Navigation – Plan du site

Le pluralisme thérapeutique en mouvement

Introduction du numéro thématique « Anthropologie des soins non-conventionnels du cancer »
Therapeutic Pluralism on the Move. Introduction to the special issue “Anthropology of non-conventional care of cancer”
Patrice Cohen et Ilario Rossi

Texte intégral

1Ce deuxième numéro d’Anthropologie & Santé propose des contributions anthropologiques à la compréhension des recours et des soins non-conventionnels du cancer. Et nous avons une pensée particulière pour notre chère collègue Annie Hubert, disparue récemment, qui s’est beaucoup investie dans les analyses anthropologiques du cancer. À plusieurs titres, elle a été pionnière dans ce domaine, et nous nous associons à l’hommage que lui rendent dans ce numéro Christophe Perrey et Madina Querre qui reconstruisent son itinéraire, celui d’une anthropologue impliquée.

  • 1  L’ensemble des auteurs remercie chaleureusement l’INCa pour ces financements. Toutefois, les analy (...)
  • 2  Le programme « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de canc (...)
  • 3  Le programme « Les médecines parallèles dans la prise en charge du cancer à l’île de la Réunion », (...)

2Les articles présentés dans ce numéro s’appuient sur des travaux de recherche financés par l’Institut national du cancer1 (INCa) en réponse à l’appel à projets de 2005-2006 intitulé « Portées et enseignements de l’offre et de la demande de soins en médecine non-conventionnelle et médecines parallèles » et dont les termes ont été présentés au monde de la cancérologie (Siri, 2006). Il fait suite à une réflexion menée dans le cadre d’un projet collectif et comparatif entre la France, la Belgique et la Suisse2 (Cohen et al., 2010) à laquelle ont été associés les travaux conduits sur l’Ile de la Réunion3 (Desprès, 2009). A partir d’une démarche que nous avons initiée en 2008 lors d’un colloque international (Cohen et Rossi, 2008), il s’agit ici de traiter dans chaque article une expression caractéristique de ce pluralisme thérapeutique à partir de données ethnographiques localisées et d’une grille d’analyse originale.

3Bien évidemment, la coexistence de différentes formes de soins — fort hétérogènes et complexes de nos jours — est un effet constant dans l’histoire de l’Occident. Elle présente toutefois aujourd’hui des caractéristiques nouvelles. Le recours à une pluralité de thérapies s’inscrit dans une mouvance historique et culturelle qui s’exprime par la mobilité croissante des personnes, des savoirs, des pratiques et des techniques, d’ici et d’ailleurs, ici et ailleurs. Cette circulation des compétences soignantes et médicales, loin de s’estomper avec la modernité, puise dans celle-ci une force toujours plus grande. La place actuelle des médecines non-conventionnelles dans les sociétés européennes est ainsi attestée et étudiée par de nombreux auteurs (Cant et Sharma, 2003 ; Ersdal et al., 2008 ; Laplantine et Rabeyron, 1987 ; Maddalena, 2005 ; Schmitz, 2006). Elle constitue un fait social qui modifie le champ de la santé dans son ensemble, et qui redessine les logiques de l’offre et de la demande. La production scientifique a donné lieu à un débat considérable, aussi bien au sein de chaque perspective disciplinaire qu’au niveau de la société civile. Les sciences sociales ont largement contribué à le stimuler, le circonscrire, le définir. De la clinique à la santé publique, du juridique au politique, du local au global, la quête de santé et les réponses à la maladie sont à la fois les plus individuelles et les plus sociales des démarches. Chacun de nous les éprouve comme des expériences irréductiblement singulières ; en même temps, les schémas de pensée qui permettent de les reconnaître, de les identifier, mais aussi de préserver l’une et de traiter, soigner et gérer l’autre, sont éminemment sociaux (Augé, 2000). Ainsi toute action médicale, thérapeutique et soignante s’articule à des conceptions du monde, des catégories de rationalité, des normes et des valeurs propres à chaque époque. Et face au renouvellement des sociétés plurielles contemporaines, le pluralisme thérapeutique ne cesse de se redéfinir au gré des changements sociaux et politiques, favorisant de nouveaux rapports entre les médecines, les patients et l’État (Cant et Sharma, 2003). Tout sujet malade peut être ainsi pensé tout autant au travers de ses caractéristiques personnelles expérimentant la maladie qu’au travers des contextes sociaux, culturels et politiques dans lesquels il évolue.

4Dans le domaine du cancer, ces recours multiples révèlent un secteur de la santé en pleine mutation, où s’imbriquent maladie et santé, science et expérience, éthique et esthétique, valeurs et morale, économie et politique, droits et devoirs, public et privé. Face à la médecine universitaire, le renouvellement de ce phénomène s’est structuré autour d’un dualisme opposant une médecine orthodoxe à des systèmes et des techniques autres dont les preuves scientifiques sont questionnables, voire non avérées. Indépendamment de tout jugement quant à sa pertinence, cette situation dévoile, à partir des appellations qu’elle engendre, les contenus et les enjeux qui la sous-tendent. Plus spécifiquement, la littérature internationale fait mention depuis plusieurs années d’une diversification des recours des patients atteints de cancers, qui utilisent de façon croissante des soins, des remèdes, des traitements en faisant référence à des « médecines » appelées outre-Atlantique « alternatives » ou plus récemment « complementary and alternative medicines » (ou CAM) ou encore médecines « alternatives », « parallèles » ou « douces », « naturelles », etc. (Siri, 2006). Chacune de ces appellations procède d’une construction sociale, culturelle et politique, et rend compte des rapports qu’elles sont supposées entretenir avec les pratiques médicales officielles, notamment le domaine de l’oncologie. Ainsi, à la suite de Jütte (2001), nous considérerons ces appellations comme des « manipulations sémantiques » révélatrices d’un contexte socio-historique et vectrices de représentations sociales et d’un positionnement des soins et des pratiques médicales au sein d’un pluralisme thérapeutique. Bien que cela soit un nouvel avatar de ces appellations, nous avons préféré utiliser pour le titre de ce numéro le terme de « non-conventionnel », à la fois pour mieux définir tout ce qui s’écarte des traitements officiels en cancérologie en situation de prégnance biomédicale (Cohen et al, 2010) et pour utiliser le terme le moins ambigu et le plus récent dans le calendrier politique européen et dans le vocabulaire propre aux sciences médicales ainsi qu’aux sciences humaines et sociales (Jütte et al., 2001). Nous n’ignorons pas pour autant que ce choix est principalement heuristique afin de faciliter la désignation des faits que nous étudions et de les englober sous une appellation unique. Les auteurs de ce numéro ont en effet choisi les termes les plus pertinents pour leur grille d’analyse à partir du point de vue des personnes atteintes de cancer, des offres non-conventionnelles, ou des contextes sociaux et politiques étudiés. Ainsi, nous soulignons ici l’usage polysémique de certains termes qui est éclairé par deux champs sémantiques principaux. Si l’on se situe au sein d’une pluralité d’offres médicales, les termes "alternatifs", "parallèles", "complémentaires" servent à désigner des systèmes, des approches ou des techniques qui se distinguent ou se distancient des offres biomédicales officielles et légitimes. Les mêmes termes, à l’échelle des personnes atteintes, s’inscrivent dans « les temps du cancer » (Ménoret, 2007) et expriment l’utilisation de soins et de recours non-conventionnels dans la temporalité des traitements. Ainsi, un recours complémentaire sera sollicité simultanément aux soins de cancérologie, alors qu’un recours alternatif remplacera (le plus souvent ponctuellement) un ou plusieurs traitements proposés par la cancérologie officielle. Afin de privilégier la compréhension des personnes atteintes, nous avons ainsi fait référence à une approche en termes de « recours » plutôt que de « médecine » ; ce recours définit un ensemble de réponses à une demande de secours du malade, qui sont autant de pratiques de soins, de thérapies, de prévention ou de prédiction, de pronostic ou encore de protection de l’individu souffrant (Benoist, 1993).

5L’expérience du malade atteint d’un cancer a fait l’objet de fréquentes études, et cela dans des cadres juridiques et sanitaires divers (voir notamment : Bataille, 2003 ; Cousson-Gélie et al. 2009 ; Ménoret, 2007 ; Saillant, 1988). Dans un contexte de pluralisme thérapeutique, les itinéraires des patients se sont complexifiés. Tout d’abord parce que la quantité de l’offre est importante et diversifiée, et le recours dans le cas de pathologies cancéreuses est attesté, même s’il varie de manière significative selon les études, les régions, le type de pathologie, le genre et les groupes de patients (Broom et Tovey, 2008 ; Bégot, 2010). Si ces recours varient de manière importante, ils montrent néanmoins que les savoirs et les pratiques des malades ne se réfèrent pas seulement à des univers philosophiques désincarnés, mais relèvent aussi d’usages sociaux et culturels spécifiques.

6Décrivons une situation fictive, mais en écho avec des situations analysées dans les articles et susceptible de mettre en perspective ces enjeux et de mesurer la portée du phénomène. Un malade a multiplié les recours, cultivé des relations médicales et "amplifié" son expérience thérapeutique à travers des recours multiples.

7Ainsi, il a établi une relation de confiance avec son propre médecin traitant ; il est au centre de prestations techniques et d’un suivi relationnel assurés par les oncologues et les professionnels d’un CHU ; il échange avec des psychologues et, parfois, des aumôniers engagés par l’hôpital ; il suit quelques séances de drainage lymphatique et prend des médicaments homéopathiques pour pallier les effets secondaires d’une chimiothérapie et renforcer son terrain corporel ; il sollicite des soins de réflexothérapie plantaire pour « régénérer la circulation de l’énergie corporelle » et effectue des rencontres régulières avec un naturopathe pour garantir par les plantes un « bien-être préventif » ; il rencontre une socio-esthéticienne pour prendre soin de son apparence dans les moments les plus humiliants de la thérapie ; il bénéficie de séances d’acupuncture pour « réactiver le fonctionnement des organes et renforcer ses défenses corporelles » ; il a recours à la méditation et au yoga pour se « recentrer » ; il essaie des massages ayurvédiques pour promouvoir la relaxation et « dénouer » les somatisations multiples induites par la maladie ; enfin, il reçoit un soin fondé sur le magnétisme chez un guérisseur pour « retrouver un élan corporel » et il initie des rencontres régulières avec une praticienne de reiki pour « renouveler l’apparat sensoriel ». Et dans chacun de ces dispositifs médicaux et soignants, thérapeutiques et techniques, qu’ils soient curatifs ou préventifs, à chaque interaction, des mots, des actes, des discours, des manières de faire et de se dire, de comprendre et de se construire.

8Cette énumération représente donc bien plus qu’un catalogue des pratiques, ou la description de la dérive biographique d’un être vulnérable marqué par l’épreuve, ou encore le résultat d’un tâtonnement réactif, conditionné par les conseils de l’entourage et influencé par les modes du moment. Elle fait écho à la vulnérabilité de notre condition charnelle face à des maladies fort différentes dans leurs symptômes et leurs conséquences, mais réunies sous une même appellation, le cancer. Elle confirme encore et toujours que le fait biologique est aussi dans le temps un élément biographique (Ménoret, 2007). Et dans la gestion de la maladie, « les malades doivent aller au delà d’un travail de soins médicalement défini [et doivent] gérer les conséquences de la maladie sur leur organisation de vie, sur les autres et, jusqu’à un certain point, sur eux-mêmes » (Baszanger 1986 : 22).

9Ainsi, au niveau de la demande, l’ensemble des articles présentés dans ce numéro d’Anthropologie & Santé conclut à la complémentarité de ces recours avec les traitements et les soins de cancérologie, tout en insistant sur le sens biographique, social, culturel et politique attribué aux choix et aux motivations des personnes malades. Cette conclusion partagée se construit pourtant en partant de thèmes et d’approches différentes, de situations politiques et juridiques, sociales et culturelles spécifiques. Bien que les auteurs proposent une analyse des recours non conventionnels contingents, tous évoquent avec conviction l’importance centrale des expériences des malades pour saisir les contours de ces recours pluriels. Ainsi, sont présentés successivement : les enjeux de la circulation de la parole et les liens que celle-ci entretient avec des logiques de soins (Rossi) ; la quête d’une étiologie singulière et d’explications psychosomatiques pour comprendre l’origine du cancer (Sarradon-Eck et Caudullo) ; le rapport à la nourriture et à l’alimentation comme stratégies préventives et curatives du cancer (Cohen et Legrand) ; la dimension symbolique de chaque intervention thérapeutique et la portée médicale ; soignante mais aussi humaine de chaque intervention clinique (Schmitz) ; la réponse aux atteintes du cancer par une transformation de soi (Raineau) ou par la référence du malade à son identité culturelle et à son milieu de vie (Desprès).

10Les approches non-conventionnelles apparaissent dès lors comme la part manquante du monde biomédical et l’ensemble des articles renforce cette thèse comme cela a été déjà documenté (Broom et Tovey, 2008 ; Cohen et Legrand, 2011 ; Dilhuidy, 2003 ; Rossi, 2007 ; Schraub, 2009). Les recours à un pluralisme thérapeutique de la part des patients évoquent des conduites d’intention et des choix plus ou moins éclairés ; ainsi un certain nombre de logiques peuvent être identifiées au travers des réflexions présentées dans ce dossier thématique, tel que nous l’avons fait par ailleurs (Cohen & al. 2010). Pragmatiques, tout d’abord, pour soulager la souffrance, les douleurs ou favoriser le confort, le soutien psychologique, ou encore pour lutter contre les risques de cancer et les récidives. Symboliques, au travers d’une quête de sens, de mise en ordre du monde, d’une reconstruction biographique, ou d’une affirmation identitaire. Idéologiques, dans le cadre d’une contestation de l’autorité médicale, d’une prise de conscience écologique ou d’une protestation sociale. Et enfin, des logiques fondées sur la singularisation de la personne et l’émergence du sujet définissent de fait chaque malade comme l’acteur principal de sa maladie et de sa quête de guérison en l’inscrivant dans les nouvelles socialisations du pluralisme thérapeutique.

11Par ces logiques, les personnes atteintes de cancer tissent des liens et des continuités entre les sphères non conventionnelles et conventionnelles, révélant des cohérences biographiques et les quêtes d’une nouvelle identité, les unes et les autres marquées par leur singularité et l’environnement affectif, social ou culturel dans lequel il évolue.

12Du point de vue des approches, des médecines ou des techniques non conventionnelles, les articles insistent sur le rôle central de la prise en compte de la personne déclinée selon ses spécificités tant biologique, qu’émotionnelle, relationnelle, sociale, spirituelle ou religieuse. Les médecines et les recours non-conventionnels sont ainsi analysés au travers des fonctions relationnelles et symboliques qu’ils permettent d’activer chez les personnes atteintes et chez les usagers de santé. La circulation de la parole dans l’espace politique, social ou médical (Rossi) trouve dans l’interaction entre le patient et les spécialistes des médecines non conventionnelles des espaces de confiance qui favorisent ces recours ; et ceci est sous-jacent à chacun des articles. C’est au titre d’une psychosomatique « alternative » donnant du sens à l’étiologie des cancers, que les tenants du décodage biologique étudiés par Sarradon-Eck et Caudullo structurent leurs réseaux de praticiens, et attirent les patients sensibles à la théorie de la psychogénèse du cancer. Les liens entre alimentation et cancer étudiés par Cohen et Legrand révèlent que ce domaine est largement investi par des « autorités alternatives ». En trouvant dans les nouvelles preuves scientifiques de nouvelles confirmations, ces approches sont en continuité avec des mouvements sociaux existant depuis l’industrialisation, et en écho avec des mouvements protestataires actuels (défense de l’environnement, critique du système médical, critique des lobbies des industries pharmaceutiques et agroalimentaires). L’homéopathie, très régulièrement citée dans toutes les recherches en ce domaine et bien documentée dans les travaux des auteurs de ce numéro, joue selon Schmitz un rôle important dans la lutte contre l’angoisse et l’incertitude suscitées par la maladie cancéreuse et ses traitements. La pratique de l’hypnose, de la visualisation ou de l’autohypnose par des personnes atteintes d’un cancer illustre de façon très significative le recours à des « techniques d’autonomisation » (Raineau) ; constituant à terme des « auto-soins », elle contribue à redéfinir leur relation au monde. Les plantes médicinales, constituant une ressource sur chacun des terrains étudiés, prennent une dimension toute particulière dans la société réunionnaise lorsqu’elles sont analysées par Desprès comme une ressource culturelle adaptée aux représentations sociales locales.

13En conclusion, ce numéro montre qu’une culture de la complémentarité se construit parmi les personnes atteintes dans leur association de ressources de diverses origines pour faire face à leur cancer et pour structurer leur vie. C’est principalement par elles que des perméabilités facilitées entre les sphères conventionnelles et non conventionnelles ont été observées. Les logiques culturelles, sociales et économiques de l’offre et la demande de soins placent les patients et leurs recours au centre de la problématique du pluralisme médical, leur permettant des comparaisons, des confrontations et des utilisations variées. Néanmoins, ces personnes ne sont pas insensibles aux enjeux de légitimité et de sécurité que soulèvent les offres non conventionnelles en cancérologie. Et dans ces domaines, les rapports entre les sphères conventionnelles et non-conventionnelles sont dépendantes des juridictions et des législations en la matière, spécifiques à chaque pays (Ersdal et Ramstad, 2008 ; Maddalena, 2005 ; Robard, 2002), faisant apparaître la Suisse comme un pays plutôt ouvert vers la complémentarité, comme le souligne ici l’article de Rossi au travers des revendications citoyennes sur la circulation de la parole. En France, on voit apparaître une nouvelle culture de la complémentarité observée dans les centres spécialisés en cancérologie au travers des soins de support et de confort. Cependant, ces complémentarités sont contrôlées par les légitimités scientifiques, institutionnelles et corporatistes qui attribuent à chacun des recours non-conventionnels une place de crédibilité dans l’échiquier du pluralisme médical sur la base de la médecine des preuves, et sur la base des avantages dont peuvent profiter les patients dans leur confort et dans le vécu de leur maladie. Toutefois, les fractures sont parfois très sensibles lorsque les pratiques et les théories non conventionnelles sont critiquées par les cancérologues et les scientifiques et qu’elles sont taxées de « charlatanisme », de « pseudosciences » ou de « théories non prouvées » comme le développent dans ce numéro Sarradon-Eck et Caudullo pour le décodage biologique en France, et Cohen et Legrand sur le discrédit de certaines « autorités alternatives » concernant l’alimentation. Le sujet des soins non-conventionnels en cancérologie apparaît ainsi comme un véritable enjeu de société articulant le monde social, politique, économique et idéologique avec le monde médical et scientifique.

Haut de page

Bibliographie

AUGE M., 2000 (1984), « Ordre biologique, ordre social, la maladie comme forme élémentaire de l’événement », In AUGÉ M. et HERZLICH C. (dir.), Le sens du mal : anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Paris, Éditions des archives contemporaines : 35-39.

BASZANGER I., 1986, « Les maladies chroniques et leur ordre négocié », Revue française de sociologie, XXVII : 3-27.

BATAILLE P., 2003, Un cancer et la vie. Les malades face à la maladie, Paris, Balland, Coll ; « Voix et Regards ».

BEGOT A.-C., 2010, Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique, Paris, L’Harmattan.

BENOIST J., 1993, Anthropologie médicale en société créole, Paris, Presses Universitaires de France, Collection les Champ de la santé.

BROOM A. et TOVEY P., 2008, Therapeutic pluralism : exploring the experiences of Cancer Patients and Professionals, London, Routledge.

CANT S. et U. SHARMA, 2003 [1999], A new medical pluralism ? Alternative medicine, doctors, patients and the state, London and New York, Routledge.

COHEN P. et LEGRAND E., 2011, « L’expérience du cancer et la complémentarité des soins », Revue Sociologie Santé, 33 : 193-214.

COHEN P., ROSSI I., SARRADON-ECK A., et SCHMITZ O., 2010, Synthèses – Rapport final pour l’Institut National du Cancer du programme “Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer : une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) », 62 p.

COHEN, P. et I. ROSSI, 2008, Médecine(s) scientifiques(s) et recours non conventionnels : reconfigurations contemporaines, session thématique au Congrès International de Sociologie « Making Connection for health » / « Jeter des ponts pour la santé », Université MacGill, Montréal, Mai 2008.

COUSSON-GELIE F., LANGLOIS E., et BARRAULT M. (éds), 2009, Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt, Tikinagan.

DESPRES, 2009, Les médecines parallèles dans la prise en charge du cancer à l’île de la Réunion, Rapport de recherche, INCa.

DILHUIDY JM, 2003, « L’attrait pour les médecines complémentaires et alternatives en cancérologie : une réalité que les médecins ne peuvent ni ignorer, ni réfuter », Bulletin du cancer, 90, 7 : 623-628.

ERSDAL, G. et RAMSTAD S., 2008, How are European patients safeguarded when using complementary and alternative medicine (CAM) ? Juridiction, supervision and reimbursement status in the EEA area (EU and EFTA) and Switzerland, Final Report of CAM-Cancer Project funded by the European Commission within the 5th Framework Program “Quality of life”, 53p.

JÜTTE R., 2001, « Alternative Medicine and Medico-Historical Semantics », In JÜTTE R., EKLÖF M et NELSON M.C. (eds), Historical Aspects of Unconventional Medicine – Approaches, Concepts, cases Studies, Sheffield, Network Series 4, European Association for the History of Medicine and Health Publications : 11-26.

JÜTTE R., EKLÖF M. et NELSON M.C. (eds), 2001, Historical Aspects of Unconventional Medicine – Approaches, Concepts, cases Studies, Sheffield, Network Series 4, European Association for the History of Medicine and Health Publications.

LAPLANTINE F. et RABEYRON P-L, 1987, Les médecines parallèles, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?

MADDALENA S., 2005, Alternative Medicine s: On The Way towards integration? A comparative legal analysis in Western Countries, Berne, Peter Lang AG, European Academic Publishers.

MENORET M., 2007 [1999], Les temps du cancer, Paris, Collection « Clair et net », Éditions Le bord de l’eau.

ROBARD I., 2002, Médecines non-conventionnelles et droit, Paris, Litec, Editions du Juris-Classeur.

ROSSI I., 2007, « Quête de spiritualité et pluralisme médical. Reconfigurations contemporaines », In GAUTHIER-DURISCH N., ROSSI I., STOLZ J. (dir.), Quêtes de santé : entre soins médicaux et guérisons spirituelles, Genève, Labor et Fides : 9-21.

SAILLANT F., 1988, Cancer et Culture. Produire le sens de la maladie, Montréal, Editions Saint-Martin.

SCHRAUB S., 2009, “Étude sociologique du recours aux médecines alternatives en cancérologie », Médecine et Culture, 11 : 2-10

SCHMITZ O. (ed.), 2006, Les médecines en parallèle – Multiplicité des recours au soin en Occident, Paris, Karthala, collection Soins d’ici, Soins d’ailleurs,

SIRI M., 2006, « L’INCa communique : Que sait-on du recours aux médecines non conventionnelles en cancérologie ? », Oncologie, 8, 8 : 756-761.

Haut de page

Notes

1  L’ensemble des auteurs remercie chaleureusement l’INCa pour ces financements. Toutefois, les analyses effectuées dans ce numéro, les informations contenues dans les textes, les opinions et les discours cités et analysés sont sous la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient engager celle de l’INCa.

2  Le programme « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer – Une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) », financé de 2006 à 2008 par l’INCa, dirigé par Patrice Cohen. Les travaux sur chaque site ont été dirigés par : Patrice Cohen (Normandie), Clémentine Raineau (Auvergne), Ilario Rossi (Suisse), Aline Sarradon-Eck (Provence-Alpes-Côte d’Azur), Olivier Schmitz (Belgique). Ce programme a bénéficié de l’expertise de Marie Ménoret .

3  Le programme « Les médecines parallèles dans la prise en charge du cancer à l’île de la Réunion », financé de 2007 à 2009 par l’INCa, et dirigé par Caroline Desprès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Cohen et Ilario Rossi, « Le pluralisme thérapeutique en mouvement », Anthropologie & Santé [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://anthropologiesante.revues.org/606 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.606

Haut de page

Auteurs

Patrice Cohen

GRIS, Université de Rouen
Rue Lavoisier, 76821 – Mont Aignan – Cedex
patrice.cohen@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Ilario Rossi

LAPSSAD, Institut des Sciences Sociales, Faculté des Sciences Sociales et Politiques, Bâtiment Anthropole 3134
Université de Lausanne
1015 Lausanne – Suisse
Ilario.Rossi@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Les cahiers de Revues.org