Navigation – Plan du site

Les parcours de soins des enfants : une pluralité d’acteurs et de logiques

Date limite de remise des propositions (résumé): 15/04/2017

Coordinatrice

Déborah Kessler-Bilthauer (Anthropologue, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, Université de Lorraine)

Modalités de soumission et Calendrier

Les propositions de contribution comporteront un titre et un résumé de 400 mots maximum.

Elles devront d’abord être envoyées, dans un premier temps, à la coordinatrice du numéro, avant le 15 avril 2017, à l’adresse suivante : deborah.kesslerbilthauer@gmail.com

Les articles sélectionnés à l’issue de cette première étape seront ensuite transmis à la rédaction d’Anthropologie & Santé et seront évalués individuellement selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme.

La publication de ce numéro est prévue en novembre 2018.

Appel à propositions

À partir des années 1980, la sociologie et l’anthropologie francophones et anglophones, en particulier, font montre d’un intérêt croissant pour le corps, la santé et les soins des enfants (Bonnet, 1988 ; Brown et Ritchie, 1990 ; James et Prout, 1990 ; Cresson, 2006 ; Hardy et Lecomte, 2011). Privilégiant une approche parfois territorialisée par catégorie d’âge, symptômes, pathologies, institutions ou services médicaux, l’ensemble des travaux sur ces sujets cherche à révéler les spécificités de cette catégorie d’âge et des dispositifs thérapeutiques qui lui sont dédiés. Par-delà des orientations très diversifiées, ces travaux questionnent plus globalement, les notions « santé » et « enfance » en cherchant à déterminer ce qu’elles recouvrent en termes de pratiques, de représentations, de parcours et de logiques de soins.

Le rôle de la famille, de la parenté et de l’entourage – en particulier des femmes (Weber, Gojard & Gramain, 2003) – dans la gestion de la santé des enfants a été largement étudié pour mettre en valeur la dimension collective de la prise en charge d’un symptôme survenu chez l’enfant. Car l’intervention des proches en cas d’altération de la santé infantile peut se décliner dans la formulation d’un conseil, la recommandation d’un praticien de santé ou d’un remède. Mais l’entourage participe aussi au processus de soin lorsqu’il conduit ou accompagne le jeune malade chez un thérapeute ou veille à lui administrer un traitement.

Conjointement, les capacités de décision, d’interaction, de négociation, d’action et d’autonomie des enfants dans la gestion des symptômes qui affectent leur corps ou leur esprit ont été, plus récemment, mis en lumière ; si bien que les dimensions individuelles et collectives des itinéraires de soins des enfants exigent d’être pensées ensemble. Les parcours de soins se présentent ainsi comme le résultat d’une co-construction où l’enfant et son entourage (parenté large, voisinage, amis, milieu professionnel des parents, milieu scolaire de l’enfant, etc.) participent à la prise en charge du ou des symptôme(s) (Fassin, 1992). Face à une offre de soins plurielle qui inclut des dispositifs thérapeutiques conventionnels et non conventionnels, l’enfant, avec l’aide de ses proches, emprunte des itinéraires, des « cheminements thérapeutiques », complexes et sinueux pour pallier le trouble qui l’affecte (Rossi, 2007).

Sans maintenir de césure entre le rural et l’urbain, entre les pays du Nord et du Sud et entre les médecines disponibles, le concept de parcours de soin permet de restituer l’ampleur, dans nos sociétés actuelles, du pluralisme thérapeutique autrement dit, le recours simultané ou successif à plusieurs formes de médecine (générale, spécialisée, pédiatrique, alternative, non conventionnelle) et de soins différents. La littérature sur le sujet nous montre que le recours aux soins est à envisager à partir de plusieurs facteurs tels que le système d’offre de soins, sa disponibilité et son accessibilité, les représentations du corps et de la maladie, l’incorporation des normes sanitaires et thérapeutiques en vigueur, la situation financière et les capacités de mobilité des ménages, l’influence et la mobilisation des proches et la prise en compte de leurs savoirs d’expérience en santé. Les parcours de soins des enfants peuvent aussi dépendre de l’âge de l’enfant, la renommée de certains professionnels de santé, la reconnaissance de leurs compétences et expertise sur cette catégorie d’âge, la préférence pour tel établissement de soins, la disponibilité des thérapeutes et la relation de confiance instaurée entre parent(s), enfant et praticien.

L’analyse des déterminants, des acteurs et des logiques inhérents aux itinéraires thérapeutiques infantiles suppose une posture méthodologique particulière. L’approche émique consiste à recueillir les savoirs et les pratiques individuelles et collectives relatives aux faits de santé. Le suivi « au cas par cas » (Benoist, 1996, p.7) des trajectoires de soins des enfants (non linéaires) permet d’appréhender la façon dont elles se construisent, se déconstruisent, se transforment, bifurquent, s’interrompent. L’étude des itinéraires de soins permet ainsi de révéler l’hétérogénéité des parcours et des liens entre l’enfant malade et son environnement.

Ce numéro thématique d’Anthropologie & Santé accueillera des contributions qui aborderont de manière ethnographique, théorique et/ou épistémologique des parcours de soins infantiles à partir de dimensions individuelles, collectives, sociales, sociétales et politiques. Ce numéro invite aussi des contributions portant sur le pluralisme médical ou la combinaison et l’articulation des registres médicaux visant à venir à bout d’un symptôme apparu chez l’enfant. Les champs magique et religieux, d’orientation thérapeutique, peuvent aussi être développés pour préciser la nature, l’étendue et la variété des parcours de soins infantiles. Les auteur-e-s sont invité-e-s à fonder leur réflexion et argumentation sur les pratiques, les expériences, les affects et les représentations à différentes étapes des itinéraires de soins empruntés par les enfants. S’appuyant sur une étude de cas ou optant pour une approche plus transversale du sujet, les parcours de soins seront analysés grâce à des données de terrain dites de première main.

Références :

Benoist Jean, 1996, « Prendre soins », Soigner au pluriel. Essais sur le pluralisme médical, Paris, Karthala, p. 496-506.

Bonnet Doris, 1988, Corps biologique, corps social. Procréation et maladies de l’enfant en pays mossi, Burkina Faso, Paris, Editions de l’ORSTOM.

Brown Janis, Ritchie Judith, 1990, “Nurses’ Perceptions of Parents and Nurses Roles in Caring for Hospitalized Children”, Children’s Health Care, n° 19, p. 28-36.

Cresson Geneviève, 2006, « La famille entre production de santé et consommation de soins », Recherches familiales n° 3, 1, p. 6-15.

Fassin Didier, 1992, Pouvoir et maladie en Afrique, Paris, PUF.

James Allison, Prout Allan (dir.), 1990, Constructing and Reconstructing Childhood. Contemporary Issues in the Sociological Study of Childhood, London, Falmer Press.

Hardy Anne-Chantal, Lecompte Hélène, 2011, « Le mal guéri. La relation thérapeutique à l'épreuve du cancer pédiatrique », Sociologie Santé, n° 33, p. 173-192.

Rossi Ilario, 2007, « Quête de spiritualité et pluralisme médical. Reconfigurations contemporaines », In Nicole Gauthier-Durisch, Ilario Rossi, Jörg Stolz (dir.), Quêtes de santé : entre soins médicaux et guérisons spirituelles, Genève, Labor et Fides, 2007, p. 9-21.

Weber Florence, Gojard Séverine, Gramain Agnès, 2003, Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte.

  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org