Navigation – Plan du site

La pratique de l’hypnose, de la visualisation ou de l’autohypnose par des personnes atteintes d'un cancer : une transformation de soi ?

The Practice of the Hypnosis, the Visualization or the Autohypnosis by Persons Affected with Cancer: a Transformation of the Self?
Clémentine Raineau

Résumés

Les recours à certaines « médecines douces » comme l’hypnose et la relaxation permettent-ils une reconfiguration des soins du cancer dans les itinéraires thérapeutiques ?
À partir d’un travail de terrain ethnographique réalisé en Auvergne avec des personnes atteintes par cette maladie et avec leurs thérapeutes, nous montrons que ces techniques de soins permettent aux patients d’acquérir des compétences pratiques (autohypnose, visualisation et relaxation pratiquées sans guide en solitaire) et d’être actifs dans la prise en charge de leur cancer, afin de faire face à certains effets de la maladie et des traitements. L’acquisition de ces techniques d’autonomisation permet la reconfiguration de l’itinéraire thérapeutique du malade en regard du Plan Personnalisé de Soin (PPS) qui lui est proposé dans une unité d’oncologie française.
L’apprentissage de la visualisation, qui se réalise à travers la découverte lors des séances d’une “matrice de l’imagination” ancrée dans le corps et son exploration (à travers la génération et la manipulation d’images), œuvre de plus à un travail de métamorphose qui tend à transformer les modalités de l’“être-au-monde”.

Haut de page

Texte intégral

« Dans l’oscillation qu’implique le jeu magique […], c’est l’espace imaginaire qui opère les conversions : c’est aux images, et non plus aux actions ou aux simples significations, que sont déléguées les transformations modales qu’assument le raisonnement et l’action dans les pratiques ordinaires » Xavier PAPAÏS, « Trois formules sur la magie », 2003.

  • 1 « Thérapeute » est le terme générique que nous utiliserons afin de qualifier l’ensemble des dispens (...)

1Cet article s’appuie sur une ethnographie réalisée en Auvergne de 2005 à 2008 auprès de personnes atteintes d'un cancer, sur la place qu’occupent les recours non-conventionnels dans leurs itinéraires thérapeutiques. Il s’agissait, d’une part, de réaliser deux à cinq entretiens (soit trois à dix heures) sur toute la durée de l’étude, avec un nombre limité de personnes parmi les malades (ou anciens malades) rencontrés la première année, le plus souvent à leur domicile, parfois en présence de leurs proches ; d’autre part, d’interroger les thérapeutes cités par les témoins sur leur pratique, à leur cabinet1. Nous complèterons ces matériaux par des références à deux autobiographies d’anciennes malades (l’une fut rencontrée), dont les récits prolongent en détail les témoignages recueillis sur le terrain auvergnat. Enfin, nous nous réfèrerons également au travail exemplaire de l’anthropologue Christine Bergé (2005), dont l’ethnographie d’un Centre de soin (Healing center) floridien interroge la question de la transformation et du réagencement de l’être à travers le soin.

  • 2 Le terme d’ « auto-hypnose » est utilisé par les thérapeutes et repris par les témoins pour qualifi (...)

2Dans cet article, nous avons choisi de nous intéresser à l’hypnose et à la relaxation car la mise en œuvre de ces recours, telle qu’elle fut expérimentée par nos interlocuteurs, permet la découverte et un accès à ce que nous appellerons provisoirement une “matrice de l’imagination”, tout en rendant possible une appropriation personnelle de ces techniques, via l’autohypnose et la relaxation à domicile, pour leur mise en œuvre en dehors et à distance des séances2.

3Il est impossible de parler de l’hypnose ou de la relaxation au singulier. Si les hypnothérapeutes rencontrés furent formés à l’hypnose Ericksonienne et s’inspirèrent à leurs débuts des écrits de François Roustang, l’expérience et l’acquisition d’autres techniques de soin (médecine, thérapies brèves, psychanalyse) les conduit à développer une pratique propre, influencée notamment par leur conception d’un monde peuplé ou non d’êtres invisibles. Quant à la relaxation, la praticienne rencontrée, infirmière, s’emploie à la « restructuration comportementale », son objectif étant de réconcilier les personnes avec leur corps, d’en déloger la peur et de leur permettre, grâce à la visualisation, d’expérimenter des situations de bien-être. Ce positionnement des thérapeutes a un impact certain sur l’engagement et l’adhésion possibles des malades reçus en séance individuelle.

  • 3 Parmi les soins du cancer, il faut ajouter l’hormonothérapie prise à domicile pendant une ou plusie (...)
  • 4 La sociologue Marie Ménoret (1999) a finement documenté la temporalité propre à chacun de ces dispo (...)
  • 5 Les termes cités entre guillemets et en italique dans ce paragraphe sont extraits du vocabulaire mé (...)

4L’hypnose et la relaxation participent-elles d’une reconfiguration des soins du cancer ? Par « soins du cancer », nous entendons ici la prise en charge biomédicale de la maladie cancéreuse, qui s’appuie sur des standards biomédicaux internationaux établis à partir d’essais cliniques et comprend plusieurs dispositifs techniques de soin (ou « traitements »), selon l’organe atteint, la nature et le stade de développement du cancer (histologie, imagerie, grade de la tumeur) et l’état général du malade. Pour les patients rencontrés, il s’agit d’ « exérèses » chirurgicales (parfois suivies d’une reconstruction mammaire lors d’un cancer du sein), de chimiothérapies, de radiothérapies réalisées dans des unités de soins bénéficiant d’une accréditation nationale pour le cancer3. La présence et l’ordonnancement de ces dispositifs sont relatifs à chaque diagnostic de cancer, après que le « dossier » du patient est étudié en « RCP » (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire). Ce « PPS » (Plan Personnalisé de Soin) est ensuite présenté au patient lors d’une consultation ainsi que les examens (biologie, imagerie) qui ponctuent la prise en charge et permettent aux praticiens d’évaluer la « réponse » du patient et de son cancer à chacun des traitements, d’orienter voire de modifier la suite des traitements. Une fois engagé de corps et d’esprit dans la prise en charge biomédicale de son cancer, le « patient » doit se dessaisir du mode de vie qui était le sien pour se conformer aux rythmes hétérogènes et aux effets des traitements, aux modalités de fonctionnement des équipes et des établissements parfois successifs où se réalisent les soins4. C’est relativement à cette prise en charge biomédicale qui cumule une pluralité de dispositifs techniques de soin, d’acteurs et de lieux, que s’intercalent pour certains malades les recours non conventionnels, comme en témoignent les personnes rencontrées lors de notre enquête. Les interstices où peuvent se glisser les « médecines douces » peuvent être énumérés : période précédant et/ou clôturant une chimiothérapie ou une radiothérapie ; période d’ « inter-cure » séparant de deux ou trois semaines deux rendez-vous de chimiothérapie, sans oublier le temps du « suivi » et de la rémission, qui marque la fin des traitements réalisés en clinique, centre ou service hospitalier, moment du retour à domicile, le plus propice à la mise en place de « médecines douces »5.

5Ainsi, c’est en réaction à la prise en charge biomédicale et à ses effets que se mettent en place les recours non conventionnels. Nous verrons apparaître, à la lueur des témoignages de recours à l’hypnose et à la relaxation (présentés dans la première partie de notre texte selon le niveau de soin atteint et l’impact du dispositif ressenti par les malades rencontrés), plusieurs niveaux de soins, allant de l’expérience d’une écoute enveloppante du « subconscient » à celle d’une évasion, ou encore d’un voyage intérieur associé à un accompagnement actif des thérapeutiques conventionnelles par la visualisation.

6Ces différents niveaux de soins (accueil et expression de soi ; autonomisation ; évasion), corrélés à l’engagement tant du malade que du thérapeute vis-à-vis du dispositif de soin utilisé, permettront de saisir les réponses et l’accompagnement apportés par ces dispositifs de soins à l’ébranlement de l’ « être-au-monde » provoqué à l’annonce d’un cancer.

Expériences de l’hypnose et de la relaxation

7Trouver un soutien contre l’abandon et le désarroi, évacuer une trahison, agir contre une douleur insupportable et des acouphènes qui vous rendent fou, optimiser l’effet d’une chimiothérapie : tels sont certains motifs qui conduisent des personnes atteintes d’un cancer à user de l’hypnose, de l’autohypnose et de la visualisation. Un cancer ne se réduit pas, pour les malades, à une prolifération de cellules malignes : il est vécu comme un conglomérat qui comprend, outre sa dimension physiologique, un ensemble d’émotions (peur, angoisse, sidération, terreur) provoquées lors des annonces successives (de la maladie, des traitements) ainsi que des effets physiques également provoqués par les thérapeutiques. Ce conglomérat, impossible à saisir dans sa globalité, tant pour le chercheur que pour le malade lui-même, se compose également de fragments de récits, d’expériences et d’images : ce cancer-conglomérat vécu évolue en nature et dans le temps, certains de ses effets se muant en « motifs » de consultation.

  • 6 Ce terme, habituellement employé dans le vocabulaire psychiatrique avec une connotation pathologiqu (...)
  • 7 Nous ne reviendrons pas ici sur la réalité des effets de l’hypnose, objet de nombreux comptes-rendu (...)

8Les techniques de soin dont il est question ont en commun un travail de visualisation et de dissociation6 permettant aux personnes d’expérimenter l’évasion du quotidien par l’image et la sensation. En outre, ces techniques sont partiellement transmissibles et participent d’une autonomisation de la personne : expérimentées dans un premier temps auprès d’un professionnel qui encourage par la suite la pratique autonome7.

9Des techniques d’exploration, où l’on apprend par exemple à accompagner son corps dans sa lutte contre la maladie, à évacuer ce qu’on a au fond de soi et à explorer son « subconscient » mais aussi le goût du voyage et de l’évasion. Nous verrons que pour certains, il s’agit d’un premier pas hors des sentiers biomédicaux. D’autres expérimentèrent auparavant d’autres « médecines douces », « médecines parallèles » selon les expressions employées et certains de ces recours restent présents dans leur itinéraire thérapeutique. Pour tous, il s’agira de partir : quitter l’environnement présent et matériel, où la souffrance, la douleur occupent tout l’espace-temps, pour voyager dans un “paysage imaginé”, non communément accessible par les sens.

  • 8 Les noms et prénoms sont ici des pseudonymes.

10La visite crée un espace-temps d’accueil et de soin qui permet l’expression d’une intériorité, de souffrances et d’émotions associées à une attente (de soutien, de guérison, de changement). Telle fut l’expérience livrée par Christelle8.

11Jeune maman, abandonnée par son mari à la découverte de son cancer du sein, Christelle essaie de trouver de l’aide.

« On essaie de trouver des bouées de sauvetage. Quand vous sortez toutes les trois semaines pour votre petite heure de soin [chimiothérapie], et qu’on vous laisse comme ça dans la nature, vous avez besoin d’être vraiment aidée à côté ».

12C’est ainsi que Christelle consultera un charmeur de feu pendant sa radiothérapie et durant sa chimiothérapie, elle rencontrera homéopathes, sophrologue, conseiller en santé holistique (massages aux huiles essentielles), micro-kiné, kinésiologue (pressions avec les doigts sur le corps), sans oublier les « deux ou trois cierges » qu’elle ira allumer dans une église.

13Christelle refusera la consultation de psycho-oncologie proposée par un chirurgien, estimant que la période de traitements n’est pas propice à un tel travail. Ces recours ponctuels (une à deux séances) ne seront pas repris pendant la rémission. Seul le micro-kiné devient un recours régulier dans l’itinéraire thérapeutique de Christelle.

14Lors de la récidive de son cancer, grâce à la recommandation d’une amie, Christelle décide de rencontrer Ingrid Delorme, hypnothérapeute, et s’inscrira dans une relation de longue durée avec cette praticienne.

« Je me sentais trahie, et c’est là que j’ai décidé de voir Mme Delorme, pour me faire aider. Psychologiquement, parce que j’en avais besoin, j’étais au fond du gouffre. Pour qu’elle m’aide à évacuer ça. Evacuer cette trahison. J’allais la voir à peu près une fois par mois ».

15La jeune femme interprète l’hypnose comme une technique de psychothérapie qui lui permet d’accéder à son « subconscient » :

« L’hypnose, ça permet que des choses ressortent, qui vous étonnent aussi. L’hypnose, pour moi, ça se passait dans votre sommeil. Ce n’est pas ça en fin de compte, on se relaxe, on essaie de voir un peu ce qu’il y a dans son subconscient. C’est vrai que l’on dit des choses, et il y a des moments où l’on craque complètement par rapport à ça. Oui, l’hypnose ça fait ressortir des choses qui sont, qu’on ne pense pas avoir au fond de soi » (Christelle).

16Suite au témoignage de plusieurs de ses patients, je rencontrai à mon tour Ingrid Delorme pour un entretien. Femme souriante au visage avenant et serein, la soixantaine, Ingrid Delorme porte sur un pantalon un gilet rose fuchsia très doux, les cheveux courts, certainement teints. Elle me reçoit dans son cabinet, une pièce assez petite, en contrebas de la rue. Meubles et objets modernes, sobres et élégants. Superbes orchidées et un parfum de rose… qui provient de l’encens qui brûle avant chaque séance. Sa place de bureau est dos au mur et à la rue, sous la fenêtre. A sa droite, le mur est couvert de livres sur la psychanalyse, le psychisme : Dolto, Bettelheim, François Roustang, - « je n’en suis plus là », dit-elle en feuilletant le livre de Chertock. S’y trouve également Le pouvoir bénéfique des mains de Barbara Ann Brennan. A portée de sa main, Le livre des signaux et La clef vers l’autolibération de Christiane Beerland dont elle lit parfois un passage à une « personne » - unique mot qu’Ingrid Delorme emploie afin de désigner ses visiteurs. Enfin, La petite voix de Caddy, recueil de courts textes qu’elle ouvre tous les jours afin d’y piocher une petite phrase à méditer pour la journée. A gauche du bureau se trouve un confortable fauteuil (également placé dos à la fenêtre) où s’installent les personnes lors de la séance, tandis qu’elle s’assoit à leur côté.

  • 9 Ingrid Delorme se réfère également aux travaux du Dr Victor Simon, médecin spécialiste et psychothé (...)

17Ingrid Delorme présente son apprentissage de l’hypnose comme une véritable révélation : formée à la psychanalyse et à certaines thérapies brèves, l’apprentissage de cette technique dans les années 1970-1980 lors d’un stage mis en place à Clermont-Ferrand par le psychiatre suisse Gérard Salem, spécialisé en thérapies systémiques et en hypnothérapie (stage également suivi par des médecins de la région) lui permit de relier en une totalité homogène l’ensemble des techniques acquises jusque-là9. Insatisfaite de la longue durée des cures psychanalytiques (« quand les gens souffrent, il faut pouvoir les aider rapidement »), de la possibilité de retranchement du souffrant derrière un rôle de certaines thérapies brèves, l’hypnose conjugue pour Ingrid Delorme rapidité et authenticité avec efficacité.

18Cela fait maintenant environ vingt-cinq ans qu’Ingrid Delorme pratique l’hypnose, et reçoit à temps partiel des personnes souffrantes, qui viennent par le bouche-à-oreille ou encore, sur la recommandation d’un médecin hospitalier de la douleur (praticien également formé à l’hypnose lors de ce stage fondateur), ce qui confère à la thérapeute une légitimité médicale.

19Ingrid Delorme donne son point de vue de praticienne de l’hypnose :

« Il s’agit de laisser monter quelque chose qui pouvait être contenu, ou caché, ou masqué. Et ça circule complètement différemment après. C’est comme s’ils rentraient en eux-mêmes : en hypnose, on leur propose des voyages à l’intérieur de leur corps ».

20Un travail qui se réalise au fil des séances, et laisser sortir les émotions en est la première étape. Précisons ici que la thérapeute propose un dispositif de soin en trois séances, sans compter la première rencontre - gratuite - un entretien de « cadrage » où le visiteur est amené à expliciter son objectif.

Ensuite, « la première séance, c’est souvent une séance où elles lâchent tout, il y a tout qui sort, la colère, la tristesse, toutes ces choses-là. Petit à petit, c’est comme si elles crachaient tout ce qu’elles avaient à cracher, et puis après, dans tout ça, elles se réapproprient des choses pour elles, comme si elles refaisaient leur boite à outil. Ensuite, elles savent qu’elles ont ce qu’il faut dans leur « sac à dos » pour aller là où elles ont besoin d’aller. (C.R. : Est-ce qu’on peut dire qu’ici elles trouvent de l’espoir, ou d’autres choses… ?) Ce n’est pas de l’espoir dans le sens d’une fausse joie ou autre, mais elles retrouvent une force de vie, qu’elles se reconnectent à leur force de vie intérieure. Et après, elles ont comme « mission » de la faire vivre, de la faire grandir, ou de voir de quoi elles ont besoin pour être au plus fort. Ca leur permet aussi d’avoir un rapport au corps qui est un rapport agréable » (Mme Delorme).

21Evacuer les émotions, les tensions, les pleurs, les liaisons douloureuses, sans pour autant tout rejeter : plutôt une mise à plat des choses, êtres et émotions qui submergent la personne, son corps et son existence. L’expression des émotions n’est pas le propre de ces techniques de visualisation. Laisser sortir les émotions, tel est le travail de certains magnétiseurs ou encore, de praticiens du massage océanique, mais aussi de nombreux psychothérapeutes. En revanche, l’hypnose, qu’Ingrid Delorme associe à une thérapie brève, permet un travail de réappropriation et la constitution d’une « boîte à outils ».

L’autohypnose et la visualisation comme techniques d’autonomisation ?

22Ces pratiques permettent ainsi l’apprentissage d’une technique, l’autohypnose, dont l’appropriation et la mise en œuvre permettent de “faire face”, d’être acteur dans la prise en charge de son cancer ou de sa douleur.

23Proche de la retraite, Pierre (†) est atteint d’un cancer du poumon qui finit, après deux ans et demi de prise en charge biomédicale, par métastaser. Malgré de multiples traitements et interventions médicales, il n’a jamais eu recours à un guérisseur, s’accommodant, bon gré mal gré, des multiples effets secondaires. Jusqu’à l’apparition, à l’issue d’une troisième chimiothérapie, de douleurs et d’acouphènes d’une intensité insupportable, « à me rendre fou ! ». Un médecin de la douleur lui conseille de s’adresser à Ingrid Delorme. Il la rencontrera à quatre reprises, dont trois séances d’hypnose. « C’est la personne que je cherchais ! », lance Pierre tout de go. Avec elle, il découvre un nouvel espace intérieur où il apprend à cheminer grâce à l’autohypnose : accompagner la circulation des molécules de la chimiothérapie jusqu’aux organes atteints, les transformant en « ouvriers armés de marteaux-piqueurs » au travail contre les cellules malignes (images qui lui vinrent à l’esprit en séance chez la thérapeute, que Pierre re-convoque lors de sa pratique de l’autohypnose) ; ou encore, gérer douleurs et acouphènes qui reviennent régulièrement mais n’occupent plus tout son esprit ni tout son corps. Après les deux premières séances, il pratique quotidiennement l’autohypnose : « je m’assieds et je pars », les mains placées sur les cuisses, la tête baissée et les yeux clos.

24La transmission de l’autohypnose ou de la visualisation se réalise à travers l’expérience de « l’ancrage » lors des séances. Quand la thérapeute identifie un moment de bien-être vécu ou ré-actualisé, elle demande à la personne « d’enregistrer ces sensations, avec souvent la phrase « c’est ce que vous retrouverez quand vous en aurez besoin ». Cet ancrage, souvent réalisé lors de la deuxième séance, s’accompagne d’un apprentissage de la métamorphose d’une douleur ou d’une situation de mal-être. Apprendre à réagir différemment face à une douleur qui survient, en l’identifiant, la qualifiant (forme, matière, couleur), la rapprochant à quelque chose de connu, afin de la transformer et d’initier de nouveaux mouvements dans le corps vis-à-vis de cette douleur :

« Par exemple, si elles voient un gros porc-épic bien rouge, et que ça devient un gros Chamallow, il y a des choses qui se passent dans le corps mais qui sont différentes. On peut parler d’appropriation. Après, en situation, elles savent comment faire, elles se font le film du gros-porc-épic-qui-devient-Chamallow, elles y vont, elles n’ont pas peur d’y aller. Je crois aussi que ça diminue la peur. Elles savent aussi qu’elles ont dans leur boite à outil de la douceur, de bons moments » (Mme Delorme).

25Cet apprentissage n’est pas donné une fois pour toutes. Ingrid Delorme demande à ses visiteurs de trouver le temps de « faire ces petites pauses de temps en temps dans la journée », afin de renforcer cet apprentissage et de pouvoir le convoquer au moment nécessaire, qu’il s’agisse de la survenue d’une douleur, d’une séance de chimiothérapie ou de tout autre événement. Ainsi le travail réalisé en séance doit se prolonger sous la forme d’un « travail régulier, un petit exercice par jour d’autohypnose ». C’est à cela que s’emploie chaque jour Mme Danglade, s’offrant une demi-heure solitaire de relaxation à domicile.

Apprendre et pratiquer la visualisation (« relaxation »)

26En retraite depuis quelques mois, Mme Danglade se découvre en 2001 une grosseur à la gorge en prenant sa douche. Après une période diagnostique assez longue où l’hypothèse d’un cancer de la thyroïde est rejetée, elle se voit diagnostiquer un cancer des ovaires. Suivent une exérèse chirurgicale, et six cures de chimiothérapie. A l’issue de sa dernière séance, une sensation de brûlure lui saisit tout le corps, de la tête aux pieds. Une douleur qui résiste à tous les traitements proposés par son oncologue. Des mois passent… durant lesquels l’enjeu majeur et quotidien de Mme Danglade est d’identifier les positions les moins douloureuses, lui interdisant un usage libre de son corps. Au cours d’une discussion avec une amie, Mme Danglade apprend l’existence d’un « centre antidouleur » (Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur) au CHU de Clermont-Ferrand. Là, elle se voit proposer, outre une médication spécifique qui améliore un peu son état, des séances de relaxation qu’elle ne qualifie aucunement de recours parallèle, même si la relaxation et la visualisation qui l’accompagne sont des techniques étrangères et extérieures à l’univers médical qu’elle connaît de l’intérieur, elle qui fut, pendant près de quarante ans, aide-soignante. En outre, Mme Danglade ne se pose pas la question de la légitimité de cette pratique mise en œuvre par une infirmière formée à la relaxation, dont les séances, prescrites par un médecin, se déroulent dans le même centre que les consultations médicales : comme de nombreuses personnes confrontées à une douleur invalidante, elle était « prête à tout » essayer pour échapper à sa douleur.

27L’apprentissage de la relaxation s’effectue dans une pièce du centre, en position allongée, sur « un petit air de musique très doux » et la voix de la thérapeute (également infirmière) suggérant la visualisation de couleurs à traverser successivement, l’arrivée sur une plage ensoleillée. Il s’agit d’un travail d’imagination assorti à des perceptions corporelles verbalement proposées par la thérapeute, qui commencent à la surface de la peau (« sentir la chaleur du soleil, la caresse d’une brise… »). À ces voyages suggérés par la thérapeute se substituent progressivement les images et voyages personnels, lorsqu’il s’agit de « retrouver un endroit où vous êtes senti bien ». C’est cet art du cheminement qui sera mis en pratique tous les jours à la maison, cette « capacité à partir » pour un voyage en solitaire se renforçant et s’affirmant dans la durée.

« Avant de partir en relaxation, je cherche le sujet que je vais prendre, je dis, tiens, aujourd'hui je vais aller là. Moi, je me re-baigne souvent, souvent souvent souvent, la mer. Et, je n'arrive pas chaque fois à entendre le bruit de la mer. Mais quand on part bien bien bien, on entend, moi j'arrive à entendre, ça ne dure pas longtemps, mais hop, il y a le passage... Ce n'est pas à chaque fois réussi, je l'avais dit à Mme Lamoine, et elle m’a répondu, « ne vous inquiétez pas, ce n'est pas grave de ne pas le réussir à chaque fois mais, c'est d'essayer d'y aller ». C'est dur… Comme j'avais été en Tunisie, alors, se retrouver à la porte du Sahara, à la porte du désert, moi j'adore ça ! Un endroit où vous sentez que vous êtes bien, il faut vous le remettre, il faut le refaire entrer. Il ne faut pas partir dans le truc « ça y est, j'ai fait... » ; non, il faut prendre le temps, y aller, le faire tous les jours. Maintenant, je le fais sans musique, sans rien, je m'isole et je pars tranquillement, tranquillement. Une demi-heure par jour, je fais ma relaxation. Là, je ne l'ai pas faite aujourd'hui, mais quand je vais rentrer ce soir (claquements de langue), la première des choses, c'est mon isolation, ma demi-heure. Relax, relax », (Mme Danglade).

  • 10 Un des traits qui distinguent chez Aristote le « souvenir » de la « réminiscence » est que cette de (...)

28« Partir », « se re-baigner », « se remettre dans un endroit » ou « le refaire entrer », autant d’expression qui évoquent le voyage et la réminiscence10. Un récit qui contraste étrangement avec la personnalité de Mme Danglade, femme active, volontaire et sédentaire, qui entendait se dévouer exclusivement aux soins des autres, peu encline à s’accorder du temps. Avec la relaxation, elle apprend à prendre soin d’elle : « ma relaxation…, mon isolation,…ma demi-heure », dit-elle. Elle reconnaît d’elle-même qu’elle n’aurait jamais imaginé un jour pouvoir s’isoler dans une pièce de sa maison et prendre le temps de faire sa relaxation quotidienne. A ses amies dubitatives qui l’interrogèrent à ce propos, elle répondit qu’elle était « prête à tout » pour agir contre cette « sensation de brûlure sur tout le corps ».

  • 11 Il n’est pas certain que l’usage d’une terminologie spatiale permette une juste description de cet (...)

29Apprendre l’autohypnose ou la relaxation – qui s’apparente ici à la visualisation -, c’est acquérir la capacité de quitter l’environnement immédiat (tout en y restant, au moins de corps), les maux présents, pour se plonger dans une “matrice de l’imagination11”. Un entretien initie toujours la relation de soin qui va s’établir entre le praticien et le consultant. L’installation de la personne se fait ensuite dans une pièce calme, œuvrant à l’isolement et la détente du corps, allongé au sol ou encore assis sur un siège. Une musique sert souvent de fond sonore ; elle aide à la relaxation et peut accentuer l’effet de dissociation recherché. Cet effet est attendu, permettant, à la fois de fixer la conscience du consultant, et l’accompagnement de la personne par le thérapeute, présent par sa voix : « elle vous parle » et sert ensuite de guide tout au long de la séance.

30Accompagner, guider : la thérapeute quitte la position qui lui est classiquement assignée dans la relation soignant/soigné, opposition souvent matérialisée par la présence d’une table. Ici, la pratique de l’hypnose absorbe cette répartition des rôles : la thérapeute, assise près de la personne, dans une proximité qui lui permet parfois de poser une main rassurante sur une épaule, engage son être dans le soin.

  • 12 De nombreuses expressions rencontrées dans la littérature ou dans le discours des souffrants – subc (...)

31La première étape, commune à l’ensemble de ses techniques, est de détourner la conscience et de neutraliser son rôle de vigile éveillée et attentive. A cette fin, le thérapeute demandera à la personne de fixer son regard sur un pendule ou un petit objet en mouvement, ou encore de concentrer son attention sur la respiration ou les muscles. Cette diversion de la conscience, dans le temps d’une détente, d’une relaxation de plus en plus profonde, doit permettre une ouverture du sujet propice au voyage. Il s’agit de neutraliser les résistances qui empêcheraient l’accès à une « matrice de l’imagination » ancrée dans le corps12. Une fois l’ouverture effective, le thérapeute, lui-même dans un état de transe auto-induite, guide par sa voix et accompagne ce voyage imaginaire (Christine Bergé parle de « coalescence verbe/image » - 2005 : 210). Cet état de transe de la thérapeute - « Je pars avec elle », assure Mme Delorme – se manifeste, a posteriori, par l’oubli du voyage accompli avec la personne. Précisons que Mme Delorme se prépare, en amont de chaque séance, à l’accueil de la personne : exercices de méditation et de visualisation « afin de me recentrer », tout comme elle purifie le cabinet où elle reçoit en y faisant bruler de l’encens.

Ouverture, transe hypnotique et disjonction

  • 13 Docteur et ingénieur, Pierre Etevenon procéda en 1972 à Paris, à l'enregistrement électro-encéphalo (...)

32Cette opération d’ouverture, c’est l’induction de la « transe hypnotique » que décrivent certains praticiens et théoriciens de l’hypnose tel François Roustang. Tout concourt à quitter un mode de perception habituel : ne plus saisir l’environnement, quitter l’espace temps ordinaire : accepter un état de confusion entre le sujet et l’objet ? Ainsi la transe hypnotique serait « un état où il n’existe aucun intervalle entre le percevant et le perçu, où le regard est englué dans la chose qu’il considère, où les yeux sont, comme aurait dit Cézanne, collés à l’objet sans pouvoir se détacher » (2006 : 164-165). La pensée se tient en suspens afin de laisser place à une « sensorialité propre au vivant » et ce, afin de réaliser un voyage imaginaire et intérieur, guidé par le thérapeute, lui-même en transe. Cette sensorialité particulière, à la fois matrice d’individualité et caractéristique de l’espèce humaine apparaît comme une terre de découverte, nourrie de l’impression de nos situations vécues, mémoire de nos oublis. Pour Roustang, cette sensorialité se caractérise par « une circulation incessante, une mise en communication et en correspondance » (2006 : 170), elle est primordiale : une « sensorialité première, comme sédiment sur lequel se fonde l’individu » (2006 :169). Evoquer cette « sensorialité » particulière laisse dans l’ombre la question du sujet et de sa disjonction initiale, préalable irréductible de ces techniques. Les neurosciences s’intéressent – depuis plus ou moins longtemps selon les pays – à cet état de perception non-ordinaire, et qualifient cette sensorialité d’« état de conscience modifié » - ou état modifié de conscience -, qu’ils étudient tant chez les moines tibétains en méditation (distinction grâce aux tracés électro-encéphalographiques entre les « ondes bêta » émises lors du raisonnement ordinaire et les « ondes alpha » émises lors de la méditation et de la prière13), que chez les chamanes. Mais si les neurosciences permettent de constater ces modifications visibles d’activité cérébrale, elles n’apportent pas de réponse elles non plus quant à l’expérience vécue du sujet et à cette action de dissociation/disjonction. L’expression d’ « état dissocié de conscience », employée par exemple par l’anthropologue Sylvia Mancini, dans sa réflexion sur le concept démartinien de « déshistorisation mythico-rituelle » (2008 : 5) apparaît plus proche des expériences relatées par les usagers de l’hypnose.

33Jeanne Tibaut, enseignante d’une quarantaine d’années, apprend qu’elle a un cancer du sein. Elle suit les prescriptions médicales, mais dit ne pas faire une totale confiance en la médecine :

« Si je fais de la chimio, si je fais tout ça, c’est que je fais quand même confiance à la médecine. Mais, j’irai voir des médecines parallèles. C’est pour ça que je vais voir Bélon [magnétiseur et médecin généraliste] et le naturopathe, et que je peux me soigner ».

34Trop fatiguée par la chimiothérapie, Jeanne abandonne la natation et les séances de yoga qu’elle suit depuis dix-huit ans. Néanmoins, son professeur l’enjoint à pratiquer la visualisation au moment même de la chimiothérapie, alors que le liquide s’écoule par la tubulure :

« Au moment où les produits passaient, je visualisais le bienfait qu’ils apportaient en tuant les mauvaises cellules. Ce n’était pas facile, j’avais l’impression d’être coupée en deux ».

35Sous hypnose, la personne est appelée à rendre présent un lieu, à revivre une situation agréable vécue par le passé, sur un mode non-narratif mais imaginaire. Les sens sont détachés de l’environnement conscient immédiat afin d’expérimenter, soit un univers connu et mémorisé alors réactualisé, soit l’espace anatomique intérieur. Pierre et Jeanne imaginent l’intérieur de leur corps, un paysage organique où Pierre accompagne par une juxtaposition d’images l’action des molécules de la chimiothérapie contre les cellules cancéreuses en les visualisant telles des « ouvriers armés de marteaux-piqueurs », où Jeanne imagine le bienfait apporté par la chimiothérapie aux cellules saines de son corps. Mme Danglade quant à elle, se transporte grâce à la visualisation en un endroit familier, associé à des émotions et sensations de bien-être et de plénitude, de bonheur, vécus en ce lieu par le passé. Quelle est la nature de ses images ? En quoi peuvent-elles être agissantes et efficientes ?

La métaphore comme vecteur de transformation de l’être ?

  • 14 La ré-actualisation est le mouvement attendu/opéré par exemple par les chrétiens orthodoxes lors de (...)

36L’imagination est sollicitée tel un creuset d’images et de sensations, mais il ne s’agit pas de se souvenir mais de (re)vivre, de (ré)actualiser14 hic et nunc un agencement d’images et d’affects issus du passé ou générés de manière inédite. L’efficacité de la visualisation résiderait ainsi dans les liaisons qui s’opèrent entre la génération et la manipulation d’images « (re)vécues » et une transformation de la personne, de son corps, de son psychisme. Christine Bergé parle d’un usage efficient de la métaphore :

« La métaphore comme processus actif est essentielle. Elle transpose, transgresse les frontières temporelles et spatiales, brise les formes pour les habiter, dépasse les individualités. Elle est ce qui, par contiguïté, met en présence les images, les fragments psychiques qu’aucun langage ne rend commensurables, mais qui par elle, entrent en communication » (2005 : 191)

37Selon l’auteure, l’efficacité de la métaphore et son pouvoir de transformation résident dans son travail de liaison entre « images » et « fragments psychiques » : par contiguïté, toute manipulation, influence, transformation de l’image métaphorique aurait un effet sur la personne.

  • 15 Citation extraite du séminaire de Xavier Papaïs, « Magie et sciences humaines », ENS de Paris, déce (...)
  • 16 Ce « double » correspond également à ce que les égyptiens comprenaient sous le terme de « ka » : « (...)
  • 17 Un « agencement » au sens de Deleuze et Guattari, autrement dit, nous rappelle la philosophe des sc (...)

38Cette « sensorialité propre au vivant », ce « processus actif » de la métaphore évoquent la notion néoplatonicienne de pneuma « à la fois un corps subtil, éthéré et virtuel qui enveloppe les âmes et coïncide immédiatement avec l'imagination, et medium ou véhicule qui assure le transport de l’âme dans l’éther et le milieu subtil » selon la traduction qu’en donne le philosophe Xavier Papaïs15. La dissociation provoquée lors de la transe hypnotique peut être formulée comme une libération du « pneuma ». Ce pneuma, tel un double de soi mobile, non soumis aux contingences ordinaires de l’espace-temps, serait apte à communiquer et à agir sur une scène du passé (réminiscence) ou encore sur une scène imaginaire (par exemple, le corps intérieur). La notion de pneuma rejoint certaines caractéristiques des expériences rapportées par les témoins, en particulier au niveau des sensations physiques éprouvées lors de la visualisation : « sentir la caresse d’une brise », « entendre le bruit de la mer », tandis que le corps se tient dans une pièce avec le thérapeute. A l’idée d’un voyage mental ou « en esprit », le pneuma ajoute celle d’un corps, certes subtil, mais à la ressemblance de la personne16. La « matrice de l’imaginaire » serait ainsi ce lieu métaphorique où se meut et se déploie le pneuma de la personne (une fois disjoint, libéré grâce à la transe), permettant un « agencement » inédit de certains de ses éléments constitutifs 17 ?

39Nous ne pouvons aller tellement plus loin, au vu des récits de nos interlocuteurs. Néanmoins, cette perspective (l’hypnose créatrice d’agencements) permet de mettre l’accent sur une double opération de déplacement : 1) le souffrant n’est plus dans un rapport d’extériorité vis-à-vis de son thérapeute (puisqu’ils voyagent ensemble) ; 2) le souffrant n’est plus le lieu du soin, car l’action thérapeutique se déploie, hic et nunc, dans l’agencement (et ne nécessite, par ailleurs, aucune croyance du patient, juste une ouverture).

Multiplicité des “moi” et transformation de l’être-au-monde ?

40L’apprentissage et l’usage de ces techniques permettent-ils une reconfiguration de la personne ? Dans le sanctuaire (Healing sanctuary) du centre de soin floridien étudié par Christine Bergé, les témoins vivent une refonte de leur vie psychique, à une échelle trans-généalogique – et parfois collective lorsque d’autres « dormeurs » sont associés à cette recomposition individuelle. « Ainsi, la question des « états modifiés de conscience » est fortement liée à la problématique de la refonte de l’individu », remarque l’auteure (2005 : 55)

  • 18 Nous n’aborderons pas ici la virulente controverse qui oppose les partisans d’une origine endogène (...)

41L’expérience du sanctuaire, où « la conscience [est considérée] comme véhicule dans lequel on peut accomplir un voyage » (2005 : 56), semble le moteur de cette dynamique de transformation. J’ai implicitement associé cette expérience à une séance collective d’(auto)hypnose, sans expliciter les enjeux d’importance qui président à ce moment singulier du sanctuaire : la rencontre avec les esprits guérisseurs et leur travail sur les personnes, souvent souffrantes, allongées dans l’obscurité. Car le centre décrit par Christine Bergé est certes un « Healing center », un lieu de soin, mais aussi d’apprentissage de la médiumnité. Ce qui permet d’apprécier un autre moment clef de la vie de cette maison : les séances du vendredi soir, assez proches de séances de spiritisme, où les médiums ayant achevé leur formation se font le média des esprits guérisseurs sur les personnes souffrantes18.

42L’usage du terme de « conscience » pose problème : en effet, lorsque Christine Bergé évoque une « refonte de l’individu », doit-on entendre un “réassemblage”, une métamorphose du moi ? Cependant, ne sommes-nous pas traversés et habités au quotidien par mille choses, idées, images, qui modifient notre moi ? C’est à partir de cette constatation que Bruno Latour par exemple, évoque la pluralité des “moi” que nous sommes :

« Oui, le moi est bien dépassé, mais pas, comme on le croyait naguère, par une Société dont il constituerait une cellule, un membre, une personne, un individu : ce qui le dépasse, c’est la multitude de ces êtres, de ces mois proposés, avec lesquels il partage tous les jours son habitat et dans les replis desquels il vient loger les plis de son corps multiple. […] Non seulement l’interaction [au quotidien, avec ces êtres multiples] n’est ni homogène ni synchronique, mais elle n’est pas non plus synoptique : la plupart des éléments qui y participent n’apparaissent au regard qu’à l’occasion d’une crise ou d’un dérangement… » (1998 : 104)

  • 19 Le terme de « placardisation » réfère ici aux travaux de psychologues sociaux (Lhuilier, 2002) : is (...)

43Ainsi, il faut accepter une conception dynamique du (ou des) moi, en reconfiguration perpétuelle : à T+1, je ne suis déjà plus le moi que j’étais à T0… Si nous acceptons la conception latourienne du moi, il faut également admettre le silence de cette transformation. Seul l’événement (la crise) permet de mettre en lumière certains éléments actifs de cette transformation de la personne, que nous pouvons saisir dans les modifications de son « être au monde ». En ce qui concerne nos interlocuteurs, la crise, c’est, à travers les annonces du cancer, la confrontation de la personne avec sa finitude (la mort). « Ils ne moururent pas tous, mais tous furent touchés », tel pourrait être une des paraphrases du cancer. Etre confronté au cancer entraîne pour tous une modification de « l’être-au-monde » : transformation du rapport au corps, des relations humaines, des valeurs… Cette nécessité de métamorphose est souvent refusée par les personnes atteintes d’un cancer - même parmi les usagers de « médecines douces » - qui ont souvent à cœur de retrouver leur « vie d’avant ». Las, car dans la souffrance, cette position est rarement tenue dans la durée d’une rémission : séquelles physiques, abandons et pertes affectives (« les amis, ils savent que vous êtes malade, hop, le téléphone ne sonne plus », Christelle), fatigue, placardisation professionnelle entérinent fréquemment cette disparition de l’ancien assemblage des moi, générant souvent une dépression de la personne19.

44C’est à ce niveau-là que des techniques de soin telles que l’hypnose ou la relaxation évoquées ici peuvent avoir une action, une manifestation : dans l’accompagnement technique de cette nécessaire modification de l’ « être-au-monde ». Sur un plan pragmatique, s’accorder une demi-heure de relaxation quotidienne afin de voyager dans une « matrice de l’imagination » (découverte lors de l’apprentissage d’un cheminement intérieur qui en ouvre l’accès), ancrée à une expérience vécue par le passé, c’est une manifestation importante de cette modification de l’être-au-monde. Là est l’efficacité indéniable de ces techniques. Ensuite, il est possible de saisir les effets de cette modification dans l’adoption de nouvelles valeurs existentielles, dans un réagencement et une nouvelle hiérarchie des valeurs. « Je serais jeune, j'aurais les idées de maintenant, les envies de maintenant, je partirais. Je partirais pour faire une expérience de ce truc de désert, de vivre un peu avec les nomades », affirme Mme Danglade.

Changer de vie

45Prendre soin de soi, adopter un nouveau style de vie, transformer son alimentation, changer d’activité professionnelle : ces techniques de soin œuvrent activement à l’accompagnement de ces transformations. L’événement tragique (l’apparition du cancer) est “mis à profit” pour une transformation en profondeur de l’être-au-monde, une redéfinition, suppression, création ou modification des liens que la personne entretenait avant cet événement avec les mondes (extérieur et intérieur). Ces métamorphoses de la personne, la découverte d’un véhicule (la conscience, l’âme, ou encore le double qu’évoque Christine Bergé) permettant de voyager dans un monde imaginaire malléable et agençable, s’accompagnent parfois de l’adoption d’un nouveau mode de lecture du monde : une interprétation analogique d’un monde recélant signes et correspondances. C’est dans ce sens que l’hypnose et la relaxation, outre une reconfiguration des soins du cancer dans les itinéraires thérapeutiques, œuvrent à un travail de métamorphose qui tend à transformer les modalités de l’“être-au-monde”.

46L’ébranlement de l’être-au-monde provoqué à l’annonce d’un cancer, auquel la médecine n’apporte pas de réponse, trouve parfois un soutien véritable grâce à certains thérapeutes situés hors du champ de la biomédecine (ici, par le biais de la visualisation et de l’autohypnose) qui, à travers l’établissement d’une véritable alliance thérapeutique, permettent à la personne malade d’œuvrer activement à un réagencement de son être afin d’accéder à une nouvelle intégrité psychique et existentielle. Nos interlocuteurs témoignent cependant de bienfaits plus humbles : la génération d’un « espace » propre où la douleur, les acouphènes, l’angoisse n’ont plus cours ; la possibilité de retrouver un usage normal de son corps. Cependant, certaines autobiographies de personnes atteintes d'un cancer attestent l’accomplissement d’une profonde métamorphose de l’être.

47Louise B. Vincent pratique la méditation et la visualisation. Mises en œuvre lors des séances de radiothérapie puis de chimiothérapie, ces techniques lui permettent de se détendre profondément, de ne plus éprouver ni peur ni douleur. Ces pratiques s’installent petit à petit dans son quotidien, et dans son intimité avec « la création d’un jardin secret en mon cœur », scénario élaboré, véritable paysage où se trouve un lac dans lequel se baigner et « laver [ses] soucis », bordé d’un sable capable d’absorber toxines et tensions, où se dressent deux pyramides entre lesquelles se glisser afin d’atteindre la blanche lumière du Christ, jardin intérieur où Louise B. se rend lorsqu’elle recherche calme et protection. Cette ouverture spirituelle la conduit à pratiquer la prière, aussi bien individuelle que collective. Aussi elle relate les sensations ressenties lors d’une prière collective faite à son sujet alors qu’elle subit une biopsie :

« Le jour de la biopsie, pendant que je ferme les yeux et que je me concentre sur ma respiration afin d’apaiser mes craintes, une image m’apparaît, belle et précise : je suis au milieu d’une multitude de ballons blancs. J’avance en poussant doucement les ballons au fur et à mesure que j’approche de la salle d’examen. Je ressens alors un amour incroyable me pénétrer de toutes parts. Je saurai par la suite que douze personnes du groupe de méditation ont prié pour moi ce jour-là. Elles ont pris une quinzaine de minutes pour m’envoyer leur message de paix et d’amour. Et j’ai très bien reçu leur message : je n’ai pas eu mal et le résultat de la biopsie fut négatif » (Vincent, 2005 : 58-59).

48Ainsi, voyager plutôt qu’épargner, s’ouvrir à l’inconnu plutôt que de vouloir régler sa vie, lâcher prise au lieu de combattre : le témoignage livresque de Louise B. donne un exemple de ces nouvelles modalités d’être-au-monde. Fortement engagée dans sa pratique de la visualisation, Louise B. Vincent quitte le management d’entreprise et exerce maintenant comme coach professionnelle20. En France, l’autobiographie de Catherine Preljocaj (2001 et 2004) témoigne également d’une transformation de soi issue des pratiques de soin utilisées lors de son cancer digestif. Elle a abandonné son métier de publicitaire pour devenir « conseillère en santé » à Paris (entretien avec l’auteure)21. Deux personnes pour lesquelles l’apprentissage et la pratique de la visualisation ou de l’autohypnose marquent également le passage à une nouvelle appréhension du monde.

49Nous espérons avoir montré dans cet article que la pratique autonome de l’(auto)hypnose, de la visualisation ou de la relaxation permet aux personnes atteintes d’un cancer qui se tournent vers ces recours d’être actives dans l’accompagnement des traitements et des effets thérapeutiques, lors de l’irruption d’une douleur. En ce sens, nous pouvons dire que ces thérapeutiques, inscrites dans les itinéraires de soins, œuvrent à une reconfiguration des soins d’un cancer, en regard de la prise en charge conventionnelle proposée par la biomédecine.

50Enfin, la découverte et l’exploration, grâce à ces techniques, d’une « matrice de l’imagination » portent en germe la possible métamorphose de l’être-au-monde, toujours ébranlé par l’annonce d’un cancer.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARISTOTE, 1847, Traité de la mémoire et de la réminiscence, trad. Barthélémy Saint-Hilaire. En ligne http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/memoire.htm (page consultée le 13 déc. 2010).

BERGE C., 2005, Héros de la guérison : Thérapies alternatives aux Etats-Unis. Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil.

CAZENAVE M., 2008, « Imagination et imaginaire : pour une réévaluation philosophique », Hypnose et pensée magique, In COLLOT E. (dir.). Paris, Imago : 35-40.

CELESTIN-LHOPITAU I. et THIBAULT-WANQUET P., 2006, Guide des pratiques psycho-corporelles : Pour une relation d’aide et de soin. Paris, Masson.

ETEVENON P., 1972, « Les états de conscience modifiés volontairement », La Recherche, 3, 29 : 1100-1102.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ETEVENON P., HENROTTE J.G., et VERDEAUX G., 1973, « Approche méthodologique des états de conscience modifiés volontairement », Revue d'Electroencéphalographie et de Neurophysiologie Clinique, 3, 2 : 232-237.
DOI : 10.1016/S0370-4475(73)80062-0

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LATOUR B., 1990, « Quand les anges deviennent de bien mauvais messagers ». Terrain, L'incroyable et ses preuves, 14 : 76-91.
DOI : 10.4000/terrain.2972

LATOUR B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, traduit de l'anglais par Nicolas GUILHOT, Paris, La Découverte. [Reassembling the social: an introduction to actor-network-theory, 2005, Oxford ; New York, Oxford University Press,].

LATOUR B. et HERMANT E., 1998, Paris ville invisible, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, La Découverte.

LHUILIER D., 2002, Placardisés : Des exclus dans l'entreprise, Paris, H.C. Essais, Seuil.

MANCINI S., 2008, « Hypnose, pensée magique et déshistorisation mythico-rituelle », Hypnose et pensée magique, In COLLOT E. (dir.). Paris, Imago : 51-72.

MASPERO G. Etudes de mythologie et d’archéologie égyptiennes, Bibliothèque égyptologique, vol. 1. 1892-1916. En ligne http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k555206/f26.image (page consultée le 5 mars 2011).

MEHEUST B., 2008, « Démonothérapies traditionnelles et thérapies modernes », Hypnose et pensée magique, In COLLOT E. (dir.),. Paris, Imago : 41-50.

MENORET M., 1999, Les temps du cancer. Paris, CNRS Editions.

PRELJOCAJ C., 2001, Le bonheur pour une orange... n'est pas d'être un abricot. Paris, Lausanne, Editions Favre.

PRELJOCAJ, C., 2004, La Mort de Calimero et la Naissance de l'aigle. Paris, Presses de la Renaissance.

ROUSTANG F., 2006, Savoir attendre : Pour que la vie change. Paris, Odile Jacob.

STENGERS I., 2002, L’hypnose entre magie et science. Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil.

VINCENT L. B., 2005, Survivante du cancer. Quebec, Louise Courteau eds.

Haut de page

Notes

1 « Thérapeute » est le terme générique que nous utiliserons afin de qualifier l’ensemble des dispensateurs de soins auxquels nos témoins accordent une efficacité, que leur pratique soit validée ou non par l’expérimentation scientifique. Nous tenterons de circonscrire et de qualifier cette efficacité.

2 Le terme d’ « auto-hypnose » est utilisé par les thérapeutes et repris par les témoins pour qualifier leurs pratiques solitaires.

3 Parmi les soins du cancer, il faut ajouter l’hormonothérapie prise à domicile pendant une ou plusieurs années selon les protocoles, comme dernière étape du traitement proposé à certaines femmes atteintes d’un cancer du sein.

4 La sociologue Marie Ménoret (1999) a finement documenté la temporalité propre à chacun de ces dispositifs et son impact sur le vécu du patient.

5 Les termes cités entre guillemets et en italique dans ce paragraphe sont extraits du vocabulaire médical recueilli dans une unité d’oncologie digestive.

6 Ce terme, habituellement employé dans le vocabulaire psychiatrique avec une connotation pathologique, réfère ici à la capacité d’expérimenter au présent, un espace-temps autre que celui où est installé le corps physique.

7 Nous ne reviendrons pas ici sur la réalité des effets de l’hypnose, objet de nombreux comptes-rendus médicaux et chirurgicaux– en particulier dans la première moitié du XIXème siècle, avant l’adoption de l’anesthésie chirurgicale– et d’études scientifiques randomisées depuis une dizaine d’années dans les domaines de la physiologie et de l’anesthésie. Ces travaux démontrent une efficacité antalgique et analgésique certaine de l’hypnose, une élévation du seuil douloureux et une réduction du stress, souvent supérieure à celle des molécules reçues dans le groupe (bras) de contrôle. Pour une recension de ces études, cf. Celestin-Lhopitau, I. et P. Thibault-Wanquet, 2006 : 47-60.

8 Les noms et prénoms sont ici des pseudonymes.

9 Ingrid Delorme se réfère également aux travaux du Dr Victor Simon, médecin spécialiste et psychothérapeute. Actuellement directeur du centre Hypnose & Psychosomatique de Paris, il enseigne l’hypnose Ericksonienne médicale, la thérapie brève et la psychosomatique à Paris.

10 Un des traits qui distinguent chez Aristote le « souvenir » de la « réminiscence » est que cette dernière consiste à « recouvrer la science ou la sensation qu’on avait eu auparavant », tandis que le souvenir suppose une distance entre la sensation présente et celle attachée à l’image passée. Cf. le « Traité de la mémoire et de la réminiscence », [451b].

11 Il n’est pas certain que l’usage d’une terminologie spatiale permette une juste description de cet univers non ordinaire, dont nous savons qu’il se caractérise par une juxtaposition (plutôt qu’une succession) d’images instantanées. Nous pouvons appréhender le voyage comme une contraction de l’espace-temps qui inscrirait chacune de ces perceptions non ordinaires dans l’infinité de l’instant. Seule la narration a posteriori du voyage réintroduirait une dimension spatio-temporelle propre au récit, à l’expérience.

12 De nombreuses expressions rencontrées dans la littérature ou dans le discours des souffrants – subconscient, conscience modifiée - tentent de qualifier ce que j’appelle, faute d’expression plus adéquate, « matrice de l’imagination ». « Imagination » renvoie ici à cet « organe de la connaissance authentique », au « pouvoir qui préside à l’enthousiasme » de la mystique et théosophie orientale, également discutée par les néo-platoniciens. Ces derniers distinguent soigneusement cette « imagination réelle et créatrice » d’un « imaginaire » fictif et producteur de faux percepts (Cf. Cazenave, 2008 : 36-38).

13 Docteur et ingénieur, Pierre Etevenon procéda en 1972 à Paris, à l'enregistrement électro-encéphalographique du maître zen Taisen Deshimaru et de ses disciples. L'analyse spectrale des résultats confirmerait « la haute amplitude du rythme alpha hypovariable, déjà observée visuellement par des scientifiques Japonais, lors de la méditation za-zen » (Cf. Etevenon, 1972 Etevenon et al., 1973).

14 La ré-actualisation est le mouvement attendu/opéré par exemple par les chrétiens orthodoxes lors de la vénération des icônes : l’icône, loin d’être pensée comme une « représentation », vise à assurer la présence de l’être invisible (le Christ, un saint, un ange,…). Mais l’icône n’est pas toujours « juste » et efficiente. Pour une analyse récente de cette distinction entre « représentation » et « re-présentation », cf. Bruno Latour, 1990 : 76-91.

15 Citation extraite du séminaire de Xavier Papaïs, « Magie et sciences humaines », ENS de Paris, décembre 2010, citée avec l’accord de l’enseignant.

16 Ce « double » correspond également à ce que les égyptiens comprenaient sous le terme de « ka » : « Le ka était quelque chose d’intermédiaire entre le corps et l’âme […] Le ka était comme une projection dans l’espace de la personne humaine, projection vivante et colorée, formée d’une matière ténue qu’on ne peut ni voir ni toucher à l’ordinaire. […] Pendant la vie, il s’appuyait sur le corps et s’identifiait tellement à lui […] Après la mort, le ka, séparé du corps, se retirait dans le tombeau… » (Maspero, 1893 : 6-7).

17 Un « agencement » au sens de Deleuze et Guattari, autrement dit, nous rappelle la philosophe des sciences Isabelle Stengers dans le questionnement qu’elle porte aux thérapeutiques à partir de l’hypnose, « tout agencement doit se comprendre à partir des forces qu’il capture, rend sensible ou perceptible » (2002 : 140). L’hypnose, comme dispositif technique stabilisé, génère l’agencement, soit « l’événement d’un « tenir ensemble » d’éléments hétérogènes, conférant à chacun un mode d’existence singulier » (2002, note 81 : 145-146).

18 Nous n’aborderons pas ici la virulente controverse qui oppose les partisans d’une origine endogène versus exogène de ces phénomènes d’hypnose et de transe. Cf. l’analyse que le sociologue et historien Bertrand Méheust propose de cette controverse (2008 : 47).

19 Le terme de « placardisation » réfère ici aux travaux de psychologues sociaux (Lhuilier, 2002) : isolement, déclassement professionnel voire menaces en cas de reprise du poste. Ces situations furent hélas vécues par certains de nos témoins.

20 Cf. son site Internet, http://www.outilssante.com/ (consulté le 4 oct. 2010).

21 Cf. son site Internet, http://catherine-preljocaj.com/ (consulté le 4 oct 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Raineau, « La pratique de l’hypnose, de la visualisation ou de l’autohypnose par des personnes atteintes d'un cancer : une transformation de soi ? », Anthropologie & Santé [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 24 juillet 2014, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://anthropologiesante.revues.org/666 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.666

Haut de page

Auteur

Clémentine Raineau

Anthropologie des soins et de la santé, Maison des Sciences de l'Homme, CHEC, 4, rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 1. clementine.raineau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org