Navigation – Plan du site

Alimentation et cancers. Personnes atteintes et autorités alternatives

Diet and Cancer. Cancer Patients and Alternative Authorities
Patrice Cohen et Emilie Legrand

Résumés

A partir d’un terrain effectué en Normandie conjointement auprès de personnes atteintes de cancer, au sein d’un centre officiel de cancérologie et dans des milieux non conventionnels, il est ici analysé l’influence des approches non conventionnelles dans le vécu alimentaire des personnes atteintes. A la recherche de solutions dans leur gestion du cancer et pour faire face aux effets secondaires de leurs traitements, ces personnes ne trouvant pas de réponses adaptées à leur situation et à leurs demandes dans le milieu de la cancérologie, mobilisent des représentations sociales et des  pratiques alimentaires dont la cohérence ne peut se comprendre qu’au travers d’une mise en perspective des approches non conventionnelles du cancer. En identifiant des « autorités » alternatives à la cancérologie officielle s’étant singularisées en France pour leur approche de l’alimentation et dont l’influence est attestée sur notre terrain, des logiques sociales sont ici analysées attestant de leur audience auprès des personnes atteintes et auprès d’un public plus large. Ces approches, inscrites dans une culture de réforme alimentaire ayant émergée avec l’industrialisation, sont en adéquation avec des mouvements sociaux actuels (défense de la liberté des soins, pensée écologique, contre-culture médicale, protestation anti-libérale, et anti-lobbies pharmaceutiques et agro-alimentaires). La marginalisation de ces « autorités » par les instances officielles de la science est contrebalancée par la reconnaissance des malades, l’adhésion d’un certain nombre de médecins, et par la convergence revendiquée de leurs approches avec les nouvelles preuves scientifiques.  

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1  Nous remercions chaleureusement Laëtitia Atlani-Duault, Danièle Carricaburu, Ilario Rossi, Aline S (...)
  • 2  Voir l’hommage qui lui est rendu dans ce numéro d’Anthropologie et Santé.
  • 3  Voir notamment le rapport du Programme National Nutrition Santé (PNNS, 2003)  « Alimentation, nutr (...)
  • 4  La notion de « lanceur d’alerte », utilisée par les sociologues français Chateauraynaud & Torny (1 (...)
  • 5  Nombreux sont les lanceurs d’alerte sur les risques alimentaires liés aux cancers. Pour la France, (...)

1Les liens entre les modes de vie et les cancers ne constituent pas un thème nouveau. Annie Hubert2 a été une anthropologue pionnière pour avoir mené des recherches d’épidémiologie socioculturelle sur le cancer du rhinopharynx en collaboration avec le cancérologue Guy de Thé (Thé (de) & Hubert, 1988) et pour avoir fait le point sur les connaissances des liens existants entre l’alimentation et les cancers (Hubert, 1991 ; Hubert & de Thé ; 1992 ; Hubert, 2003). La multiplication des sources d’informations sur ce thème, à une époque où les évidences scientifiques (WCRF et AICR, 2007) se précisent et où la santé publique3 intensifie ses recommandations, est par contre tout à fait inédite. En même temps, les grandes peurs alimentaires de notre époque (Apfelbaum, 1998) qui s’inscrivent dans une continuité historique (Ferrières, 2002) trouvent dans les risques de cancers de nouveaux relais au travers d’un certain nombre de « lanceurs d’alerte »4 qui interrogent la production alimentaire et les intérêts économiques et politiques qui lui sont liés5. Ainsi, en quelques années, l’alimentation est devenue à la fois un grand espoir pour la prévention des cancers - voire pour leur traitement - et à la fois une source de grande inquiétude sur ses risques cancérigènes. La profusion des informations et la multiplication des canaux de diffusion réactivent les analyses de Claude Fishler (1990, 1995) sur la « cacophonie alimentaire » produite par les contenus hétérogènes des recommandations diététiques et nutritionnelles. La personne atteinte de cancer, le bien portant désirant se protéger des risques du cancer, le citoyen ou les professionnels de santé se trouvent ainsi dans la nécessité de sélectionner les informations ou de faire confiance à des « autorités » en la matière.

  • 6  Cette recherche, dirigée par P. Cohen et intitulée « Des systèmes pluriels de recours non conventi (...)
  • 7  Les deux tiers ont (ou ont eu) un cancer du sein, les autres un cancer hématologique, et de façon (...)
  • 8  Une ethnographie d’une institution de soins spécialisée dans les traitements du cancer s’est concr (...)

2Dans cet article, c’est par le biais d’une large enquête concernant les soins non conventionnels des cancers effectuée entre 2006 et 20086 que nous questionnons ici la place de l’alimentation. Nous avons interrogé 34 personnes adultes atteintes de cancer – en traitement ou en rémission7 - et avons observé que l’alimentation fait l’objet d’un souci et de questionnements constants chez un certain nombre d’entre eux. Domaine de l’intime et du quotidien (Durif-Bruckert, 2007),  l’alimentation est régulièrement interrogée en fonction des événements personnels et médicaux que suscitent les temps du cancer (Ménoret, 2007). C’est au travers d’une graduelle transformation de statuts liée à la prise en charge médicale du cancer que les préoccupations alimentaires s’inscrivent dans une véritable « carrière » du patient, au sens de Goffman (1968). A l’époque de notre enquête, la diversité des besoins et des questionnements alimentaires rencontrant peu d’écho dans les milieux institutionnels de cancérologie que nous avons enquêtés8, nombre de malades se tournent vers d’autres « autorités » pour gérer leur alimentation. Et c’est au travers de prescriptions, de recommandations ou de conseils glanés en dehors de l’institution et du monde de la cancérologie officielle que nous avons observé des pratiques alimentaires nouvelles, comme cela a été déjà documenté pour d’autres maladies (Licht, 1994). Afin de mieux comprendre ces sources, nous avons interrogé des praticiens de santé à l’origine de certaines de ces prescriptions (médecins homéopathes, médecins acupuncteurs, thérapeutes manuels) et suivi le fil des informations au gré de leur expression dans l’espace public (conférences, salons de médecines naturelles, de bien-être ou de défense de l’environnement, librairies spécialisées, magasins diététiques). Nous avons complété ces sources par une réactualisation de ces données depuis la fin de notre enquête à partir d’une analyse plus systématique des ouvrages et des théories des auteurs les plus souvent cités.

3Au cours de cet article, nous présentons dans un premier temps la place que prend l’alimentation chez les personnes atteintes, notamment au niveau de leur vécu quotidien, des représentations sociales des liens entre alimentation et cancer, ou des recherches de solutions en réponse à des problèmes ou questionnements alimentaires, ou encore au travers de quêtes alimentaires pour trouver un équilibre de vie. Nous soulignerons dans un deuxième temps leurs difficultés à trouver dans le monde de la cancérologie tous les repères en la matière, non seulement liés à leur cas personnel, mais aussi en adéquation avec leur vécu, leur réflexion, ou leur quête. Ainsi, parmi les pratiques alimentaires personnelles et les bricolages inhérents à l’assimilation d’information et de messages de diverses origines, nous avons identifié des repères qui se construisent autour de certaines « autorités alternatives » à la cancérologie officielle. Nous proposons dans un troisième temps de faire un état des lieux sur les messages alternatifs qui ont nourri les représentations sociales documentées chez les personnes atteintes. Au-delà d’une « cacophonie alimentaire » ressentie individuellement, nous essayons d’analyser dans quelle mesure ces propositions désignées de « non conventionnelles » s’inscrivent dans des mouvements sociaux anciens fondés sur une contre-culture médicale et sur une réforme alimentaire, tout en trouvant des confirmations dans les nouvelles recherches scientifiques, quoique le plus souvent discréditées par les instances académiques.

Les patients atteints de cancer et la « question » de l’alimentation

4L’annonce d’un cancer propulse les personnes qui en sont atteintes dans un nouvel espace-temps scandé par les « temps du cancer » (Ménoret, 2007), conditionnés par l’évolution de la maladie et les interventions multiples du monde médical. En s’en remettant aux institutions médicales – malgré les multiples résistances, dénis, ou inquiétudes – les personnes atteintes inscrivent le cancer dans leur biographie (Bataille, 2003 ; Cousson-Gélie et al., 2009 ; Ménoret, 2007 ; Saillant,  1988). A ce titre, les histoires alimentaires singulières tissées tout au long des années par la personne, rencontrent soudainement les nécessités de la prise en charge médicale et les affres de la maladie ou des traitements.

5Lors des entretiens, si l’on identifie très régulièrement l’expression d’une « question » alimentaire dans les discours, la parole l’investit différemment. Domaine du privé et du sensible, l’acte de manger (ou de boire) apparaît comme un territoire personnel et du quotidien. Celui-ci ne se met en mots avec le chercheur qu’à l’occasion de l’importance que l’alimentation a jouée dans la biographie ou dans la « carrière » du malade. Et il s’exprime sous le filtre des représentations du cancer qui investissent la question alimentaire, ou encore à partir de recherches et de quêtes sur l’alimentation avant l’annonce, pendant ou après les traitements.

Représentations étiologiques liées à l’alimentation

6Lorsque le monde médical ne donne aucune explication sur l’étiologie de leur cancer – ce qui est souvent le cas en dehors des rares cancers héréditaires - certaines personnes interrogent les causes de leur cancer à travers la considération de leurs rythmes et habitudes de vie ou des événements qu’elles considèrent significatifs. Les interprétations psychologiques des événements traumatiques - fidèles aux représentations collectives de psychogénèse du cancer (Sarradon-Eck, 2009) - constituent des références récurrentes, et ce d’autant plus lorsque ces personnes ont l’impression d’avoir « tout fait » pour avoir un mode de vie « sain » et « équilibré ». Et les rythmes de vie modernes, le stress, les événements traumatiques ou l’usure des corps constituent une interprétation globalisante interrogeant toute – ou une partie de –  la biographie :

« J’ai été très surprise, parce que vous savez comment c’est, on a toujours l’impression que ce sont les autres qui ont un cancer. J’ai fait, il me semble, ce qu’il fallait pour ne pas en avoir un… Je faisais très attention à mon alimentation, une grande recherche au niveau de l’alimentation bio depuis 30 ans minimum. Je n’achetais que des produits écologiques pour la maison… on avait une vie très régulière, très saine. Et puis quand on m’a dit que j’avais un cancer, j’ai eu un sentiment de culpabilité, je me suis dit « tu n’as pas tout fait ! ». Depuis, je fais encore plus attention à ce que j’achète, à ce que je mange, à avoir une hygiène encore plus serrée qu’avant. Alors j’ai l’impression d’avoir eu un problème psychosomatique… »
(Femme d’une soixantaine d’années atteinte d’un cancer du sein).

7Ainsi, les expressions « alimentation diversifiée », « aliments naturels », « bonne hygiène de vie », « vie saine » utilisées par les personnes interrogées constituent les références associées à une action préventive du cancer. Elles servent aussi à construire un discours de perplexité sur le fait d’en être atteint. A l’inverse, les erreurs dans les habitudes alimentaires – consommation excessive d’alcool, de graisses, de charcuteries, (etc.) - ou une attention réduite aux valeurs de santé de l’alimentation ou encore une consommation excessive de tabac sont revisitées pour donner un sens « au mal » pour reprendre l’expression de Marc Augé (2000) déjà utilisée dans le cadre du cancer (Saillant, 1988). Mais face aux faiblesses explicatives de ces éléments - ou en les mettant en perspective - les causes environnementales sont interrogées à partir notamment de la qualité des aliments accessibles sur le marché et du rôle cancérigène des aliments industriels ou des produits alimentaires contenant des produits chimiques. Les discours sur l’alimentation comme facteur étiologique articulent ainsi les responsabilités individuelles, sociales, politiques et économiques, pouvant leur donner un poids étiologique majeur :

« C’est sûrement l’alimentation qui est à l’origine de la moitié des cancers »
« L’alimentation crée un terrain favorable au développement du cancer »
(Femmes de 55 ans et de 65 ans atteintes d’un cancer du sein)

Recherches, quêtes et prescriptions alimentaires

  • 9  Ceci ne se limite pas à l’alimentation. Et on trouvera des illustrations dans les autres articles (...)

8Les matériaux ethnographiques suggèrent que la suspicion d’un cancer avant le diagnostic ou le diagnostic lui-même sont souvent accompagnés d'une recherche d’information sur Internet ou d'une recherche d’articles et d’ouvrages dans la presse et l’édition spécialisées. Cette démarche initie de véritables quêtes d’informations, de sens et de pratiques qui peuvent se construire tout au long de l’évolution de la maladie9. Dans cette quête d’information, l’alimentation tient une place non négligeable. À la suite de certaines lectures, les personnes atteintes interrogées – parfois en ayant recours à certains médecins ou spécialistes du non conventionnel – racontent en être venues à compléter, voire même à réformer, leur alimentation. De nouveaux aliments ou boissons (thé vert, curcuma, chocolat, fruits rouges, aliments antioxydants, champignons chinois, graines de courge, diversité de légumes et de fruits, etc.) ou des compléments alimentaires peuvent alors être privilégiés dans l’alimentation. D’autres au contraire peuvent être limités voire proscrits : c’est le cas de la consommation excessive de viandes animales trop grasses, de l’alcool, de laitages, de produits trop raffinés (sucres, farines, céréales, etc.). Par ailleurs, la consommation d’ « aliments-anti-cancer » supposés agir sur la cancérogénèse ou sur le développement des défenses de l’organisme contre les cellules et tumeurs cancéreuses est régulièrement promue dans  un certain nombre d’ouvrages, de revues de médecine naturelle, ou d’informations obtenues sur Internet. Ainsi, les références aux régimes conseillés par Catherine Kousmine, Henri Joyeux, Jean Seignalet, David Servan-Shreiber, Jean-Pierre Willem, Dominique Rueff ou Peter J. D’Adamo, ou les divers conseils prodigués par les ouvrages remplissant les rayons sur le cancer des librairies spécialisées sur la spiritualité, la santé ou l’ésotérisme (fréquentées par un certain nombre de malades), constituent un fond commun de références émaillant les discours des personnes interrogées.

  • 10  Personnes qui ont eu des recours similaires auparavant, ou qui sont conseillées par leur environne (...)

9Dès l’annonce du diagnostic, des recours non conventionnels sont parfois sollicités par des personnes "averties"10 afin de gérer l’incertitude, ou tenter de conjurer l’issue du diagnostic. Homéopathes, acupuncteurs, naturopathes, spécialistes en médecine chinoise, ostéopathes, sophrologues (etc.) sont alors souvent rencontrés. L’intervention de ces spécialistes peut être  accompagnée de recommandations alimentaires (régimes à suivre, aliments à proscrire, aliments conseillés, etc.), de produits homéopathiques, de tisanes ou de compléments alimentaires. La question  alimentaire émerge alors de ces recours en dehors de l’institution médicale orthodoxe. Elle fait sens pour les personnes qui se sont interrogées auparavant sur le rôle de l’alimentation  pour la santé, et pour celles qui pratiquent déjà – ou ont pratiqué – un certain nombre de régimes ou de choix alimentaires spécifiques (alimentation naturelle, biologique, végétarienne, vivante, macrobiotique, etc.). Elle apparaît plus floue et moins précise pour celles et ceux qui découvrent au travers des thérapeutes des prescriptions alimentaires spécifiques, mais peut jouer un rôle conjuratoire qui favorise le suivi de ces recommandations.

La question alimentaire au cours et à l’issue des traitements

10La période des traitements initie un encadrement médical très contraignant qui rythme la vie des patients, et qui est marquée par les effets secondaires de la thérapeutique. La perte d’appétit, les nausées, les désordres digestifs, la fatigue, voire le découragement ou les atteintes psychologiques liées aux transformations du corps ou à une perturbation biographique, structurent alors le rapport à la nourriture. Pour beaucoup de malades, cette période marque une certaine soumission aux directives et interventions médicales, comme l’a déjà montrée Marie Ménoret (2007). Pour d’autres, les recherches personnelles, l’influence de l’entourage ou les recours à des spécialistes du non conventionnel les amènent à rechercher une intervention complémentaire à celle de la cancérologie. Ces démarches au centre d’itinéraires thérapeutiques pouvant être complexes révèlent la volonté de ces personnes de prendre en charge leur vie, leur corps et leur devenir en mobilisant leur capital social et familial.

11Trois types d’intervention ont été identifiés dans les entretiens. Le  premier consiste à fortifier le corps pour faire face aux traitements ou pour optimiser l’action thérapeutique : produits homéopathiques, stimulation énergétique par l’acupuncture, antioxydants, fortifiants naturels ou de synthèse, tisanes, régimes alimentaires. Le deuxième type d’intervention vise à prévenir les effets secondaires des traitements dans la stimulation de l’élimination des produits toxiques des traitements (chimiothérapie). Détoxifier le foie (via tisanes, desmodium, sélénium, etc.) constitue notamment un enjeu important. Le troisième type d’intervention, quant à lui, se centre sur la consommation d’aliments ou de boissons considérées comme anti-cancer chaque fois que cela est possible.

  • 11  Voir les campagnes de prévention télévisées et par voie d’affichage lancées en 2007 par l’Institut (...)

12La rémission initie une période de vide thérapeutique qui confronte d’une nouvelle façon le patient à son environnement d’origine et à une identité nouvelle.  Le patient est alors qualifié de « survivant du cancer » par la santé publique, voire glorifié au titre de « héros11 » du  cancer. Ceux-ci doivent néanmoins reconstruire une nouvelle vie autonome. Cette période pleine d’espoir est vécue comme difficile dans la recherche d’une « reconstruction » tant de leur vie que de la santé de leur corps ou de leur psychisme. L’alimentation joue alors deux rôles principaux : celui d’une réparation par rapport aux effets du cancer et des traitements, et celui de prévention des récidives. Il s’agit alors de « purifier » son corps de l’ « empoisonnement » subi par les traitements ou favorisé par la mémoire physiologique des angoisses et anxiétés accumulées. Mais il est surtout question de se préparer pour cette nouvelle vie : renforcer le corps, les défenses immunitaires, le psychisme, retrouver son énergie afin d’organiser au mieux ses activités tant personnelles que professionnelles, ou alors initier ou relancer une nouvelle relation au monde (amélioration de l’image corporelle, réconciliation avec son corps, sensibilisation à l’environnement, ouverture à des valeurs philosophiques, spirituelles, religieuses). La notion de sursis, accompagnant celle de rémission, renforce la volonté d’une démarche préventive qui se centre notamment sur l’alimentation. Il s’agit alors de renforcer le système immunitaire et d'augmenter son capital-santé grâce à un mode de vie pensé comme équilibré (activités physiques, vie moins stressante, recentration sur le sens de l’existence, etc.). Ainsi, la logique préventive favorise le suivi des recommandations de santé publique (notamment la consommation de cinq fruits et légumes par jour), la recherche d’une alimentation biologique pour limiter les « empoisonnements » alimentaires, d’une alimentation naturelle pour limiter les défauts d’une consommation trop industrialisée ou encore la consommation d’une alimentation anti-cancer.

  • 12  Les contraintes sont d'ordres divers : problèmes financiers, difficultés d’accessibilité aux alime (...)

13Toutefois, ces logiques se confrontent  à de nouvelles contraintes tant culturelles, que familiales, sociales, économiques ou psychologiques, inhérentes à tout changement de régimes alimentaires. En prenant en compte non seulement l’adhésion des personnes interrogées à l’idée de réformer leur régime alimentaire, mais également leur capacité à appliquer le changement désiré, nous avons pu identifier trois groupes de comportements. Le premier, regroupant ceux que nous qualifierons de  « convertis », se distingue par une conviction qui favorise une grande détermination à changer son alimentation et à se donner les moyens d’y parvenir, notamment en suivant un régime anti-cancer et en  privilégiant les produits biologiques. Le second, celui des « bricoleurs », rassemble ceux qui sont convaincus de la nécessité d’une alimentation adaptée, mais qui vont chercher à la définir en fonction de leur rythme de vie, de leur vie familiale ou professionnelle et au gré des informations qu’ils obtiennent sur le sujet. Le troisième groupe, celui des « renonceurs éclairés », renvoie à celles et ceux qui adhèrent à la nécessité de changer leur alimentation, mais qui renoncent à cause des nombreuses contraintes12 auxquelles ils doivent faire face.

14La récidive relance pour les malades la question du sens de leur maladie, mais aussi et surtout leur rapport aux traitements de cancérologie et au monde médical. Certains d’entre eux, pour se donner toutes les chances, s’ouvrent sur de nouveaux recours conventionnels ou non conventionnels. En fonction de leur état de santé, ils se lancent dans de nouvelles explorations alimentaires qui peuvent reproduire des cas de figure analysés ci-dessus à la suite de la rémission.

  • 13  Si cela concerne la question de l’alimentation, cela peut être étendu à l’ensemble des soins non c (...)

15La « question » alimentaire définie par les personnes atteintes de cancer interroge donc les représentations sur l’étiologie du cancer, mais aussi les rôles attribués à l’alimentation lors des différentes phases de la maladie. Les recherches, voire les quêtes observées ainsi que les pratiques liées à l’alimentation soulignent non seulement le rapport que ces personnes entretiennent avec leur maladie, leur corps et leur environnement tant social que naturel, mais aussi avec la cancérologie, et le monde médical13.

La place de l’alimentation et de la prévention dans le milieu de la cancérologie

16Toutes les personnes atteintes de cancers interrogées fréquentent ou ont fréquenté un centre spécialisé dans les traitements des cancers. Les professionnels de l’institution constituent ainsi des repères privilégiés dans l’évolution de leur maladie. Même si l’on constate une place très restreinte de l’alimentation dans les préconisations et les prescriptions de l’institution, la culture portée par le premier Plan cancer en France et qui a placé le patient au centre des soins laisse une certaine marge de manœuvre à ces personnes pour construire leurs quêtes à l’extérieur du milieu officiel de la cancérologie.

Une place institutionnelle très restreinte

17Les discours des cancérologues sur les traitements de leur patient montrent la préoccupation de ces professionnels pour apporter les meilleurs traitements à leurs malades au travers d’une culture médicale principalement définie en termes de coûts et de bénéfices des interventions proposées. Au moment de notre recherche, la question de la prévention du cancer par l’alimentation ou par la nutrition ne semblait pas être une préoccupation centrale des cancérologues, notamment ceux qui traitaient les cancers du sein, hématologiques, gynécologiques (cancers n’impliquant pas d’organes liés directement à l’acte alimentaire ainsi qu’à la  digestion).

18Seuls les compléments alimentaires et les risques d’inférence potentiels qu’ils pourraient avoir avec les traitements ont pu être cités par ces professionnels. Et les médecins nutritionnistes des hôpitaux périphériques à ces centres remarquaient en 2008 un manque de connaissances, voire d’intérêt de la part des cancérologues en activité concernant l’intervention de l’alimentation dans le suivi de leurs malades :

« Il y a une certaine indifférence de ces choses-là chez les oncologues. Ils ont du mal à se dire que ce qui concerne des soins de support peut avoir une réelle action thérapeutique. A part les chimiothérapies et les rayons, les cancérologues, il n’y a pas grand-chose qui les intéressent. Alors qu’on constate de plus en plus que la nutrition peut avoir un impact qui dépasse les soins de support mais que c’est un réel argument pour agir au niveau du cancer. […] Il y a un retard évident des oncologues sur ces aspects, et c’est une brèche pour le non conventionnel » (médecin nutritionniste).

  • 14  Cf. l’introduction (p. 13) de son ouvrage « Le vrai régime anti-cancer » publié en 2010.

19Au bilan, la question alimentaire mobilisait encore peu à cette époque les cancérologues. Le cancérologue David Khayat, premier directeur de l’Institut National du Cancer, afin d’expliquer la motivation qu’il a eue à écrire son ouvrage Le vrai régime anti-cancer, fait d’ailleurs en 2010 un mea culpa sur le manque d’intérêt du monde de la cancérologie pour la prévention et l’alimentation14.

20Cette préoccupation interroge bien sûr la prévention primaire des cancers, mais aussi celle des préventions secondaire et tertiaire concernant les malades. Et notre recherche tend à montrer que  le rôle de l’alimentation ou de la nutrition comme facteur de risque ou de protection lors du traitement, ou après la rémission, ou encore à l’occasion d’une récidive n’étaient quasiment pas abordés entre médecins et malades. Les malades interrogés étaient alors fort dépourvus lorsqu’ils questionnaient le mode alimentaire à adopter dans leur état, et lorsqu’ils avaient à cœur de modifier leur mode de vie pour conforter une rémission ou pour se préserver d’une récidive. Seuls quelques recommandations pouvaient émailler les discours médicaux : revenir à une « alimentation normale », une « alimentation saine », une « bonne hygiène de vie ».

Pour le bien-être et le confort du malade

21La politique du tout thérapeutique menée en France jusqu’aux premières années du XXIème siècle a contribué à ériger la cancérologie comme une spécialité médicale à haute reconnaissance scientifique. Les protocoles de traitements évoluant en fonction des avancées scientifiques ont rendu très techniques les prises en charge des personnes atteintes de cancer. Un des principaux objectifs du premier Plan cancer fut de remettre le patient au coeur des soins de cancérologie. Il a ainsi contribué à une ouverture plus grande de ces centres à des soins dit de « confort » ou de « support », et les soins du corps et les soutiens psychologiques ont pu être introduits ou renforcés. Malgré ces efforts, la nature de la relation thérapeutique avec les malades ne connut pas de profonds changements, comme l’ont décrit de nombreux observateurs (Spire & Siri, 2010).

22Certains professionnels de santé (cancérologues, infirmières, psychologues ou psychiatres) attachés au bien-être de leurs patients utilisent une démarche pragmatique afin d’améliorer le vécu de leur maladie et le suivi de leurs traitements. Mais la plupart du temps, les interactions entre médecins et malades sont très limitées dans ce domaine. Que ce soit pour se préserver une zone d’autonomie ou par peur d’altérer la qualité de la relation avec leur cancérologue, voire la qualité des soins, les patients taisent le plus souvent leurs recours non conventionnels. Et ceci soulève la question de la qualité des interactions entre patients et médecins qui peut être limitée par l’échange d’informations tronquées, voire de mensonges comme l’a déjà analysée Sylvie Fainzang (2001, 2006). Quant au médecin, s’il prend le temps d’exprimer son scepticisme sur ce genre de recours, en dehors de contre-indications connues, il laisse aux patients une certaine responsabilité dans ce domaine.

« Moi je dis aux patients que c’est très bien, qu’il n’y a pas de souci. Même si  je n’adhère pas complètement à ce genre de choses » (médecin oncologue).

23Notre étude a révélé une relative acceptation des recours non conventionnels de la part des médecins, à la condition que ceux-ci n’interfèrent pas avec les traitements conventionnels. Or, l’alimentation qui implique de fait l’ingestion de substances, de produits, d’aliments, de boissons – tout comme les médicaments – a la particularité d’être immédiatement introduite dans l’organisme du patient. Par conséquent, les risques d’inférence avec les traitements se posent avec une certaine acuité pour les médecins :

« Tout ce qui est vitaminothérapie, phytothérapie, compléments alimentaires etc. ce n’est pas sans danger. Il faut que ce soit donné par des gens compétents qui savent ce qu’est une chimiothérapie afin qu’ils ne donnent pas des substances qui pourraient être délétères » (médecin hématologue).

  • 15  Comme  notamment la recommandation de lire le livre de David Servan-Schreiber, celui de Joseph Lév (...)

24Cette inquiétude des cancérologues est d’autant plus vive lorsqu’ils font référence à des incompatibilités reconnues scientifiquement et qu’ils savent pertinemment que leurs patients les informent rarement de leurs pratiques. D’autres professionnels, convaincus que le monde de la cancérologie n’apporte pas de réponse satisfaisante pour le bien-être du malade donnent l’adresse de médecins homéopathe ou acupuncteur exerçant en libéral, voire prodiguent des conseils de lecture à leurs patients15.

Le prisme des approches non conventionnelles

25Les discours des personnes atteintes font état d’un certain nombre de représentations sociales sur les liens entre alimentation et cancer et expriment le souci de trouver des solutions alimentaires adaptées à leur vécu et leurs besoins. Leurs pratiques rendent compte d’un certain nombre de recours alimentaires fondés sur des régimes ou des aliments spécifiques, en association à des produits homéopathiques ou phytothérapeutiques. Les conseils et prescriptions alimentaires dans le milieu de cancérologie ne sont pas assez précis et adaptés à leur cas personnel, ce qui a rendu ces patients sensibles à d’autres types d’informations.

26En dehors des institutions de cancérologie, une pluralité d’informations et de conseils, alimentée par de nombreux spots ou d’émissions dans les média, par des publications grand public (ouvrages, revues, magazines), établit  régulièrement un lien entre  l’alimentation, la santé et le cancer. Parallèlement, les connaissances scientifiques ont enregistré des sauts quantitatifs et qualitatifs très importants en proposant des preuves de plus en plus argumentées sur l’influence des modes de vie et alimentaires sur le développement de cancer et sur le rôle protecteur de certains aliments. Les institutions dédiées à la lutte contre le cancer (notamment l’Institut National du cancer) ou d’aide aux malades (comme la Ligue contre le cancer) se proposent d’appliquer ces résultats – et de les approfondir - à la prévention et aux conseils auprès des malades. Les personnes interrogées font référence à cette diversité d’informations, sans toutefois l’avoir assimilée complètement. Et dans les pratiques d’un certain nombre de personnes atteintes apparaissent des références d’autorités non officielles, identifiées ou non comme telles, que nous souhaitons ici analyser.

27La diversité des références issues de sources différentes fait apparaître les approches non conventionnelles comme une composante à part entière de cette complexité. Et nous proposons de dépasser les logiques individuelles des personnes atteintes pour interroger ici les logiques sociales qui participent à leur rendre accessibles et attrayantes les conceptions non orthodoxes des liens entre alimentation et cancer.

Cacophonie des messages ou mouvements sociaux ?

  • 16  David Khayat, Le vrai régime anticancer, Paris, Odile Jacob.
  • 17  Servan-Schreiber, D., 2007. Anticancer – Prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles, Paris (...)
  • 18  Servan-Schreiber, D. 2003. Guérir - Le stress, l’anxiété, la dépression sans médicaments ni psycha (...)

28En 2010, paraît Le vrai régime anticancer publié par David Khayat16, professeur de cancérologie français de renom et qui, on l’a dit, a été le premier directeur de l’Institut National du cancer (2003-2007).  Cet ouvrage fait suite à un certain nombre de publications grand public qui abordent la question des liens entre alimentation et cancer. Le titre suggérant le rétablissement d’une vérité sur la question semble répondre à Anticancer17, l’ouvrage très médiatisé de David Servan-Schreiber paru en 2007 et réédité en 2010. Ces deux succès de librairie ont contribué à rendre accessible au grand public le rôle de l’alimentation dans la prévention des cancers, voire dans l’amélioration du temps de survie des personnes atteintes. Si ces deux auteurs sont des médecins reconnus dans leur domaine, ils illustrent deux positionnements différents. Le premier est un cancérologue qui revendique l’apport de son expérience de praticien pour rendre compte des connaissances scientifiques actuelles. Le second, de par son double statut de psychiatre et de malade atteint d’un cancer du cerveau, propose une synthèse des connaissances actuelles dans un esprit de « médecine intégrative » (association d’approches conventionnelles et non conventionnelles) qu’il défend depuis son premier ouvrage Guérir18. Toutefois tous les deux font de la vulgarisation scientifique à destination des malades et des médecins, et insistent sur la responsabilité individuelle des choix alimentaires et des modes de vie. L’impact considérable de ces deux publications auprès du grand public et des personnes atteintes de cancers interroge la transmission des connaissances en la matière et celle de leur fiabilité et utilité, et souligne la ligne mouvante entre les approches conventionnelles (orthodoxes) validées par les instances scientifiques et médicales officielles, et celles qui sont identifiées comme hétérodoxes ou non conventionnelles.

29Ces deux exemples significatifs illustrent les discours multiples sur l’alimentation – et notamment sur la diététique et la nutrition - qui selon Fischler (1995, 2001) donnent l’impression d’une « cacophonie  alimentaire ». Cette métaphore de dysharmonie sonore fait référence à l’existence d’ « autorités concurrentes », source de dissonances cognitives pour les mangeurs (IREMAS, 2010), jetant le trouble chez les mangeurs et chez les malades. Elle interroge le rapport de nos sociétés à la science et à la production alimentaire (Desjeux, 2007). Et, en ce sens, elle réactive la permanente incertitude des sociétés humaines  par rapport à leur alimentation, entretenant peurs et inquiétudes (Apfelbaum, 1998 ; Ferrières, 2002), et le  rapport entre le sain et le malsain s’inscrivant dans une histoire culturelle du corps et des pratiques de santé (Vigarello, 1999).

  • 19  Pour reprendre le terme anglo-saxon de « alternative health movement ».

30Sur notre terrain, nous avons identifié un certain nombre « d’autorités » non officielles (en dehors du monde académique, scientifique ou médical officiel) dont les théories et les approches sont diffusées auprès de malades et surtout au sein d’un certain nombre de réseaux constituant de véritables mouvements sociaux revendiquant des approches complémentaires, voire alternatives aux soins des cancers. S’inscrivant dans une crise des représentations de la médecine (Peters, 2003), ces personnes référentes proposent une « autre » ou une « nouvelle » approche du cancer. En mettant en avant des « véritables causes » du cancer », des solutions non toxiques et réunifiant l’esprit avec le corps, en insistant sur la prévention plutôt que sur l’interventionnisme médical, elles s’inscrivent dans un mouvement social très large des approches « alternatives de santé »19 (Schreinov & Geczik, 2002). Leurs approches revendiquent une globalité face aux approches médicales orthodoxes jugées trop fragmentées, ce qui leur attribue un caractère holistique au sens de Peters  (2003). Dans ce cadre, le rôle de l’alimentation pour la prévention et le traitement du cancer est présenté comme une réponse non toxique aux difficultés ou aux échecs de la cancérologie, et complémentaires aux autres traitements et soins. Mais, si les propositions alimentaires sont revendiquées comme  innovantes, elles s’inscrivent dans la continuité des approches d’ « alimentation de santé » (health food) ou « d’alimentation naturelle » qui se sont construites depuis plus de 200 ans - au début de l’industrialisation - et ont constitué des mouvements sociaux toujours très actifs (Kandel & Pelto, 1980 ; Kaptchuk & Eisenberg, 1998, 2003).

31 Ces approches, dans la mesure où les preuves scientifiques ne sont pas assez étayées, ou parce que certaines propositions ont été réfutées (Vickers, 2004), sont systématiquement accueillies par des critiques par les instances officielles et orthodoxes (médecine, cancérologie, nutrition, science) et s’inscrivent selon Sandoz (2005) dans une histoire parallèle de la médecine (Laplantine & Rabeyron, 1987).

Pour la liberté des soins

  • 20  Crépon, P. (ed.) , 1993. Nouvelles approches sur le cancer – pour l’avènement d’une médecine globa (...)
  • 21  Baudet, C. (ed.), 2007. Cancer et médecines complémentaires – Les cancers, leurs traitements, Gap, (...)

32Des associations d’usagers de santé luttent en France depuis des décennies pour la liberté des choix thérapeutiques et elles se sont manifestées pour rendre accessible toute information sur les thérapeutiques non orthodoxes destinées à lutter contre le cancer. Au-delà des sites Internet, des magazines ou des conférences liés à ces réseaux, les théories alimentaires non officielles - rencontrées sur notre terrain - se trouvent notamment balisées par deux ouvrages collectifs publiés depuis les années 1990. Le premier, Nouvelles approches sur le cancer – Pour l’avènement d’une médecine globale20, milite en 1993 pour la nécessité d’intégrer des approches alternatives aux traitements officiels. Il entend jouer le rôle de contrepoint à la médiatisation importante des résultats de la cancérologie officielle qui, selon les auteurs, malgré ses progrès en termes de traitements et de dépistage, ne parvient pas à faire diminuer l’incidence de la maladie. Le second, dirigé par Cécile Baudet21, Cancer et médecines complémentaires, fait le constat qu’en 2007, finalement, rien n’a changé et ce, au détriment des malades qui devraient profiter davantage des « médecines alternatives ».  

  • 22  Par exemple : extraits de l’huile de foie de requin, cartilages de requin, desmodium et autres pla (...)

33Dans ces ouvrages, l’alimentation a une place de choix et il lui est attribué un rôle clé. Le premier aborde l’intérêt de la méthode Kousmine, celui de la médecine orthomoléculaire par l’avantage des nutriments microdosés, ou d’une approche holistique dans laquelle l’alimentation joue un grand rôle. Le second propose plusieurs approches de l’alimentation : le rôle toxique de l’environnement et notamment de l’alimentation polluée pour expliquer le développement des cancers (notamment présenté par le Pr Dominique Belpomme) ; un répertoire des « remèdes et des pratiques complémentaires » dans lequel un certain nombre de compléments alimentaires et d’antioxydants sont présentés22 ; les conseils alimentaires du Pr Joyeux qui préconise le régime méditerranéen pour la prévention des cancers et des diètes avant, pendant et après les traitements ; et la présentation de divers régimes alimentaires spécifiques - appelées « régimes santé » (méthodes de Seignalet, de Kousmine, régime macrobiotique, de Gerson, alimentation vivante). Ces ouvrages militants rendent compte d’alternatives pour la prévention et l’accompagnement des malades qui se sont diffusées à la fois dans le monde médical mais aussi dans le monde des malades. Et c’est au nom du bien et du droit du malade à être informé et traité selon ses choix que le second ouvrage tente de faire un tour complet de la question.

34Les titres de ces deux ouvrages rendent compte par ailleurs d’une évolution dans les rapports entre médecines. L’intention "alternative" en 1997 pour mieux signifier l’esprit de "contre-culture" médicale dominante a fait place à celle de la "complémentarité" en 2007. Cette évolution sémantique - qui révèle une volonté des patients d’associer plusieurs types de soins dans le traitement du cancer - masque néanmoins l’opposition entre systèmes de légitimité différents.

Des « autorités »  alternatives à la cancérologie orthodoxe

  • 23  Cette sélection est le fruit des informations retenues sur notre terrain et permet d’éclairer les (...)
  • 24  Cf. Joyeux H, 2003. Changez d'Alimentation - Prévention des cancers - Faut-il manger Bio ? - Ed FX (...)

35Nos données ethnographiques ont identifié un certain nombre de leaders faisant autorité pour aborder une prise en charge alimentaire des cancers. Ils sont régulièrement cités sur Internet pour avoir suscité des polémiques ou des controverses dans le monde médical et scientifique officiel. La plupart d’entre eux font – ou ont fait - des conférences à l’invitation du monde associatif et sillonnent la France. Leurs ouvrages font partie des références les plus souvent citées par les spécialistes du monde non conventionnel que nous avons rencontrés. Et certains médecins homéopathes rencontrés sur notre terrain  – connus pour leur prise en charge de patients atteints de cancer – s’y réfèrent pour accompagner leurs patients. Il s’agit  des travaux23 de Catherine Kousmine, Henri Joyeux, Jean Seignalet, Jean-Pierre Willem, et David Servan-Schreiber (cités ici dans l’ordre de publication de leurs ouvrages de référence)24.

36Les propositions de ces auteurs illustrent bien l’évolution des approches non conventionnelles. Catherine Kousmine (1904-1992), médecin pédiatre ayant exercé à  Lausanne fait office de précurseur pour avoir expérimenté dès les années 1940 une alimentation ayant une action bénéfique contre les cancers des souris et des patients qu’elle a traités. Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien à la Faculté de Médecine de Montpellier, Jean Seignalet (1936-2003), médecin et biologiste hospitalier spécialiste reconnu en immunologie des Hôpitaux de Montpellier, ou Jean-Pierre Willem (né 1938) qui se définit lui-même comme médecin, chirurgien et anthropologue, se réfèrent à ses travaux et s’en inspirent. David Servan-Schreiber, professeur de psychiatrie dans une université américaine, sans s’en revendiquer, choisit un raisonnement similaire sur les liens entre alimentation et cancer, notamment en attribuant à l’évolution de la société industrielle une augmentation des cas de cancers.

37La référence à une époque sans cancer et sans maladie chronique gouverne la plupart de ces références et les relient à des modes de vie et alimentaires disparus ou en voie de disparition, sources d’une santé meilleure. L’assimilation du cancer à une « maladie de civilisation » est l’occasion pour ces auteurs de souligner les erreurs, voire les fautes, commises par le processus de civilisation, et en ce sens s’inscrit dans un retournement de l’idéologie du progrès qui a prévalu avec l’ère industrielle. L’ensemble de ces auteurs voit dans le changement radical des modes de vie et alimentaires opéré depuis la seconde guerre mondiale une augmentation des facteurs cancérigènes. A partir de la fin des années 1940, Kousmine identifie des carences vitaminiques chroniques occasionnées par le raffinage des huiles et des céréales, l’allongement de la conservation des aliments, les modes de cuisson plus agressifs et la diminution de la consommation de fruits et de crudités. Elle conclut aussi à l’auto-intoxication de l’intestin par l’augmentation d’une flore de putréfaction liée à l’augmentation des sucres blancs et des protéines animales, une diminution de la consommation de céréales complètes, le remplacement des huiles vierges par des huiles raffinées25. Pour Servan-Schreiber, trois grands facteurs alimentaires sont explicatifs de la dégradation de l’alimentation depuis la seconde guerre mondiale : l’augmentation considérable de la consommation de sucre ; la transformation de l’agriculture et de l’élevage et par voie de conséquence de nos aliments ; l’exposition à de multiples produits chimiques qui n’existaient pas avant 1940 (2007 : 103). Ainsi, l’augmentation de la consommation en  sucres raffinés et en farines blanches est de nature à favoriser les facteurs d’inflammation26, « engrais au profit des tumeurs » (2007 :106). La production des huiles végétales renvoie à un changement dans le cycle même de la production des produits agricoles, notamment dans l’augmentation démesurée d’oméga 6 au détriment de l’oméga 3, ce qui a de nombreuses conséquences négatives (notamment le stockage des graisses, la rigidité des cellules, la coagulation et les réponses inflammatoires aux agressions extérieures). Pour Seignalet, il s’agit de s’inscrire dans la continuité des travaux de Kousmine, mais de remonter plus loin dans le temps. En travaillant sur le rôle de la perméabilité de la paroi intestinale, il considère les cancers comme des maladies d’ « encrassage » de l’organisme, et, en se référant aux théories de l’instinctothérapie de Burger, il propose de revenir à une alimentation de « type ancestral », inspirée de l’alimentation des chasseurs-cueilleurs du paléolithique, censés de ne pas avoir de maladies chroniques et de cancers. Il trouve ses références dans des travaux académiques de paléo-anthropologie popularisés depuis les années 1970 - comme ceux de Boyd Eaton (1985)  - qui ont attribué à l’alimentation dite « préhistorique » des qualités adaptatives à la constitution génotypique de l’espèce humaine. En appliquant ses théories à des échantillons de malades dont la santé s’est améliorée, il propose de proscrire des aliments « modernes » pour soigner nombre de maladies chroniques : les céréales mutées (à peu près toutes les céréales habituellement consommées, sauf le riz) ; les produits laitiers ; les aliments (notamment les protéines) cuits à haute température (plus de 110°).

  • 27  A ce titre, Kousmine, Joyeux et Seignalet sont les seuls à avoir expérimenté leurs  régimes alimen (...)
  • 28  La référence à Hippocrate constitue un lien paradoxal entre les approches de médecines conventionn (...)
  • 29  Médecines qui attribuent la primauté à l’homéostasie des équilibres physiologiques et non pas aux (...)
  • 30  Ceux liés aux changements structuraux des habitudes alimentaires et incriminés dans le processus d (...)
  • 31  Servan-Schreiber se réfère notamment aux recherches du nutritionniste canadien Richard Béliveau qu (...)

38Pour le rôle de l’alimentation dans la protection contre le cancer, on identifie chez tous ces auteurs des réflexions similaires, même si chacun adopte ses propres repères selon leurs propres expérimentations27 et références théoriques. Reprenant une pensée hippocratique28 des médecines des humeurs, ou encore de médecine chinoise ou tibétaine, ces auteurs positionnent l’alimentation à la fois comme source et « médicament » du cancer, et s’entendent tous pour privilégier une prévention par l’alimentation et un changement des modes de vie. C’est à partir de la notion de « terrain » inspirée des théories du physiologiste Claude Bernard ou des médecines dites de « terrain »29, ou encore de celle des défenses immunitaires qu’un retournement paradigmatique de la cancérologie officielle privilégie la prévention précoce des cancers par les « défenses naturelles » du corps. L’alimentation, dans une approche globale (notamment en y associant gestion du stress et des émotions, activités physiques) et personnalisée (à partir du « terrain » individuel), participe ainsi à rétablir les mécanismes physiologiques naturels de l’organisme humain altérés par les modes de vie non adaptés. Ainsi, chacun établit une typologie d’aliments à proscrire30 et d’autres à consommer, et associe des pratiques alimentaires détoxifiant l’organisme et le soutenant pour ses fonctions d’élimination ou de défense (rôle notamment du foie et des intestins). Ils innovent ou réhabilitent certaines pratiques nutritionnelles comme la micronutrition, la médecine orthomoléculaire,  les autres médecines de terrain (française, européenne, et asiatique) ou se réfèrent à des régimes recommandés pour leurs capacités à entretenir une grande longévité comme le régime méditerranéen, crétois ou d’Okinawa, ou encore aux aliments anticancer que des recherches scientifiques récentes mettent de plus en plus en avant31. Enfin, le jeûne – annuel et de 40 jours - comme pratique préventive des cancers est proposé par Willem en référence aux pratiques alimentaires des « peuples sans cancer » - pour éliminer toutes les cellules défectueuses de l’organisme afin d’éviter  la formation de tumeurs irréversibles.

  • 32  Cf. Jean-Pierre Willem, 2005. Le secret des peuples sans cancer. Prévention active du cancer, Ed. (...)
  • 33  Le sociologue Claude Fischler identifie une pensée magique dans les références de santé publique p (...)

39La référence aux peuples sans maladie de civilisation et donc sans cancer à l’époque contemporaine – comme l’a fait Jean-Pierre Willem32 - a alimenté nombre d’autres références idéologiques concernant le mythe du paradis en voie de disparition. Les régimes méditerranéens, crétois, d’Okinawa ou encore des Hounzas constituent des références utilisées par nombre de réformateurs alimentaires en France mais aussi outre-Atlantique pour se rapprocher d’une diète de santé idéale. Toutes ces diètes se caractérisent par une grande diversité alimentaire qui respecte les saisons, riche en alimentation végétale, en produits de la mer (pour les zones côtières), en antioxydants et modérées en viande. Elles reproduisent les principales recommandations internationales de nutrition et de santé publique pour la prévention des cancers. Toutefois, si la santé publique puise aussi ses références dans ces diètes, certaines réalités ont été idéalisées voire mythifiées33 (Fishler, 1996 a & b ; Levenstein, 1994). Ces diètes sont toutes marquées par une nostalgie d’un bonheur disparu, de l’adaptation des sociétés à leur milieu naturel et de l’idéal d’une santé « parfaite » (Sfez, 1995).

  • 34  Il se réfère principalement à deux techniques qui constituent pour lui des pistes d’avenir : la «  (...)
  • 35  Cf. Belpomme D., 2005. Guérir du cancer ou s’en protéger, Fayard, Paris, 446 p. 
  • 36  Voir notamment la controverse avec l’épidémiologiste français Serge Hercberg qui considère comme n (...)

40Au-delà des effets préventifs, le rôle réellement curatif de l’alimentation est source de vision nuancée par ces auteurs. Kousmine ou Seignalet font référence à de nombreux cas de guérison de cancer, ou de rémission prolongée constatées auprès de leurs malades, comme l’incarne Servan-Schreiber dans sa situation personnelle. Willem est plus prudent et, en se référant à la théorie des cellules souches du Dr. André Gernez, il préfère parler de dépistages du « terrain » cancéreux34 afin d’agir avant que la tumeur ne soit irréversible. Une attention particulière est portée à la qualité des aliments tant au niveau nutritif qu’au niveau toxicologique. Une alimentation plus naturelle et sans pesticide ou produits chimiques conduit tous ces auteurs à défendre les bienfaits d’une alimentation biologique, rejoignant ainsi Belpomme35 qui propose depuis des années de prévenir les risques des cancers au moyen d’une alimentation dépourvue de traitements chimiques. Son positionnement, controversé par les nutritionnistes et les épidémiologistes36, contribue à le situer dans un mouvement alternatif à la santé publique académique même si, en tant que cancérologue, il reste profondément attaché aux méthodes de traitement classique de la cancérologie.

41Ainsi, ces auteurs, s’ils se caractérisent par des propositions alimentaires différentes, affichent  tous une approche globale fondée sur un changement de modes de vie, dont l’alimentation constitue une action centrale. Ils militent ainsi pour une approche complémentariste, voire intégrative des approches ou des médecines « naturelles », holistiques ou de « terrain ». Mais ils se confrontent tous au filtre de la « médecine des preuves », et des légitimités scientifiques officielles (Marks, 1999).

Innovateurs ou charlatans ?

  • 37  Notamment la prévention plutôt qu’une politique interventionniste à partir de traitements lourds, (...)

42Avec ces auteurs, tous médecins, plusieurs caractéristiques des mouvements alternatifs de santé peuvent être identifiées. Tout d’abord, on constate une marginalisation volontaire ou subie (temporaire, partielle ou définitive) avec le monde académique, leur valant de nombreux reproches sur l’assise scientifique de leurs travaux, sources de disqualification dans les milieux académiques. Leur volonté ou leur nécessité de contourner les instances de validation scientifique les conduit à s’exprimer par des publications grand public et par l’activation de réseaux ou d’associations, dont ils sont souvent eux-mêmes à l’origine ou qui sont relayés par des fidèles convaincus. En retour, ils revendiquent une remise en question des dogmes dominants37 de la médecine, dénonçant des erreurs dans la construction de la science, et notamment de la cancérologie ou de la nutrition officielle. Ceci entraîne une situation paradoxale où les accusations de charlatanisme que chacun a dû affronter ne les empêchent pas d’obtenir une reconnaissance sociale plus large les érigeant au titre d’ « autorité » médicale, ou d’innovateurs parmi les patients, lecteurs, ou tenants de médecines non conventionnelles, comme l’homéopathie, l’acupuncture, ou la naturopathie.

  • 38  Cf. les synthèses des recherches internationales analysées au travers de deux rapports du Fonds Mo (...)
  • 39  Sur 500 000 études identifiées, ce groupe d’experts s’appuie sur la synthèse de 7 000 recherches   (...)

43La plupart de ces auteurs ont vu dans l’évolution des travaux scientifiques38 sur les liens entre alimentation et cancer comme une confirmation de leur approche en donnant un rôle important à l’alimentation dans la prévention des cancers. Le nombre considérable de résultats de recherche mobilisés (plusieurs milliers39) par le  groupe d’experts  internationaux, publiés dans un rapport de 2007, a permis de préciser un certain nombre de preuves scientifiques, classées en termes de risques ou de bénéfices prouvés, supposés ou hypothétiques. Ces approches scientifiques en pleine expansion apportent ainsi de nouveaux outils aux cancérologues, aux pouvoirs de santé publique non seulement pour la prévention des cancers, mais aussi pour accompagner les malades dans les traitements de leur maladie. Les recommandations de ce rapport convergent en de nombreux points avec les approches des auteurs ici étudiés.  Notamment, les effets protecteurs d’une alimentation diversifiée, dont les besoins nutritionnels sont couverts par des aliments (plutôt que par des suppléments, sauf dans certains cancers ou de groupes à risques), et d’une alimentation plus « végétale » (notamment cinq portions de fruits et légumes par jour). Mais aussi l’identification d’aliments propices au développement des cancers, comme des aliments riches en énergie (boissons sucrées et le « fast food » en général), ou l’excès de viandes rouges et de viandes transformées (comme la charcuterie), d’apports en boissons alcoolisées et en sel. Par ailleurs, des résultats similaires sont enregistrés pour les maladies cardio-vasculaires et le diabète, attribuant aux mêmes recommandations alimentaires les vertus de prévenir plusieurs maladies chroniques. Et ceci alimente dans le monde non conventionnel des arguments sur le bien-fondé d’une approche globale et de « terrain » pour prévenir et soigner les « maladies de civilisation ».

  • 40  Cf. notamment Cicollela A., 2007, Le défi des épidémies modernes – Comment sauver la Sécu en chang (...)
  • 41  Pour reprendre les termes de Barbier, G et A. Farrachi, 2004.  La société cancérigène : lutte-t-on (...)

44Enfin, sous la pression d’un certain nombre de lanceurs d’alerte, des approches critiques remettent en question les paradigmes dominants de la médecine ou de la production alimentaire. La critique du « tout thérapeutique », de la prépondérance du « chimique », celle des risques structuraux engendrés par une économie libérale, celle de la dictature des lobbies agro-alimentaires ou pharmaceutiques40 constituent autant d’arguments pour la définition  d’une société devenue « cancérigène »41. La défense de la santé s’inscrit non seulement dans un modèle de responsabilité individuelle, mais aussi surtout collective. Et la plupart de ces alertes appellent à des réformes sociales, économiques, politiques ou médicales au nom de la défense de la nature et de la santé des populations humaines.

  • 42  Voir notamment les propos du Pr Dominique Maraninchi, Directeur de l’Institut National du cancer, (...)

45Ainsi les accusations de charlatanisme (Abgraal, 1998) profondément ancrées dans l’histoire de la médecine pour discréditer les approches non orthodoxes (Stengers, 1995), constituent toujours un des credo de la médecine actuelle. Elles peuvent être analysées ici comme une construction sociale et politique (Jütte, 2001) qui délimite des frontières de légitimités scientifiques, sociales et professionnelles. L’évolution constante des recherches scientifiques sur les liens entre alimentation et cancers donne de nouvelles argumentations à ces approches alternatives, ce qui fait évoluer les lignes de la légitimité scientifique et institutionnelle. L’exemple de Servan-Schreiber est à ce titre significatif, lorsqu’il rend compte de la diffusion de ses idées dans les milieux de la cancérologie et de la médecine après la sortie de son ouvrage de 200742. Il dénombre de nombreux contacts avec des cancérologues français et étrangers qui ont accueilli positivement ses écrits (Introduction de l’édition de 2010 : 22) et affiche la reconnaissance institutionnelle en Italie de la Ligue nationale contre le cancer. Néanmoins, le statut de la preuve des expérimentations de Kousmine ou de Seignalet est controversé par absence de dispositif expérimental probant et notamment par absence de randomisation. Ainsi, ces « autorités » alternatives revendiquant une démarche scientifique et rationnelle ne peuvent néanmoins s’inscrire totalement dans la preuve scientifique, source de leur discrédit. Leurs références théoriques sont parfois soumises à de nombreuses controverses puisqu’elles puisent dans des références non dominantes, non conventionnelles, voire parallèle à la médecine. Mais la reconnaissance de leurs malades et de leurs adeptes s’inscrit dans un mouvement plus large de recherche d’alternatives aux paradigmes dominant de la médecine, de la science, de la production alimentaire et pharmaceutique. Leur légitimité sociale devient d’autant plus audible que se développent de façon croissante des mouvements sociaux de plus en plus critiques sur les effets pathogènes de la société et sur les multiples responsabilités des scandales de santé publique.

Conclusion

46Au cours de la dernière décennie, une attention croissante a été portée à la qualité de vie des patients atteints de cancer et au développement des soins de support dans les institutions de cancérologie. Pourtant, la médecine officielle ne répond pas à toutes les préoccupations, souhaits, besoins, attentes des personnes touchées par le cancer (Cohen & Legrand, 2011).  La problématique alimentaire est à ce titre exemplaire puisqu’elle apparaît comme la part manquante de la prise en charge officielle. En effet, comme nous l’avons établi, il n’y a pas ou peu de communication sur cette question entre patients et médecins, alors même qu’elle constitue une préoccupation centrale des patients. A l’inverse de la sphère conventionnelle, dans la pluralité d’offres de soins accessibles dans l’environnement des malades (Cohen et al. 2010), l’alimentation occupe une place de choix. L’offre est pléthorique – parfois cacophonique – et très diffusée parmi les patients et le grand public, que ce soit par l’intermédiaire des anciens ou des nouveaux médias (Internet, presse écrite, ouvrages, conférences…). Cela fournit un certain nombre de réponses aux personnes en quête d’orientation en matière alimentaire.

47La question alimentaire a donc été investie très différemment dans les sphères conventionnelles et non conventionnelles. La seconde sphère, en s’appuyant sur des approches qui trouvent des ancrages historiques, s’en est largement emparée, alors que la première reste plutôt en retrait. La médecine officielle est d’ailleurs souvent dépréciative à l’égard des perspectives non conventionnelles ; cette déconsidération s’appuie sur le manque de légitimité accordée aux recours non conventionnels, au motif d’un défaut de preuves au sens de l’Evidence Based Medicine (Marks, 1999).

48Néanmoins, des infléchissements ont été observés dans la période récente, et des ponts – certes encore partiels – tendent à s’établir entre ces deux sphères, notamment par la voie de l’alimentation. D’abord par l’intermédiaire des malades, qui, lorsqu’ils se dirigent vers les médecins "pourvoyeurs", se situent toujours dans un circuit officiel de la médecine et ne maîtrisent pas forcément tous les débats qui opposent les discours savants conventionnels et non conventionnels. Ils contribuent ainsi, par leur itinéraire thérapeutique, à des continuités thérapeutiques entre sphères conventionnelle et non conventionnelle. Par conséquent, que ce soit par nécessité, idéologie ou pragmatisme, les malades opèrent de véritables complémentarités entre ces deux sphères. Ensuite, au sein de la médecine officielle, on note de nouvelles priorités de lutte contre la maladie, une ouverture croissante au "care" permettant la prise en compte du confort et de l’intérêt du malade, un renforcement des campagnes de prévention (voir le nouveau Plan Cancer, Gouvernement français, 2010). Autant d’orientations qui favorisent les passerelles avec les médecines non conventionnelles. Certaines approches (acupuncture, sophrologie, hypnose…) bénéficient d’une réceptivité grandissante, dont celles relatives à l’alimentation. Celle-ci a conquis une reconnaissance de plus en plus importante dans de nombreuses publications scientifiques et dans la santé publique.

49La reconnaissance récente de ces discours savants officiels a ainsi réactualisé des discours savants non conventionnels plus anciens mais en pleine expansion. Et nous avons essayé de montrer qu’au-delà des fortes tensions de légitimité, la bipolarité entre l’orthodoxie et l’hétérodoxie médicale - constitutive de l’histoire de la médecine et fortement appliquée au domaine de la cancérologie tant sur le plan médical que politique - trouve dans le domaine de l’alimentation des continuités au travers des discours savants.

50L’alimentation constitue certainement un des enjeux majeurs de la prévention et des soins du cancer. De surcroît, les évolutions récentes et les résultats présentés ici révèlent qu’elle constitue aussi un enjeu de recherche central qui pourrait alimenter les prochaines dynamiques de recherche en faveur des malades et plus largement d’une population de plus en plus confrontée à l’infortune du cancer.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ABGRALL JM., 1998, Les charlatans de la santé, Paris, Payot et Rivages.

APFELBAUM M. (dir.), 1998, Risques et peurs alimentaires, Paris, Odile Jacob.

AUGE M. et HERZLICH C., 2000 [1986], Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la santé, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

BATAILLE P., 2003, Un cancer et la vie. Les malades face à la maladie, Paris, Balland.

CHATEAURAYNAUD F. et TORNY D., 1999, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’EHESS.

COHEN P., ROSSI I., SARRADON-ECK A. et SCHMITZ O., 2010, Synthèses – Rapport final pour l’Institut National du Cancer du programme « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer : une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) », 62 p.

COHEN P. et LEGRAND E., 2011, « L’expérience du cancer et la complémentarité des soins », Revue Sociologie Santé, n°33 : 193-214.

COUSSON-GELIE F., LANGLOIS E. et BARRAULT M. (eds), 2009, Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt, Tikinagan.

DESJEUX D., 2007, « La cacophonie alimentaire », Consommation & Sociétés, www.argonautes.fr .

DURIF-BRUCKERT C., 2007, La nourriture et nous – Corps imaginaire et normes sociales, Paris,  Armand Colin.

EATON SB et KONNER M., 1985, « Paleolithic nutrition. A consideration of its nature and current implication », The New England Journal of Medicine, 31: 283-289.

FAINZANG S., 2001, Médicaments et sociétés. Le patient, le médecin et l'ordonnance, Paris, Presses Universitaires de France, collection Ethnologies.

FAINZANG S., 2006, La relation médecins-malades : information et mensonge, Paris, Presses Universitaires de France, collection Ethnologies.

FERRIERES, M., 2002, Histoire des peurs alimentaires - Du Moyen-Age à l'aube du XXe siècle, Paris, Seuil.

FISCHLER C., 2001 [1990], L’homnivore, Paris, Odile Jacob.

FISCHLER C., 1995, « La cacophonie diététique. Ce que manger veut dire », L’Ecole des Parents, 5.

FISCHLER C., 1996a, « Du principe d'incorporation à la "diète méditerranéenne": magie et utopie dans la science », In FISCHLER C. (dir), 1996, Pensée magique et alimentation aujourd’hui, Cahiers de l'OCHA, 5 : 111-127.

FISCHLER C., 1996b, « Le modèle alimentaire méditerranéen : mythe et réalité ». In MEDINA F. X. (éd.), L'alimentació mediterrània, Barcelone, Institut Català de la Mediterrània, : 313-325.

GOFFMAN E., 1968, Asiles, Paris, Éditions de Minuit.

GOUVERNEMENT FRANCAIS, 2010, Plan cancer 2009-2013 – 2ième rapport d’étape au Président de la République, 126 p., accessible à www.plan-cancer.gouv.fr

FROHN, W. et MALONET G., 1985, « Aux sources de la tradition : Hippocrate », In J. DUFRESNES, F. DUMONT et MARTIN Y (eds), Traité d’anthropologie médicaleL’institution de santé et de la maladie, Québec-Lyon, Presses de l’Université du Québec, Institut québéquois de recherche sur la culture, Presses Universitaires de Lyon, Québec : 961-974.

HESS D.J, 1999, Evaluating alternative cancer therapies – A guide to the science and politics of an emerging medical field, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press.

HUBERT A., 1991, Le manger juste – Les règles d’or pour éviter les erreurs alimentaires, Paris, Marabout.

HUBERT A. et de THÉ G., 1992, Stratégies anti-cancer – Les habitudes de vie qui protègent la santé, Paris, Marabout.

HUBERT A., 2003, « Cancers, conditions de vie et habitudes alimentaires : un point de vue anthropologique », In AIACH P., MARSEILLE M., et THEIS I. heis (éds.), Pourquoi ce lourd tribut payé au cancer – le cas exemplaire du Nord Pas de Calais, Rennes, Éditions  de l’ENSP : 134-141.

INSTITUT NATIONAL DU CANCER, 2009, Fiche « Nutrition et prévention des cancers », www.e-cancer.fr

IREMAS, 2010, Livre blanc de la cacophonie alimentaire et nutritionnelle, www.iremas.org

JÜTTE R., 2001, « Alternative Medicine and Medico-Historical Semantics », In JÜTTE R., EKLÖF M. et NELSON M.C. Nelson (eds.), Historical Aspects of Unconventional Medicine – Approaches, Concepts, cases Studies, Network Series 4, European Association for the History of Medicine and Healtgh Publications, Sheffield : 11-26.

KANDEL R.F. et  PELTO G.H., 1980, « The health food movement: social revitalization of alternative health maintenance system ? », In JEROME N.Y. et al. (eds.) Contemporary Approaches to diet and culture, New York, Redgrave Pleasantville : 327-363.

KAPTCHUK, TJ et EISENBERG D.M., 1998, « The health food movement » [Editorial], Nutrition, 14:471-73.

KAPTCHUK TJ et EISEINBERG D.M., 2003 [1998], « Health food or granola: its truth and consequences », In VICKERS A. (ed.), Examining complementary medicine, Nelson Thormes ltd, UK : 17-27.

LEVENSTEIN, H., 1994, « Santé-bonheur », Autrement 149, Manger magique – Aliments sorciers, aliments comestibles : 156-168.

LAPLANTINE F. et RABEYRON P., 1987, Les médecines parallèles, Paris, Collection Que sais-je, PUF.

LICHT N., 1994, « L’alimentation comme thérapeutique alternative : les pratiques de santé des personnes atteintes par le virus du sida », Prévenir, 26 : 121-127.

MENORET M., 2007 [1999], Les temps du cancer, Paris, Collection « Clair et net », Éditions Le bord de l’eau.

MARKS H., 1999 [1997], La médecine des preuves  - Histoire et anthropologie des essais cliniques (1900-1990), Paris, Synthélabo.

PETERS D., 2003 [1998], « Is complementary medicine holistic ? ». In VICKERS A. (ed.), Examining complementary medicine, Nlelson Thormes ltd, UK : 138-148.

SAILLANT F., 1988, Cancer et culture. Produire le sens de la maladie, Montréal, Editions Saint-Martin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SANDOZ T., 2005, Histoires parallèles de la médecine – Des Fleurs de Bach à l’ostéopathie, Paris, Coll. Science ouverte, Seuil.
DOI : 10.1016/S1636-6522(06)74243-X

SARRADON-ECK A., 2009, « Le cancer comme inscription d’une rupture biographique dans le corps », In COUSSON-GÉLIE F., LANGLOIS F., et BARRAULT M. (éds), Faire face au cancer. Image du corps, image de soi, Boulogne Billancourt,  Tikinagan : 285-311.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SCHNEIROV M. et GECZIK JD, 2002, « Alternative Health and the Challenges of Institutionalization », Health, 6, 2 : 201-220.
DOI : 10.1177/136345930200600204

SPIRE A. et SIRI M., 2010, Le cancer, Le malade est une personne, Paris, Odile Jacob.

SFEZ L., 1995, La santé parfaite. Critique d’une nouvelle utopie, Paris, Seuil.

STENGERS I., 1995, Médecins et sorciers – Le médecin et le charlatan, Le Plessis-Robinson, Synthelabo.

THÉ (de) G. et HUBERT A., 1988, Modes de vie et cancers, Paris,  Robert Laffont.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VICKERS A., 2004, « Alternative Cancer Cures: "Unproven" or "Disproven"? », Cancer Journal for Clinician : 54-110.
DOI : 10.3322/canjclin.54.2.110

VIGARELLO G., 1999 [1993], Histoire des pratiques de santé – Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil.

World Cancer Research Fund (WCRF) & American Institute for Cancer Research (AICR), 2007, Food, Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer – A global perspective, Washington.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions chaleureusement Laëtitia Atlani-Duault, Danièle Carricaburu, Ilario Rossi, Aline Sarradon-Eck, Raymond Massé pour leurs relectures de cet article.

2  Voir l’hommage qui lui est rendu dans ce numéro d’Anthropologie et Santé.

3  Voir notamment le rapport du Programme National Nutrition Santé (PNNS, 2003)  « Alimentation, nutrition et cancers – Vérités, hypothèses et idées fausses », 57 p. ; la fiche « Nutrition et prévention des cancers » publiée par l’Institut du Cancer et la brochure de la Ligue contre le cancer intitulée « Alimentation et cancer », dans la série « Information et prévention ».

4  La notion de « lanceur d’alerte », utilisée par les sociologues français Chateauraynaud & Torny (1999), définit  les citoyens, les scientifiques ou autres experts qui interviennent individuellement ou collectivement pour dénoncer des risques majeurs (environnementaux, de santé, etc.) qui ne sont pas encore reconnus ou mal entendus au sein de leur institution, ou par les institutions officielles de référence, des pouvoirs publics ou encore par les institutions et organisations responsables des risques.

5  Nombreux sont les lanceurs d’alerte sur les risques alimentaires liés aux cancers. Pour la France, citons seulement ici l’engagement du cancérologue Dominique Belpomme qui, depuis de nombreuses années, a sensibilisé le monde scientifique, médical et citoyen en dénonçant les risques de cancer par les facteurs environnementaux et alimentaires, et celui de la journaliste Marie-Monique Robin qui dénonce en 2011, au travers d’un documentaire et d’un ouvrage grand public, « la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques ».

6  Cette recherche, dirigée par P. Cohen et intitulée « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer : Une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) », a été financée entre 2006 et 2008 par l’Institut National du Cancer que nous remercions ici vivement.

7  Les deux tiers ont (ou ont eu) un cancer du sein, les autres un cancer hématologique, et de façon marginale un cancer du poumon, du pancréas, du cerveau et de la prostate. N’apparaissent ainsi pas les cancers qui touchent l’appareil masticateur (la sphère oro-pharyngo-laryngée) ou digestif (œsophage, estomac, foie, colorectal) bénéficiant de recommandations alimentaires médicalisées plus systématiques. Nous sommes extrêmement reconnaissant à toutes ces personnes atteintes de nous avoir livré leur expérience avec tant de confiance.

8  Une ethnographie d’une institution de soins spécialisée dans les traitements du cancer s’est concrétisée par des observations de consultations d’annonce et de suivi (cancer du sein essentiellement), par des observations flottantes dans l’ensemble de l’institution aux côtés de l’animatrice socioculturelle, et par des entretiens avec des médecins des différentes spécialités (chirurgie, hématologie, oncologie, généraliste, anesthésiste, radiothérapie, nutritionniste, épidémiologiste), des  infirmières, des aides-soignantes, des  psychologues, et des cadres de santé. Nous remercions chaleureusement l’accueil qui nous a été fait dans cette institution ainsi que tous les professionnels qui ont participé à cette recherche.

9  Ceci ne se limite pas à l’alimentation. Et on trouvera des illustrations dans les autres articles de ce numéro, mais aussi dans le rapport collectif (Cohen et al., 2010) synthétisant les résultats obtenus sur des terrains français, belges et suisses, et dans un de nos articles récents (Cohen et Legrand, 2011)

10  Personnes qui ont eu des recours similaires auparavant, ou qui sont conseillées par leur environnement familial ou social, ou qui initient une démarche personnelle.

11  Voir les campagnes de prévention télévisées et par voie d’affichage lancées en 2007 par l’Institut National du Cancer sur les « héros du cancer ».

12  Les contraintes sont d'ordres divers : problèmes financiers, difficultés d’accessibilité aux aliments et aux produits, contraintes de temps des préparations alimentaires, difficulté d’accès et de sélection de l’information, etc.

13  Si cela concerne la question de l’alimentation, cela peut être étendu à l’ensemble des soins non conventionnels sollicités par les personnes atteintes. Voir notamment les autres articles de ce numéro, et aussi Cohen et al. (2010) ou Cohen et Legrand (2011).

14  Cf. l’introduction (p. 13) de son ouvrage « Le vrai régime anti-cancer » publié en 2010.

15  Comme  notamment la recommandation de lire le livre de David Servan-Schreiber, celui de Joseph Lévy, de Jean Seignalet ou encore de s’intéresser au régime alimentaire crétois, au rôle du thé vert, du curcuma ou des champignons chinois. 

16  David Khayat, Le vrai régime anticancer, Paris, Odile Jacob.

17  Servan-Schreiber, D., 2007. Anticancer – Prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles, Paris, Robert Laffont, Paris

18  Servan-Schreiber, D. 2003. Guérir - Le stress, l’anxiété, la dépression sans médicaments ni psychanalyse, Paris, Robert Laffont.

19  Pour reprendre le terme anglo-saxon de « alternative health movement ».

20  Crépon, P. (ed.) , 1993. Nouvelles approches sur le cancer – pour l’avènement d’une médecine globale, Dossier Energie Santé, Paris, Albin Michel / Sully.

21  Baudet, C. (ed.), 2007. Cancer et médecines complémentaires – Les cancers, leurs traitements, Gap, Le Souffle d’Or.

22  Par exemple : extraits de l’huile de foie de requin, cartilages de requin, desmodium et autres plantes africaines, champignons chinois, produits issus des recherches de Mirko Beljanski, viscum album, etc.

23  Cette sélection est le fruit des informations retenues sur notre terrain et permet d’éclairer les pratiques des personnes atteintes. Mais elle n’entend pas être exhaustive, car d’autres « autorités alternatives » font référence selon les lieux, les pays et les époques. Comme autre exemple, on peut se référer aux travaux de l’anthropologue américain David Hess  (1999) qui a identifié et interrogé un certain nombre de « leaders alternatifs » qui faisaient  « autorité » dans les années 1990 aux Etats-Unis pour leur approche de l’alimentation pour prévenir ou soigner les cancers.

24  Cf. Joyeux H, 2003. Changez d'Alimentation - Prévention des cancers - Faut-il manger Bio ? - Ed FX de Guibert ; Joyeux H, 2005, Guérir définitivement du cancer - Oser dire quand et comment - Edition F.X. de Guibert . Willem J-P, 2005. Prévenir et vaincre le cancer, Guy Tredaniel Editeur ; Willem J-P 2006. Le secret des peuples sans cancer. Prévention active du cancer, Ed. du Dauphin ; Seignalet J, 2004 [1°ed en 1996]. L’alimentation ou la troisième médecine, Collection écologie humaine, ed. F-X de Guibert.

25  Source : http://www.kousmine.com/lecancer.htm

26  L’augmentation des risques de cancer est liée selon Servan-Schreiber en grande partie aux processus inflammatoires de l’organisme favorisant la formation et à la diffusion de tumeur.  

27  A ce titre, Kousmine, Joyeux et Seignalet sont les seuls à avoir expérimenté leurs  régimes alimentaires auprès de malades atteints de cancer à relative grande échelle. Willem s’appuie sur 20 ans d’exercice de médecin intervenant dans divers pays en voie de développement lors de missions humanitaires, sur ses activités en « médecine naturelle » et sur l’étude des « ethnomédecines » des populations visitées. Quant à Servan-Schreiber, c’est son expérience personnelle d’un cancer au cerveau en rémission,  au cours de laquelle il a eu recours à des méthodes naturelles en complément des thérapeutiques conventionnelles, qui l’a poussé à faire un état des lieux des recherches scientifiques actuellement disponibles.

28  La référence à Hippocrate constitue un lien paradoxal entre les approches de médecines conventionnelles et non conventionnelles comme l’ont déjà montré Frohn et Malonet (1985) qui y trouvent respectivement une source de leur tradition en fonction des paradigmes et des pratiques auxquels elles se réfèrent.

29  Médecines qui attribuent la primauté à l’homéostasie des équilibres physiologiques et non pas aux agents extérieurs (comme les virus ou les bactéries) et qui proposent des soins reposant sur la stimulation du corps pour retrouver ses équilibres. Willem fait surtout référence à l’homéopathie, à la phytothérapie, à l’oligothérapie. Mais cela concerne aussi la naturopathie, et nombre de médecines dites « traditionnelles », comme la médecine chinoise, ou ayurvédique.

30  Ceux liés aux changements structuraux des habitudes alimentaires et incriminés dans le processus de cancérisation.

31  Servan-Schreiber se réfère notamment aux recherches du nutritionniste canadien Richard Béliveau qui développe actuellement une approche expérimentale des aliments « antipromoteurs de cancer ». Mais l’appellation aliments anti-cancers n’est actuellement  pas acceptée par la santé publique officielle (INCa, 2009).

32  Cf. Jean-Pierre Willem, 2005. Le secret des peuples sans cancer. Prévention active du cancer, Ed. du Dauphin, 2006.

33  Le sociologue Claude Fischler identifie une pensée magique dans les références de santé publique pour les avantages nutritionnels de la « diète méditerranéenne », et l’historien Harvey Levenstein analyse le mythe du régime des Hounzas, population vivant au nord du Cachemire en Inde.

34  Il se réfère principalement à deux techniques qui constituent pour lui des pistes d’avenir : la « bioélectronique » (très connue des milieux de naturopathie) qui établit un terrain cancéreux à partir d’un milieu interne « alcalin oxydé » (analyse du sang, de la salive et de l’urine), des tests de floculation des protéines sanguines (de plus en plus utilisés chez certains médecins homéopathes) qui permettraient d’identifier le développement d’un cancer avant les signes cliniques. Mais il fait aussi référence à d’autres techniques comme l’iridologie (utilisée également par les naturopathes), les cristallisations sensibles (médecine anthroposophique), et l’auriculo-médecine.

35  Cf. Belpomme D., 2005. Guérir du cancer ou s’en protéger, Fayard, Paris, 446 p. 

36  Voir notamment la controverse avec l’épidémiologiste français Serge Hercberg qui considère comme négligeable la préoccupation des traitements chimiques des aliments au regard des avantages protecteurs des fruits et des légumes.

37  Notamment la prévention plutôt qu’une politique interventionniste à partir de traitements lourds,  le « terrain » comme retournement du paradigme du « cancer », des méthodes « naturelles » plutôt que des méthodes agressives et mutilantes, l’alimentation comme régulateur du terrain et comme médecine à part entière.

38  Cf. les synthèses des recherches internationales analysées au travers de deux rapports du Fonds Mondial pour la Recherche sur le Cancer & et de l’Institut américain pour la recherche du cancer (1997, 2007) et le rapport du Programme National Nutrition Santé (PNNS, 2003) intitulé  « Alimentation, nutrition et cancers – Vérités, hypothèses et idées fausses », 57 p.

39  Sur 500 000 études identifiées, ce groupe d’experts s’appuie sur la synthèse de 7 000 recherches  pour réaliser l’état de la question et formuler des recommandations.

40  Cf. notamment Cicollela A., 2007, Le défi des épidémies modernes – Comment sauver la Sécu en changeant de système de santé, La Découverte ; Robin MM. 2011, Notre poison quotidien – La responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques, La Découverte & Arte Editions.

41  Pour reprendre les termes de Barbier, G et A. Farrachi, 2004.  La société cancérigène : lutte-t-on vraiment contre le cancer ?  Editions de la Martinière.

42  Voir notamment les propos du Pr Dominique Maraninchi, Directeur de l’Institut National du cancer, interviewé avec David Servan-Schreiber par Eric Favereau ; l’entretien est paru en octobre 2007 dans le quotidien Libération dans un article intitulé « Les cancérologues ne s’intéressent pas à l’alimentation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Cohen et Emilie Legrand, « Alimentation et cancers. Personnes atteintes et autorités alternatives », Anthropologie & Santé [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 29 août 2016. URL : http://anthropologiesante.revues.org/629 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.629

Haut de page

Auteurs

Patrice Cohen

Anthropologue, Professeur,
GRIS, Université de Rouen
Rue Lavoisier, 76821 – Mont Aignan – Cédex
patrice.cohen@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Emilie Legrand

Sociologue, Maître de conférences,
Université du Havre
IIUT/Département Carrières sociales
CIRTAI - CNRS (UMR IDEES)
UFR Lettres et Sciences Humaines, 25, rue Philippe Lebon, 76086 Le Havre cedex.
legrand.emilie@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org