Navigation – Plan du site

Soigner par la nature à la Réunion : l’usage des plantes médicinales comme recours thérapeutique dans la prise en charge du cancer

Using Nature to Heal in the Reunion: Medicinal Plants as Therapeutic Recourse in Cancer Care Management
Caroline Desprès

Résumés

Cet article analyse les logiques profanes qui président à la consommation de plantes médicinales à l’île de la Réunion, dans le cadre de la prise en charge du cancer. Le contexte réunionnais est caractérisé par la pluralité des recours (médecine traditionnelle, biomédecine, médecines alternatives). Celle-ci est en particulier observée dans la prise en charge du cancer. Pour cette maladie dans l’immense majorité des cas, les recours se conjuguent à une prise en charge médicale. Les plantes médicinales occupent une place prépondérante au sein de la constellation de recours. Ces consommations de plantes habituellement sous forme de tisanes s’appuient sur des savoirs hérités et un habitus. Une fois le cancer diagnostiqué, certains malades vont abandonner l’usage de plantes dans la mesure où les médecins les contre-indiquent. D’autres au contraire vont consommer ces plantes afin d’accompagner la maladie ou aider à la guérison. Le rapport aux plantes apparait alors en lien avec la manière dont les malades s’inscrivent dans la prise en charge de leur maladie. Elle révèle une rupture de dépendance à l’égard de la médecine occidentale qui reste cependant partielle. L’usage des plantes peut prendre la signification d’une affirmation d’une identité culturelle dans un contexte de bouleversement de l’être provoqué par la maladie. Dans l’univers profane réunionnais, cet usage affranchi des prescriptions des tradipraticiens (tout en restant en continuité avec leurs savoirs) renvoie à une démarche plus autonome dans la gestion individuelle des soins. Mais dans les deux cas, elle est un révélateur de stratégies de réappropriation de la maladie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’île de la Réunion, les plantes médicinales constituent une ressource thérapeutique fréquemment mobilisée par les personnes atteintes d’un cancer. Plus généralement, les parcours de soins des malades du cancer sont caractérisés par la pluralité des recours.

  • 1 Les catégories de la médecine et de la religion s’interpénètrent dans l’univers réunionnais.

2Ces recours relèvent de médecines en tant que systèmes institués, qu’elles soient locales (médecine traditionnelle créole) ou venues d’ailleurs (acupuncture, homéopathie, ostéopathie), ou de mouvements spirituels s’appuyant notamment sur des pratiques d’autoguérison (Reiki, psychogénéalogie, etc.), des techniques corporelles, et sur la consommation de produits thérapeutiques (animaux, végétaux, minéraux) ou alimentaires. Les religions à la Réunion proposent toutes des formes de prises en charge de la maladie1 : religion catholique, Islam, Hindouisme, Eglise Salut et Guérison issue d’une Eglise évangéliste pentecôtiste, Renouveau charismatique (devenu Renouveau diocésain à la Réunion) et divers cultes magico-religieux. Elles s’appuient pour cela sur des rituels (messes de guérison, exorcismes, sacrifices, etc.), quelquefois mobilisent des techniques comme l’imposition des mains ou des prescriptions de plantes, de breuvages (incluant l’eau bénite).

3Cette pluralité des recours thérapeutiques dans le cancer se retrouve dans d’autres contextes culturels (par exemple : Cathebras, 1996, Schmitz, 2006, Molassiotis, 2005). Elle répond à la multiplicité des besoins des malades, physiques (recherche de soulagement, guérison), psychologiques, spirituels.

4Dans l’univers réunionnais, elle n’est pas en soi spécifique aux parcours des malades du cancer, comme l'attestent des travaux de recherche réalisés depuis une vingtaine d’années, notamment ceux de Jean Benoist (1993). Elle peut être rapportée aux dynamiques sociales complexes qui ont contribué à structurer cette société, phénomènes de créolisation à l’origine de productions inédites mais aussi maintien d’identités culturelles marquées récemment par de nouvelles dynamiques de revalorisation identitaire. Cependant, l’organisation et la dynamique de ces recours nous semblent prendre une configuration singulière dans le cas du cancer dans la mesure où, dans la grande majorité des cas, ils se conjuguent ou se superposent à l’intervention de la biomédecine.

  • 2 Elle utilise des extraits aromatiques de plantes.

5A la Réunion, les plantes médicinales occupent une place de choix dans l’univers thérapeutique. Là encore, les formes d’usages et les mondes culturels rattachés aux plantes sont marqués du sceau de la diversité. Nous avons distingué deux catégories : d’une part, les plantes « transformées », comme c’est le cas en homéopathie, Fleurs de Bach, aromathérapie2 et, d’autre part, la phytothérapie, essentiellement représentée par la consommation de plantes médicinales de la Réunion. Ces dernières constituent une ressource thérapeutique importante de la médecine créole : herbes consommées par voie orale (infusions, décoctions) ou en applications locales et plus communément appelées tisanes.

6Au sein de ces constellations de soins où la plante est intégrée au processus thérapeutique, nous avons choisi de nous focaliser sur l’usage des plantes médicinales de la Réunion et leur consommation dans un cadre et une logique profanes, sans l’intervention d’un spécialiste. Cet usage s’appuie toujours sur un savoir hérité de la famille et se consolide par l’appropriation d’autres sources de connaissances, notamment la médecine traditionnelle. Ces savoirs sont alors réinterprétés. La consommation des plantes médicinales renvoie à une logique d’autonomie du sujet relative à la gestion de sa santé, qui décide de consommer ce produit à finalité thérapeutique, en fixe lui-même le cadre d’usage, les quantités, le rythme de consommation. Elle s’apparente à l’automédication qui constitue une rupture de dépendance à l’égard de l’autorité médicale (Fainzang, 2010) mais le statut de la plante confère à cet usage une autre signification.

7Cette consommation renvoie en première instance à une recherche pragmatique de soulagement, plus rarement de guérison. S’il lui est prêté un pouvoir incontesté d’action sur le corps, la plante est largement investie symboliquement dans le cadre d’une réappropriation profane, à l’instar de ce que Claudie Haxaire observait pour les médicaments psychotropes (2002). Son usage renvoie à des formes d’appropriation de la maladie et répond de manière plus profonde à une réaffirmation d’une identité réunionnaise à laquelle ces pratiques sont symboliquement rattachées. On pourrait en dire autant de la consultation de guérisseurs. Cependant, la plante que le sujet choisit de prendre de son propre chef s’écarte de cette démarche car elle rend compte de son autonomie, non pas seulement à l’égard de la biomédecine mais en évitant l’éventuel contrôle social exercé par le guérisseur local (Van der Geest et Whyte, 2003). Cueillie en forêt ou cultivée dans le jardin, la plante est profondément inscrite dans le patrimoine des Réunionnais et participe de leur identité. Elle constitue à ce titre le témoin de leur rapport à leur terre, à leur culture et leurs ressources propres.

  • 3 Il s’agissait d’un appel d’offres de l’INCA en sciences humaines et sociales portant sur les médeci (...)

8L’article s’appuie sur plus d’une trentaine d’entretiens non directifs réalisés auprès de personnes atteintes d’un cancer3 .

Le contexte global d’usages des plantes à La Réunion

  • 4 Vendu en pharmacie, sous forme conditionnée (gélules, par exemple), il fait exceptionnellement l’ob (...)

9L’usage des plantes médicinales à la Réunion s’inscrit dans un contexte complexe comportant une dimension globale mais surtout locale, inscrite dans deux des trois espaces sociaux qui prennent en charge la maladie et la santé (Cohen, 2000) : le secteur familial et populaire qui nous intéresse ici et le secteur concerné par l’action des thérapeutes traditionnels. Le dernier est constitué par la biomédecine qui, si elle reconnait l’action pharmacologique de certaines plantes, ne mobilise le produit que transformé en médicament4.

  • 5 Rappelons que certains produits de la chimiothérapie anticancéreuse sont issus de plantes.

10L’usage thérapeutique des plantes est à l’origine d’un marché dynamique et en pleine recomposition. Il s’inscrit dans un contexte mondial où les individus cherchent à recouvrer une relation harmonieuse avec leur environnement. La plante est jugée bonne parce qu’elle est naturelle, réputée non nocive, sans effet secondaire, préservant l’harmonie et l’équilibre du corps, voire les rétablissant. Il s’agit « de nettoyer, de purifier l’organisme face à une maladie ou à une menace de maladie, vécue globalement comme une souillure » (Garetta, 1998 : 78). Elle est pourvue de vertus positives contrairement au médicament qui certes vient enrayer la maladie mais est aussi symbole de maladie (Conrad, 1985). Il peut même être porteur de destruction dans le cas des chimiothérapies. L’usage des plantes, sous des formes transformées ou non, s’inscrit dans le cadre de médecines telles que la médecine traditionnelle chinoise, l’homéopathie, la naturopathie et bien d’autres, un « fourre-tout » comme le décrit Francis Zimmermann (1995). Enfin, les plantes sont aussi à l’origine d’un grand nombre de médicaments5.

11La consommation de plantes médicinales revêt à la Réunion une dimension locale, où savoirs et pratiques préexistent aux modèles importés actuels, même s’ils en subissent les influences. L’île dispose d’une flore indigène abondante, enrichie de plantes apportées par les différents migrants depuis leur patrie d’origine (surtout Français de Métropole, Indiens, Malgaches, Africains). Ces plantes importées étaient associées à des connaissances empiriques, des croyances, parfois leur usage était intégré à des rituels ou des cultes religieux.

12Les connaissances sur les plantes indigènes sont largement héritées des Malgaches dont la flore est pour une grande part commune à celle de la Réunion. Elles sont également issues d’un savoir constitué empiriquement et hérité des esclaves marrons et de leurs descendants réfugiés sur les hauteurs de l’île et dans les cirques, en ce qui concerne les plantes endémiques de l’île. Isolés du reste de la société, ils devaient puiser dans leur environnement les ressources pour vivre et se soigner (Eve, 2003). Ce savoir est donc largement empirique et transmis oralement. Depuis quelques décennies, des travaux ont été menés afin de répertorier la pharmacopée traditionnelle (voir notamment Lavergne et Vera, 1989 ; Lavergne,1990).

  • 6 Elles peuvent être également utilisées pour des bains, des préparations pour des sirops. Il arrive (...)

13La médecine traditionnelle réunionnaise s’appuie largement sur l’usage de plantes, consommées sous formes de tisanes (infusions, décoctions)6, appelées « z’herbages » en créole réunionnais. Leur consommation vise notamment à rééquilibrer les polarités et les humeurs, afin de maintenir la santé (Pourchez, 2000). Quand la maladie survient, le traitement ne découlera pas directement des symptômes présentés mais plutôt de la cause supposée, qui relève de l’un des trois registres suivants : physique, social ou divin (Andoche, 1988). La plante détient un double statut, une action rattachée à ses principes actifs (pharmacologiques) et un pouvoir spirituel, « une âme », ce qui la situe dans une zone ambiguë selon Benoist, « ancrée dans la chimie, mais aussi dans des pouvoirs autres qui plongent dans l’inconnaissable » (Benoist, 2006 : 11).

  • 7 Certains d’entre eux se qualifient de « tisaniers » pour se démarquer des tisaneurs ayant des prati (...)

14La plupart des guérisseurs réunionnais utilisent les plantes, soit comme composante centrale du traitement (notamment les herboristes appelés « tisaneurs »7), soit en association au traitement rituel. Quelques-uns proposent des traitements réputés guérir le cancer, ou en tout cas certains cancers, se référant à une plante miraculeuse dont ils ont le secret, mais c’est avant tout le pouvoir du thérapeute auprès de forces occultes qui est sollicité. La plante n’est pas efficace à proprement parler du fait de ses principes actifs mais constitue le véhicule de la prière (Benoist, 1993, 2006). Nombre de guérisseurs accompagnent donc le rituel et la prise en charge de la prescription de breuvages à base végétale, minérale ou animale qu’ils ont composés eux-mêmes. L’utilisation de plantes est une composante de la culture réunionnaise. Ainsi, le Père Dijoux, Réunionnais, célèbre exorciste de l’Eglise catholique, associait fréquemment sa prière à une prescription de tisanes. Dans son journal, on note plusieurs cas de cancer, pour lesquels il prescrit dans un cas de l’herbe à bouc (Agératum conyzoïdes), dans l’autre, de l’herbe Plantain (Plantago major) et de l’eau bénite (Dijoux, 1995).

15Dès lors, il n’est pas possible de dessiner une frontière entre les tisaneurs et les autres types de guérisseurs réunionnais, entre prière et soins. De nombreux tisaneurs revendiquent un don d’essence divine, certains composent leurs tisanes avec de l’eau bénite afin d’en renforcer le pouvoir, quelques-uns pratiquent l’exorcisme. A titre d’exemple, les tisanes sont toujours une association de plantes (appelée complication), en un nombre impair qui varie selon l’effet recherché et dont la valeur symbolique doit en augmenter l’efficacité. Comme l’écrit Jean Benoist, « elle se présente comme un message codé, avec sa forme, son contenu, sa rythmique liés à des formules, des quantités, des périodicités » (Benoist, 1993 : 17).

16De nombreux Réunionnais détiennent un savoir propre sur les plantes médicinales et en font un usage à titre préventif ou curatif. Ce savoir est d’abord transmis au sein des familles. De plus, les connaissances botaniques sur les plantes ont été largement diffusées par le biais d’ouvrages tels que ceux de Roger Lavergne. Quelques émissions spécialisées, diffusées à la radio ou à la télévision sont en vogue depuis une dizaine d’années, animées par des tisaneurs. Le champ domestique d’utilisation des plantes est lui-même en totale continuité avec celui des tisaneurs qui revendiquent un savoir hérité de leurs parents et de leurs ancêtres. Les recettes se transmettent par voie orale ; certaines personnes, par leurs connaissances plus étendues et leur réputation, viennent alors à soigner hors de leur champ familial et leurs proches.

  • 8 L’analyse de ce marché dynamique fera l’objet d’un autre article.

17Jusqu’à la départementalisation, l’île est restée isolée tant parce qu’elle était éloignée géographiquement, que du fait d’un retard à son développement économique et culturel. Beaucoup de Réunionnais vivaient dans la misère, les infrastructures sanitaires ainsi que les médecins étaient peu nombreux. Les plantes médicinales ont constitué jusqu’à une époque encore récente un moyen thérapeutique essentiel. Progressivement, le nombre de médecins et de services (incluant les pharmacies) s’est accru, la consommation des tisanes a été progressivement supplantée par les médicaments. Le nombre de tisaneurs a considérablement décliné. Certains d’entre eux, parmi les plus réputés, n’ont pas été remplacés et leur savoir se perd progressivement. Cependant, depuis une ou deux décennies, des initiatives locales cherchent à promouvoir ces savoirs spécifiques, menacés tant par la déforestation que par la perte des savoirs essentiellement oraux. Cette dynamique est renforcée par les mouvements globaux de retour vers les produits issus de la nature. La flore endémique et son usage sont reconnus comme faisant partie intégrante du patrimoine végétal et culturel de la Réunion. Le marché des tisanes connait un essor sans précédent, s’appuyant sur les thérapeutes traditionnels qui, s’adaptant aux attentes des malades d’aujourd’hui, cherchent de nouvelles formes de légitimité et des vendeurs qui en font un produit commercial à part entière8.

La prise en charge médicale du cancer à la Réunion

  • 9 Même si nous avons rencontré des professionnels qui se démarquent des pratiques dominantes.

18L’organisation des soins, les modalités concrètes de prise en charge, les formes qu’épouse la relation entre médecin et malade9 construisent un sentiment de dépossession chez le malade auquel l’usage des plantes vient en partie répondre. En effet, nos observations rejoignent les résultats des chercheurs ayant travaillé sur le cancer, montrant l’emprise de la biomédecine sur les parcours des malades.

19Le diagnostic de cancer est un diagnostic médical et il revient donc au médecin d’instituer la personne comme « malade d’un cancer ». C’est aussi le médecin (plus spécifiquement une équipe médicale et pluridisciplinaire) qui décide alors des modalités de la prise en charge thérapeutique. Notamment lors de l’annonce où se décide la démarche à poursuivre, l’espace de choix et de décision est quasi inexistant (Bataille, 2003) et le malade ne peut qu’approuver des décisions reposant avant tout sur des critères techniques et sur lesquels la majorité des spécialistes ne cherche pas à l’éclairer ni à lui permettre d’en comprendre les enjeux. Il lui est donc difficile de s’approprier sa maladie du fait d’une information restreinte, parfois mensongère comme le montre les travaux de Sylvie Fainzang (2006). Il arrive que le mot même de cancer ne soit pas prononcé lors de la consultation dite d’annonce (Bataille, 2003 ; Fainzang, 2006) ce que nous ont rapporté plusieurs malades.

20Le sujet malade n’est pas maître de son temps, lequel est structuré par les rythmes imposés par les séquences du traitement, sa vie hors de l’hôpital devant s’organiser autour des temporalités hospitalières (Ménoret, 1999). Les éléments permettant de se projeter et d’organiser sa vie future ne lui sont pas fournis. Il est dépossédé d’un futur sur lequel les médecins, régis par l’incertitude médicale (Saillant, 1988 ; Ménoret, 1999), ne veulent pas se prononcer.

21Enfin, il est dépossédé de son corps devenu objet de soins, morcelé dans le regard posé par les thérapeutes qui adoptent une vision organiciste, corps parfois amputé ou mutilé par des interventions thérapeutiques. Les modalités de prise en charge contribuent à la segmentation des expériences, du fait notamment du cloisonnement des interventions thérapeutiques et de la multiplicité des intervenants, plus ou moins coordonnés selon les équipes.

22Les médecins participent largement à construire une forme d’expropriation de sa maladie. Dans “le colloque singulier”, le malade et le médecin ne sont pas seuls dans un face-à-face mais chacun convoque son monde social (Barrier, 2010). Aussi, les difficultés inhérentes à la relation de soins apparaissent majorées dans un contexte interculturel, révélatrices des stratifications sociales entre les groupes. Dans le contexte réunionnais, le décalage entre l’expérience de la maladie du point de vue du patient et le discours tenu par le médecin apparaît majoré. La relation entre médecin et malade est marquée par la persistance de formes de paternalisme d’autant que la société réunionnaise porte encore les reliquats d’une structure sociale coloniale (Nicaise, 1999 ; Médéa, 2009). La majorité des médecins appartient au groupe dominant, économiquement et culturellement, ce que constatait Benoist (1993) et que nous avons pu à nouveau observer dans le champ de la médecine de spécialité. Les entretiens avec des médecins oncologues montrent qu’une très large majorité d’entre eux est née en Métropole ; ils y ont suivi leurs études et ne sont venus à la Réunion que plus tard. Non seulement ces médecins adoptent volontiers un langage technique peu compréhensible (Fainzang, 2006 ; Bataille, 2003) mais généralement, ils ne parlent pas et ne comprennent pas le Créole, alors que certains de leurs patients ne maîtrisent pas parfaitement le français, ce qui accroît la distance entre les deux protagonistes. Certains mots créoles, mal traduits en français, amènent le médecin à commettre des erreurs diagnostiques, ce dont témoignent des infirmiers réunionnais que nous avons rencontrés.

23Dans ce contexte, nous allons montrer que l’usage des plantes constitue une forme de réponse au sentiment d’expropriation éprouvé par le malade dans le cadre de la prise en charge de la maladie et à ses interrogations, notamment sur les significations du cancer sur lesquelles les médecins ne disent pas grand-chose. Il représente une forme d’autonomie vis-à-vis de la médecine et plus largement une forme de réappropriation de son corps et de sa maladie, une manière de participer au processus de guérison.

Des parcours différenciés quant à l’usage des plantes et leur signification

  • 10 Certaines des plantes fournies réputées bonnes dans le cancer notamment le bois jaune (Ochrosia bor (...)

24Nous allons examiner plus en détail les usages profanes des plantes médicinales afin de saisir leurs significations et à quels besoins ils répondent. Dans ce cadre, les individus peuvent solliciter des tisaneurs ou de simples revendeurs pour les fournir en plantes déterminées, difficiles à trouver10 ou qu’ils ne savent pas identifier par eux-mêmes en milieu sauvage. Nous avons pu constater lors d’observations auprès de ces thérapeutes que, régulièrement, « leurs clients » arrivent avec une liste préalable de plantes dont ils ont besoin.

  • 11 Ici nous entendons par "efficacement" le fait de trouver le bon interlocuteur et non en termes d’ef (...)

25Au sein des parcours de soins des malades, nous voyons se dessiner une ligne de partage entre ceux qui consommaient les plantes avant le cancer et ceux qui n’en consommaient pas. En effet, nous avons observé que les personnes qui ne consommaient pas de tisanes avant la survenue du cancer ne modifient pas leurs attitudes une fois malades. Elles se dirigent alors vers d’autres formes de recours souvent moins locales. Les personnes qui ne sont pas nées à la Réunion, que nous qualifierons de « Métropolitains » et que les Réunionnais appellent les « Zoreys », appartiennent à la seconde catégorie. Qu’elles soient récemment arrivées ou non dans l’île, elles ne semblent pas mobiliser efficacement11 ce moyen thérapeutique. L’usage des plantes est le témoin d’un rapport à la tradition et à la culture, d’une capacité à mobiliser les ressources de l’île, qu’elle prenne cette forme ou celle de recours aux guérisseurs locaux.

26La consommation de tisanes, souvent quotidienne, au point qu’elle s’apparente parfois à un usage alimentaire (comme boisson) relève d’un soin du corps sain et du corps malade. Elle témoigne, dans le cadre que nous avons circonscrit, de formes d’autonomie. En effet, si la démarche de sollicitation de guérisseurs peut révéler des formes de contestation culturelle face aux modèles dominants occidentaux véhiculés par la médecine, elle n’a pas pour autant une valeur d’autonomie, de prise en charge de soi, de son corps.

27Une majorité de Réunionnais conserve l’habitude de consommer des tisanes, même après la survenue du cancer. Elles constituent presque toujours un complément aux traitements médicaux. Différentes typologies qualifiant les formes d’usage de la plante peuvent alors être décrites, marquant des niveaux variables dans la connaissance des plantes et les modalités d’accès à ces savoirs. Nous verrons que ces typologies reflètent également des modalités et des niveaux différents d’autonomie dans les soins.

Avant le cancer : entretenir le corps sain, gérer les malaises quotidiens

28La tisane préparée à base de plantes, bue quotidiennement et en quantité parfois importante, remplaçant l’eau, permet un entretien du corps. Cet usage s’inscrit en continuité avec les usages traditionnels. En effet, auparavant, sa consommation suivait une certaine périodicité au cours de l’année et répondait aux besoins des différents âges de la vie. Les rythmes étaient calés à la fois sur les saisons et sur les activités sociales (purges au moment de la coupe de la canne, par exemple). A une époque où l’accès aux médecins était difficile, les plantes constituaient une ressource thérapeutique essentielle pour les habitants des Hauts.

29Francis a 60 ans et est originaire du Sud de l’île. Son père possédait un petit lopin de terre qu’il cultivait, et détenait un savoir sur les plantes qu’il lui a transmis.

« Depuis étant petit, j’ai été soigné, - c’est-à-dire les petits bobos qu’on peut avoir -, de façon naturelle par des plantes. Je suis allé très, très peu au médecin. Les fois où j’y allais c’est quand j’avais par exemple une grosse fièvre inexplicable et là mes parents m’emmenaient au médecin. Autrement, j’ai toujours été soigné par les plantes. »

  • 12 Pendant toute une période de l’engagisme, l’hindouisme était pratiqué de manière clandestine puis l (...)

30Isabelle a 45 ans. Elle est mariée et mère de deux enfants. Elle est d’origine indienne par ses deux parents, ses ancêtres sont venus à la Réunion comme engagés, il y a trois générations. Elle se définit comme catholique et pratique cette religion tout comme ses parents12. Elle a vécu quelques temps en Métropole, où elle a connu son mari Alsacien, puis elle est rentrée à la Réunion. En Métropole, elle travaillait dans une agence immobilière puis, à son retour, a dirigé une autoécole. Elle habite St Louis avec sa famille. Elle a l’habitude de boire des tisanes :

« Depuis bien avant, nous on a coutume dans la culture réunionnaise, on a des plats épicés, on mange tout et on a aussi le côté pour purifier l’organisme, pour purifier le corps. Moi, bien souvent, je prenais des infusions de thym. »

  • 13 La cour est l’espace situé devant la maison, la kaz, et constitue un espace de transition entre le (...)

31Les plantes appartiennent à l’univers familier, elles sont présentes dans la cour13, parfois sur le balcon des appartements. Gabrielle a passé sa jeunesse dans le cirque de Cilaos, vivant en communion avec la nature : « Les arbres, les animaux, c’étaient mes amis ». Depuis son enfance, la flore végétale fait partie intégrante de son univers thérapeutique. Ses parents étaient agriculteurs et sa famille possédait un savoir empirique sur les plantes médicinales : « Mes parents m’ont élevée comme tous les autres avec ce qu’ils avaient sous la main ». Sur le vaste terrain de sa maison au Tampon où elle habite aujourd’hui avec son mari et ses trois enfants, elle a planté un véritable jardin d’apothicaire. C’est aussi le cas de Francis qui vit sur les hauteurs de St Joseph.

32Dans un certain nombre d’entretiens, la consommation de tisanes n’est pas signalée au chercheur si la question n’est pas explicitement posée. Intégrée à la vie quotidienne, elle s’inscrit dans une pratique routinière que l’on ne relate pas. Ainsi, Suzanne, habitant les Hauts de St Pierre au Sud de l’île, déclare qu’elle ne prend pas de tisanes : « Pour mon corps, mon cancer même, j’ai rien pris des z’herbages… » À un autre moment, elle explique qu’elle prend du romarin et de la cannelle : « C’est bon, ça ne fait rien du tout ». Ce statut ambivalent entre aliment/boisson et remède n’est pas propre aux tisanes médicinales et Sylvie Fainzang (2003) notait que le médicament pouvait occuper une fonction alimentaire, au-delà du soin.

33Quand une maladie se manifeste, il s’agit d’abord de la gérer par soi-même, en utilisant les ressources disponibles dans l’environnement. De nombreux Réunionnais comme Gabrielle ou Francis ont été soignés ainsi dans leur enfance et conservent ces usages pour traiter les désagréments du quotidien, les symptômes tant qu’ils n’inquiètent pas ou les affections telles qu’une grippe passagère.

34Quand le diagnostic de cancer est posé, annoncé par une équipe médicale, s’amorce alors un processus de prise en charge. Le parcours de soins est structuré par les décisions médicales, les rythmes hospitaliers sur lesquels le malade a rarement son mot à dire. La poursuite de la consommation de plantes révèle dans ce cadre une forme d’autonomie vis-à-vis de la médecine. Une partie des médecins recommande à leurs patients d’arrêter ces consommations, alléguant de possibles interactions entre chimiothérapie et plantes. L’usage des plantes est ou non maintenu et prend en fonction des individus une signification différente.

Quand le cancer est là : entretenir le corps malade, éliminer, purifier

35Francis est atteint d’un myélome et va consommer des tisanes tout au long de ses cures de chimiothérapie. Il a fait des études supérieures. Il n’a pas obtenu son diplôme d’infirmier et a bifurqué vers des études de linguistique, motivées par son intérêt pour la langue créole et plus largement la promotion de sa culture. Il possède un savoir phytothérapeutique précis et étendu qu’il tient de son père mais qu’il a développé et qu’il souhaite diffuser. Il a mené des recherches pour mieux connaître les ressources botaniques de son île, en rattachant les vertus des plantes à leurs propriétés biologiques. Dans le cancer, il considère qu’elles sont avant tout intéressantes en prévention : « l’aloe vera, ça aide mais ça ne guérit pas le cancer ».

36L’usage que Francis fait des plantes dans sa maladie occupe un champ restreint et bien délimité ; il vise à gérer des troubles secondaires notamment en lien avec le traitement : équilibrer son transit, se réhydrater :

« Moi j’ai pris des petites tisanes légères pour m’aider à évacuer. […] Par exemple, le goût, quand j‘avais pas de goût. Même pour boire de l’eau, c’était désagréable. Je faisais une tisane, je jouais sur la couleur et je buvais. Ça me permettait de m’hydrater. »

37Cette consommation de tisanes s’inscrit dans des expériences sensibles, construites culturellement, telles que la couleur pour Francis ou le goût pour Isabelle :

« Quand je bois de l’eau, je mets toujours une branche de romarin dedans. J’aime les plantes, j’aime le goût… » (Isabelle)

38Isabelle découvre fortuitement une boule dans son sein. Les clichés réalisés amènent le médecin à en suspecter le caractère cancéreux, mais même si sur l’insistance d’Isabelle, il lui laisse entendre, il ne prononce jamais le mot cancer. Il lui assure qu’on ne lui retirera pas le sein. Finalement, lors de l’intervention, le cancer est plus évolué que ce qui avait été anticipé et elle doit subir une amputation du sein qui sera suivie de cures de chimiothérapie. Cette maladie est vécue comme une trahison de son corps et comme une souillure :

« Je savais que mon corps était en train de me trahir et que malgré ma forte personnalité, je ne pouvais rien faire. Mon corps était en train de… de partir... de mourir sans que moi je ne puisse faire rien ! » Elle consomme alors des tisanes purgatives : « J’essaye d’éliminer les choses chimiques qui rentrent dans mon corps. (…) Pour avoir l’impression de libérer un peu mon corps de la chimiothérapie par exemple, je buvais mes tisanes ».

39Dans les conceptions traditionnelles, la plante peut redonner au corps son intégrité et sa force en restaurant l’équilibre de l’organisme ou encore en le débarrassant de ses impuretés et de ses « miasmes » rattachés à la maladie. La récurrence des tisanes aux vertus dépuratives ou purgatives renvoie aux représentations du cancer comme une entité isolable, voire un corps étranger qu’il faut extirper ainsi que celles du sang souillé (par la maladie ou par la chimiothérapie) qu’il faut purifier.

  • 14 On peut observer que ces conceptions ne sont pas détachées des discours de santé publique qui contr (...)
  • 15 Le saisissement consiste en une réaction à un choc physique ou psychique. Il peut rendre gravement (...)
  • 16 Différents ordres de signification peuvent être mobilisés conjointement.

40Dans nos entretiens, l’origine du cancer est communément rapportée à un déséquilibre de l’alimentation notamment un excès d’épices, les consommations d’alcool, de tabac14 rejoignant partiellement les conceptions de la médecine traditionnelle. La maladie y est pensée avant tout comme un dérèglement lié à la nature, à un traumatisme ou un accident, le déficit de certains aliments (Andoche, 1988 ; Cohen, 2000). La tisane va contribuer à restaurer l’équilibre. Elle apparaît comme l’antidote des maladies de la modernité, d’une pollution dont le cancer serait un avatar, renvoyant aux représentations dominantes de la maladie. La notion de pollution fréquemment évoquée pour le cancer renvoie à un ordre social bouleversé (Douglas, 2001) qui, dans le contexte réunionnais, fait référence aux changements sociaux extrêmement rapides depuis la départementalisation. Le cancer est aussi très fréquemment relié à une émotion emprisonnée, qui n’a pas pu être libérée à l’occasion d’un événement spécifique, perte d’un être cher, par exemple ou un événement plus insidieux comme un contexte professionnel délétère. De telles représentations ne sont pas spécifiques aux malades réunionnais mais, chez ces derniers, elles trouvent un écho particulier car elles sont en continuité avec la conception selon laquelle, dans la culture réunionnaise, l’émotion peut rendre malade voire mettre la vie en danger15. Par leurs vertus purgatives, certaines plantes répondent aussi aux éventuelles interprétations surnaturelles de la maladie16 (esprit ayant pris possession d’un corps) même si la tisane ne suffit pas à régler un désordre de ce genre et qu’il faut faire appel à un spécialiste doté de pouvoirs surnaturels.

41La tisane revêt une autre signification, celle d’une tentative de réappropriation, de participation du malade à sa propre guérison comme Francis l’explique :

« L’utilisation des tisanes, c’est plus une autonomie d’action pour sa santé personnelle : une démarche… Une forme d’autonomie de la personne qui a décidé de prendre sa santé en charge par les moyens qu’elle a sur le terrain. »

42Francis mobilise un registre de vocabulaire se référant à la maîtrise et à un combat personnel face à la maladie. Ainsi, quand il se réfère aux moments où il partait pour sa chimiothérapie, il emploie un vocabulaire évocateur : « je partais lutter ». Il explique par ailleurs : « je notais tout, j’écoutais beaucoup mon corps ». Il conçoit ses attitudes comme un véritable travail thérapeutique en collaboration avec la médecine : « C’est important pour moi de ne pas rester allongé, de bouger ». S’il s’agit effectivement de se lever du lit d’hôpital stricto sensu, cette phrase revêt un sens métaphorique, celui de son combat personnel.

43Isabelle assiste impuissante aux désordres de son corps :

« […] J’ai pas pu empêcher le cancer dans mon corps. Quand on arrive là-dedans, on se dit qu’on est pas maître de soi-même ».

44Le sentiment de dépossession est aussi très présent chez elle :

« le plus grand ressentiment, la plus grande colère était envers moi-même. Moi qui ai toujours fait les choses de tête, coordonner, diriger et mettre en place toutes les choses et bien j’étais dépendante du bon vouloir des docteurs. De leur savoir pour me guérir, pour guérir mon corps ! ».

45En creux, l’usage des plantes vient répondre à ce sentiment de dépossession même si elle l’exprime moins clairement que Francis.

46Plus encore, l’utilisation des ressources phytothérapeutiques est clairement énoncée par Francis comme une démarche identitaire, l’affirmation, la revendication de sa créolité. Francis rattache en partie sa maladie à ses origines africaines. Dès lors, c’est dans son environnement culturel qu’il puise des ressources pour guérir, la démarche de soins devant faire sens par rapport à ses interprétations. En puisant dans un savoir hérité des ancêtres, les individus replongent dans leurs racines et y puisent des forces. Profondément inscrite dans l’identité réunionnaise, la plante rattache plus profondément l’individu à son milieu social et à son histoire.

A la recherche de la guérison : explorer de nouveaux horizons

47Honorine se distingue des deux précédents protagonistes. Elle ne connait pas sa généalogie et se définit comme « Réunionnaise de toujours » et de type « créole blanc », originaire de Rivière des Pluies. Son grand-père était agriculteur et complétait son activité peu rentable en vendant des animaux ou en faisant du charbon. Elle habite à St André avec son mari, et elle est retraitée. Après des errements diagnostiques qui durent plusieurs mois, un cancer de l’utérus est diagnostiqué. Elle est opérée et subit des cures de chimiothérapie.

48Au fur et à mesure de l’entretien, différents niveaux d’interprétation de sa maladie émergent. Honorine rattache son cancer à une grande émotion :

« J’ai fait un accident, il y a quelques années et j’ai fait une grande peur ! (…) Est-ce que ce n’est pas cette grosse peur qui a fait éclater ça ? ».

49Elle n’exclut pas toutefois qu’il puisse y avoir une origine plus spirituelle. Rendant visite à des voisins qui étaient en train de faire un « service » (cérémonie religieuse Malbar dans ce cas), elle a marché par mégarde sur des objets du culte, « Quand j’ai commencé à saigner, j’ai pensé à tout cela ».

50La problématique de l’évacuation prend d’ailleurs d’autres formes : « J’ai évacué en criant et en pleurant ».

51Son itinéraire thérapeutique est alors le reflet des différents niveaux d’interprétation de son cancer. Elle est catholique pratiquante et son itinéraire de soins est associé à des prières, des pèlerinages. Elle attribue à Padre Pio le fait d’avoir jusque-là survécu à son cancer, même si elle considère que « les médecins ont fait leur part ».

52Les plantes font l’objet d’une exploration active qui s’inscrit dans une démarche de recherche de soulagement de certains symptômes dont elle souffre, en lien avec le cancer et son traitement et d’assurer une plus grande résistance à son organisme. En outre, pour Honorine, il s’agit de lutter directement contre le cancer dans une logique d’accumulation.

  • 17 Autre dénomination du Bois jaune.

53Ainsi, elle consomme diverses tisanes, surtout depuis qu’elle est en chimiothérapie. Ce sont des z’herbages qu’elle connaissait déjà ou que lui conseillent « ses copines ». Elle prend ainsi de la Vigne rouge (Vitis vinifera) pour la circulation et l’œdème des jambes. Elle prend aussi des tisanes préparées par une amie qui lui apporte dans une bouteille et qui contiendrait du pied de mélisse. La salle où se déroule la chimiothérapie est un lieu de circulation d’informations. Elle connaissait la Vigne rouge mais n’osait pas la prendre. Une vieille dame lui confirme l’intérêt de cette plante. Elle prend aussi de l’Aloès, elle a des plants chez elle mais achète aussi des extraits en pharmacie. Toujours en salle de repos, elle entend parler des bienfaits du Ginseng et de la gelée royale. Elle leur rattache l’amélioration actuelle de son état général. Enfin, elle va chercher elle-même des fleurs jaunes (Hypericum lanceolatum17) dans les Hauts, « parce qu’ils ont reconnu l’aspect bénéfique sur le cancer ».

54Elle s’approvisionne aussi bien à la pharmacie qu’en milieu naturel (le jardin ou la forêt), au marché forain, parfois chez les droguistes, voire hors de la Réunion puisqu’elle a commandé de l’Elixir du Suédois pour purifier le sang. Elle ajoute : « C’est bon pour tout. C’est un mélange de 35 plantes ! ». Les effets de ce produit qui n’appartient pas à la tradition réunionnaise, s’accordent néanmoins avec les représentations traditionnelles de la maladie et du cancer plus particulièrement. Elle commande également de l’huile de foie de requin en Espagne. Un proche lui a apporté de l’huile de foie de crocodile qu’elle a bu également et dont il avait entendu parler à Madagascar. Son intérêt avait été confirmé par une vieille femme qu’elle désigne comme « Malbar », lui garantissant que cette huile assurerait sa guérison.

  • 18 Ce dont témoignent également de nombreux malades.
  • 19 Réunionnais originaires du sud de l’Inde, pratiquant une religion hindoue créolisée.

55Honorine puise des ressources dans son milieu naturel et social. La maladie est l’occasion d’explorer plus profondément son univers culturel (Benoist, 1993). Elle s’appuie sur ses propres connaissances puis poursuit sa quête, à l’affût de nouveaux remèdes. Ces informateurs font partie de son environnement immédiat et ont gagné sa confiance. La salle de chimiothérapie est un lieu privilégié pour recueillir et partager des informations avec des gens vivant la même expérience qu’elle18. Cela participe de leur légitimité. Pour Honorine, celle-ci est aussi reliée à l’âge, les personnes âgées étant supposées détenir plus de sagesse et de connaissances. L’appartenance religieuse y participe également : les Malbars19 sont réputés bénéficier d’un pouvoir supérieur. Honorine recoupe également ses informations ce qui contribue, quand elles ont une double source, à les valider à ses yeux. Par contre, elle considère les guérisseurs comme des charlatans.

56Les vertus attribuées aux plantes médicinales sont reliées au pouvoir que détient celui qui les prescrit ou les conseille, et plus largement à leur univers symbolique de rattachement. Produit de la nature sauvage, elles sont source de vie et de régénération, contrairement aux cures de chimiothérapie : celles-ci, censées sauver le patient, le détruisent simultanément, ce que ressentent les malades dans leur corps de manière tangible. Dans les représentations populaires, le lieu d’où vient la plante modifie son action. Les plantes sèches, achetées sur le marché forain sont jugées moins efficaces que les plantes que l’on va chercher soi-même dans la forêt. La nature sauvage confère un pouvoir supplémentaire à la plante ; cette nature figurée par la forêt se trouve de plus dans les Hauts, lieu de la tradition opposé au littoral urbain, et espace de liberté où les esclaves marrons trouvaient refuge. La plante est également investie de la valeur mystique de l’endroit d’où elle provient ; certaines ravines peuvent ainsi accueillir des plantes rares et bénéficier d’effets en lien avec la spiritualité accordée à ces lieux (présence d’esprits, d’ancêtres). C’est pour cela que Honorine préfère aller chercher elle-même le bois jaune.

57L’usage des plantes endémiques de la Réunion glisse également vers des produits naturels venus de divers lieux du Globe et des traditions les plus diverses, témoignant de la capacité des Réunionnais à investir d’autres espaces culturels et à incorporer de nouveaux apports. Ces nouveaux produits du marché international trouvent un écho particulièrement favorable chez les Réunionnais habitués à consommer des plantes.

58Honorine comme bien d’autres ne détient pas le même niveau de connaissances que Francis qui domine précisément les effets de chaque plante. Le corps est alors un terrain d’expérimentation. Ainsi, d’autres parcours de soins sont marqués par des expériences négatives à l’origine d’une rupture dans la consommation de tisanes endémiques. C’est le cas de Thérèse qui a « arrêté net » mais en dehors de cet accident se distingue assez peu d’Honorine. Elle a 62 ans, lors de notre rencontre et souffre d’un cancer du sein métastasé.

  • 20 Equisetum arvense.

« La prèle20, ça nettoie le sang : et c’est vrai parce qu’une fois je n’avais pas été encore opérée de mon utérus et ça m’a lavé quand j’ai vu tout ce sang qui sortait ! Et après j’ai compris que c’était la tisane qui m’avait fait ça. J’ai arrêté tant que j’avais ça dans le corps. »

59Pour Thérèse, l’approvisionnement en boutique diététique a remplacé les tisanes traditionnelles montrant la perméabilité entre les deux marchés et la substitution d’un produit par l’autre.

« Chez lui (le responsable de la boutique) on vend des z’herbages mais plus des z’herbages de métropole. C’est-à-dire l’anis, le romarin, mais je trouve plus d’herbages venus de métropole. Mais j’ai arrêté un peu et là, j’ai continué en bio. »

60Thérèse consomme des produits naturels, conseillés par le gérant de la boutique. Elle prend de la spiruline et de l’Alkyrol. Ceux-ci semblent porteurs des mêmes vertus que les z’herbages : ils sont détoxifiants.

« Le monsieur m’a dit que ça va me donner de la force et que ça va m’aider à guérir. […] c’était à base d’huile de requin. Il m’a dit que c’était très bon. L’alkyrol, c’est un genre de... Voila ça soigne le cancer. […] Ça, ça va m’enlever toutes les toxines dans le corps ce qui fait que j’ai bu presque toute la bouteille. Et en même temps, il fallait boire ça : les compléments alimentaires. La « spiruline », c’est des algues. »

61Ces produits ont un effet global sur le corps, lui restituant sa vigueur : « …j’ai senti que j’étais moins fatiguée, ça m’a redonné de la force ».

62L’usage des plantes s’inscrit dans une logique le plus souvent cumulative, tant par l’addition des produits consommés (les formes de recours viennent également s’ajouter les unes aux autres) que du fait des quantités (Thérèse a bu toute la bouteille). Cette "logique du cumul" vise à accroître les chances de guérir, comme l'a observé Fainzang (2003) chez les patients occidentaux qui augmentent les doses de médicaments prescrits.

63Au-delà des connaissances qu’elles ont déjà, une partie des personnes vont donc continuer à explorer l’univers des plantes médicinales. Quelques-unes vont éventuellement s’adresser à un tisaneur, soit pour se procurer des plantes sauvages difficiles à trouver, soit pour demander des conseils, soit en dépassant le champ local comme Honorine et Thérèse (chez qui il y a alors plutôt substitution qu’élargissement) pour s’approvisionner en produits naturels de toutes origines. Cependant, les effets attendus de ces produits naturels restent en continuité avec les représentations créoles de la maladie. Ils s’appuient sur une logique analogique entre le remède naturel et le mal qui atteint l’homme, par sa forme, sa couleur, l’environnement où il vit, la symbolique qui lui est rattachée. Le requin est épargné par le cancer, l’abeille est réputée pour sa longévité ; les produits dérivés garderont ces propriétés. Comme l’écrit Laurence Pourchez, « cette parenté entre une partie du corps humain, une maladie, et le composant qui va le soigner affirme déjà un lien entre l’homme et la nature, avec son environnement. » (Pourchez, 2000 : 488)

Gérer le traitement et guérir spirituellement

64Pour Gabrielle, les plantes constituent une ressource thérapeutique centrale. Son fils a 14 ans quand on découvre qu’il est atteint d’une leucémie. Elle va utiliser les plantes pour soulager ses symptômes et améliorer son état général.

65Elle a fait des études d’infirmière et a exercé son métier pendant plusieurs années. Elle a arrêté pour élever ses enfants. Elle est hantée en permanence par la peur de la mort mais aussi par des interrogations sur le sens de l’existence. C’est dans ce contexte que va survenir la leucémie de son fils. Cette maladie est alors perçue comme un message divin, cela, d’autant plus qu’elle fait un rêve annonçant un événement grave, peu de temps avant que son fils présente les premiers signes de la maladie.

66Gabrielle va accompagner son fils tout au long de sa prise en charge, aussi bien pour lui expliquer le déroulement d’une ponction de moelle que pour le préparer à l’éventualité d’une issue fatale. Elle va participer encore plus activement en mobilisant deux registres. Le premier pourrait être qualifié de spirituel : soutenue par l’idée que chacun possède en lui la possibilité de guérison, elle va essayer d’en convaincre son fils. Le second est basé sur l’utilisation des plantes et de l’alimentation, en complément des traitements cancérologiques.

« Ce que je voulais c’est un bien-être pour Florian, physique et psychique pendant le traitement de chimio pour qu’il ne soit pas comme tous ceux que j’avais connus quand j’étais infirmière. »

67Si pour Gabrielle, le cancer est classiquement rattaché à la pollution, la consommation de tabac, une mauvaise alimentation, dans le cas de son fils, il revêt une dimension avant tout spirituelle, une expérience à vivre « ici-bas » qui doit lui donner accès à une partie de son être profond.

68Pour utiliser les plantes, elle se base sur une connaissance qu’elle qualifie d’intuitive. Le choix d’une plante spécifique fonctionne comme une prémonition. Dans ses conceptions, il existe un savoir universel enfoui en chacun de nous, que l’on peut mobiliser.

« Au fur et à mesure, ça venait comme ça. […] Ça venait intuitivement. Je tombais sur un bouquin et je me disais, je vais lui donner ça, ça, ça. […] Vous dire que vous êtes capable…, que vous avez tout ça imprimé en vous. Et que cela va vous donner l’écriture presque automatique. […] Tout à coup, j’avais l’impression d’avoir une affinité et surtout de connaître tout ça. […] Je n’ai pas cette connaissance comme chez un phytothérapeute, un pharmacien ».

69Sa relation d’intimité avec la nature, en tout cas qu’elle ressent comme telle, lui permet d’entrer en résonance avec le monde végétal. Elle entretient un dialogue permanent avec le monde surnaturel ; des sages ou des dieux la guident et l’orientent. Son arsenal thérapeutique puise à des sources extrêmement variées. Elle va donner à son fils une multitude de tisanes, d’oligoéléments, de métaux. Elle utilise la Prêle (Equisetum arvense), reminéralisant puissant intéressant pour les os, les cheveux. Elle lui impute l’absence de perte de cheveux de son fils. L’ortie (Urtica dioitica) est riche en minéraux et oligoéléments ; la Pimprenelle des prés (Sanguisorba officinalis) permet d’éviter les problèmes de coagulation.

70Pour elle, contrairement à Francis, pour qui le produit ne vaut que par ses propriétés pharmacologiques, le capital symbolique est aussi très important.

  • 21 Hordeum vulgare.

« L’herbe d’orge21, c’est l’équivalent du sang humain. C’est la chlorophylle par excellence. Qui veut dire que… si vous enlevez tout ça sur Terre, est-ce que vous pouvez respirer, non ? On ne peut pas ! […] Le fait de prendre ça fait que l’organisme humain trouve tout ce qu’il a besoin et répare tous les dommages causés dans l’organisme à travers uniquement cette petite herbe. »

71Elle utilise également les produits de la ruche :

« Je pars du principe qu’une reine vit très, très longtemps et pourtant elles n’ont pas des greniers et des pharmacies. La propolis pour les cheveux, les yeux, pour les infections, pour plein de choses. »

72Le secret de sa quête dépasse les compositions des plantes, elle en cherche l’essence spirituelle. Pour ses préparations, elle ferme ses yeux et se dit : « Seul Dieu peut me dire ce que je dois donner aujourd’hui, quelle quantité et comment ».

73Une partie des plantes prescrites poussent dans son vaste jardin. Elle s’approvisionne dans les boutiques diététiques, les marchés forains. Elle mobilise d’abord la pharmacopée traditionnelle mais franchit les frontières du patrimoine naturel et culturel de la Réunion comme Honorine et Thérèse.

« Le requin n’a jamais muté depuis qu’on le connaît, depuis qu’il est dans son eau profonde. Il n’est pas malade non plus. Les gélules sont à base d’Alkyrol de requin qu’on trouve aussi chez l’homme dans le foie, la rate, et la moelle osseuse. J’ai donné ça pour augmenter les défenses immunitaires. »

74Elle réalise des allers-retours entre un savoir scientifique - elle est guidée par les analyses biologiques qu’elle épluche, elle demande des informations complémentaires aux médecins si nécessaire, s’intéresse à la composition des plantes -, et une connaissance qui relève plus d’un registre spirituel. Dans le cas de Gabrielle, la plante est investie du pouvoir de la foi (foi en Dieu, foi en la guérison). Le tout est associé à une alimentation choisie.

  • 22 Peu de temps après, son fils va rechuter.

75Gabrielle cherche à reprendre le contrôle de son destin et celui de son fils. En témoignent les formes prises par son discours, parfois son intonation : « je décide », « je déclare ». Son discours vis-à-vis des soins médicaux est ambivalent puisque son fils est pris en charge à l’hôpital mais elle est persuadée de pouvoir le guérir par ses propres soins. Chez Gabrielle, les plantes vont progressivement prendre la place des soins médicaux jusqu’à ce qu’elle décide l’arrêt des chimiothérapies22.

76Au-delà des connaissances que les personnes ont sur les plantes qui leur permettent de gérer la maladie parallèlement au traitement hospitalier et qui marquent leur inscription dans leur univers culturel propre et leur environnement physique, le rapport aux plantes apparaît en lien avec la manière dont les malades s’inscrivent dans le processus thérapeutique. La signification de la consommation de plantes dans l’univers profane réunionnais renvoie à une démarche d’autonomie dans la gestion individuelle des soins. Elle est un révélateur de stratégies de maîtrise de la maladie et du destin.

77La configuration de ces parcours incorporant l’usage des plantes montre leur articulation avec la biomédecine, révélant l’hégémonie du modèle biomédical mais témoignant également de l’accessibilité des soins en France. De ce fait, le recours aux médecines traditionnelles apparaît comme un vrai choix pour les malades. Pour les malades du cancer, les plantes viennent presque toujours comme un complément aux soins hospitaliers. Dans la majorité des cas, il n’y a pas de lien entre le traitement médical – la plupart des personnes interrogées bénéficiaient ou avaient bénéficié d’une chimiothérapie - et la consommation profane de plantes. Seuls Francis et Gabrielle - rappelons-le, infirmiers de formation, tentent de relier les deux types de savoirs. Dans le cas de Gabrielle, il s’agit de répondre de manière pragmatique aux symptômes éprouvés par son fils ou qu’elle anticipe (effets secondaires possibles du traitement), grâce à son expérience professionnelle. Cela n’empêche pas que la plante agisse également par des propriétés symboliques. Il y a une forme de tension entre deux types de savoirs, entre sa formation scientifique et des savoirs profanes, laissant la place à des processus de réinterprétation.

  • 23 Thérèse est secrétaire dans une entreprise de bâtiments.

78Pour toutes les autres personnes, de niveau social plus modeste et moins familiarisées avec le monde médical, - Honorine, assistante maternelle, en est une figure exemplaire23 -, les thérapies se superposent, afin de maximiser les chances de guérison.

79Pour toutes les personnes présentées ici, on retrouve un élément commun, une volonté de marquer une autonomie vis-à-vis de la médecine, autonomie relative puisque tous poursuivent leur traitement sauf Gabrielle qui l’interrompra momentanément. Elle était déjà manifeste avant le cancer pour Honorine qui préférait se faire suivre par un homéopathe, d’autant qu’il était Réunionnais et partageait ses croyances catholiques. Mais son rapport aux tisanes est aussi clairement inscrit dans une méfiance dans les médicaments : « je suis pas trop médicaments… S’ils me disent d’en prendre deux, je vais en prendre un ». Son attitude marque également ses capacités à s’affranchir partiellement de l’autorité médicale. Sa démarche s’inscrit dans une lutte qu’elle veut mener contre la maladie, certes avec l’aide la médecine mais dans laquelle elle utilise ses ressources propres :

  • 24 Thérèse est décédée peu de temps après le premier entretien comme c’est le cas pour d’autres person (...)

« Je peux vous dire que j’essaye par tous les moyens de m’en sortir et je vais m’en sortir… »24

Rupture dans l’usage des plantes

80Pour certains malades, une expérience corporelle malheureuse peut marquer une rupture. Cette remise en cause est limitée chez Thérèse qui s’est empressée de remplacer les tisanes pays par des produits venus d’autres horizons.

81Pour d’autres, c’est la survenue du cancer qui marque la rupture. Les consommations de tisanes étaient avant tout reléguées à un usage anodin, à la frontière de la santé et de la maladie ou d’affections passagères, comme un rhume, une grippe. Suzanne a restreint son usage à des tisanes de bien-être, comme le romarin et la cannelle qu’elle continue à consommer quand elle a « une petite grippe ». Elles sont déconnectées du cancer et de son accompagnement. Les plantes épousent un statut ambivalent pour elle comme bien d’autres Réunionnais : « des fois, j’ai peur de prendre des tisanes, ça va me faire du bien, du mal de l’autre ». Elle est ébranlée par le fait que sa sœur soit malade quand elle prend des tisanes et son inquiétude est renforcée par les avertissements de sa gynécologue de ne pas en consommer. Cette transformation marque une forme de dépendance et de soumission au regard médical, contrairement aux personnes dont il était question auparavant.

82Le plus souvent, les ruptures dans l’usage habituel de plantes médicinales relèvent de formes de contraintes dans la trajectoire, certains oncologues déconseillant vivement l’usage de plantes. La forme de relation engagée avec un médecin déterminé (qui peut être l’oncologue, le chirurgien, etc.) participe de cette contrainte. Certains malades s’en remettent à leur médecin (et à la médecine plus globalement) et lui délèguent les choix et décisions thérapeutiques les concernant. Ils craignent alors en s’adressant ailleurs de trahir ce lien, de rompre la relation de confiance. Il est à cet égard intéressant de noter les inquiétudes de Thérèse qui craint que les produits qu’elle a consommés sans en informer son cancérologue ne puissent se remarquer dans les analyses.

L’usage des plantes déprécié

83Cette dépendance est encore plus marquée chez Georges. Cet homme de 65 ans, est enseignant à la retraite. Il est né à St Denis, fruit d’un mélange de tous les peuples ayant constitué la société réunionnaise : « Chinois, yab, malbar, tout ça, tout, tout, tout ! Il manquait que la religion musulmane mais mon frère s’est marié avec une musulmane ». On lui découvre un cancer du colon, ainsi que des nodules au foie (sans doute des métastases mais Georges n’emploie pas le mot).

84Georges élabore peu autour de sa maladie ; il l’accepte comme inscrite dans son destin, un destin en partie familial puisque d’autres proches ont été touchés par cette maladie. Il s’approprie peu sa prise en charge, en subit les modalités. Ainsi, il exprime à couvert le manque d’empathie du médecin qui le suit, mais il s’adapte à ce mode de communication : « on a appris à le connaitre ». La maladie semble extérieure à lui. Il assume une position passive :

« J’ai besoin de rien d‘autre (sous entendu que la biomédecine) parce que je m’en occupe pas ! Je me fais prendre en charge, je vais à l’hôpital, je dépose tout ça et je m’en vais ».

85Il est une des rares personnes dans cette étude qui recourt à la biomédecine de manière exclusive. Il refuse obstinément de voir le psychologue du service. Quand il parle de sa maladie et de sa prise en charge, il relate les événements, sans laisser s’exprimer d’émotion. La gestion de la maladie apparaît dépersonnalisée, hors de lui.

86Une seconde logique vient se superposer pour expliquer le rapport de Georges aux tisanes. Il exprime une forme de dégout à l’idée de prendre des tisanes : « Des tisanes ? ah ! j’ai pas confiance en ça ! ». La consommation de tisanes s’apparente au recours aux médecines douces : « Les médecines douces. J’ai jamais vu. Ça, j’ai pas confiance. Ça ne guérit pas ! ». Seule la médecine est légitime à ses yeux, cette légitimité s’appuyant sur la science et sur l’efficacité prouvée de l’intervention médicale à l’inverse des autres médecines :

« Il y a des savants qui ont passé des années pour trouver ça et je vais prendre quelqu’un qui connaît rien. Faut pas charrier ! Pour moi, ça fait rien. […] D’ailleurs, j’ai jamais pris de tisanes. C’est pas parce que je suis malade que je vais prendre une tisane ».

  • 25 Dans ce cas, des cas de recours exclusifs ont pu être observés avec un abandon des soins médicaux.

87Georges est à l’image d’autres Réunionnais vivant sur le littoral, tournés vers la modernité incarnée par la science et la médecine, et qui dénigrent les pratiques traditionnelles de l’île. Ils s’en démarquent néanmoins parce qu’il est pratiquement le seul Réunionnais de l’ensemble de notre corpus, qui ne se tourne pas vers d’autres recours, ne serait-ce qu’en priant son dieu pour trouver du courage, de l’espoir. Sa foi en la médecine est l’image en miroir de ceux qui s’en remettent à Dieu. Une telle attitude s’apparente à celle de quelques malades qui s’en remettent totalement à Dieu, la force de leur foi devant garantir la guérison qui est aux mains du tout puissant (Église Salut et Guérison)25. La majorité des malades mobilise des ressources diverses et s’engage dans la lutte contre la maladie, malgré une soumission partielle au médecin et ses décisions. Si chez de nombreux Réunionnais, la consommation de tisanes occupe une place hautement significative dans ce combat, il prend d’autres formes chez les Zoreys ou les Réunionnais résolument détournés de ce qui relève à leurs yeux d’une tradition archaïque.

88Aujourd’hui, de nombreux Réunionnais n’utilisent plus les plantes médicinales. Ce phénomène est ancré socialement dans la mesure où il est apparu plus fréquent parmi les personnes ayant été élevées et ayant vécu plutôt dans les villes côtières. L’urbanisation de la population et la médicalisation ont rendu cet usage plus marginal. Une partie des Réunionnais a perdu cette connaissance, d’autant qu’ils bénéficiaient d’un meilleur accès aux soins. Dans certaines familles, il a totalement disparu, les médicaments venant remplacer les tisanes (Cohen, 2000 :71). La transmission de ces savoirs au sein des foyers se perd progressivement. Les tisanes sont utilisées pour des symptômes simples à identifier tels que la fièvre, les syndromes respiratoires ou les douleurs intestinales chez les enfants (Pourchez, 1999 : 21). De plus, la cueillette des z’herbages notamment en milieu sauvage (forêt, bordures de chemins) devient plus difficile ; les temps de déplacements s’allongent (Cohen, 2000 : 71). La disparition des jardins réduit également cet usage domestique, obligeant à acheter les plantes sur les marchés forains, voire à la pharmacie. Dans tous les cas, l’éloignement du milieu rural et de la forêt réduit, de fait, la variété des plantes employées, notamment au détriment des plantes qui poussent à l’état sauvage.

89Pour ceux qui ne sont pas Réunionnais (un cinquième des entretiens), la maladie peut être l’occasion de découvrir les ressources thérapeutiques qui les environnent. Ils se tournent exceptionnellement vers l’usage des plantes médicinales endémiques de la Réunion (un exemple seulement) même si les angoisses suscitées par la maladie les encouragent à franchir des frontières classiques entre des systèmes médicaux distincts, des modes de pensée dissemblables. Certains témoignent de leur intérêt mais ne savent pas qui solliciter pour être conseillés.

Conclusion

90Aujourd’hui, à l’île de la Réunion, dans un contexte d’hégémonie de la biomédecine, les plantes médicinales perdent leur place première comme ressource thérapeutique, face aux médicaments jugés plus efficaces. Néanmoins, elles bénéficient d’un mouvement global de contestation du cadre et des modèles d’exercice de cette même médecine. La place variable des plantes médicinales dans les parcours de soins met en lumière la dynamique concurrentielle entre médicaments et plantes. La confrontation de deux médecines, dont chacun des produits relève, adopte une configuration singulière dans le cancer.

91La prise en charge du cancer, même si elle a évolué récemment, demeure encore très axée sur des modèles décalés des évolutions actuelles des sociétés contemporaines, à la Réunion comme ailleurs : absence d’information, de participation du patient dans la décision, paternalisme de la relation médecin/malade, morcellement des interventions et non prise en compte des individualités, etc. De plus, cette maladie du fait des représentations qui lui sont rattachées et d’une efficacité relative de la médecine, nécessite des besoins spécifiques insuffisamment pris en considération : donner un sens à cette maladie à l’intérieur d’une existence singulière et dans son historicité, accompagner le processus d’installation dans la maladie et d’élaboration autour des effets de la maladie sur la vie quotidienne (reconfiguration au sein de la famille, du travail), penser la vie et le futur avec la maladie… De ce fait, dans la maladie cancéreuse, plus qu’ailleurs peut-être, les malades sont appelés à se tourner vers d’autres formes de soins ou d’accompagnement.

92Paradoxalement, une majorité de malades se soumet aux traitements malgré leur agressivité et leurs effets délétères. Nous avons en effet observé que les recours qu’ils s’adressent à d’autres médecines, à des religions ou des mouvements spirituels, viennent compléter les soins médicaux, exceptionnellement s’y substituer, ce qui est spécifique au cancer.

93La phytothérapie se situe au carrefour de plusieurs médecines et intègre plusieurs conceptions du soin, répond à diverses représentations de la maladie. Les savoirs profanes sur les plantes médicinales de la Réunion trouvent différentes sources que les malades se réapproprient, réinterprètent dans une logique autonome. La plante produit de la nature et objet culturel permet une forme de synthèse et de réconciliation entre des systèmes médicaux.

94La plante est d’abord utilisée pour ses propriétés pharmacologiques mais celles-ci ne sont jamais complètement détachées de leur fonction symbolique. Quand la guérison est recherchée à travers la plante, il s’agit d’une guérison avant tout spirituelle. La plante est un médiateur avant tout ; elle passe par le relationnel pour être efficace, véhicule de la prière chez le guérisseur ou le tisaneur, porteuse d’une identité culturelle et d’une histoire familiale à travers un savoir transmis par les parents. Le choix de la phytothérapie comme soin du corps et de l’esprit s’inscrit également dans un rapport à la nature, très prégnant chez les Réunionnais ; la plante devient l’agent par lequel est réactivé ce lien.

95Son usage marque une autonomie à l’égard de la médecine dans la mesure où, contrairement à d’autres soins, dans le contexte réunionnais, elles font l’objet de prohibitions de la part des oncologues alors qu’ils ne se prononcent pas sur d’autres formes de recours tant que le malade poursuit son traitement. Nous avons rattaché son usage à une stratégie d’appropriation de la maladie. Chez des malades qui refusent de se laisser déposséder de leur corps et de leur destin, la plante vient les soutenir et leur permet de se conformer aux soins médicaux.

96Malgré des tentatives d’émancipation, le malade n’en reste pas moins dépendant de la biomédecine par laquelle il espère guérir. Il doit gérer les deux univers culturels, en articulant les deux approches. Plutôt qu’imaginer un partage des tâches entre le médicament (chimiothérapie) et la plante, cette dernière joue encore là son rôle de médiateur. Elle vient contrecarrer les effets biologiques des thérapeutiques biomédicales, mais aussi rééquilibrer les désordres psychologiques et sociaux engendrés tant par la maladie que par le travail médical. Elle permet de mieux les supporter aux sens propre et figuré.

97Ces observations révèlent la complexité de la société réunionnaise et la double référence identitaire des malades. L’usage des tisanes comme complément aux soins hospitaliers est révélatrice de la dualité de l’identité réunionnaise, « française dans l’espace public et créole dans l’espace privé » (Médéa, 2009). Cet usage révèle les tensions entre l’hégémonie de la biomédecine, qui se réclame d’un modèle universel mais est perçue comme un modèle occidental porté par des médecins métropolitains (pour l’immense majorité) et un espace culturel et social dominé, proposant une autre lecture des désordres du corps et de leur gestion et qui cherche à s’affirmer.

Haut de page

Bibliographie

ANDOCHE J., 1988, « L’interprétation populaire de la maladie et de la guérison à l’île de la Réunion », Sciences sociales et santé, 6 : 145-166.

BARRIER P., 2010, « Le soin comme accompagnement et facilitation de l’individuation dans la maladie chronique ». In : BENAROYO L., LEFEVE C., MINO J-C et WORMS F. (dir), La philosophie du soin. Ethique, médecine et société, Paris, Presses Universitaires de France : 155-172

BATAILLE P., 2003, Un cancer et la vie. Les malades face à la maladie, Paris, Balland, Collection « Voix et Regards ».

BENOIST J., 1993, Anthropologie médicale en société créole, Paris, Presses Universitaires de France, Collection Les champs de la santé.

BENOIST J., 2006, « A la Réunion, la plante entre tisane et prière », Ethnopharmacologia, Bulletin de la société française d’ethnopharmacologie et de la société européenne d’ethnopharmacologie, 37 : 6-12.

CATHEBRAS P., 1996, « Le recours aux médecines parallèles observé depuis l’hôpital ». In BENOIST J. (dir.) Soigner au pluriel. Essais sur le pluralisme médical, Paris, Karthala : 315-330.

COHEN P., 2000, Le cari partagé, Paris, Karthala.

CONRAD P., 1985, « The meanings of Medications : another look at compliance », Social Science and Medicine, 20 : 29-38.

DIJOUX F. R. P., 1995, Journal d’un exorciste, Saint André, Océans Editions.

DOUGLAS M., 2001 [1966], De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte.

FAINZANG S., 2003, « Les médicaments dans l’espace privé », Anthropologie et sociétés, 27, 2 : 139-154.

FAINZANG S., 2006, La relation médecins-malades : information et mensonge, Paris, Presses Universitaires de France.

FAINZANG S., 2010, « L'automédication, une pratique qui peut en cacher une autre », Anthropologie et Sociétés, 34, 1 :115-133.

GARRETA R., 1998, « Ces plantes qui purifient. De l’herboristerie à l’aromathérapie », Terrain, 31 : 77-88

EVE P., 2003, Les esclaves de Bourbon. La mer et la montagne, Paris, Karthala.

HAXAIRE C., 2002, « Calmer les nerfs : automédication, observance et dépendance à l’égard des médicaments psychotropes », Sciences sociales et santé, 20, 1 : 63-86

LAVERGNE R., 1990, Tisaneurs et plantes médicinales indigènes de l’île de la Réunion, Livry-Gargan, Orphie.

LAVERGNE R. et VERA R., 1989, Etude ethnobotanique des plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle à la Réunion, Paris, Agence de coopération culturelle et technique, Collection « médecine traditionnelle et pharmacopée ».

MEDEA L., 2009, « Hégémonie et hétéronomie : les conséquences du processus d’occidentalisation à travers la Départementalisation. Repenser l’identité dans une situation pluriculturelle » In MEDEA L. (dir), Identité et société réunionnaise. Nouvelles perspectives et nouvelles approches, Sainte Clotilde, Editions Zaylor : 169-203.

MOLASSIOTIS A., FERNADEZ-ORTEGA P., PUD D., OZDEN G., SCOTT JA, PANTELLI V. et al. 2005, « Use of complementary and alternative medicine in cancer patients : a European survey », Annals of Oncology, 16, 4 : 655-663.

NICAISE S., 1999, Le continuum religieux créole : une matrice du catholicisme à l’Île de La Réunion ?, Thèse de doctorat en anthropologie, Université Aix-Marseille III.

POURCHEZ L., 1999. « Tanbav, sens et étiologie d’une maladie infantile à l’île de La Réunion », Sciences Sociales et Santé, 17 : 5-27.

POURCHEZ L., 2000, Anthropologie de la petite enfance en société créole réunionnaise, Thèse de doctorat en ethnologie et en anthropologie sociale. Paris : EHESS.

MENORET M., 1999, Les temps du cancer, Paris, Editions CNRS sociologie.

SAILLANT F., 1988, Cancer et culture. Produire le sens de la maladie, Québec, Les Éditions Saint-Martin.

SCHMITZ O. (dir), 2006, Les médecines en parallèles, Paris, Karthala, Collection Médecines du monde.

VAN DER GEEST S. et WHYTE S., 2003, « Popularité et scepticisme : opinions contrastées sur les médicaments », Anthropologie et Sociétés, 27, 2 : 97-117.

ZIMMERMANN F., 1995, Généalogie des médecines douces. De l’Inde à l’Occident, Coll. Science, histoire et société, Paris, Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Les catégories de la médecine et de la religion s’interpénètrent dans l’univers réunionnais.

2 Elle utilise des extraits aromatiques de plantes.

3 Il s’agissait d’un appel d’offres de l’INCA en sciences humaines et sociales portant sur les médecines parallèles dans la prise en charge du cancer. Le matériel recueilli est plus large, puisqu’il comprend également des entretiens auprès de thérapeutes et de médecins hospitaliers, notamment oncologues et hématologues. Dans cet article, nous privilégions le point de vue des malades mais l’approche plus globale permet également de remettre en perspective les parcours de malades dans le contexte réunionnais.

4 Vendu en pharmacie, sous forme conditionnée (gélules, par exemple), il fait exceptionnellement l’objet de conseils ou de prescriptions des médecins. Il n’a pas de statut légitime puisque non remboursé par la sécurité sociale.

5 Rappelons que certains produits de la chimiothérapie anticancéreuse sont issus de plantes.

6 Elles peuvent être également utilisées pour des bains, des préparations pour des sirops. Il arrive que l’appellation recouvre de manière abusive des utilisations de plantes sous formes de pommades, onguents, toujours à base de plantes.

7 Certains d’entre eux se qualifient de « tisaniers » pour se démarquer des tisaneurs ayant des pratiques comportant une dimension magico-religieuse.

8 L’analyse de ce marché dynamique fera l’objet d’un autre article.

9 Même si nous avons rencontré des professionnels qui se démarquent des pratiques dominantes.

10 Certaines des plantes fournies réputées bonnes dans le cancer notamment le bois jaune (Ochrosia borbonica) du fait de ses propriétés anti-oxydantes sont interdites à la cueillette.

11 Ici nous entendons par "efficacement" le fait de trouver le bon interlocuteur et non en termes d’efficacité sur l’évolution de la maladie ; ils ne détiennent pas de savoir sur les plantes de l’île et, comme nous le verrons, ne connaissent pas les tradipraticiens.

12 Pendant toute une période de l’engagisme, l’hindouisme était pratiqué de manière clandestine puis les engagés ont eu l’autorisation de construire des temples sur les plantations. Plus tard, de nombreux Indiens hindouistes ont adhéré au catholicisme comme moyen d’intégration et comme une condition indispensable pour s’élever sur le plan socioéconomique. Le système de l’engagement visait à recruter des travailleurs sous contrat. Il a succédé progressivement à l’esclavage ; cependant, sur bien des aspects, il en épousait certains traits (modalités de recrutement, conditions de vie, formes de contraintes sur le travailleur,…).

13 La cour est l’espace situé devant la maison, la kaz, et constitue un espace de transition entre le dedans et le dehors. Les plantes y occupent une place privilégiée et, en fonction des espaces où elles poussent, ont des fonctions variées. Par exemple, devant la maison, elles protègent les maîtres des lieux notamment des esprits maléfiques.

14 On peut observer que ces conceptions ne sont pas détachées des discours de santé publique qui contribuent à les modeler.

15 Le saisissement consiste en une réaction à un choc physique ou psychique. Il peut rendre gravement malade. Des tisanes appelées de saisissement sont proposées dans ce cadre.

16 Différents ordres de signification peuvent être mobilisés conjointement.

17 Autre dénomination du Bois jaune.

18 Ce dont témoignent également de nombreux malades.

19 Réunionnais originaires du sud de l’Inde, pratiquant une religion hindoue créolisée.

20 Equisetum arvense.

21 Hordeum vulgare.

22 Peu de temps après, son fils va rechuter.

23 Thérèse est secrétaire dans une entreprise de bâtiments.

24 Thérèse est décédée peu de temps après le premier entretien comme c’est le cas pour d’autres personnes non citées dans cet article.

25 Dans ce cas, des cas de recours exclusifs ont pu être observés avec un abandon des soins médicaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Desprès, « Soigner par la nature à la Réunion : l’usage des plantes médicinales comme recours thérapeutique dans la prise en charge du cancer », Anthropologie & Santé [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 24 juin 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://anthropologiesante.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.710

Haut de page

Auteur

Caroline Desprès

Anthropologue, Chercheure associée à l’IRDES
IRDES, 10 rue Vauvenargues, 75 018 Paris
despres@irdes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Les cahiers de Revues.org