtrise, un pouvoir « entendu dans un sens plus ouvert que l’acceptation courante du terme pouvoir par les sciences sociales et politiques. L’engagement vise à faire d’une dépendance un pouvoir. Pour ce faire, le monde et l’être humain doivent être conjointement façonnés. Même la façon d’être un individu autonome, avec le pouvoir qui lui est associé, ne se réalise que dans la dépendance à un environnement adéquatement mis en forme. » (Thévenot, 2006 : 238). Ce présupposé anthropologique d’une distinction de plusieurs coordinations au monde, au cœur de cette sociologie, amène à s’intéresser aux tensions inhérentes à leur rencontre.

2 Les dynamiques de rapport au monde (les régimes d’engagement) sont donc associées à des modalités de pouvoir particulières, et a fortiori des effets capacitaires.

3 Cette question est le titre d’une communication présentée lors d’une séance du séminaire de recherche de Laurent Thévenot, intitulé « Protester, attester, tester, contester ce qui vaut. Sociologie de la pluralité des modes d’évaluation et du renouveau de la critique » (EHESS, 2014-2015). Séminaire de recherche au sein duquel ce questionnement a été tout particulièrement nourri et enrichi.

4 Un constat qu’il faut reproduire quant aux cadrages des initiatives publiques et privées existantes. Pour un cas particulièrement emblématique de cette tendance, voir la plateforme gouvernementale britannique [en ligne], http://www.nhs.uk/pages/home.aspx (page consultée le 27 août 2016), dont le maître mot « Your health, your choice » est saturé de cette grammaire.

5 Les initiatives soutenant un objectif d’ « empowerment » de leurs publics sont largement centrées sur les axes gestionnaire et civique du concept. Le plus souvent, les organisateurs de ces initiatives ne cherchent pas à clarifier la conception du pouvoir sous-jacente à la notion. Sur cette question, je renvoie vers le travail de Fabrizio Cantelli (2013), que je remercie pour son encadrement bienveillant et ses remarques toujours très pertinentes.

6 Des procédures de certification qui sont l’expression du gouvernement par l’objectif que sous-tend la construction libérale contemporaine (voir Thévenot, 2009).

7 Certains suggèrent un processus d’ « apomédiation » (Eysenbach, 2008; Casilli, 2011, 2009) afin de souligner la relégation du médecin en toile de fond, sans que ce-dernier ne soit jamais diamétralement mis à l’écart.

8 Il serait intéressant de se pencher comparativement sur ces dynamiques selon les contextes culturels considérés. Avec des contextes davantage libéraux, notamment aux Etats-Unis, où des dynamiques plus frontales pourraient s’observer.

9 Cela s’explique notamment par la dimension appliquée de ces travaux qui nuit à l’approfondissement analytique des tensions à l’œuvre.

10 Notre démarche ne consiste pas à alimenter ce questionnement sur base du profil sociodémographique des usagers. Je n’ignore néanmoins pas que les façons d’utiliser Internet et les interactions avec le médecin se déclinent selon le profil socioéconomique de l’usager. Luc Boltanski (1971 : 211) mettait en exergue « l’information qui se transmet au cours de la consultation médicale est d'autant moins importante (quantitativement et qualitativement) que le malade est situé plus bas dans la hiérarchie sociale, c’est-à-dire que son aptitude à comprendre et à manier la langue savante qu’utilise le médecin et, par conséquent, ses moyens de pression sur le médecin, sont plus faibles : se sentant dispensé de rendre compte au malade de ses faits et gestes, le médecin tend à transformer la relation thérapeutique en une simple imposition d’autorité et à s’abstenir de livrer ou même à tenir cachées les raisons de ses questions, de ses actions et de ses prescriptions ». Sylvie Fainzang (2006) l’a également montré, pour ce qui est même du diagnostic.

11 À ce titre, le traitement réservé à l’inquiétude de l’usager-patient s’est trouvé au cœur de mes observations. Il s’agissait d’être attentif aux façons dont la personne expose son inquiétude, et des difficultés sous-jacentes. Dans le vis-à-vis avec l’entretien, il m’était également possible de saisir les moments où la personne préférait contenir son inquiétude.

12 Ce contact par email fut le moyen le moins intrusif convenu avec le médecin afin d’entrer en relation avec les usagers.

13 Le fait que les usagers-patients soient abordés par l’intermédiaire de leur médecin comportait deux avantages : avec l’accord du même médecin et du patient, avoir un œil et à tout le moins une oreille sur la scène de la consultation avec le médecin, via un dictaphone. Cela permettait au patient d’accorder davantage de crédit à la démarche du chercheur et, par là, de la considérer comme plus légitime. Sans l'aval du médecin, il aurait été plus difficile d’obtenir des usager-patients qu’ils acceptent la démarche.

14 L’enregistrement audio a été préféré à la présence physique de l’enquêteur afin de limiter les biais dans l’interaction médecin-patient. Notons que ce procédé a occasionné d’autres difficultés. Ainsi, les protagonistes ont conscience d’être enregistrés et ont connaissance de notre problématique. En outre, seules les dimensions sonores et discursives de l’interaction ont été captées. Les silences, les tonalités, le son des déplacements et des dispositifs utilisés comme le tensiomètre ou l’imprimante apportent néanmoins des indications intéressantes sur le fil de la consultation.

15 La consultation médicale de l’un des participants auprès d’un gastroentérologue a été également utilisée.

16 Nous postulons la labilité de l’engagement d’un même usager mobilisant de manières différentes ses questionnements et son usage d’Internet selon les circonstances. En fonction du but à atteindre, de ses compétences et capacités, et du bon vouloir du médecin, le patient mobilisera différemment les informations recueillies à l'extérieur du cabinet médical.

17 Question reformulée ici plus directement dans la suite du fil de la discussion qui précède.

18 Il y a en effet d’une part la volonté de brouiller les pistes et, d’autre part, la manifestation d’un phénomène très intéressant de suspension ponctuelle de la tension qui trouble la personne, à la fois dans le rapport à soi et au médecin. Ces procédés seront développés davantage dans ma thèse de doctorat (en cours de rédaction). La sous-communication n’en est qu’une certaine modalité. Elle ne sert pas seulement à ménager la relation au médecin, elle constitue également une modalité de réassurance de la personne.

19 Le matériel empirique sur la base duquel l’analyse est ici construite ne comporte que deux témoignages de médecins. Je m’intéresse actuellement à la question des perceptions et des stratégies utilisées par le médecin face à des patients mobilisant des informations issues d’Internet. Ce matériel sera traité dans le cadre d’un prochain article.

20 Dans cet article, je me suis résolument centré sur le tiers « Internet ». Ces considérations ont en effet été partiellement traitées dans le cadre de l’enquête dont cet article est issu, elles ne seront pas discutées ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Romijn, « L’évocation d’Internet dans l’espace du cabinet médical », Anthropologie & Santé [En ligne], 13 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://anthropologiesante.revues.org/2239 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2239

Haut de page

Auteur

François Romijn

Aspirant au F.R.S.-FNRS, GRAP (ULB), Centre Georg Simmel (EHESS), Université Libre de Bruxelles, Institut de Sociologie (CP 124), Avenue Jeanne, 44 – B-1050 Bruxelles, Belgique, fromijn@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Les cahiers de Revues.org