Navigation – Plan du site

Les points d’articulation entre homéopathie et oncologie conventionnelle

Une enquête ethnographique auprès de praticiens et d’usagers de l’homéopathie
Connecting Homeopathy and Conventional Oncology. An ethnographic investigation with practitioners and patients in Brussels
Olivier Schmitz

Résumés

De nombreuses études ont montré que la prévalence du recours à des médecines non conventionnelles était plus importante chez les malades atteints de cancers que dans toute autre catégorie de malades. Les caractéristiques de la maladie, les incertitudes de son évolution, de même que les effets de ses traitements sont autant de facteurs qui poussent les malades à emprunter des voies non conventionnelles. Parmi celles-ci, l’homéopathie est couramment utilisée, et jouit d’une bonne réputation pour répondre à certains besoins des malades que l’oncologie conventionnelle laisse de côté. Cet article vise à éclairer ce que les traitements homéopathiques ont à offrir à cette catégorie de malades, et sous quelle forme ces traitements s’articulent avec les traitements oncologiques. Le matériau analysé porte sur une vingtaine d’entretiens ethnographiques réalisés auprès de malades du cancer ayant recours à l’homéopathie. Certains éléments de l’organisation de ses traitements, de même que les observances et les représentations qui leur sont associées font de l’homéopathie un système thérapeutique pouvant apporter un certain soutien aux malades dans la lutte contre l’angoisse et l’incertitude que suscitent invariablement la maladie cancéreuse et ses traitements.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1  Différentes versions de ce texte ont fait l’objet de relectures de la part de collègues, que nous (...)
  • 2  Voir, à ce sujet, le numéro spécial de la revue Patient Education and Counseling (n°38, 1999), ent (...)
  • 3  Soljenitsyne A., Le Pavillon des cancéreux, Julliard, 1969. La lecture de cet ouvrage, écrit dans (...)
  • 4  François Laplantine a montré tout l’intérêt que représente la littérature sur la maladie pour l’an (...)

1De nombreuses publications épidémiologiques attestent de la prévalence particulièrement élevée du recours à des médecines non conventionnelles chez les personnes atteintes de cancer2. Celle-ci concernerait jusqu’à 81 % des répondants, selon les études et selon les types de pratiques prises en compte (Cassileth et Deng, 2004 ; Crocetti et al., 1998 ; Dilhuydy, 2003 ; Dowher et al., 1994 ; Montbriand, 1995 ; Yates et al., 1993). Les questionnements suscités par la maladie cancéreuse, l’organisation de sa prise en charge et les effets de ses traitements prédisposeraient ces malades à chercher de l’aide en dehors du monde médical (Cassileth, 1989). Le cancer semble ainsi faire partie de ces maladies dont les malades, même inconsciemment, ne peuvent s’empêcher d’espérer l’existence d’un “remède miracle”. Le thème du remède miracle contre le cancer semble d’ailleurs inséparable de toute forme de traitement littéraire de la maladie cancéreuse. C’est notamment le cas du Pavillon des cancéreux de Soljenitsyne3, mais également d’une quantité d’autres romans dont le cancer constitue le thème central4. La quête d’un tel remède pourrait être ainsi envisagée comme faisant partie intégrante de l’expérience de la maladie cancéreuse, en ce qu’elle serait naturellement induite par les caractéristiques de la maladie elle-même, et des angoisses qu’elle suscite.

  • 5  Nous utilisons ici la notion de "recours non conventionnels" pour désigner l’ensemble des recours (...)

2La prévalence des “recours non conventionnels5” (RNC) des patients atteints de cancer touche ainsi à des questions concernant autant les oncologues et les autres professionnels de la santé, que les malades eux-mêmes et leurs proches. Et cela, non seulement parce que ces recours ont un impact sur l’observance des traitements anti-cancer, mais aussi parce qu’ils disent quelque chose des besoins qu’éprouvent les personnes passant par l’expérience du cancer (Dilhuydy, 2003). Des différences importantes dans les taux d’usage ont cependant été observées au sein de cette même population : c’est chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, ayant moins de soixante-cinq ans et appartenant aux groupes dotés d’un fort capital économique et symbolique, que le taux de recours à des thérapies non conventionnelles serait le plus élevé (Downer et al., 1994 ; Lerner et Kennedy, 1992 ; Yates et al., 1993).

3La majorité des études épidémiologiques portant sur les recours non conventionnels de malades atteints de cancer visent à l’identification des médecines et des pratiques concernées (Cassileth et Deng, 2004 ; Vincent et Furnham, 1996), ainsi que des facteurs prédisposant les malades du cancer à suivre d’autres voies thérapeutiques. Peu d’études permettent de savoir précisément ce qu’induisent, en termes de pratiques et d’attitudes, les différentes médecines concernées, ou de saisir les différents types d’aide que chacune apporte aux malades du cancer. De notre point de vue, la limite de ces publications réside dans le fait que la plupart d’entre elles envisagent les thérapies dites “alternatives”, “parallèles” ou “complémentaires”, comme si elles constituaient un ensemble plus ou moins homogène de pratiques et de représentations. Or, les systèmes thérapeutiques que ces appellations génériques recouvrent, allant par exemple de l’Ayurveda au Yoga, en passant par l’utilisation de vitamines, de plantes médicinales ou de rituels chamaniques, visent des pratiques dont la forme autant que le contenu, tout comme l’organisation de leurs traitements, peuvent fortement varier. L’usage de compléments alimentaires, l’observance de régimes spécifiques, des séances d’acupuncture ou de médiation, sont autant de recours non conventionnels pris en compte par ces études, mais qui induisent cependant chez les malades des actions et des attitudes très différentes face à la maladie. Il est donc important de savoir plus précisément ce que chaque “médecine” fait faire aux usagers, avec quel impact sur leurs rapports à la maladie et à la médecine, afin de pouvoir mieux identifier l’apport spécifique de chacune pour cette catégorie de malades.

4Notons au passage que cette tendance à regrouper dans un même ensemble les différents recours non conventionnels des malades du cancer est également présente dans la plupart des travaux sociologiques qui envisagent par exemple le recours aux médecines non conventionnelles dans le cadre plus large de la temporalité propre d’une trajectoire de malade ou de maladie, sans s’intéresser pour autant à ce que ces différentes médecines font faire aux malades qui y recourent. C’est notamment le cas de la néanmoins très intéressante étude qu’Anne-Cécile Begot (2010) a récemment réalisée auprès de malades atteints de différentes formes de cancer. L’auteure y montre notamment que l’homéopathie est la médecine alternative la plus utilisée par les malades du cancer qu’elle a rencontrés, et que ses traitements se déclinent sous différente formes, plus ou moins orthodoxes : « patchs » contenant des produits de chimiothérapie mais à doses homéopathiques que le malade doit porter à même le corps pour habituer celui-ci à ces produits, perfusions ou granules.

5Inversement, il existe un certain nombre de travaux anthropologiques s’étant intéressés à l’homéopathie en particulier, et qui permettent de mieux connaître la manière dont elle est pratiquée (Gomart, 1995 ; Sévigny, 1999) ou consommée ; mais aucun d’entre eux, à notre connaissance, n’a envisagé d’étudier la pratique de l’homéopathie dans le cadre de la prise en charge du cancer.

6C’est en ce sens que nous nous sommes intéressé en particulier à l’homéopathie, et que nous avons tenté de comprendre ce que celle-ci apportait aux malades du cancer. Deux raisons ont présidé à ce choix. La première est que l’homéopathie est, à l’instar de la plupart des “médecines”, un système thérapeutique présentant toutes les caractéristiques permettant de l’étudier selon l’approche et avec les outils conceptuels de l’anthropologie des thérapies. L’homéopathie comprend en effet des figures fondatrices, des textes de référence, des actes spécifiques, des mots, des images et des discours, qui en font un “système” produisant un certain type d’effets sur ceux qui y recourent. L’anthropologie des thérapies, majestueusement illustrée par les travaux de Jeanne Favret-Saada et de Josée Contreras sur le désorcèlement bocain, s’adresse en effet aussi bien aux thérapies “indigènes”, occidentales ou non, que “savantes” (Favret-Saada, 1990 ; 2010). Elle s’intéresse particulièrement à l’organisation concrète des systèmes thérapeutiques, et s’attache à découvrir les « ressorts thérapeutiques » sur lesquels elle repose, et à illustrer les effets spécifiques que chacune induit chez ceux qui y recourent.  

  • 6  Cet article est basé sur le matériau collecté au cours d’une enquête ethnographique réalisée en Be (...)

7La seconde raison réside dans notre motivation à tenter de comprendre pourquoi l’homéopathie fait partie des médecines non conventionnelles les plus fréquemment utilisées par les personnes atteintes de cancer en France, en Suisse tout comme en Belgique6. L’homéopathie occupe en effet une position prépondérante dans l’ensemble des recours auxquels s’adressent les malades du cancer (Bégot, 2010) en se situant explicitement dans le registre des soins de soutien, visant l’accompagnement du malade et la lutte contre les effets iatrogènes des traitements conventionnels. Sa légitimité dans le traitement du cancer se limite et se situe bien entendu aux marges du système conventionnel, dans ses interstices, là où la technique s’avère inadéquate, mais y occupe néanmoins une place certaine, qui mérite l’attention.

8Une description approfondie des usages et pratiques de l’homéopathie dans le cadre de la prise en charge du cancer nous est ainsi apparue comme une première étape dans la compréhension des raisons qui poussent ces malades à recourir à l’homéopathie. Le cas de l’homéopathie nous permet ainsi de mieux saisir les différentes logiques de recours aux traitements disponibles sur le marché de l’oncologie non conventionnelle, ainsi que leur articulation aux traitements conventionnels. Ceux-ci ne peuvent en effet être étudiés sans tenir compte de la manière dont ils sont combinés aux autres actes thérapeutiques qu’accomplissent les malades au cours d’épisodes marqués par le cancer.

9L’objectif de cet article vise ainsi à identifier les différents points d’artitulation entre traitements homéopathiques et traitements conventionnels au cours d’épisodes marqués par la maladie cancéreuse et ses traitements. Nous avons cherché à montrer comment traitements homéopathiques et traitements conventionnels s’articulent entre eux aux différentes étapes d’un épisode de cancer, et aux différents niveaux de l’expérience des malades.

10Dans un premier temps, nous exposons les éléments caractéristiques de l’expérience de cancer et de ses traitements, du point de vue des malades. Deuxièmement, nous présentons les éléments caractéristiques des traitements homéopathiques anti-cancer ; enfin, nous tentons de montrer comment les patients articulent ces deux « cadres de référence » (Gomart, 1995), au cours de leurs itinéraires de maladie individuels. Nous détaillons ensuite les motivations et les usages par lesquels les malades investissent les traitements homéopathiques.

Aspects méthodologiques

  • 7  Certaines citations sont également extraites de deux entretiens réalisés par Emmanuelle Lenel (ent (...)
  • 8  Terme utilisé pour désigner la pièce bureau où se déroulent habituellement des consultations médic (...)

11Les données sur lesquelles repose cet article, sont issues de l’analyse d’une vingtaine d’entretiens, faisant partie d’un corpus plus important (85 entretiens au total), réalisés par l’auteur, soit dans les services d’oncologie et d’hémato-oncologie de deux hopitaux publics bruxellois, soit au domicile des malades7. Ils ont été sélectionnés en raison du fait que les vingt malades concernés ont consulté un médecin homéopathe durant l’épisode de leurs traitements anti-cancer. Durant plusieurs mois, nous avons ainsi fréquenté les salles d’attente des services d’oncologie et d’hémato-oncologie de deux grands hôpitaux publics bruxellois lors des matinées de consultation. Nous attendions, assis avec les patients, que le personnel tant médical que paramédical étant informé de notre étude, veuille bien nous présenter des patients qu’ils jugeaient être dans de bonnes dispositions psychologiques pour nous rencontrer et nous parler de ce qu’ils vivaient. De septembre 2007 à avril 2008, nous avons ainsi réalisé soixante-sept entretiens ethnographiques au sein de ces services, dans un bureau ou dans un « box8 » mis à notre disposition, avec autant de patients différents en cours de traitement. La situation d’entretien, prenant place juste après une consultation oncologique, a permis de recueillir les impressions des informateurs plus “à chaud” que s’ils étaient réalisés en dehors de tout contexte cancérologique. Le but visé par ces entretiens semi-dirigés était de recueillir, outre des réponses aux questions posées, des commentaires, des explications sur les événements significatifs et, d’une manière générale, sur l’ensemble des pratiques individuelles et sociales des membres du groupe étudié (Hammersley et Atkinson, 1983).

  • 9  En Belgique, seuls les détenteurs d’un diplôme de docteur en médecine ont le droit de soigner des (...)

12Dix-huit entretiens ont également été réalisés au domicile de malades, ayant exprimé leur préférence à nous rencontrer chez eux. Enfin, deux années plus tard, et dans le cadre d’une autre étude, nous avons réalisé cinq entretiens avec des médecins homéopathes9, dont la patientèle comprenait une proportion importante de malades du cancer (De Gendt et al., à paraître). Toutes les personnes interviewées ont été préalablement informées des buts de l’étude à laquelle ils participaient, et ont toutes signé un document de consentement libre et éclairé, de manière à répondre aux exigences éthiques d’une telle étude. Les entretiens réalisés en institution ont été structurés selon une grille d’entretien comprenant une série de thématiques abordant les circonstances du diagnostic, l’expérience des traitements, l’itinéraire thérapeutique, les conséquences sociales de la maladie et des traitements, et enfin, les recours non conventionnels. Tous les entretiens ont été retranscrits dans leur intégralité, et analysés selon une analyse thématique classique. Les extraits présentés dans cet article sont issus des entretiens les plus riches et les plus intéressants pour la problématique.

13Le matériau constitué nous a ainsi permis de reconstruire, dans les grandes lignes, les étapes importantes des « récits de thérapie » des personnes que nous avons rencontrées. Ces récits de thérapie se présentent comme des synthèses, reconstruites par le chercheur, mais en respectant la logique narrative de la personne interviewée. Le choix de recourir à cette méthode réside principalement dans la possibilité qu’elle offre de re-contextualiser le discours du malade, et de re-situer celui-ci dans le cadre d’un itinéraire thérapeutique singulier.

  • 10  Nous ne faisons pas ici de distinction entre les nombreux types de cancers qui existent. Nous somm (...)

14Le recours aux traitements homéopathiques est donc envisagé, ici, dans le cadre plus général d’itinéraires thérapeutiques centrés autour d’un type particulier de maladie, le cancer10, dont toutes les étapes, du diagnostic à l’après-traitement, ont un impact important sur la vie sociale de l’individu.

L’expérience du cancer et de ses traitements

  • 11  Il faut noter, à cet égard, que la représentation du cancer comme maladie associée à la mort garde (...)

15De notre point de vue, le cancer ne peut être réduit à sa réalité physiologique, mais doit être envisagé comme une maladie faisant l’objet de représentations spécifiques et d’une élaboration symbolique particulière. Il doit donc être abordé à travers la signification que lui donnent les acteurs sociaux, la manière dont ils en parlent, dont ils interprètent sa survenue, dont ils le relient à d’autres événements marquants, comme le décès d’un proche, une rupture, etc11. Le cancer fait en effet partie des maladies faisant l’objet d’une symbolisation particulière, en raison notamment de son association avec la mort, mais également parce qu’il suscite inévitablement un questionnement sur les raisons de son apparition à un moment donné de la vie, et sur les causes l’ayant favorisé. Comme l’écrit Francine Saillant, « L’explication de la maladie, par son aspect hautement spéculatif, permet de faire sens, puisqu’elle est le lieu et le moyen d’une appropriation symbolique. Devant l’expérience de rupture qu’est la maladie, devant la possibilité que les événements tournent au noir, devant le chaos et les contradictions des explications entendues à droite et à gauche, qu’elles soient ou non scientifiques, la réponse à la question “pourquoi moi ?”, aussi farfelue qu’elle semble au scientifique, est un lieu de méditation, de distanciation et de synthèse » (Saillant, 1988 : 234).Le cancer apparaît ainsi comme un événement perturbant la vie d’un individu qui est également membre d’une société, et qui partage avec d’autres des croyances et des représentations qui influencent ses attitudes à l’égard de la maladie et de la médecine. Le cancer ne perturbe donc pas seulement le corps de l’individu, il va également avoir un impact sur les relations que celui-ci entretient avec ses parents et proches, avec ses collègues, avec les institutions, et même avec ses ancêtres (dans le cas des « familles à cancer », par exemple).

16L’ensemble des discours et des pratiques non conventionnelles sur le cancer se présente ainsi comme un stock de réponses potentielles aux demandes de sens et d’interprétation de ce qui arrive aux malades. Les réponses que certains vont y trouver peuvent parfois orienter leurs attitudes à l’égard de la maladie et du monde médical. Cet ensemble de discours non conventionnels sur le cancer constitue ainsi une production culturelle qui mérite en soi l’attention des chercheurs. Car s’il est bien difficile d’évaluer par exemple l’impact de certains ouvrages populaires sur les conduites thérapeutiques des malades, il n’y a cependant aucun doute sur le fait que cette influence est bien réelle.

17Les stratégies narratives (Del Vecchio Good et al., 1993) par lesquelles les malades racontent leurs traitements anti-cancer et commentent les événements qui les ponctuent, contiennent néanmoins une série d’éléments permettant de saisir la structure générale de ces récits. L’itinéraire thérapeutique d’un malade atteint de cancer s’apparente à un véritable « parcours du combattant ».

18Dans bien des cas, le diagnostic de cancer prend le malade au dépourvu, intervient par exemple à l’occasion d’un examen qui avait une autre raison d’être. Du coup, alors que rien ne leur laissait présager de ce qui les attendait, les personnes diagnostiquées vont devoir se soumettre à une série d’examens, d’interventions chirurgicales, de traitements qui vont non seulement les mettre à rude épreuve physique et mentale, mais également les couper complètement de la vie « normale », celle des gens en bonne santé, du monde du travail, etc. La période des traitements est généralement vécue par les malades comme une expérience de dépossession de soi et de son corps, et d’une forme de dépendance à l’égard de l’institution médicale.

19Très rapidement, le patient se retrouve au pays de la technique, où les prises de sang, les scanners, les biopsies, remplacent l’humain des palpations et des anamnèses. L’extrait de l’entretien suivant décrit bien l’effet angoissant des examens « de routine » préconisés par le dispositif préventif, surtout lorsqu’ils ne se déroulent pas comme prévu. Très vite, en quelques jours, la vie des personnes bascule.

  • 12  Tous les prénoms utilisés ici sont fictifs, afin de garantir l’anonymat des personnes interviewées (...)

« Il y a deux ans, je suis allée faire la mammographie et l’échographie, assez confiante. C’était un lundi. Là, le médecin a vu une tache et il m’a dit qu’il allait faire une biopsie tout de suite. J’étais déjà très inquiète… Ils ont pratiqué la biopsie, mais je n’ai pas pu aller travailler l’après-midi, j’étais sous le choc émotionnel… On ne m’avait pas dit que c’était cancéreux, mais que c’était kysteux… Je me suis donc dit qu’il y avait un certain espoir… Je suis allée chercher les résultats le vendredi, accompagnée de mon compagnon et de ma sœur aînée, parce que l’on m’avait demandé que je vienne avec quelqu’un… La doctoresse sénologue qui m’avait fait la biopsie, nous a fait entrer, nous a fait asseoir… Très vite, elle m’a dit que c’était positif, que c’était un cancer du sein. Je me suis effondrée, parce que je ne voulais pas y croire, j’étais dans le refus total, je lui ai dit que j’allais me tuer… » (Laurence12).

20Des récits de ce type, relatant le choc que produit l’annonce du cancer, sont assez banals. Ils montrent à quel point l’entrée dans le monde de la maladie cancéreuse s’accompagne d’une souffrance psychique qui ne disparaît jamais tout à fait, et que l’organisation de la prise en charge conventionnelle ne va pas atténuer.

  • 13  Voir notamment Lebeer, 1997.

21Un traitement anti-cancer comporte généralement une ou plusieurs intervention(s) chirurgicale(s), des séances de chimiothérapie et de radiothérapie, parfois suivies d’un traitement médicamenteux visant à réduire les risques de récidive. Dans la majorité des cas, le « traitement » dans son ensemble va s’étaler sur plusieurs années. Il est inutile d’insister ici sur la pénibilité et la violence des traitements anti-cancer, d’autres auteurs ayant déjà largement traité de ce sujet13.

22C’est, successivement, le choc du diagnostic, la rupture d’avec le monde d’avant, l’entrée dans le Monde des malades (« Village of the sick », Stoller, 2004), les examens médicaux, les traitements et leurs effets, et les allers-retours incessants entre le domicile et l’hôpital, qui constituent les éléments sur lesquels se construisent les récits. Les patients vivent ces épisodes de leur vie comme une série d’épreuves, voire de « sacrifices » nécessaires pour réintégrer le monde des non-malades. C’est ce que suggère notamment Isabelle Marin, en regardant le monde de la cancérologie à travers la catégorie anthropologique du sacrifice (Marin, 2007). La comparaison se justifie du fait que certains patients acceptent par exemple un traitement auquel non seulement ils ne croient pas, mais qu’ils pensent en outre être nocifs pour eux. C’est le cas de « Mme D. », qui justifie son choix en disant : « Je sais que cela ne sert à rien, mais je veux tout subir, tout supporter, puisque j’ai un cancer, pour retrouver ensuite le monde des non-malades » (comme pour une purification ?). C’est également le cas des patients qui disent qu’ils doivent « faire ce qu’il faut », subir la chimiothérapie « pour leur famille », et non pour eux. Certains gestes médicaux, que les médecins évoquent métaphoriquement comme le « sacrifice » d’un organe, ne se justifieraient pas seulement par leur efficience, mais aussi par un certain type de représentation collective qui les impose plus fortement encore (Ibid.). L’ensemble de la cancérologie, écrit-elle, peut ainsi être lue comme une entreprise sacrificielle mise en place par la société, et à laquelle les malades, dès qu’ils sont diagnostiqués, peuvent difficilement se soustraire.

23L’entrée dans la maladie s’accompagne en effet souvent d’une mise à l’écart du malade, autrement dit d’une rupture de ses liens sociaux. Les récits que nous avons collectés relatent ainsi des expériences qui sont en grande partie construites sur une base individuelle plutôt que sociale, comme si avoir le cancer était une expérience qui se vivait seul(e), sur le mode d’une mise à distance des proches en général. L’anthropologue Paul Stoller a bien mis en évidence cet aspect particulier de la maladie cancéreuse, qui se présente comme une maladie que les malades doivent souvent affronter seuls (Stoller, 2004 : 127). La « rupture » que produit l’annonce du cancer, amène ainsi certains malades à réorganiser leurs relations aux autres. Nombreuses sont par exemple les femmes chez lesquelles l’apparition du cancer va susciter une remise en cause fondamentale de leur couple ou de certaines relations. Nous avons ainsi été frappé lors de notre travail de terrain en services oncologiques, de constater la proportion de femmes qui arrivent seules pour y recevoir leurs traitements ou pour y entendre les résultats de leurs analyses.

24C’est dans les interstices de l’organisation de ces traitements que viennent se greffer (s’articuler) les traitements homéopathiques auxquels une proportion non négligeable de malades recourent en suivant la plupart du temps les conseils de leurs proches ou bien les témoignages de personnes qui sont passées par là.

Les traitements homéopathiques contre le cancer

L’homéopathie, origine et principes

  • 14  Voir, à ce sujet, Frank et Ecks, 2004 ; Hoyez et Schmitz, 2007.

25L’homéopathie a été conçue par le Dr Samuel Hahnemann, un médecin et érudit allemand, il y a plus de 200 ans. Cette « médecine » repose sur quelques principes, érigés en véritables « lois », parmi lesquelles la fameuse loi de similitude, que l’on attribue à Hippocrate, et selon laquelle, « une substance qui produit des symptômes chez une personne bien portante peut guérir ces mêmes symptômes chez une personne malade ». À chaque remède homéopathique d’origine animale, végétale ou minérale, sont ainsi associés des symptômes qu’une personne en bonne santé manifesterait si elle absorbait cette substance. Aux malades du cancer, il sera par exemple proposé le remède Carsinum, élaboré à partir de cellules cancéreuses, mais à un niveau de dilution très élevé (Frenkel et al., 2010). Car à ce premier principe, est associée une technique spécifique de préparation des remèdes homéopathiques, fondée sur les principes des hautes dilutions et de la dynamisation, procédés supposés libérer « l’esprit intime des substances », étant à même d’agir sur l’énergie vitale du malade. Enfin, à la similitude, à la dilution et à la dynamisation du remède, s’ajoute la loi de l’individualisation du traitement (« il n’y a pas de maladies, seulement des malades »), utilisée en association avec la notion de « terrain » (Cf. infra). Ces quatre principes constituent le socle de l’homéopathie classique (uniciste), qui s’est depuis lors diversifiée. Au fil des siècles, en effet, l’homéopathie va en effet connaître différentes Écoles (complexiste-pluraliste, école « québécoise, » école « indienne14 », etc.) proposant des approches très différentes du malade.

26Aujourd’hui, l’homéopathie occupe une place privilégiée parmi les médecines non conventionnelles pratiquées et utilisées dans les nations occidentales. L’engouement pour cette « médecine » a pourtant toutes les raisons d’étonner, étant donné que depuis ses débuts, l’homéopathie fait l’objet d’attaques ciblées de la part du corps médical qui conteste autant la validité des principes thérapeutiques sur lesquels elle repose, que les modes de préparation de ses remèdes. L’étude publiée récemment dans l’hebdomadaire britannique The Lancet n’a fait que relancer la polémique quant à l’intérêt et l’utilité de l’homéopathie en remettant en cause le remboursement dont elle bénéficie en Grande-Bretagne, notamment dans la prise en charge des malades atteints de pathologies graves comme le cancer (Shang et al., 2005). Car bien que largement exercée par des médecins, l’homéopathie est également fortement décriée par certains médecins, surtout par les cliniciens hospitaliers (Hélary, 1990).

27La place qu’occupe aujourd’hui l’homéopathie dans le système de santé belge est donc le produit historique d’un rapport de forces entre les tenants de médecines aux fondements épistémologiques et théoriques différents. Bien que l’histoire politique de l’homéopathie ne constitue pas l’objet de cet article, celle-ci explique largement certains aspects de l’organisation du cadre dans lequel l’homéopathie est pratiquée et utilisée en Belgique aujourd’hui. On peut ainsi dire qu’il n’existe quasiment aucun point de rencontre entre le monde de la pratique de l’homéopathie, qui s’exerce essentiellement en libéral, en privé, et le monde de la cancérologie conventionnelle, qui nécessite un environnement technique important, que peu de médecins détiennent en privé, et qui par conséquent se pratique en grande partie à l’hôpital. Les malades recourant aux services d’un médecin homéopathe sont ainsi confrontés à différents modèles d’exercice de la médecine, se situant entre deux poles extrêmes : d’un côté, une médecine hospitalière excessivement techniciste ; de l’autre, une médecine générale accordant une place importante au relationnel, à « l’humain » (Sévigny, 1999).

L’organisation des traitements homéopathiques

28Les cinq homéopathes que nous avons rencontrés se retrouvent autour de la conviction que l’homéopathie ne peut pas être réduite à une « placebo-thérapie », mais qu’elle agit à un autre niveau que la médecine conventionnelle :

« Pour moi, et pour mes collègues, on arrive à de véritables guérisons, et pas seulement à la disparition du symptôme, mais parce que le patient se sent mieux, se sent libéré de quelque chose… il n’est plus tout à fait le même… » (Dr D.)

29Les traitements homéopathiques « guérissent » donc, mais au sens homéopathique du terme, c’est-à-dire en débarrassant le patient de la cause profonde de ses symptômes. Tous les éléments entrant dans l’organisation des traitements homéopathiques concourent d’ailleurs à faire de l’homéopathie une médecine de la personne, et non du symptôme. Un traitement homéopathique commence tout d’abord par une première consultation d’anamnèse, pouvant durer jusqu’à une heure et demie, et structurée de manière à amener le consultant à exprimer ses « sensations vitales », ou son « vécu intime », éléments qui vont permettre au praticien de se faire une idée de l’état « global » de son patient :

« L’important est de partir de la personne, de ses plaintes, et de son vécu, qui a quand même de l’importance. On ne tombe pas malade par hasard » (Dr E.).

30Les consultations d’anamnèse laissent ainsi une grande place à la parole du patient, de manière à ce que celui-ci laisse apparaître ses « symptômes», qui peuvent être à la fois « physiques », « mentaux » et/ou « généraux » (frilosité, sucré/salé…). L’ensemble de ces symptômes permet au praticien d’identifier le « terrain » de son patient. Si celui-ci appartient à une famille dans laquelle plusieurs personnes ont eues un cancer, son terrain sera par exemple qualifié de « cancériniqu», diagnostic chargé de sens pour celui qui se le voit attribuer, et qui attribue par la même occasion une part de responsabilité au capital génétique du malade qui devient en quelque sorte « victime » du terrain que lui ont légué ses parents et ses ancêtres. À travers une telle procédure, l’homéopathie en contexte oncologique apparaît ainsi comme une médecine individualisante, proposant des remèdes “sur mesure”, selon une dilution particulière, et comme nous allons le voir plus loin, en fonction des molécules que les malades reçoivent par ailleurs en chimiothérapie conventionnelle. Le contenu du traitement homéopathique s’articule ainsi très étroitement au contenu du traitement conventionnel.

31Au niveau de l’établissement du diagnostic, les médecins homéopathes ne divergent pas beaucoup des médecins “classiques” dans leur manière de procéder, si ce n’est que le traitement proposé ne repose pas seulement sur les symptômes manifestés, mais tient également compte des conditions d’apparition de ces symptômes (le cancer par exemple), ainsi que sur la manière dont ils sont ressentis par le patient. C’est donc surtout au niveau de la prise en charge du patient et de ses symptômes, que l’approche homéopathique diverge de la médecine conventionnelle.

32La procédure que suit le praticien pour trouver le remède constitue le second procédé central du traitement homéopathique. Le travail du praticien consiste à chercher ce remède dans un répertoire homéopathique selon une méthode qui peut varier d’un praticien à un autre. Le remède résulte ainsi de la mise en relation de tous les symptômes retenus comme étant significatifs, de leur mise en correspondance, mais surtout, de leur signification dans l’histoire personnelle du patient. Il ne s’agit donc pas de traiter le ou les symptôme(s), mais bien plutôt le « terrain » du malade, qui est comparable à une sorte de capital biologique héréditaire.

« La maladie ne se transmet pas comme telle, mais il y a un “terrain”, qui peut être plus cancérinique ou tuberculinique, etc. On voit bien le terrain quand il y a par exemple dans une même famille différents types de maladie du même terrain, et si on ne soigne que les symptômes de cette maladie, on peut très bien voir ces gens basculer dans une autre facette du même terrain. Pour la médecine classique, ce sera deux maladies totalement différentes, mais pour nous ce sont différentes facettes d’un même terrain » (Dr E.).

33Pour les unicistes, trouver le remède dont le patient a besoin, consiste ainsi à suivre dans un répertoire un chemin dont les balises sont les « symptômes » manifestés par le patient. Chaque type de symptôme apporte des éléments qui, une fois identifiés et rapprochés, doivent indiquer le ou les remède(s), chez les praticiens « complexistes ». La recherche du remède tient également compte de certains aspects comportementaux du patient, comme certaines habitudes alimentaires, par exemple.

« On essaie toujours de voir si le patient a un régime de vie correct, car sinon on donne des remèdes sur quelque chose qui est faux… » (Dr A.).

34Le patient sort donc généralement de chez le praticien avec un ou plusieurs remède(s) à aller chercher en pharmacie. Les propos des praticiens sur la place qu’ils attribuent à l’homéopathie dans la prise en charge du cancer sont révélateurs de la manière dont ils envisagent son articulation avec l’oncologie conventionnelle.

35La pratique homéopathique s’inscrit en effet dans le cadre de certaines « limites », que les praticiens se gardent généralement de franchir, mais qui révèlent aussi, en creux, les espaces interstitiels que nous évoquions plus haut, et qui peuvent être vus comme les domaines d’application privilégiés de l’homéopathie face au cancer.

« Avec un cas de cancer, je l’envoie bien sûr directement chez un oncologue, mais je lui donne un remède de fond avant… et j’ai eu des cas où la personne est guérie de manière extraordinaire, et on m’a dit à l’hôpital, qu’ils n’avaient jamais vu ça, guérir aussi vite, aussi bien… » (Dr C.).

36Dans de telles situations l’homéopathie se révèle davantage comme une thérapie de soutien, de réassurance et d’accompagnement, au sens presque psychothérapeutique du terme :

 « Ces personne viennent chez moi pour être aidées à l’égard des traitements très lourds qu’elles subissent… » (Dr C.).

« Moi je dirais que l’on peut aider tout le monde, même les cas de cancer, car le fait de pouvoir lui donner un traitement homéopathique de fond va l’aider à mieux supporter ses traitements… » (Dr F.).

37La fonction symbolique de l’homéopathie apparaît de manière évidente face aux cas de patients atteints de cancer, qui amènent les praticiens à tenir un discours “allopathiquement acceptable” face à la maladie, mais surtout en raison de limites « éthiques » à leur pratique. Les homéopathes ne se sentent en effet pas « autorisés » à prétendre pouvoir guérir un cancer par homéopathie, du moins en première instance et en approche principale.

« Il y a bien sûr des cas-limites, que l’on réfère à un spécialiste compétent. Un cancer, par exemple, je n’ai pas le droit de le soigner par homéopathie, n’empêche que la plupart du temps, on peut quand même les aider, bien que l’on pourrait aussi les soigner, on connaît tous des cas de cancers guéris par homéopathie uniquement, mais bon… » (Dr C.)

« Je travaille avec des patients qui ont des cancers. Je n’arrête absolument pas les traitements, au contraire, je collabore, mais moi j’aide les gens à mieux supporter leurs chimiothérapies » (Dr F.).

38Les données exposées montrent bien que dans le discours de ces praticiens, l’homéopathie est surtout pratiquée dans le traitement du cancer comme une médecine complémentaire, qui aide, accompagne, soutient les malades. Sa pratique semble ainsi modelée, dans le discours des praticiens du moins, par des limites qui touchent en quelque sorte à leur responsabilité thérapeutique (Sharma, 1994). Le discours des praticiens est également très éclairant sur la manière dont ceux-ci conçoivent l’origine du cancer. La notion de « terrain cancérinique » comme facteur prédisposant est à ce titre très éloquente : le cancer est envisagé comme un symptôme du « terrain » du malade, notion qui permet d’éclairer en partie les causes du cancer en les situant du côté de son héritage biologique de sa lignée.

Les traitements homéopathiques anti-cancer

39La Belgique apparaît comme une terre particulièrement propice au développement de l’homéopathie oncologique, en raison du fait que certains médecins homéopathes y ont développé des traitements spécifiques pour le cancer, le plus connu étant le Dr Maurice Jenaer, inventeur de la micro-immunothérapie, une méthode originale de traitement des maladies affectant le système immunitaire dérivée de l’homéopathie classique. C’est surtout à la suite de la publication de son livre : Homéopathe pour mieux guérir, livre sous-titré : L’homéopathie à l’assaut du cancer (1986), que le Dr Jenaer s’est fait connaître pour ses prises de position en faveur de l’homéopathie dans le traitement du cancer. Tout l’ouvrage est consacré à exposer les espoirs résidant dans la méthode thérapeutique que l’auteur a élaborée et commencée à prescrire dès 1967, et qu’il avait nommée à l’époque la « thérapeutique par acides nucléiques ADN-ARN “dynamisés” », c’est-à-dire dilués et agités comme le sont généralement les remèdes homéopathiques. Il leur associera, plus tard, dans les années 1980, les « cytokines » et « interleukines » intervenant au niveau du système immunitaire, et commencera à parler dès lors de « micro-immunothérapie » ou d’immunothérapie à doses infinitésimales.

40Le principe de la « micro-immunothérapie » consiste à intervenir sur le système immunitaire en lui fournissant des « informations » via le réseau de cellules immunitaires et de médiateurs (cytokines) à doses infinitésimales, administrées par voie perlinguale. L’information apportée à l’organisme est supposée aider celui-ci à développer ses propres mécanismes de défense contre toute forme d’invasion (notamment par des cellules cancéreuses). Le traitement se présente généralement sous la forme de granulés que le patient doit laisser fondre sous la langue.

41La thérapeutique par les ADN-ARN dynamisés peut, selon son inventeur, interférer dans le mécanisme de cancérisation et empêcher le développement de ce processus en agissant au niveau du facteur de croissance à l’origine de la production tumorale. Selon le Dr Jenaer, les patients atteints de divers types de cancer soignés avec cette méthode supportaient mieux leur chimiothérapie et leur état de santé général s’améliorerait plus rapidement. La micro-immunothérapie est clairement envisagée comme une thérapie complémentaire :

  • 15  Cette citation est extraite d’un entretien réalisé avec le Dr Jenaer par Emmanuelle Lenel.

« Cela ne remplace en rien la médecine classique, par contre ça apporte une restauration de l’état général, une meilleure résistance aux traitements classiques et les chances de survie augmentent. C’est un traitement du système immunitaire15 » (Dr Jenaer).

42Les traitements du Dr Jenaer connaissent ainsi un certain succès, si bien que plusieurs patientes les utilisaient au moment où nous les avons rencontrées. L’idée selon laquelle les traitements homéopathiques peuvent être utiles et efficaces dans le traitement d’un cancer en aidant le corps à s’autoguérir par une action de restauration et de renforcement du système immunitaire fait partie des idées “bonnes à penser” et exprimées dans un discours compréhensible, peu ésotérique et dans ses apparences, conforme à la science.

43La plupart des cancérologues conventionnels ne partagent évidemment pas l’enthousiasme du Dr Jenaer à l’égard de ses traitements. Il suffit de parcourir les forums santé pour y lire les nombreuses réactions virulentes de médecins à l’encontre des prétentions de la micro-immunothérapie à se compter parmi les thérapies à l’efficacité reconnue. Ce scepticisme largement partagé et exprimé par les cancérologues officiels à l’égard des traitements homéopathiques dans la prise en charge du cancer instaure des formes de relations thérapeutiques “triangulaires” tout à fait particulières entre les malades qui y recourent, leurs oncologues et leurs homéopathes.  

Les usages des traitements homéopathiques par les malades du cancer

Négociations et communication autour des traitements homéopathiques

44Nous avons déjà mentionné le fait qu’il n’existe quasiment aucun lieu de rencontre entre homéopathes et cancérologues, en raison notamment de la marginalité des premiers dans le système de la prise en charge du cancer. L’une des conséquences de cette situation est, bien entendu, l’absence de toute forme de collaboration autour du patient entre homéopathes et cancérologues. Tout se passe en effet comme s’il n’y avait aucun terrain d’entente possible entre le monde de la médecine conventionnelle et celui de l’homéopathie. Par conséquent, ce sont les malades et leurs proches qui doivent eux-mêmes organiser l’articulation entre leurs différents recours, comme l’expriment bien Genevière et Evelyne, soignées toutes les deux pour un cancer du sein, et ayant consulté un médecin homéopathe depuis l’établissement de leur diagnostic :

« J’ai donné à mon homéopathe le nom des molécules que j’avais en chimio, parce que je perdais mes cheveux, et il m’a donné un remède en doses homéopathiques qui correspondait à cette molécule. Et donc ça m’a permis de digérer cette molécule, qui est toxique. J’ai quand même dit à l’oncologue que je prenais des médicaments homéopathiques, et le médecin homéopathe savait que je suivais une chimio. Ce n’était pas évident, mais il fallait quand même que ce soit un peu harmonisé. S’ils font chacun leur truc dans leur coin, cela n’a pas beaucoup de sens, il faut que tout cela communique » (Geneviève).

« Durant toute cette période, j’ai été suivie par un médecin homéopathe, que j’appelle mon “médecin secours”. Elle m’a donné un traitement pour m’accompagner pendant la chimio, pour m’aider à mieux la supporter. Je vais chez elle tous les deux mois. Elle ajuste les traitements en fonction de ce qui ne va pas bien, puisque au fur et à mesure de la chimio, les problèmes ne sont pas les mêmes, et ils sont de plus en plus forts aussi, cela va de mal en pis… J’avais des granulés homéopathiques et des cachets de produits naturopathiques. J’ai eu plusieurs traitements différents. Elle me donnait aussi des conseils alimentaires pour me donner plus de force et pour renforcer l’organisme. Je pense que l’un ne va pas sans l’autre. Je ne pense pas que l’homéopathie peut tout guérir et l’allopathie non plus. Elles devraient être plus liées » (Evelyne).

  • 16  Ce n’est cependant pas toujours le cas, comme le montre notamment le dernier ouvrage de Sylvie Fai (...)

45La communication, ou plutôt l’absence de communication des oncologues avec leurs patients apparaît ainsi comme un élément pouvant orienter certains patients vers un autre un thérapeute, fût-il non conventionnel, pour y recevoir l’information attendue sur leur état, leur espoir de guérison, etc. La plupart des patients informent en effet leurs cancérologues de leur recours à l’homéopathie. Certains disent le faire « par honnêteté », comme si le cancer exigeait un plus haut niveau de confiance entre le malade et ses thérapeutes. Les oncologues semblent d’ailleurs parfois plus tolérants et compréhensifs à l’égard des « écarts » de leurs patients, leur signifiant par là que tout ce qui peut leur faire du bien est bienvenu16.

« Lorsque j’ai rencontré le Dr L., je lui ai dit que je faisais le traitement du Dr Jenaer. Il m’a dit que cela ne pouvait pas me faire de mal, enfin bon… il s’en fiche un petit peu, je pense… » (Isabelle).

« J’en avais parlé à la chirurgienne et j’avais vu le radiothérapeute avant les rayons, je leur avais dit que je suivais un traitement homéopathique, c’était pour être honnête avec eux et ils m’ont encouragée à le faire, sans aucun problème... » (Laurence).

« J’avais posé la question au Dr C., je lui avais demandé s’il proposait autre chose pour accompagner la chimio, pour aider les patients. Est-ce que vous proposez de l’homéopathie, je ne sais pas... Il avait répondu qu’il laissait au patient la liberté de croire à ce qu’il voulait, mais qu’il ne proposait rien... » (Marie).

46L’attitude des cancérologues à l’égard des traitements homéopathiques apparaît ainsi tantôt bienveillante, tantôt indifférente. S’ils laissent leurs patients « croire » à ce qu’ils veulent, ils ne tiennent toutefois pas compte de ce que leurs recours non conventionnels pourraient vouloir exprimer, en termes d’angoisses ou de demandes de soutien, par exemple. Or, de telles démarches des malades sont toujours porteuses de signification. Elles comportent toujours des indices qui révèlent, ne fût-ce que partiellement, le type d’expériences qu’ils vivent. Les malades atteints de cancer n’investissent pas leurs recours non conventionnels d’une forme de contestation ou de refus de la biomédecine, mais y voient plutôt autant de ressources les aidant à mieux accepter et supporter cet épisode fortement angoissant de leur vie. S’il est difficile de savoir ce qu’ils y trouvent, on peut par contre trouver dans leurs propos des indices de leurs motivations

Les motivations des malades

47Nous avons tenté de comprendre de quelles attentes les malades investissent leurs traitements homéopathiques. Nous livrons ici quelques récits synthétiques élaborés à partir des entretiens que nous avons réalisés en services oncologiques. Ces récits témoignent de la variété des situations rencontrées, où des éléments individuels interagissent avec des éléments contextuels, pour aboutir à des formes variées de négociation des effets iatrogènes des traitements oncologiques.  

Laurence

48Le premier “cas” que nous allons examiner, est celui de Laurence, jeune femme d’une quarantaine d’années, chez qui on découvre une tumeur au sein de petite taille, et qui sera rapidement extraite. Son traitement post-opératoire se limite à quelques séances de radiothérapie. Mais entre sa tumorectomie et ses premières séances de « radio », Laurence se rend en consultation chez un médecin homéopathe de sa région, qu’elle connaissait déjà pour y avoir emmené autrefois ses enfants. Elle s’y rend trois semaines après son intervention chirurgicale. Elle évoque cet épisode en ces termes :

« A ce moment-là je n’avais pas encore vu d’oncologue. Ca m’a quand même un peu manqué… On me laisse alors quinze jours tranquile. J’en profite pour aller voir le Dr D., qui est un médecin généraliste mais homéopathe. On m’avait conseillé quelqu’un d’autre, mais je me suis dit que je n’allais pas courir si loin alors qu’on a quelqu’un ici dans la région qui est très chouette… Je suis donc allée le voir, c’était juste avant de commencer mes rayons. Il m’avait dit que les rayons étaient quelque chose d’assez fatiguant. Il m’a donné un traitement pour toute la période des rayons… ».

49Laurence recourt explicitement à ce thérapeute dans le but de lui demander un traitement pour préparer son corps à mieux supporter les séances de radiothérapie, dont elle craint les effets. Elle reçoit de sa part un traitement à base de gélules homéopathiques, qu’elle interrompt après la fin des séances de radiothérapie. Laurence est convaincue que l’homéopathie l’a aidée à mieux résister aux effets de la radiothérapie :

« Pas mal de gens m’avaient dit qu’ils étaient épuisés, qu’ils dormaient beaucoup, que c’était très lourd… mais moi je n’ai pas vécu cela comme ça, je n’étais pas trop fatiguée.. »

50Au passage, elle évoque un aspect de sa prise en charge qui l’a marquée : l’absence de communication avec le spécialiste qui l’a pourtant opérée. C’est auprès d’un homéopathe de sa région qu’elle va chercher ce soutien, qui prend la forme d’un traitement homéopathique.

Isabelle

51Le récit d’Isabelle, jeune mère de famille travaillant dans le domaine de la publicité, illustre un autre cas de figure, celui de patients qui, n’ayant jamais utilisé l’homéopathie avant leur cancer, y recourent après une récidive, en combinaison avec d’autres recours non conventionnels. L’épisode de la maladie d’Isabelle débute une dizaine d’années avant que nous la rencontrions, lorsque son gynécologue lui découvre un petit cancer de l’ovaire, qui fut rapidement enlevé et analysé. Pendant les années qui suivent, Isabelle se rend tous les trois mois dans une polyclinique pour y passer les examens de contrôle nécessaires, jusqu’à ce qu’on lui découvre une nouvelle tumeur sur l’autre ovaire. Les examens pré-opératoires révèlent également des métastases aux poumons, aux intestins et encore ailleurs dans le corps. Le diagnostic de « cancer généralisé » est évoqué, et les médecins commencent à lui parler de « sarcome stromal », une forme rare de cancer de l’utérus. Comme beaucoup de patientes se trouvant dans sa situation, elle va consulter Internet. L’information qu’elle y trouve est loin de la rassurer, bien au contraire :

« Il était écrit que dans l’état où j’étais, que j’avais six mois à deux ans de survie. Tous les gens qui ont un sarcome stromal, on leur fait une grosse chimio qui affaiblit tellement le corps qu’ils n’y survivent pas… ».

52La récidive d’Isabelle et l’annonce du diagnostic d’une forme rare de cancer difficilement guérissable, vont finalement l’amener à refuser la « grosse chimio » qu’on lui propose en effet, pour emprunter d’autres voies thérapeutiques. Tout en acceptant de se faire soigner par hormonothérapie, elle se met ainsi à lire une quantité de livres qui proposent des approches non conventionnelles du cancer, notamment l’ouvrage du Dr Jenaer, qui suggère que l’homéopathie peut être d’une aide précieuse dans le traitement du cancer, en agissant sur le système immunitaire. Comme de nombreuses malades du cancer, Isabelle consulte ce dernier, qui lui prescrit un traitement « sur mesure » :

« Je me suis tournée vers le Dr Jenaer, qui est un médecin qui a travaillé toute sa vie en cancérologie. Il est devenu homéopathe et il a développé des médicaments pour aider ses patients à supporter la chimio. Il travaille avec des citokines pour essayer de renforcer les défenses immunitaires. J’ai commencé le traitement avant l’opération. Il m’a donné des compléments immunitaires à base d’interleukines qu’on donne en chimio, mais à des doses homéopathiques, pour essayer de renforcer les défenses immunitaires… »

53La récidive va ainsi jouer pour elle le rôle d’événement déclencheur qui va amorcer son investissement dans les recours non conventionnels et laisser la place à un nouveau rapport à la santé et à la médecine. Isabelle décide « de faire quelque chose » pour lutter contre la maladie et guérir, par réaction au peu d’espoir que lui laisse entrevoir le monde médical. On doit, bien entendu, attribuer cette attitude à l’expérience limite par laquelle passent les patients atteints de pathologies graves ou incurables, expérience qui suscite invariablement chez les individus des sentiments de désespoir, de rébellion et d’injustice, et qui les incite à s’engager dans des stratégies de re-construction de l’espoir. Cinq ans après sa récidive, l’état de santé d’Isabelle s’est stabilisé, et certaines métastases ont même disparu. Ce succès l’a ainsi renforcée dans la conviction qu’elle a fait les bons choix.

54Isabelle est un exemple parmi d’autres de ces « héros de la guérison » auxquelles Christine Bergé a récemment consacré un ouvrage très éclairant (Bergé, 2005). Elle illustre à merveille la figure quasiment héroïque de la « survivante du cancer », qui s’en est sortie malgré un pronostic médical défavorable, figure à laquelle d’autres études ont été consacrées (Montbriand, 1998). Chez elle, l’homéopathie fait partie prenante d’une stratégie globale, et visant à ce que la santé l’emporte sur la maladie.

Bernadette

55Dans certains cas, bien qu’assez rares, les traitements homéopathiques sont utilisés comme traitements de substitution par des patients qui refusent la chimiothérapie, en dépit des « risques » qu’un tel choix présente. Le récit de Bernadette, septuagénaire habitant un hameau du Sud de la Belgique, illustre bien les circonstances et les représentations qui président à un tel choix, largement motivé par une peur quasiment viscérale des effets dévastateurs de la chimiothérapie. Son usage de l’homéopathie s’inscrit également dans un modèle de conduite générale, caractérisé par un niveau élevé de méfiance à l’égard des médicaments de synthèse.

56Bernadette fait partie de ces personnes qui se plaisent à dire qu’elles ne consomment de médicaments qu’en cas de nécessité absolue. C’est en avril 2004 qu’on lui découvre une tumeur maligne à l’intestin, pour laquelle elle se fait opérer dans un hôpital bruxellois. Lorsqu’on l’informe qu’elle devra suivre une « petite chimiothérapie préventive », Bernadette n’est pas très étonnée, étant donné qu’elle sait bien que peu de patients cancéreux y échappent. Elle accepte alors de se faire soigner par le médecin oncologue exerçant dans un hôpital à proximité de son domicile. Le traitement devait s’étaler en tout sur six mois. Bernadette se rend une première fois à l’hôpital, accompagnée de sa fille, pour sa première séance de chimiothérapie. Elle, qui ne prenait jamais de médicaments, est d’autant plus affectée par les effets de son traitement :

« Je sentais que cela m’empoisonnait. Je rentrais, je m’étendais ici sur le divan, et je restais comme ça… On ne peut pas dire qu’on est malade, mais on est pas bien, on a des nausées, on est comme une loque, on est mal quoi… »

57Au bout de la troisième visite au centre de jour de l’hôpital, Bernadette décide d’interrompre son traitement. Elle en parle à son médecin de famille, homéopathe, qui la soutient dans sa décision, et la rassure en lui disant qu’elle pourrait l’aider par homéopathie. Pendant deux ans, Bernadette suit le traitement par cytokines que lui a prescrit le Dr C., sans autre médications. À intervalles réguliers, elle se rend néanmoins à la clinique de sa région pour y passer les examens de contrôle requis.

58Les extraits de récits qui précèdent montre bien le rôle ambigu que jouent parfois les médecins homéopathes dans le discours des malades, en se substituant partiellement aux oncologues, à la demande, certes, des malades eux-mêmes.

Observation du traitement et ritualisation

59Les traitements homéopathiques prescrits aux malades du cancer prennent uniformément la forme de granulés homéopathiques à prendre à jeun, et selon des programmes variant en fonction des homéopathes consultés :

« C’est sous forme de granules, qui se prennent une fois par jour, le matin à jeun. Ce sont des gélules remplies de granulés. Ce ne sont plus les mêmes qu’au début, parce qu’il y a plusieurs phases dans le traitement » (Isabelle).

« C’était une préparation spéciale, une petite gélule blanche, que je devais mettre sur ma langue tous les matins, sauf le dimanche, où je devais prendre une autre gélule. Je devais prendre cela le matin, attendre que cela fonde, ça prenait beaucoup de temps… Tout cela avant de déjeuner » (Laurence).

60Les entretiens auprès de quelques patients nous ont permis d’investiguer la manière dont ils intégraient les prises de remèdes homéopathiques dans leur quotidien, de comprendre autant ce qu’ils en font que ce qu’ils leur font faire. Comme nous allons le voir, leur utilisation est étroitement liée aux attentes et motivations qui leur sont associées. Les significations que prennent leurs usages sont donc toujours, elles aussi, contextuelles.

61Les récits des personnes interviewées donnent un aperçu du nombre important d’actions à visée thérapeutique que peuvent accomplir sur une journée certaines d’entre elles. Ces actions peuvent être appréhendées comme la face visible de véritables stratégies de réorganisation de la vie prenant la forme d’une lutte organisée contre la maladie, donnant un nouveau rythme à la vie, mais à une vie qui est entièrement centrée sur la préservation de la santé. L’ingestion de remèdes (homéopathiques) constitue une action privilégiée chez la plupart des personnes rencontrées, dévoilant une chaîne de représentations considérant ce type d’action particulièrement bénéfique.

62Depuis sa récidive et sa visite chez le Dr Jenaer, la vie de Laurence a beaucoup changé : dès le matin, à jeun, elle prend ses granulés homéopathiques, elle fait et boit un jus de fruits frais, et tous les soirs un jus de légumes. Tout au long de la journée, elle boit du thé vert et du thé rouge, elle prend ses vitamines multi-énergie, du magnésium et du Green magma (jus d’herbe d’orge). Tous ces gestes quotidiens ont pour effet de scander la période du traitement. La prise de remèdes et d’alicaments s’inscrivent dans un ensemble de gestes qui constituent un véritable programme d’action.

63Le programme journalier que s’est donné Nathalie, une autre malade en récidive, est organisé d’une manière tout aussi contraignante : tous les matins, elle prend ses remèdes homéopathiques (cytokines) et ses comprimés de chimiothérapie, en même temps que 500mg de vitamine C. À midi, elle reprend 500 mg de vitamine C et son bêta-bloquant pour le cœur. Au soir, dit-elle, elle reprend sa chimiothérapie qui, selon elle, « anéantit tout ». Outre ce programme journalier, elle fait régulièrement des cures de sélénium, de vitamines, de gelée royale, tout ce qui lui semble bon pour « booster son corps ».  

64Bernadette, quant à elle, qui se présente comme quelqu’un de très réticent aux médicaments, insiste pourtant sur le fait qu’elle n’a jamais manqué une seule prise de ses granulés homéopathiques.

65La ritualisation de la vie quotidienne, tout comme l’ingestion régulière d’une substance à laquelle sont associées des vertus « naturelles » et bénéfiques, rapprochent le traitement homéopathique d’un traitement médicamenteux conventionnel. À la différence cependant que les principes chimiques actifs sont remplacés par des principes d’un autre genre (hautes dilutions, dynamisation, etc.). La prise organisée et répétitive de remèdes homéopathiques s’inscrit au sein de séquences cohérentes d’actions structurées selon l’ordre naturel de la journée. Cette combinaison additive d’actions prescrites opère comme un dispositif réducteur d’anxiété, mais pas seulement. C’est aussi un dispositif de lutte contre la maladie, qui peut aussi avoir des effets positifs sur la compliance des malades aux traitements conventionnels, dans le sens où les uns supportent les autres, lorsque par exemple les remèdes homéopathiques sont supposés atténuer les effets des traitements conventionnels.

Discussion

66Si l’on adopte le point de vue des malades du cancer, les rapports entre leurs différents recours thérapeutiques n’apparaissent donc aucunement contradictoires, bien au contraire. Une certaine forme de complémentarité apparaît dans les raisons qu’ils ont d’y recourir simultanément ou bien au cours de séquences successives ponctuant un même épisode de maladie. Différentes « combinatoires thérapeutiques » (Schmitz, 2006), s’observent ainsi aux différents niveaux des démarches qu’accomplissent les malades, et qui suivent des logiques diverses. Ces logiques révèlent la diversité des motivations et des attentes dont peuvent être investis les recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer.

67Les récits de maladie que nous avons recueillis au cours de l’étude révèlent que l’homéopathie est utilisée aux différentes étapes des épisodes de maladie, et selon des motivations très variables. Les malades y recourent soit pour renforcer l’organisme avant une opération, ou avant une séance de radiothérapie ou de chimiothérapie, soit pour aider le corps à se reconstruire après une tumorectomie ou après une séance de traitement, ou encore pour « nettoyer » le corps des traces de la chimiothérapie. Enfin, mais plus rarement, certains patients qui ne « supportent » pas les traitements conventionnels y recourent comme traitements de substitution.

68Les motivations à recourir à l’homéopathie ou à d’autres médecines non conventionnelles, et qui peuvent être qualifiées de « préventive », « dépurative » ou « substitutive », montrent bien que le recours aux traitements homéopathiques est largement induit par les effets réels ou supposés des traitements conventionnels. On voit également que ces recours n'ont pas pour objectif la guérison du cancer proprement parlé, mais visent plutôt à rendre plus supportables les traitements conventionnels. Autrement dit, on ne peut comprendre le sens du recours à l’homéopathie par des malades du cancer qu’en fonction des effets vécus et représentés des traitements conventionnels qui leur sont proposés. D’une certaine manière, c’est l’oncologie conventionnelle et ses représentations qui induisent des recours non conventionnels de la part des usagers, et dont le sens varie selon le niveau de négociation de ces traitements.

69Pour les malades qui se plient aux traitements conventionnels, l’homéopathie peut être envisagée comme une ressource d’action pouvant les aider à mieux vivre avec le cancer. Les approches thérapeutiques comme l’homéopathie, qui accordent une grande importance à la relation thérapeutique et au dialogue, qui favorisent l’intimité entre le malade et son thérapeute, apportent un soutien à la fois relationnel, psychologique et actionnel à un moment où les malades sont particulièrement fragiles. Le soutien que les malades y trouvent, peut être vu comme une véritable bouée de secours. L’organisation de ses traitements, de même que la philosophie de la santé sur laquelle elle repose, donnent ainsi à l’homéopathie toutes les qualités requises pour se présenter comme un système qui fait sens pour les personnes atteintes de cancer.

70Pour ceux qui refusent une partie ou l’entièreté de leurs traitements conventionnels, comme Isabelle et Bernadette, la substitution de ceux-ci par de l’homéopathie est toutefois une conséquence de la perception des traitements conventionnels, et non la conséquence de « croyances » préalables dans les vertus de l’homéopathie à les guérir du cancer (Furnham et Smith, 1998). Ni Isabelle, ni Bernadette n’ont définitivement fermé la porte à la médecine, comme le font certains patients interviewés par Muriel Montbriand (1998). La perception négative des traitements anti-cancer apparaît néanmoins comme l’une des causes majeures de leur refus des traitements proposés et des tentatives d’aménagement de leur parcours thérapeutiques par les malades.

71Les trois récits synthétiques exposés plus haut montrent bien que les différentes formes de recours à l’homéopathie expriment des motivations très différentes à l’égard de ses traitements. Les motivations d’Isabelle, par exemple, prennent place dans une stratégie spécifique de reconstruction de l’espoir, face à une situation caractérisée par une grande incertitude. Dans de telles situations, où les traitements conventionnels sont jugés inadéquats, menaçants ou invalidants, toute amélioration de l’état de santé est d’autant plus facilement interprétée comme le résultat du traitement homéopathique.

72Les formes que prend le recours à l’homéopathie sont avant tout révélatrices de l’état d’esprit de ces malades, de leurs angoisses tout comme de leur combativité ou de leur résignation. Leurs démarches non conventionnelles sont porteuses de sens, tout comme leurs modalités d’utilisation des remèdes homéopathiques.

73Les récits analysés semblent montrer que l’homéopathie en contexte oncologique a pour rôle principal de soutenir et de supporter les malades dans leurs décisions thérapeutiques, quelles qu’elles soient. Ce rôle de « soutien » est rempli par le discours du médecin-homéopathe, par la relation thérapeutique mais aussi par les traitements homéopathiques eux-même.

74C’est à cette conclusion qu’aboutit notamment l’anthropologue Paul Stoller, à partir de sa propre expérience du cancer, pour lequel il a eu largement recours non pas à l’homéopathie, mais à la sorcellerie des Songhay :

  • 17  « Les rituels font aussi des merveilles dans la routine de la vie quotidienne. Chacun de nous a se (...)

« Rituals also work their magic in the routine world of everyday life. Each of us has her or his personal rituals. Doing certain things when we wake up or go to sleep may help to set the world straight and bring us a sense of calm. When we are able to perform these personal rituals, they give us a good feeling. They make us feel, if only for a little while, that we can generate and maintain a measure of control over our lives. (…) After the initial success of my treatments, I had redoubled my efforts to use alternative medicine to relieve side effects and reduce the size of my tumor. Every Thursday and Sunday, I recited Songhay incantations and made offerings to the Songhay spirits » (Stoller, 2004 : 98 ;167)17.

75Dans son ouvrage La vraie nature de l’homéopathie, Thomas Sandoz (Sandoz, 2001) soutient également l’idée que l’homéopathie ne relève pas de la médecine, mais d’un dispositif conjuratoire du malheur biologique, et que ses utilisateurs ont de bonnes raisons de l’utiliser en dépit de ce qu’ils peuvent savoir ou non de son “efficacité”, en raison du fait que l’homéopathie fournit une gamme de comportements pertinents pour lutter contre la maladie en permettant par exemple à celui qui l’utilise d’avoir le sentiment d’être actif ou de se réapproprier son destin. Selon Sandoz, la ritualisation constitue un levier thérapeutique puissant, et largement utilisé par les homéopathes. Selon lui, le rituel homéopathique a surtout pour effet de réduire l’anxiété de celui qui l’exécute.

76L’homéopathie oncologique se présente ainsi comme un ensemble de pratiques, de gestes, de symboles et de paroles dont l’intérêt pour le patient doit être recherché du côté de sa capacité à répondre partiellement, et dans un registre nom médical, à l’angoisse et l’incertitude suscitées par le cancer et ses traitements. Elle nous semble ainsi particulièrement bien placée pour prendre en charge ce que les traitements anti-cancer laissent de côté, notamment : l’angoisse suscitée par une maladie faisant l’objet d’une construction sociale l’associant à la mort (Sontag, 1979 ; Aïach, 1980 ; Sarradon-Eck, 2004), les transformations et les mutilations du corps (Lebeer, 1997), etc.

77L’homéopathie se présente comme un dispositif conjuratoire composé de gestes (la prise régulière du remède), de discours (rassurant, individualisant…) et d’une forme d’organisation précise des traitements (les prescriptions d’usage, les interdits alimentaires, etc.) mais, à la différence de la biomédecine, dépourvu de risques d’effets iatrogènes, peu onéreux et plus “humain”.

78L’analyse d’une vingtaine de récits de malades montre que le principal intérêt de l’homéopathie dans la prise en charge du cancer se situe au niveau de sa capacité à rendre les traitements anti-cancer conventionnels plus supportables. Nos analyses montrent que les malades ne recourent pas à l’homéopathie en croyant que celle-ci va pouvoir les guérir du cancer (même si l’espoir est probablement là), mais pour y trouver un ensemble de moyens les aidant à mieux supporter cette maladie et ses traitements, ainsi que leurs conséquences psychologiques.

Haut de page

Bibliographie

AÏACH P., 1980, « Peur et image de la maladie : l’opposition cancer/maladies cardiaques », Bulletin du cancer, 67, 2 : 183-190.

BALNEAVES L.G., KRISTJANSON L.J., TATARYN D., 1999, « Beyond convention : describing complementary therapy use by women living with breast cancer », Patient Education and Counseling, 38 : 143-153.

BEGOT A.-C., 2010, Médecines parallèles et cancer. Une étude sociologique, Paris, L’Harmattan.

BERGE C., 2005, Héros de la guérison. Thérapies alternatives aux Etats-Unis. Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

CASSILETH B.,1989, « The social implications of questionable cancer therapies », Cancer, 63 : 1247-1250.

CASSILETH B. et DENG G., 2004, « Complementary and Alternative Therapies for Cancer », The Oncologist, 9 : 80-89.

CROCETTI E., CROTTI N., FELTRIN A., PONTON P., GEDDES M. et BUIATTI E., 1998, « The use of complementary therapies by breast cancer patients attending conventional treatment », European Journal of Cancer, 34 : 324-328.`

DE GENDT T., DESOMER A., GOOSSENS M., HANQUET G., LEONARD C., MERTENS R., PIERART J., ROBAYS J., SCHMITZ O., VINK I. et KOHN L., Homeopathy: state of affairs in Belgium (rapport de recherche). Bruxelles, Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), à paraître.

DILHUYDY J.-M., 2003, « L’attrait pour les médecines complémentaires et alternatives en cancérologie : une réalité que les médecins ne peuvent plus ignorer, ni réfuter », Bulletin du cancer, 90 : 623-628.

DEL VECCHIO GOOD M.-J., MUNAKATA T. et KOBAYASHI Y., 1993, « Temps narratif et incertitude en médecine clinique », Anthropologie et Sociétés, 17, 1-2 : 79-98.

DOWNER S.M., CODY M.M., Mc CLUSKEY P., WILSON P.D., ARNOTT S.J., LISTER T.A. et SLEVIN M.L., 1994, « Pursuit and practice of complementary therapies by cancer patients receiving conventional treatments », British Medical Journal, 309: 86-89.

FAINZANG S., 2006, La relation médecins-malades : information et mensonge, Paris, PUF.

FAVRET-SAADA J., 1990, « Être affecté », Gradhiva, 8 : 3-9.

FAVRET-SAADA J., 2010, Désorceler. Marseille, Edition de l’Olivier.

FRANK R. et ECKS S., 2004, « Towards an ethnography of Indian Homeopathy »,  Anthropology & Medicine, 3 : 307-326.

FRENKEL M., MISHRA B.M., SEN S., YANG P., PAWLUS A., VENCE L., LEBLANC A., COHEN L., BANERJI P. et BANERJI P., 2010, « Cytoxix effects of ultra-diluted remedies on breast cancer cells », International Journal of Oncology, 36 : 395-403.

FURNHAM A. et SMITH C., 1998, « Choosing alternative medicine : a comparison of the beliefs of patients visiting a general practitioner and a homeopath », Social Science and Medicine, 26 : 685-689.

GOMART E., 1995, « Homéopathie et/ou allopathie ? Les techniques de diagnostic dans l’articulation des cadres de réference », Techniques & Culture, 25-26 : 109-128.

HAMMERSLEY M. et ATKINSON P., 1983, Ethnography. Principles in Practice. Londres et New York, Tavistock.

HELARY J.-P., 1990, « Des médecines douces à l’hôpital ? », In M. SEGALEN, C. MICHELAT et M.A. COADOU, Anthropologie sociale et ethnologie de la France. Louvain-La-Neuve, Peeters : 427-436.

HOYEZ A.-C. et SCHMITZ O., 2007, « Les voies indiennes de l’homéopathie », Transcontinentales, 5: 97-112.

JÜTTE R., 2001, “Alternative Medicine and Medico-Historical Semantics”, In R. JÜTTE et al. (eds.), Historical Aspects of Unconventional Medicine. Approaches, Concepts, Case Studies. BBR, Sheffield: 11-26.

LAPLANTINE F., 1986, Anthropologie de la maladie. Paris, Payot.

LEBEER G.,1997, « La violence thérapeutique », Sciences Sociales et Santé, 15, 2 : 69-98.

LERNER I. et J., KENNEDY B. J., 1992, « The prevalence of questionable methods of cancer treatment in the United States », Canadian-American Cancer Journal for Clinicians, 42: 181-191.

MARIN I., 2007, « Don et sacrifice en cancérologie », Esprit, 7 (juillet) : 109-120.

MONTBRIAND M., 1998, « Abandoning biomedicine for alternate therapies : Oncology patients’ stories », Cancer Nursing, 21, 1 : 36-45.

SAILLANT F., 1988, Cancer et culture. Produire le sens de la maladie. Montréal, Editions Saint-Martin.

SARRADON-ECK A., 2004, « Pour une anthropologie clinique. Saisir le sens de l’expérience du cancer, In P. BEN SOUSSAN (Dir.), Le cancer, approche psychodynamique chez l’adulte. Ramonville Saint-Agne, Erès : 31-45.

SANDOZ T., 2001, La vraie nature de l’homéopathie, Paris, PUF.

SCHMITZ O., 2006, Soigner par l’invisible. Enquête sur les guérisseurs aujourd’hui, Paris, Imago.

SHANG A., HUWILER-MÜNTENER K., NARTEY L., JÜNI P., DÖRIG S., STERNE J., PEWSNER D. et EGGER M., 2005, « Are clinical effects of homeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homeopathy and allopathy », Lancet, 27, 366 : 726-732.

SHARMA U., 1994, « The equation of responsibility : complementary practitioners and their patients », In BUDD S. et SHARMA U. (Dir.), The Healing Bond. The Patient-Practitioner Relationship and Therapeutic Responsibility. Londres et New York, Routledge : 82-103.

SEVIGNY O., 1999, « L’efficacité technique et l’efficacité symbolique. La perspective des homéopathes », Anthropologie et Sociétés, 23, 2 : 41-60.

SONTAG S., 1979, La maladie comme métaphore. Paris, Christian Bourgeois.

STOLLER P., 2004, Stranger in the village of the sick. A Memoir of Cancer, Sorcery, and Healing, Boston, Beacon Press.

VINCENT C., FURNHAM A., 1996, « Why do patients turn to complementary medicine ?An empirical study », British Journal of Clinical Psychology, 35: 37-48.

YATES P. M., BEADLE G., CLAVARINO A., NAJMAN J.M. et THOMSON D., 1993, « Patients with terminal cancer who use alternative therapies: their beliefs and practices », Sociology of Health and Illness, 15: 199-216.

Haut de page

Notes

1  Différentes versions de ce texte ont fait l’objet de relectures de la part de collègues, que nous remercions au passage pour leurs commentaires et suggestions. Nous pensons particulièrement à Patrice Cohen, Aline Sarradon-Eck, Laurence Kohn et Christian Léonard. Nous remercions également les deux lecteurs anonymes de la revue Anthropologie & Santé pour leurs précieuses remarques.

2  Voir, à ce sujet, le numéro spécial de la revue Patient Education and Counseling (n°38, 1999), entièrement consacré à la problématique du recours à des thérapies complémentaires par les personnes malades de cancer (Balneaves et al., 1999).   

3  Soljenitsyne A., Le Pavillon des cancéreux, Julliard, 1969. La lecture de cet ouvrage, écrit dans les années 1960, par l’un des plus grands noms de la littérature soviétique de l’après-guerre, de même que d’autres ouvrages littéraires traitant du cancer et de l’expérience qu’en ont les malades dans des sociétés très différentes n’est pas sans intérêt pour les anthropologues qui y découvrent en quelque sorte l’universalité des questions existentielles que soulèvent le cancer et ses traitements chez ceux qui en sont atteints.  

4  François Laplantine a montré tout l’intérêt que représente la littérature sur la maladie pour l’anthropologie (Laplantine, 1986).

5  Nous utilisons ici la notion de "recours non conventionnels" pour désigner l’ensemble des recours de santé qui ne sont généralement pas intégrés aux protocoles médicaux conventionnels, qui ne font l’objet d’aucune convention médicale. Cette notion est largement utilisée dans la littérature car elle ne se réfère pas, a priori, à une conceptualisation des médecines non scientifiques mais à la relation entre celles-ci et la biomédecine : « By contrast, all other medical practices and behaviours in western countries are considered ‘non- or unconventional’, which means they diverge from accepted standards and bound or characterised by certain conventions and customs. Non conventional medecine can therefore be defined as referring to a heterogeneous set of therapeutical practices that offered as an ‘alternative’ to conventional medicine » (Jütte, 2001 : 14-16)

6  Cet article est basé sur le matériau collecté au cours d’une enquête ethnographique réalisée en Belgique francophone, dans le cadre du programme « Des systèmes pluriels de recours non conventionnels des personnes atteintes de cancer : une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) », financé par l’INCa, et coordonnée par Patrice Cohen (Université de Rouen), et dont le volet belge a été coordonné par l’auteur. Emmanuelle Lenel et Hugues Dusausoit, tous deux jeunes chercheurs, y ont contribué partiellement.

7  Certaines citations sont également extraites de deux entretiens réalisés par Emmanuelle Lenel (entretien avec M. Jenaer) et Hugues Dusausoit (le récit de Bernadette), ayant participé durant quelques mois à la recherche, et que nous remercions ici pour leurs contributions respectives).

8  Terme utilisé pour désigner la pièce bureau où se déroulent habituellement des consultations médicales avec examen.

9  En Belgique, seuls les détenteurs d’un diplôme de docteur en médecine ont le droit de soigner des malades par l’homéopathie.

10  Nous ne faisons pas ici de distinction entre les nombreux types de cancers qui existent. Nous sommes évidemment conscient que la notion générique de "cancer" désigne en réalité, comme l’écrit Paul Stoller (2004), « A devastating collection of more than one hundred different diseases», allant des tumeurs solides aux leucémies, en passant par tous les types de sarcomes, de lymphomes, hotchkiniens ou non. Nous envisageons ici toutes ces maladies comme un ensemble de symptômes qui font l’objet d’un traitement plus ou moins identique, et qui génèrent certaines réactions tout aussi typiques. Tout comme les différentes affections qui les touchent, les "malades du cancer" constituent ainsi une catégorie en soi qui peut, par conséquent, être étudiée comme un groupe social défini.

11  Il faut noter, à cet égard, que la représentation du cancer comme maladie associée à la mort garde sa pertinence aujourd’hui, malgré les avancées thérapeutiques. L’image du cancer qui ronge progressivement la vie de celui qui en est atteint reste également bien présente.

12  Tous les prénoms utilisés ici sont fictifs, afin de garantir l’anonymat des personnes interviewées.

13  Voir notamment Lebeer, 1997.

14  Voir, à ce sujet, Frank et Ecks, 2004 ; Hoyez et Schmitz, 2007.

15  Cette citation est extraite d’un entretien réalisé avec le Dr Jenaer par Emmanuelle Lenel.

16  Ce n’est cependant pas toujours le cas, comme le montre notamment le dernier ouvrage de Sylvie Fainzang, où l’on peut y lire le cas d’un oncologue qui, excédé par l’engouement d’une patiente pour les thérapies non conventionnelles, ne lui proposera pas de s’inscrire à un essai thérapeutique (Fainzang, 2006).

17  « Les rituels font aussi des merveilles dans la routine de la vie quotidienne. Chacun de nous a ses rituels personnels. Faire certaines choses au réveil ou au coucher peut aider à organiser la vie et peut apporter un sentiment de calme. Quand nous pouvons effectuer ces rituels personnels, cela apporte un peu de bonheur. Cela nous fait ressentir, même de façon passagère, que nous pouvons générer et maintenir un contrôle sur nos vies (…). Après un succès initial de mes traitements, j’ai dédoublé mes efforts pour utiliser la médecine alternative afin d’apaiser les effets secondaires et réduire la taille de ma tumeur. Chaque jeudi et dimanche, j’ai récité les incantations Songhay et j’ai présenté des offrandes aux esprits Songhay »(traduction de la rédaction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Schmitz, « Les points d’articulation entre homéopathie et oncologie conventionnelle », Anthropologie & Santé [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://anthropologiesante.revues.org/701 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.701

Haut de page

Auteur

Olivier Schmitz

sociologue et anthropologue, chercheur au Centre d'Etudes Sociologiques (CES) des Facultés Universitaires Saint-Louis de BruxellesCentre d'Etudes Sociologiques (CES) des Facultés Universitaires Saint-Louis de Bruxelles, Boulevard du Jardin Botanique, 43 B - 1000 Bruxelles Belgique, schmitz@fusl.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Les cahiers de Revues.org